Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62-1Comptes rendus de lectureHervé GLEVAREC, L’Expérience cult...

Comptes rendus de lecture

Hervé GLEVAREC, L’Expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles

Esteban Buch
p. 285-289
Référence(s) :

Hervé GLEVAREC, 2021, L’Expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles, Lormont, Le Bord de l’eau, 216 p.

Texte intégral

1On sait que la sociologie de la culture à la française, i.e. la sociologie de la légitimité culturelle, reste dominée et même définie depuis plus de quarante ans par un seul livre, objet constant de relectures, de controverses et de tentatives de dépassement, La Distinction de Pierre Bourdieu (1979). Et il semble juste de dire qu’au sein de cette bibliographie on a eu tendance à considérer les rencontres entre les acteurs sociaux et les « œuvres culturelles » censées les distinguer (ou non) comme autant de boîtes noires dont la sociologie n’aurait au fond rien à dire, mise à part peut-être la conjecture du « deuxième degré » qui, selon Bourdieu, caractériserait le goût occasionnel des dominants pour la culture des dominés – une idée encore reprise dans le récent ouvrage de Philippe Coulangeon, Culture de masse et société de classes. Le goût de l’altérité (2021).

2Au sein de cet espace intellectuel aussi passionnant que passionné, à en juger par le ton de certains échanges, l’article que Hervé Glevarec a co-signé en 2009 avec Michel Pinet, « La tablature des goûts » (Revue française de sociologie, 50-3), a constitué un jalon, avec sa proposition de remplacer la hiérarchie des œuvres, construite en vertu du fameux principe d’homologie structurelle, par un espace où les hiérarchies ont cours seulement à l’intérieur de genres culturels tenus pour axiologiquement incommensurables entre eux. Ce geste audacieux voire téméraire, décrit graphiquement comme un virage à 90 degrés, amorçait la volonté de détricoter l’ensemble du cadre théorique bourdieusien, à commencer par les concepts de légitimité, de capital culturel, de domination culturelle et bien entendu de distinction, lequel est, de principe cardinal des pratiques, rétrogradé à une simple motivation contingente. Un premier bilan de l’effort de Glevarec a paru sous le titre La Différenciation, qui à lui seul illustre une ambition dépendante du modèle de La Distinction et aspirant par la même occasion à le supplanter.

3Cependant, le sous-titre de cet ouvrage de 2019, Goûts, savoirs et expériences culturelles, introduisait déjà la catégorie d’expérience qui, dans le nouveau livre du même auteur paru en 2021, se retrouve promu au rang de concept-titre. L’Expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles articule en effet de nouvelles mises au point critiques sur les concepts de genre culturel (chap. 1), de légitimité (chap. 1) ou de socialisation (chap. 6), avec une exploration empirique de ce qui sous le nom d’expérience se joue dans l’interaction entre les personnes et les œuvres. Pour ce qui est des genres, l’auteur souligne avec raison leur primauté pratique dans l’organisation des préférences des individus, et postule qu’ils sont analysables en termes réalistes, c’est-à-dire par l’objectivation des procédés techniques qui les définissent en tant que conventions sociales. Quant à la légitimité, il montre les contradictions qui guettent ceux qui – tel Bernard Lahire dans La Culture des individus (2004) – cherchent à développer une sociologie compréhensive des pratiques tout en conservant le principe d’une échelle de légitimité qui s’imposerait en amont de toute expérience. Enfin, il proteste contre ce qu’il appelle la théorie de la « pan-socialisation », c’est-à-dire l’extension du concept de socialisation « à n’importe quel processus d’acquisition » de goûts et de compétences par le biais de l’expérience (p. 172).

4Glevarec prend appui sur les enquêtes quantitatives disponibles, à commencer par la cuvée 2018 des Pratiques culturelles des Français, et y joint une part qualitative sous la forme d’une trentaine d’entretiens approfondis avec des personnes résidant à Paris, Chartres ou Rouen. Le livre inclut d’ailleurs un certain nombre de photos des domiciles de ces enquêtés qui ont accepté de se confier à propos de leurs « loisirs culturels » – leurs bibliothèques, leurs chaînes audio, leurs images d’artistes favoris, leurs « canapés de lecture » –, ce qui, tout en reprenant à nouveau frais l’idée bourdieusienne du « capital culturel objectivé », pointe vers une démarche ethnographique qui, toutefois, reste à ce stade embryonnaire.

5En revanche, en allant puiser dans l’esthétique philosophique, et singulièrement chez John Dewey et Jean-Marie Schaeffer, le sociologue Glevarec introduit un véritable changement de perspective au sein de sa discipline, qui met la focale sur ce qu’il appelle « les affectations du sujet » (p. 5). Dans cette perspective, ce qui compte ce sont moins les goûts, au sens de préférences et de rejets pas forcément reliés à des objets concrets, et moins aussi les pratiques culturelles elles-mêmes, qui certes sont toujours associées à des œuvres réelles, que ce que ces pratiques rendent possible pour l’individu, l’expérience des œuvres donc, saisie selon deux composantes temporelles : « éprouver une expérience » et « acquérir par expérience » (p. 5).

6Cette démarche reprend à nouveaux frais certaines questions soulevées déjà à l’époque du triomphe de Bourdieu par Antoine Hennion, par exemple, théoricien des « attachements » des amateurs à leurs œuvres et artistes de prédilection. Cependant, pour Glevarec, il s’agit toujours de produire une description systémique et différenciée de l’espace social des pratiques culturelles, en creusant l’idée qu’en réalisant des « acquisitions par expérience » les sujets agissent sur eux-mêmes selon des modalités qui ne peuvent être saisies en termes d’habitus ou de position sociale seulement. En effet, l’auteur postule que l’expérience des œuvres peut produire des « discordances » entre « les identités sociales et l’identité personnelle, entre sexe et genre, entre âge objectif et âge subjectif, entre identité sociale et identité revendiquée » (p. 31). Et il décline cette action des œuvres sur trois « dimensions » : le savoir, qui engage la portée cognitive du rapport aux contenus discursifs ; l’attachement, au sens de « ce à quoi tiennent les personnes » sur le plan identitaire ou des valeurs (p. 130) ; et enfin le concernement, par où le registre de problématiques sociales ou politiques est rendu par des expressions telles que « ça me parle » ou « ça me parle pas » (p. 137). On notera incidemment que ces « discordances » ne doivent pas être confondues avec les « dissonances » entendues par Lahire dans le profil culturel d’individus passant, mettons, de l’écoute d’une œuvre musicale d’avant-garde à celle du dernier tube de musique pop, du moment qu’il ne peut y avoir de dissonance que vis-à-vis d’une échelle de légitimité préalable. Plutôt que de parler de positions sociales, L’Expérience culturelle met en avant la notion d’un « positionnement socio-culturel » qui, lui, saisirait cette capacité de reconfiguration de la subjectivité des individus au contact des œuvres.

7Mais quel contact au juste ? Qu’est-ce qu’une expérience culturelle ? Glevarec établit une distinction entre un « mode majeur » et un « mode mineur » de l’expérience, le premier correspondant aux sorties dans un « lieu culturel », tel qu’un cinéma, une salle de concert, un théâtre ou un musée, le deuxième désignant des pratiques domestiques ou faites au fil de l’eau, telles que l’écoute musicale mobile ou le visionnage sur écran de films ou de séries, via des plateformes de streaming et des écouteurs, etc. La distinction est utile, du moment qu’elle rappelle les nombreuses différenciations temporelles et attentionnelles que peut prendre le contact avec les œuvres. Cependant, on peut regretter sa structure binaire et la hiérarchisation implicite qu’introduit précisément cette métaphore musicale des modes majeur/mineur, dont le choix n’est pas justifié dans le texte. Glevarec s’en saisit d’ailleurs pour établir un clivage assez radical entre deux modes d’intensité et de temporalité des affects : « Le mode mineur de l’expérience est une affaire d’humeur, le mode majeur est une affaire d’émotion » ; sur le plan sociologique, poursuit-il, « le mode mineur concerne le sujet et l’espace privé, le mode majeur engage le collectif et l’espace public » (p. 126). Or, bien que l’auteur soutienne que le contraste entre l’humeur et l’émotion est mis en avant par les enquêtés eux-mêmes, il ne semble pas conforté par les recherches récentes sur la sociologie et l’histoire des émotions, qui au contraire insistent plutôt sur la fluidité pragmatique des différenciations catégorielles de la vie affective. Et l’on peut en effet douter de la validité générale du contraste entre humeur privée et émotion publique, ne serait-ce que parce que rien n’empêche d’être fortement émue par un film regardé au creux du lit, ou de se sentir seule et d’humeur massacrante au concert au sein d’une multitude en liesse. Du reste, cette opposition est a priori non pertinente pour parler de la lecture, sauf à considérer que celle-ci relève entièrement de l’humeur et non pas de l’émotion, ce qui semble difficile à tenir.

8Ainsi, l’intérêt pour l’expérience met en évidence les limitations de la sociologie de la légitimité culturelle à l’heure d’expliquer ce qui en fait l’intérêt pour les individus, et stimule l’ouverture d’un large champ de recherches à venir. Cependant, l’ouvrage de Glevarec semble pour ainsi dire s’arrêter au seuil de l’expérience elle-même, et ce sur deux plans. D’une part, les matériaux empiriques sur ce que les œuvres « font » aux individus, et tout particulièrement sur leur capacité à les changer, restent limités en nombre, et réduits à des expressions telles que « ça me permet d’être dans un autre monde » à propos d’un livre (p. 102), ou « ils nous montrent des choses qui sont très jolies à voir » à propos d’un magazine télévisé qui aura donné à l’enquêtée l’envie de voyager (p. 103). À ce genre de propos, assez peu « discordants » à vrai dire, s’ajoute le constat général que la musique peut modifier l’état affectif des personnes, rejoignant par-là les discours promotionnels sur le streaming comme technique de mood management. D’autre part, l’auteur conclut un peu vite à l’inaccessibilité épistémologique de ce qu’il appelle « l’expérience de type formel (qui porterait sur la forme plutôt que sur le contenu sémantique d’une œuvre) », du moment que « nous n’avons pas les données pour l’attester et en évaluer les conditions » (p. 145). Inaccessible peut-être au sociologue selon les termes habituels de la sociologie de la culture, mais nullement à la recherche en général, comme l’attestent bien des travaux en histoire de l’art, en musicologie ou en psychologie de la perception par exemple, dont il faudrait certes voir au cas par cas si, et comment, ils peuvent s’intégrer à un protocole sociologique.

9La nécessité d’un élargissement interdisciplinaire de l’enquête sociologique sur les loisirs culturels est l’un des messages les plus stimulants que l’on peut tirer de cet ouvrage. L’étude de l’expérience permet de reprendre à nouveau frais la question de la désirabilité des œuvres, qu’aussi bien les politiques culturelles que les recherches sur les pratiques semblent largement prendre comme allant de soi. Et sur ce chemin, il faut espérer une problématisation sociologique plus poussée du fait évident que les gens s’intéressent aux œuvres d’art en tant que sources de plaisir, qu’ils y distinguent ou non la variété connue des philosophes comme « plaisir esthétique ». Glevarec parle bien de « plaisir culturel » dans son introduction (p. 7) et affirme par la suite que « l’enquête conforte de fait la place du plaisir dans l’expérience culturelle » (p. 94), en y distinguant d’ailleurs à nouveau trois dimensions, à savoir l’imaginaire, l’affective et l’émotionnelle. Mais cela reste schématique, et du reste il faudrait s’interroger aussi sur les formes temporelles de ce plaisir, ainsi que sur leur part dans ce que l’on pourrait appeler, avec une tournure foucaldienne, l’économie générale des plaisirs des individus. C’est une indication supplémentaire du fait que L’Expérience culturelle pose plus de questions qu’il n’apporte de réponses, ce qui bien sûr est à entendre comme un compliment.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Esteban Buch, « Hervé GLEVAREC, L’Expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles »Revue européenne des sciences sociales, 62-1 | 2024, 285-289.

Référence électronique

Esteban Buch, « Hervé GLEVAREC, L’Expérience culturelle. Affects, catégories et effets des œuvres culturelles »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 62-1 | 2024, mis en ligne le 25 mai 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/10119 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jwtw

Haut de page

Auteur

Esteban Buch

Paris, EHESS, CRAL

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search