Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus en prépublicationElyamine SETTOUL, Penser la radic...

Elyamine SETTOUL, Penser la radicalisation djihadiste. Acteurs, théories, mutations

Éric Marlière
Référence(s) :

Elyamine SETTOUL, 2022, Penser la radicalisation djihadiste. Acteurs, théories, mutations, Paris, PUF, 256 p.

Texte intégral

1Après avoir soutenu sa thèse traitant des discriminations à l’égard des « jeunes issus de l’immigration » dans l’armée française en 2012, Elyamine Settoul s’intéresse désormais aux problématiques liées au djihadisme. Fin 2022, il sort un ouvrage qui succède aux nombreux livres déjà publiés sur le phénomène. Ce temps différé a son importance dans la mesure où Penser la radicalisation djihadiste est publié durant la période post-État islamique (EI) et propose un regard désormais distancié sur la période des attentats et le phénomène qualifié de djihadisme.

2Dans le chapitre 1, « Introduction et définitions » (p. 15-40), Settoul, à la suite de Scott Atran, dans L’État islamique est une révolution (2016 [2015], Les liens qui libèrent) Les insiste sur une facette de l’originalité de l’EI par ses qualités de recruteur en comparaison avec d’autres organisations terroristes : « Pour élargir au maximum sa base combattante, l’organisation EI a en effet mis sur pied une propagande et des stratégies de recrutement qui ne font plus de la socialisation salafiste ou de l’orthopraxie religieuse un marqueur structurant de l’engagement » (p. 20). Ainsi l’EI a attiré un grand nombre de jeunes aux parcours variés en puisant au-delà de l’« univers commun » (ibid.) du salafisme et du djihadisme, puisque « les spécialistes du recrutement de l’État islamique ont réussi à désarticuler à un niveau inédit les deux tendances » (ibid). L’auteur invite par un jeu de mots espiègle à effectuer une « sociogenèse du terreau des terros » (p. 19).

3Dans le chapitre 2 « Géopolitique et salafismes » (p. 41-79), l’auteur effectue un retour historique sur le salafisme depuis les salaf al salih, à savoir les « pieux prédécesseurs », les « sages anciens » ou les « vertueux devanciers » (p. 42). Il aborde les personnages clefs de cette mouvance comme Ahmad Ibn Hanbal (780-855) ou plus près de nous Muhammad Ibn Abdelwahab (1703-1792), le fondateur du wahhabisme, qui exècrent les innovations Bidra et l’association chirk. Ses personnalités ambitionnent, à des époques différentes, de revenir à l’islam des premières générations. Settoul énumère les quatre écoles juridiques, hanafites, malikites, chaféites et hanbalites (p. 45) en insistant sur ce qui les distingue, avant d’effectuer un travail de distinction pertinente entre le salafisme quiétiste, rigoriste, mais pacifique (p. 46-49), le salafisme politique concurrent des frères musulmans, car souhaitant participer aux élections (p. 49-53) et, enfin, le salafisme jihadiste qui « porte une vision révolutionnaire du changement politique et religieux » (p. 53). Si ce travail opère une distinction subtile entre les différents courants du salafisme, on ne comprend pas bien l’utilisation confusionniste récurrente de l’expression « salafo-jihadisme » par l’auteur, alors même que ce dernier avait bien discerné le piège consistant à effectuer un travail de définition pour des termes comme jihad ou charia : « la volonté de chercher des équivalents linguistiques à des notions puisées dans la culture arabo-musulmane aboutit fréquemment à des distorsions cognitives » (p. 53).

4Pour Settoul, 1979 constitue l’année charnière dans le monde musulman avec le « souffle de la révolution islamique » en Iran (p. 60), la prise de la grande mosquée de La Mecque (p. 62) et l’invasion de l’Afghanistan par l’Union soviétique (p. 63) : « les turbulences de l’année 1979 laissent de profondes séquelles dans l’espace arabo-musulman. Face au déclin du nationalisme arabe anti-impérialiste, l’islam politique apparaît de plus en plus comme le référentiel identitaire par excellence et la principale force de contestation politique dans le monde musulman » (p. 66). C’est dans le contexte d’une lente dégradation des rapports sociaux au sein des mondes arabo-musulmans, mais aussi face à la montée des tensions avec l’Occident qu’émerge progressivement l’EI dans les années 2010 (p. 67). Le souvenir d’une civilisation musulmane étincelante n’en trouve que plus d’échos chez certains musulmans, qui aspirent alors à l’instauration d’un nouveau califat pour raviver les splendeurs d’antan (p. 71). Mais la réalité est moins reluisante puisque dans son essor l’EI n’hésite pas à commettre un certain nombre d’entorses aux normes religieuses qu’il est censé prétendument défendre, comme à travers la prédation des ressources économiques (p. 75), le mauvais traitement infligé aux non-musulmans et aux « mauvais musulmans » (p. 71-74) et l’établissement d’une administration plutôt défaillante, car strictement orientée sur les activités militaires (p. 77-78).

5Le chapitre suivant, « l’EI ou la démocratisation du djihad » (p. 81-113), aborde la qualité du recrutement de l’EI des futurs combattants, que ceux-ci viennent de contrées musulmanes ou d’ailleurs. S’il est difficile de chiffrer les départs pour l’EI, différents organismes ont dénombré plus de 30 000 jeunes originaires de 86 pays, parmi lesquels « la Russie, l’Arabie Saoudite, la Jordanie, la Tunisie et la France concentreraient à eux seuls près de 15 000 soldats soit la moitié du contingent international » (p. 83). Settoul précise par ailleurs que les « combattants occidentaux occupent une fonction symbolique de premier plan du point de vue communicationnel » (ibid.). Les propagandistes ont su élaborer l’articulation du global avec les spécificités du local (p. 83-88) comme le démontre la surprenante participation de l’État insulaire de Trinité-et-Tobago qui fournit le plus important contingent de combattants par habitant (p. 85). Si l’auteur ne conclut pas définitivement à une spécificité des djihadistes français en raison des parcours variés, il constate néanmoins « la relation teintée de ressentiment voire de haine que ces derniers entretiennent à leur nation d’origine » (p. 91).

6Settoul explique qu’« internet a été hissé comme un outil stratégique par les idéologues de l’EI et a largement contribué à globaliser la diffusion de la propagande » (p. 91-92). Si les débats ne sont guère tranchés au sujet de l’impact réel des réseaux sociaux dans les recrutements, les variables comme l’origine et l’âge jouent des rôles essentiels : « sur 265 jihadistes décédés en Syrie et Irak, 52 % étaient issus de l’immigration » et « 56 % provenaient de quartiers prioritaires » (p. 95). L’âge moyen des combattants était de 28 ans et la moitié d’entre eux sont défavorablement connus des forces de police (p. 95). L’EI a également élargi le spectre d’activité des femmes : « Outre leur mission traditionnelle de “réconfort domestique” pour les combattants projetés sur les zones de guerre, elles ont progressivement acquis des rôles dans des secteurs aussi divers et stratégiques que ceux de la communication, du recrutement, de la sécurité et plus rarement dans les fonctions combattantes » (p. 105). L’auteur repère parmi les recrues des parcours de « perdants radicaux », des jeunes adultes désespérés, oscillants entre maladies psychiatriques et homosexualité refoulée, susceptibles de passer à l’acte (p. 105-109). Mais comme le souligne le sociologue en conclusion de ce chapitre : « si le triptyque Djihad, hijra, califat est central dans les motivations exprimées par les soldats de Dieu, il ne saurait rendre compte de la disparité interne qui caractérise le vivier djihadiste » (p. 110).

7Dans le quatrième chapitre « Le pentagone théorique de la djihadisation » (p. 115-159), pour tenter de pallier la difficulté à circonscrire les caractéristiques du djihadiste français contemporain, mais aussi de dépasser le clivage francophone hésitant entre deux paradigmes – la « radicalisation de l’islam » ou « l’islamisation de la radicalité » (p. 116) –, Settoul s’efforce de problématiser la spécificité de l’engagement djihadiste en élaborant le concept du « pentagone théorique de la djihadisation » qui articule cinq dimensions : 1) la dévotion ; 2) l’émotion ; 3) la politisation ; 4) la manipulation ; 5) la pulsion. Un tel concept facilite la compréhension des trajectoires hétérogènes des « radicalisés » dans leur complexité puisque « ces constats empiriques invitent à adopter une posture diachronique et longitudinale permettant d’identifier les dynamiques de changements et les évolutions protéiformes qui sont susceptibles de produire une immersion prolongée dans des groupes radicalisés » (p. 157). Il s’agit donc de relever l’hétérogénéité des parcours et la pluralité des motivations tout en tenant compte des mutations discursives et comportementales des combattants. Néanmoins Settoul note un élément transversal à l’engagement djihadiste d’une manière générale, à savoir le « sentiment de vengeance » (p. 157).

8Le cinquième chapitre, « Le djihadisme au prisme du monde militaire » (p. 163-190), fait, avec le précédent, toute l’originalité de l’ouvrage. Beaucoup de radicalisés violents ont le goût des armes, certains d’entre eux ayant même entrepris à un moment ou un autre une carrière militaire : « La multiplication des investigations sociologiques a également permis de mettre en lumière l’appétence des djihadistes pour les activités valorisant la virilité, la force et la cohésion autant de valeurs cardinales de l’éthos militaire » (p. 165-166). D’ailleurs l’armée constitue la première cible des djihadistes avec les assassinats de militaires français par Mohamed Merah (p. 162-163). Pour les militaires musulmans français, c’est la loyauté qui configure les orientations idéologiques entre « le drapeau et le djihad » (p. 164) : si beaucoup de jeunes issus de l’immigration rechignent de fait à chanter la Marseillaise (p. 170), d’autres ont même vécu un « choc moral » en observant l’armée française commettre ce qui leur semble être des injustices, à l’instar de Lionel Dumont (p. 177). Enfin les questions liées aux discriminations constituent un « carburant » (p. 178) dans le ressentiment des jeunes militaires « issus des quartiers ». Settoul montre ainsi que l’armée constitue à elle seule un exemple pratique de l’application du concept de pentagone théorique de la djihadisation (p. 185).

9Le sixième et dernier chapitre, « Réponse publique et stratégies de désengagement » (p. 191-232) analyse la question des politiques publiques instaurées en réponse au djihadisme. La prise en charge des terroristes après plusieurs essais et tâtonnements autour de mesures répressives se solde plutôt par un échec (p. 191-197). L’accompagnement de prisonniers pour les désengager de la propagande de l’EI est hasardeuse en raison de la « figure incertaine du “radical” carcéral » (p. 199). Quant aux « revenants », la méthode entre mesures répressives et préventives semble plus aléatoire encore, tant ces derniers retournent en France dans une société perçue comme hostile et qu’ils ont fuie auparavant : à cet égard, l’EI permet « par une opération quasi magique » (p. 235) aux loosers et sans-grade des ZUS d’accéder « subitement à l’aristocratie des soldats de Dieu » (ibid.).

10En conclusion générale du livre, Settoul explique que « la stratégie actuelle des pouvoirs publics visant à contrer le phénomène en focalisant essentiellement son action contre les courants de l’islam les plus rigoristes (tabligh, Frères musulmans, salafisme) procède d’une vision partielle du phénomène » (p. 234). En effet, le traitement judiciaire administré uniquement sur le paradigme religieux s’avère finalement une impasse, car beaucoup trop fragmentaire pour répondre aux enjeux politiques et sociaux complexes imposés par le djihadisme actuel.

11En procurant des concepts nouveaux comme le pentagone théorique de la radicalisation et une analyse originale de l’intérêt pour les questions militaires dans les parcours des djihadistes, Penser la radicalisation djihadiste s’inscrit dans l’apport collectif des sciences sociales en termes de profondeurs d’analyses sur un objet complexe et sensible. Un ouvrage de recherche associant travail de théorisation et enquête de terrain qui tranche une fois de plus avec les perceptions caricaturales des approches politico-médiatiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Marlière, « Elyamine SETTOUL, Penser la radicalisation djihadiste. Acteurs, théories, mutations »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 01 juin 2023, consulté le 14 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/10130

Haut de page

Auteur

Éric Marlière

Université de Lille, CeRIES

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search