Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61-2Pourquoi le « marchandage » parét...

Pourquoi le « marchandage » parétien a-t-il été oublié au profit exclusif du « tâtonnement » walrassien ?

Why has Paretian “marchandage” been forgotten to the exclusive benefit of Walrasian “tâtonnement”?
Pascal Bridel
p. 235-256

Résumés

En opposant le tâtonnement walrassien au marchandage parétien, cette contribution examine la position de Vilfredo Pareto sur la question de la stabilité de l’équilibre général et suggère une explication de l’abandon de son intuition par les théoriciens modernes. Dans le vocabulaire de Pareto, le marchandage n’est qu’une toute première approximation logique sans aucun lien avec la réalité des marchés en temps historiques. Se demander pourquoi Pareto n’a pas jugé utile de développer son idée de marchandage permet aussi d’aider à préciser le statut qu’il attribue à sa théorie pure. S’il n’avait pas été négligé par les théoriciens de l’équilibre général, son refus d’y intégrer un théorème de stabilité, aurait peut-être permis à la théorie économique de s’épargner plus de trente années d’un labeur épuisant pour aboutir finalement aux résultats négatifs de Hugo F. Sonnenschein, Ricardo Mantel et Gérard Debreu.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2028.
Consulter cet article

Plan

1. Pareto critique de la « confusion de Walras »
2. Le « marchandage » parétien
3. Tâtonnement vs marchandage : une conception différente de l’économie pure

Aperçu du texte

Comme le remarquent avec perspicacité Bruna Ingrao et Giorgio Israel (1990, p. 334), les discussions sur la stabilité de l’équilibre économique général inaugurées par Léon Walras et son principe de tâtonnement ne reprendront que dans les années 1940 et 1950. D’abord sous l’impulsion de John Hicks, puis sous l’influence du principe de correspondance de Paul Samuelson pour atteindre son apogée avec les travaux de Herbert Scarf et de Stephen Smale, ces multiples tentatives s’effondreront dans les années 1970 avec les découvertes de Rolf Ricardo Mantel, Hugo F. Sonnenschein et Gérard Debreu : la courbe de demande excédentaire pour un marché peuplé d’agents rationnels maximisant leur utilité individuelle peut prendre la forme de n’importe quelle fonction continue, homogène de degré zéro et respectant la loi de Walras. Cela implique que les processus de marché n’atteindront pas nécessairement un point d’équilibre unique et stable. En d’autres termes, les hypothèses définissant le comporte...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Bridel, « Pourquoi le « marchandage » parétien a-t-il été oublié au profit exclusif du « tâtonnement » walrassien ? »Revue européenne des sciences sociales, 61-2 | 2023, 235-256.

Référence électronique

Pascal Bridel, « Pourquoi le « marchandage » parétien a-t-il été oublié au profit exclusif du « tâtonnement » walrassien ? »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 61-2 | 2023, mis en ligne le 01 janvier 2028, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/10618 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.10618

Haut de page

Auteur

Pascal Bridel

Université de Lausanne, Centre Walras-Pareto
pascal.bridel"at"unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search