Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus en prépublicationJacqueline LAGRÉE, Délibérer, L’e...

Jacqueline LAGRÉE, Délibérer, L’expérience des comités de bioéthique

Jean-Baptiste Le Bohec
Référence(s) :

Jacqueline LAGRÉE, 2023, Délibérer, L’expérience des comités de bioéthique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 128 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Jacqueline Lagrée n’est pas un essai de plus sur des questions contemporaines d’éthique médicale. L’introduction explicite les fins poursuivies par ce petit livre. Il s’agit avant tout de réfléchir à ce qui se produit dans les comités de bioéthique : comment abordent-ils ces cas médicaux singuliers, complexes et souvent douloureux ? Comment expliquer que, bien souvent, cela fonctionne ? Comment parviennent-ils à produire des avis consensuels et fréquemment suivis ? Tout en rappelant en introduction l’histoire de ces associations en France, Lagrée écarte d’emblée deux idées préconçues au sujet de ces comités : leur qualité et leur réussite ne dépend ni de l’affirmation initiale de positions morales fortes, ni d’une composition respectant une pluralité de croyances (par exemple, religieuses). Ce qui compte, pour chaque membre, est sa capacité à « expliciter sa propre analyse d’une situation et ses arguments, à les confronter avec ceux d’autrui pour aboutir à une position soit consensuelle soit majoritaire et, en tout cas, défendable avec des arguments devant autrui (la famille du patient, l’institution hospitalière, la société) » (p. 14). Dès lors, le rôle de la philosophie dans ce processus ne consistera pas à produire des principes moraux déterminés et directement employables, à la manière d’un prêt-à-penser, mais plutôt des outils afin de raisonner correctement. 

2La première partie de l’ouvrage rappelle donc fort utilement quels sont les principaux outils forgés par la philosophie pour raisonner en morale. Lagrée insiste sur les grandes distinctions : celle entre les faits et les valeurs, les grandes théories morales (éthique des vertus, déontologie, utilitarisme), ou encore les diverses valeurs elles-mêmes – éthiques, politiques et juridiques –, mais aussi leur intrication, leurs influences réciproques et parfois les conflits entre leurs principes respectifs. Ces distinctions, accompagnées dans le livre de nombreuses illustrations, sont indispensables pour réfléchir avec discernement sur des cas dans lesquels les passions peuvent facilement l’emporter sur la raison. Or, « l’action éthique, écrit Lagrée, est donc d’abord une action voulue et qui peut être racontée » (p. 32), ce qui exclut l’agir passionnel. Il faut être en mesure, pour agir selon l’éthique, de former préalablement des jugements acceptables « non seulement par moi mais par quiconque est capable d’utiliser sa raison pour réfléchir à partir de principes communs » (p. 31). Par conséquent, la vertu principale requise pour y parvenir est d’abord intellectuelle : c’est le discernement – dont la conceptualisation traverse tout l’ouvrage –, entendu comme « sagacité, ouverture d’esprit, capacité de décentrement » (p. 33), et, pourrions-nous ajouter, habileté à résoudre l’équation délicate de la mise en relation de règles générales avec des cas qui, par leur singularité, défient toute réduction à des grands principes.

3Le groupe chargé de résoudre cette équation est donc le « comité d’éthique », dont le deuxième chapitre fait la description. Il est interpellé, non pas par les usagers (qui risqueraient de constituer des groupes de pression), mais par des soignants qui font face à des choix difficiles. La procédure qui suit cette demande peut être récapitulée dans trois étapes principales : l’exposition du cas médical, l’énumération des perspectives à partir desquelles examiner le cas (médicale, juridique, individuelle, familiale, financière, etc.), et enfin la discussion proprement dite. La suite du chapitre propose des illustrations très éclairantes de la procédure telle qu’elle a été suivie à l’occasion de cas singuliers, comme celui d’une mère en état de mort cérébrale dont le fœtus continuait à se développer, celui d’un patient en fin de vie qui soulageait ses douleurs en consommant du cannabis ou encore celui d’une fillette de 13 ans dont il était nécessaire d’arrêter les soins, mais dont la prise en charge affectait profondément les soignants qui l’avait suivie. Au-delà de la singularité de chaque cas, le choix des exemples illustre bien l’effort produit par les comités d’éthique pour donner une place à des intérêts divergents (du patient, de la famille et des soignants) et aider l’équipe soignante à prendre la décision la plus raisonnable possible. D’autres analyses et exemples portant sur le changement de sexe et les greffes permettent, sans prétendre à l’exhaustivité, de réfléchir à l’opposition entre les aspirations légitimes des individus à jouir des bienfaits du progrès des techniques médicales et les risques liés au dévoiement de ces mêmes techniques, dont la visée thérapeutique semble parfois s’effacer. La fin du chapitre, consacrée à l’épidémie de COVID-19, en déployant ses analyses sur deux niveaux – le collectif et l’individuel – nous montre comment une pensée éthique informée et expérimentée peut trancher parfois en faveur de principes opposés sans se contredire pour autant. Ainsi, si la sécurité collective et « l’éveil éclairé de la responsabilité individuelle » (p. 67) ont pu raisonnablement être préférés à un niveau collectif, à un niveau singulier, il aurait été injuste de négliger ces « cas d’exception » (p. 71), comme celui des visites aux mourants dans les unités de soins palliatifs. L’utilité du comité d’éthique, de ce point de vue, est de rappeler, comme l’écrit Lagrée, que « si l’on fait primer l’esprit de la loi sur la loi, il faut que ce soit avec des raisons et pas seulement des affects » (ibid.).

4Tout en poursuivant ces réflexions ancrées dans la pratique, l’ouvrage s’efforce, dans le chapitre suivant, de donner une conceptualisation à la notion de discernement. Parce que toute délibération éthique présuppose cette disposition, il importe de ne pas la réduire à une simple capacité théorique, mais il faut voir en elle « une vertu intellectuelle » (p. 79). Pour parvenir à une décision morale la plus juste possible, il est nécessaire de poser le problème en prenant appui sur cette vertu : distinguer les devoirs en jeu et leurs possibles oppositions, hiérarchiser les valeurs, se mettre à la place d’autrui, être ouvert aux objections. L’exercice de cette vertu n’implique donc aucune application stricte d’opérations mentales ou de règles morales. Toutefois, certains principes permettent de l’orienter, à l’instar de la règle d’or (« Ne fais pas à autrui ce que tu ne veux pas qu’il te fasse »), le jugement en équité d’Aristote (qui requiert d’adapter les règles générales à des situations particulières) ou encore la « petite éthique » de Paul Ricœur (définie comme « la visée de la “vie bonne” avec et pour autrui dans des institutions justes », in Ricœur P., 1990, Soi-même comme un autre, Paris, Éditions du Seuil, p. 255). L’effort de discernement dirigé par ces principes débouche sur l’élaboration de grilles heuristiques qui constituent probablement l’un des apports les plus intéressants de l’ouvrage. Dans ces tableaux, les lignes renvoient aux sujets : patients, familles, équipes médicales, ou institutions. Le « Je » est le patient, « Tu » représente le proche et « Il » l’institution. Les colonnes de ces tableaux renvoient aux raisons d’agir des sujets : préférences individuelles et désirs ; préférences morales et devoirs universels ; conditions particulières et conseils pratiques non universalisables, adaptés aux situations dans lesquelles se trouvent les sujets. À partir de cas concrets (leucémie infantile, VIH ignoré du conjoint, demande de dépistage précoce de maladie génétique, etc.), Lagrée nous montre l’usage que nous pouvons faire de ces tableaux pour éclairer les conflits de devoirs, de préférences, de désirs. Un outil fort utile à partir duquel l’exercice de la vertu de discernement peut se déployer.

5Le dernier chapitre de l’ouvrage, assez bref, rappelle certaines conditions nécessaires à la délibération dans les comités de bioéthique – comme le respect de la vérité scientifique – et les enjeux qui en apparence dépassent ces comités, mais en réalité sont intimement liés à leur fonctionnement – enjeux économiques ou démocratiques, par exemple. En soulignant l’importance de la relation interpersonnelle dans la réflexion morale, Lagrée peut alors conclure sur une question qui se pose tout naturellement quand on songe à la fonction de ces comités : faut-il établir une morale minimale pour faciliter le consensus face à ces situations concrètes et souvent difficiles ? D’après la philosophe, s’il est question d’un minimalisme moral tel que Ruwen Ogien l’a élaboré, qui consiste à s’en tenir au principe de non-nuisance et à autoriser tout ce qui ne cause pas de tort direct à autrui, même si cette démarche peut résulter d’une intention louable – comparée à la recherche propre aux Lumières d’une religion naturelle –, alors cette morale minimale montre en pratique assez vite ses limites : elle est portée à   « être excessivement centrée sur le sujet, et occulter tout le réseau de relations qui rendent possible la subjectivité » (p. 113). À l’inverse, la pandémie récente nous a tous placé face à des alternatives concrètes, propres à la vie morale telle qu’elle existe, alternatives que les comités d’éthique médicale affrontent quotidiennement. Elle a constitué la plus éclatante illustration du fait que « face aux revendications égoïstes et individualistes, l’exigence vitale de protection et de solidarité était la forme contemporaine de réalisation de la belle devise républicaine, Liberté, Égalité, Fraternité, qui refuse de séparer la liberté de l’équité (égalité) et de la solidarité (fraternité) » (p. 112).

6En conclusion, l’ouvrage de Lagrée constitue un texte stimulant et accessible qui pourra parler à des lecteurs venant d’horizons très divers : étudiants en philosophie aussi bien qu’en médecine, citoyens intéressés par les enjeux contemporains en bioéthique, et même chercheurs dans le champ politique ou en sciences sociales souhaitant prendre pour objet d’étude une pratique de délibération collective qui a fait ses preuves. Peut-être l’importance de la théorie éthique y est-elle malgré tout par endroit sous-estimée. Richard M. Hare, par exemple, qui avait lui-même une expérience des comités de bioéthique, a su tirer de manière rigoureuse de sa théorie éthique des applications pour décider rationnellement sur des cas, certes moins singuliers, mais tout aussi concrets (voir Hare R.M., 2002 [1993], Essays on Bioethics, Oxford, Clarendon Press). Cette dernière remarque, cependant, n’est pas vraiment une critique et n’enlève rien à l’intérêt de l’ouvrage ; elle reflète plutôt le souhait que la théorie éthique et l’éthique appliquée continuent de dialoguer et de s’enrichir mutuellement, peut-être plus qu’elles ne le font actuellement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Le Bohec, « Jacqueline LAGRÉE, Délibérer, L’expérience des comités de bioéthique »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 25 janvier 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/10671

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Le Bohec

Nantes Université & Université de Rennes 1, CAPhi

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search