Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus en prépublicationSerge PAUGAM, L’Attachement socia...

Serge PAUGAM, L’Attachement social. Formes et fondements de la solidarité humaine

Hervé Glevarec
Référence(s) :

Serge PAUGAM, 2023, L’Attachement social. Formes et fondements de la solidarité humaine, Paris, Éditions du Seuil, 640 p.

Texte intégral

1Dans cet ouvrage, Serge Paugam indique être intéressé par la question de savoir comment il se fait que, tout en devenant plus autonome, l’individu dépende davantage de la société. Le premier terme qui apparaît est celui de « solidarité » : « l’être humain est anthropologiquement solidaire. Il ne peut vivre sans attache et passe sa vie à s’attacher » (p. 15). L’attachement social est défini, comme était défini le « lien social » dans Le Lien social (Paugam, 2013 [2008], Paris, PUF), par l’agrégation de deux dimensions différentes : la « protection sociale » et la « reconnaissance sociale ». « Ces attachements multiples lui assurent [à l’individu] à la fois la protection face aux aléas du quotidien et la reconnaissance de son identité et de son existence en tant qu’être humain » (ibid.). Page 66, il complète : « l’attachement social ne peut être envisagé sans une forme d’intériorisation des contraintes, mais il faut aussi considérer l’intériorisation des contraintes comme l’effet émotif de l’attachement lui-même. » Dès le début de cet ouvrage, l’impression est forte que Paugam parle moins d’attachement que de solidarité, d’intégration, de garantie, de sécurité et de lien social. Nous y reviendrons.

2Dans la partie I, Paugam revient sur la théorie de l’attachement du psychiatre anglaise John Bowlby. L’attachement est ce qui relie le bébé à sa mère, et est censé évoluer, dans le cas d’un développement favorable, vers une capacité d’indépendance réciproque de l’enfant et de la mère, vers ce que nous pouvons appeler un détachement sécure (Mary Ainsworth). Pour Paugam, cette théorie est par trop psychologique.

3Il propose ensuite un triptyque des « liens d’attachement qui participent du processus de socialisation des individus » (p. 65), à savoir le « contrôle social », « l’habitus » et la « mémoire collective ». Le chapitre 3 présente le premier étage de la conceptualisation de Paugam, à savoir les quatre « liens sociaux » (sic) qui « attachent » les individus entre eux et à la société, que sont le lien « de filiation » (entre parents et enfants), le lien « de participation élective » (entre conjoints, ami·es, proches choisis), le lien de « participation organique » (entre acteurs du monde professionnel) et le lien « de citoyenneté » (entre membres d’une même communauté politique).

4La partie II est consacrée à la question de la rupture des liens sociaux : le chômage affecte ainsi le « lien organique » ; l’absence de domicile affecte le « lien de citoyenneté ». L’intensité des différents liens et leur cumulativité sont corrélés au niveau de diplôme selon une enquête qui évalue chacun d’eux. À partir d’une matrice articulant plus ou moins de « protection » et plus ou moins de « reconnaissance » (chapitre 6, p. 209 et p. 244), Paugam va définir quatre positions : au pôle positif, il place ce qu’il appelle les « liens qui libèrent » (en réalité des « liens qui protègent ») puisqu’il doit tenir compte du fait que des liens permettent, mais de façon paradoxale dans le cadre de cette théorie, une autonomie relationnelle. Aux trois pôles négatifs de cette matrice, il ajoute les « liens qui fragilisent » (manque de protection), les « liens qui oppressent » (manque de reconnaissance) et la « rupture des liens ». Dit autrement, les « liens qui fragilisent » sont des liens fragiles et les « liens qui oppressent » des liens qui dévalorisent. La « disqualification sociale » sur laquelle Paugam a travaillé est définie de façon similaire à l’attachement, comme « une perte de la protection et de la reconnaissance » (chapitre 7, p. 232). Ces deux chapitres (6 et 7) sont les plus intéressants sur le plan conceptuel même si les dénominations ne sont pas les plus évocatrices et qu’il y a une forme d’antinomie dans la formule « liens qui libèrent ».

5La partie III s’attache à examiner la face positive des « liens sociaux », principalement pour les personnes défavorisées : ceux-ci sont des ressources dans des luttes de reconnaissance et de protection. Le chapitre 8 s’intéresse à la façon dont les liens peuvent être « conquis et défendus », lien remplaçant le terme courant de « droit ». Paugam souhaite montrer que les revendications sont des liens sociaux à défendre. Du cas examiné des Gilets jaunes, dont « les membres ne se connaissent pas » et ont découvert « la force des liens qui les attachaient entre eux » (p. 291), il ressort que les liens sociaux semblent moins conquis et défendus que produits. Le chapitre 9 montre que le quartier pauvre, qui n’a ni la cohésion de l’entre-soi bourgeois ni celle des anciens quartiers ouvriers, constitue cependant un espace de ressources de liens familiaux, amicaux et communautaires. Le chapitre 10 examine la question de l’espace public (rue ou institution) comme lieu de ressources pour les personnes précaires.

6La dernière partie, IV, propose un édifice sociologique international consistant à qualifier les « régimes d’attachement » des différentes sociétés (du Danemark à la Nouvelle-Zélande en passant par les pays européens, sud-américains, ou encore l’Afrique du Sud), soit 34 pays appartenant à 11 aires culturelles, selon l’articulation des quatre « liens sociaux » : le type « familialiste » (prééminence du « lien de filiation », par exemple au Chili), « volontariste » (« lien de participation élective », par exemple aux États-Unis), « organiciste » (« lien de participation organique », par exemple en France) et « universaliste » (« lien de citoyenneté », par exemple au Danemark). Pour cela, Paugam s’appuie sur neuf indicateurs permettant de représenter ces liens. Entre autres, le « lien de filiation » est ainsi caractérisé par le « % de 25-34 ans vivant avec père ou mère », le lien de « participation élective » par le « % de membres actifs d’une association humanitaire », le « lien de participation organique » par le « % des emplois couverts par une convention collective » ou encore le « lien de citoyenneté » par le « % de confiance dans les gens ». Ces indicateurs débouchent sur la présentation d’histogrammes hiérarchisant chacun des « liens sociaux ». Sur le « lien de participation organique » par exemple, la France est première. Paugam y relève « l’efficacité des politiques d’encadrement du marché de l’emploi » (p. 376), qui est moins un critère d’attachement que de protection sociale.

7Paugam établit ensuite, à l’aide d’une classification, une typologie en cinq groupes de pays caractérisés chacun par un type de lien social : le type « familialiste ++ » (à l’exemple du Chili), « familialiste » (avec l’Argentine et le Japon), « volontariste » (comme les États-Unis), « organiciste » (dans le cas de la France, par exemple) et « universaliste » (comme le Danemark). Ces cinq groupes de pays sont croisés avec un ensemble d’indicateurs (PIB, part du secteur agricole, pauvreté absolue, inégalités de revenu et de genre, chômage, accidents du travail, etc.). Tous ces indicateurs, très redondants en termes d’inégalité sociale, convergent pour caractériser les pays des groupes « familialistes » (Amérique centrale ou du Sud) par leur moindre niveau de développement, d’égalité, de protection et de civisme et les pays « universalistes » (Europe du Nord) comme leur envers.

8Les chapitres 12 à 16 constituent autant de déclinaisons des formes de « liens sociaux ». En eux-mêmes, ils représentent des petites monographies riches sur chacun des « liens ». Le chapitre 12 examine le lien familialiste. Le chapitre 13 traite du familialisme des pays latino-américains. Le chapitre 14 examine le familialisme « forcé » et de protection en Amérique latine et le familialisme holiste et « politique » du Japon. Le chapitre 15 examine, les régimes « organiciste » et « volontariste », expressions, selon Paugam, dans le premier cas de la forte intégration et hiérarchie des emplois ainsi que du centralisme, dans l’autre, du volontarisme associatif, de l’esprit d’entreprise et du community organizing. Le chapitre 16 examine le régime « universaliste » incarné en priorité par les pays nordiques qu’expliquent la volonté d’harmonie et l’éthos cohésif (un sens du « nous »).

9La conclusion oppose, comme en introduction, « sociétés d’individus autonomes » et « êtres sociaux complémentaires les uns des autres ». Elle se clôt sur « l’attachement à l’humanité » qui, on peut le souligner, bien qu’il s’agisse d’un attachement, n’est pas un « lien social ».

10Nous discuterons ci deux points du livre de Paugam : les définitions de l’attachement social et du lien social, d’une part, et la méthodologie à la base de la typologie, d’autre part.

11De « l’attachement social », Paugam a une acception particulière, une acception passive et normative (« être attaché·e ») et non active et affective (« s’attacher »), qui est pourtant celle qu’on trouve sous la plume d’Émile Durkheim : « l’attachement que nous éprouvons pour les lieux où nous avons vécu, pour les personnes avec lesquelles nous avons eu des relations durables » (De la division du travail social, Paris, PUF, 1983 [1893], p. 180). L’attachement est une relation marquée d’un affect, une affection pour les lieux, les personnes, les objets, la société, par exemple. Paugam privilégie le premier sens, peut-être le moins durkheimien et le plus latourien, d’où l’adjectif « social » qui vient accoler une théorie objectiviste (le social ou la société contraignent les individus) à une définition affective de l’attachement. Il est dommage à cet égard que des sociologues auxquels est fortement associée la notion d’attachement, Bruno Latour, Antoine Hennion ou même Nathalie Heinich, ne soient pas mentionnés et discutés (on pourrait y voir ce que l’auteur appelle un « déni de reconnaissance »).

12Conçu comme « lien social » qui rattache, « l’attachement social » est implicitement positif et seule son absence est négative. Or, nombre de cas examinés par Paugam montre des liens, notamment familiaux, oppressants et qui ne peuvent être pensées et théorisés sans une dialectique attachement/détachement, en sortant alors d’une théorie du « lien social ». Que faire avec le nécessaire « détachement » des enfants par rapport à leurs parents (p. 164), des femmes par rapport à leur conjoint et vice versa ? Si l’attachement avait été nommé « intégration », le détachement aurait pu être pensé dans une dialectique de l’attachement et de l’autonomie, de l’intégration et de la subjectivation (voir Danilo Martuccelli, La Société singulariste, 2010, Paris, Armand Colin et La Condition sociale moderne, 2017, Paris, Gallimard).

13Paugam a une définition spécifique du « lien social » qui n’est pas celle de la « relation sociale » : « le lien social a pour fonction d’unir les individus », écrivait-il dans Le Lien social (2013 [2008], p. 6). Le « lien social » ne désignant pas en soi « une relation à quelqu’un », il a un caractère plus ambigu, abstrait et métaphorique : il est la métaphore des dispositifs institués de regroupements sociaux. Par exemple, un retraité célibataire qui ne rencontrerait personne pendant une année complète aurait quand même des « liens sociaux », selon cette conceptualisation, s’il percevait une retraite et était couvert par une assurance maladie dans son pays. Or, d’un point de vue sociologique, on pourrait dire de cet individu qu’il n’a aucun « lien social » et que ce qui le rattache à des institutions comme un État et son système de protection est une « insertion sociale » plutôt qu’un « lien social », et a fortiori qu’un « attachement social ». A contrario, le chômeur en fin de droits qui n’aurait de surcroît aucune fréquentation, dont le seul lien serait la télévision, n’aurait pas de « lien social ». À ce titre, qu’en est-il des liens aux médias, des « liens sociaux numériques » (voir Olivier Martin et Éric Dagiral, 2021, L’Ordinaire d’Internet : le web dans nos pratiques sociales, Paris, Armand Colin), sachant que ces liens ne sont ni des liens familiaux, ni électifs, professionnels ou civiques, alors qu’ils représentent une part essentielle de ce qui lie les individus au monde, aux informations, aux valeurs, autant que leur famille ou leurs ami·es ?

14Si l’acception que se donne Paugam du « lien social » n’est pas de nature interactionniste et s’écarte de sa signification à la fois intuitive et propice à l’analyse des réseaux (où un lien social signifie a minima une « interaction sociale entre deux entités » (Claire Bidart, Michel Grossetti et Alain Degenne, 2015, La Vie en réseau, Paris, PUF), les trois premiers liens (le « lien social de filiation » est-il volontairement restrictif ou mal nommé, puisqu’il ne désigne pas le lien familial élargi ?) relèvent pourtant de liens sociaux d’interaction tandis que le « lien de citoyenneté » n’en relève pas puisqu’il s’agit d’un lien symbolique (i.e. « l’appartenance à une nation »). « Lien social » et « lien d’attachement » ne peuvent être synonymes qu’au prix d’une assimilation entre relation sociale et investissement affectif. Deux personnes qui se saluent dans la rue ou s’invectivent depuis leur voiture auraient certes un lien mais qui ne serait pas un lien d’attachement.

15Le deuxième point de notre réflexion concerne la méthodologie au fondement des « régimes d’attachement » et soulève la question de savoir ce qui est mesuré par les variables mobilisées. Premièrement, le modèle ne s’appuie pas sur une enquête ad hoc sur les attachements déclarés à telle ou telle entité d’un panel représentatif de personnes. Cette absence mise de côté, des variables retenues dans le cadre des données mobilisées par l’auteur (p. 367), aucune, d’une part, ne mesure la dimension de la « reconnaissance » qui est pourtant la deuxième face de « l’attachement social » ; celles retenues ne correspondant qu’à des liens dits de « protection ». D’autre part, ces variables mesurent-elles des « attachements » ou plus simplement des configurations familiales, des participations associatives, des statuts d’emploi et des valeurs ? Les graphiques 11.1 à 11.4 représentent-ils les quatre « liens sociaux » ou plus directement le « degré de cohabitation », le « volontarisme associatif », la « protection statutaire » et « la participation citoyenne » de chaque pays ? Enfin, les variables elles-mêmes mesurent-elles ce qu’elles sont censées mesurer ? Le « nombre de chômeurs de 25-34 ans vivant avec père ou mère » mesure-t-il la force du lien de filiation ou le degré de protection sociale d’une nation donnée qui permet l’autonomie des jeunes ? L’indicateur de « % des emplois couverts par une convention collective pondéré par le % des emplois informels », qui est un critère institutionnel et « objectif », et non une « expérience vécue » ou une « perception », mesure-t-il ce qu’il est censé mesurer, à savoir le « lien organique » dans la sphère professionnelle ? Serait-ce que seuls les métiers protégés procuraient des liens entre travailleurs ? Le cas du Japon qui se retrouve dans un groupe dont il ne partage rien, sauf la prégnance de la structure familiale mais avec une signification tout à fait hétérogène aux autres pays, semble soulever une semblable question méthodologique. Enfin, dernier point, Paugam écrit que « la classification valide la typologie des régimes d’attachement social » (p. 386). Pour qu’elle ne le fasse pas, il aurait fallu bien plus que quatre variables. Une classification menée sur quatre variables produit quatre ou cinq classes où une des quatre variables initiales est mécaniquement la dominante de chacune.

16Paugam souhaite se détacher de la typologie internationale des régimes de protection du sociologue danois Gøsta Esping-Andersen (p. 398). Pourtant, trois régimes de welfare, « libéral », « corporatiste-continental » et « social-démocrate » correspondent très nettement aux respectifs modèles « volontariste », « organiciste » et « électif ». Paugam y ajoute un modèle, le « familialiste », mais qui pourrait tenir à l’ajout des pays sud-américains absents chez Esping-Andersen.

17La qualité de ce livre m’apparaît en définitive moins conceptuelle que synthétique : faire une synthèse des travaux sur les formes d’intégration. Et sur ce point le travail est d’envergure et l’ambition à souligner. La reformulation conceptuelle et la démonstration empirique sont-elles abouties au profit d’une notion – l’attachement social – dont le sens premier d’investissement affectif n’est pas retenu ? Il existe pourtant bien des attachements au territoire, à la langue, à la musique de l’adolescence, à des valeurs, à des personnes, à des animaux, etc. Mais, de cela, il n’est pas question dans cet ouvrage de Paugam, il me semble.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Hervé Glevarec, « Serge PAUGAM, L’Attachement social. Formes et fondements de la solidarité humaine »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 04 mars 2024, consulté le 19 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/10695

Haut de page

Auteur

Hervé Glevarec

CNRS – Université Paris Cité, Cerlis

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search