Navigation – Plan du site

AccueilNuméros55-2VariaQuelques usages du terme « tendan...

Varia

Quelques usages du terme « tendance » en sociologie

Some uses of the term tendency in sociology
Jacques Siracusa
p. 211-235

Résumés

Le terme « tendance » est d’usage ancien, d’abord associé au domaine des forces physiques et à l’idée d’orientation morale. Aujourd’hui, de multiples sens sont répertoriés. En sociologie, il est très tôt associé à des analogies fondatrices et à des considérations psychologiques, causales et statistiques. Cette étude présente un bref panorama de ses usages typiques dans la discipline. La variété de ses supports empiriques reflète celle des stratégies de recherche, notamment en matière d’explication des actions. Comme de nombreux concepts sociologiques, il manifeste une grande élasticité : sa signification dépend du contexte d’emploi dont la description est souvent complexe. Mais il présente un autre avantage : il peut avoir une fonction d’affaiblissement et d’ellipse ; et son emploi dispense alors le sociologue de précisions à apporter quant à ce contexte.

Haut de page

Texte intégral

1Le terme « tendance » est d’usage ancien, par exemple chez Descartes : la tendance d’un corps tournant dans un cercle à s’écarter du centre (Champlin, 1991). Il a d’abord eu un sens propre d’ordre physique. À la fin du xviiie siècle, sa définition était : « L’action, la force par laquelle un corps tend à se mouvoir vers un côté, ou à pousser un autre corps qui l’en empêche » ou bien « la direction du mouvement », et s’appliquait de manière figurée aux affaires morales pour indiquer leur orientation : « la tendance naturelle à l’égoïsme », « le penchant » (Dictionnaire de l’Académie 1798 et 1835).

2Depuis la fin du xixe siècle, de multiples sens ont été répertoriés. Aujourd’hui, on relève ceux de : disposition, propension, inclination ou impulsion qui porte quelqu’un à agir ; orientation commune à un groupe, opinion ou courant (politique ou syndical) ou bien style, mode ou école (dans les domaines artistiques ou intellectuels) ; puissance d’action ou pulsion qui dirige l’homme (en philosophie ou psychanalyse) ; ensemble de forces à l’origine d’une évolution (en physique) ; mouvement d’ensemble de certains faits sur une période (en économie) ; variation d’une mesure dans le temps (en climatologie) (CNRTL, 2012). On peut ajouter « tendance centrale », employée en statistique mathématique vers la fin des années 1920, qui caractérise le centre d’une distribution ou sa valeur typique (Upton et Cook, 2008, p. 33). Le terme a donc des sens proches de ceux originels mais comme étirées dans différentes directions et déformés selon les domaines d’application. Il a une autre particularité : en tant que nom, il permet de décrire quelque chose ; mais, comme un adverbe, il sert aussi à modifier des énoncés.

3Dans les sciences sociales, le terme est associé, dès le début du xixe siècle, à des analogies fondatrices visant à expliquer la régularité de certaines actions. Étudier la variété des usages du terme en sociologie est un moyen de décrire quelques procédés d’analyse et d’interprétation classiques, et de les comparer à de plus récents. Ces usages spéciaux présentent une certaine complexité due à l’imbrication de considérations psychologiques, statistiques et causales, dont on trouve d’ailleurs les marques dans les emplois ordinaires, mais que les diverses stratégies de recherche exploitent à leur manière. Une propriété de « tendance » est toutefois partagée : sa fonction d’affaiblissement et d’ellipse, particulièrement utile dans un domaine où l’imprécision est inévitable.

4Cet examen répond à des difficultés soulevées par Jean-Claude Passeron lorsqu’il questionnait les moyens dont disposent les sociologues pour évaluer, selon un même étalon, les effets d’intelligibilité et les bases empiriques de leurs énoncés (Passeron, 2006 [1991], p. 376-383). L’étude est ici plus restreinte et tente d’esquisser une vue synoptique des comportements d’un terme dans la discipline : un panorama des contorsions qu’il subit lorsqu’on l’applique à des régularités empiriques différentes, selon diverses stratégies (pour les sciences physiques, voir Wilson, 2006, notamment p. 177-183 et p. 377-383). Ce terme, comme d’autres issus du langage ordinaire ou des sciences de la nature, a, si l’on peut dire, une élasticité qui reflète, ou dont profitent, les diverses activités de recherche. Son usage sociologique demande à être rapporté aux informations et à l’approche qui lui procurent son support empirique. Il devient compréhensible lorsqu’on présente des modèles d’application relatifs à des conditions d’arrière-plan. « Tendance » est employé dans de nombreuses explications des actions et a lui-même des comportements dépendant de la nature de ces diverses explications, ce qui ne conduit ni au relativisme ni à l’incommunicabilité, mais seulement à des demandes de précision.

1. Le sens commun : tendre vers et tendre à faire ou être quelque chose

5Une première nuance, présente dans tous les dictionnaires (étudiée en détail par Champlin, 1991) relève, en français, de celle entre « inclinaison » et « inclination » : une planche est inclinée vers le haut, ou un panneau indicateur est orienté ou tend vers une direction, ni l’un ni l’autre ne vont ou n’ont tendance à aller quelque part ; mais une masse posée sur eux créera (chez eux) une inclination à aller vers le bas : ils tendront ou seront enclins à faire quelque chose ou à être dans une autre position. Dans le langage ordinaire, une tendance peut donc décrire une direction ou bien une sorte de force ou de disposition à agir. La marque de la distinction est la présence ou non d’un verbe à l’infinitif : d’un côté, tendre vers quelque chose ; de l’autre, tendre à faire ou à être quelque chose. Ces deux sens sont parfois confondus, notamment lorsqu’on les combine : « avec le vent, le panneau tend à indiquer la mauvaise direction », le panneau tend à tendre vers…

6La formulation qui contient un infinitif recouvre d’autres nuances. Par exemple, « les célibataires tendent à être isolés » peut signifier, selon le contexte, « les célibataires sont souvent isolés » ou « tous les célibataires tendent à être isolés » (si on admet que « isolé » a des degrés). Champlin note que l’expression « tendre à » fonctionne (dans le langage ordinaire) de la même façon dans les deux cas : c’est un modificateur (modifier) s’appliquant soit à la fréquence soit, comme un adverbe, à la locution verbale ; et atténuant l’expression à laquelle on l’a ajouté. Si tous les célibataires étaient isolés ou s’ils étaient tous complètement isolés, on ne dirait pas « ils tendent complètement à être isolés ». Le modificateur n’est pas lui-même agrémenté d’un adverbe remplissant les occurrences ou les degrés manquants. La tendance à faire ou à être quelque chose est « essentially “patchy” » (ibid.), c’est-à-dire non uniforme ou incomplète, au moins lorsqu’on respecte les usages corrects et cohérents des mots français.

7La modification apportée par « tendre à » peut donc être comprise comme relevant de la fréquence ou bien de l’intensité de l’occurrence. Il suffit en effet que « être isolé » admette des degrés pour que ces variantes apparaissent : 1) dans cette situation particulière, le célibataire a adopté presque complètement cette attitude ; 2) dans des situations différentes, il a souvent adopté cette attitude complètement ; 3) dans ces mêmes situations, il a toujours adopté presque complètement cette attitude (d’après Champlin, art. cit.). Alors que la deuxième variante indique une actualisation complète mais intermittente, dans la troisième, une tendance est considérée comme toujours présente et jamais parfaitement actualisée.

2. Le penchant d’un groupe social

8Adophe Quetelet a inventé, vers 1830, l’analogie permettant d’obtenir précisément cette troisième variante à propos d’un objet collectif. L’attitude criminelle d’une personne pourrait être évaluée en comptabilisant, sur une période donnée et pour un nombre indéfini de situations, ses actes criminels (c’est la variante 2). C’est irréalisable pour un individu mais, pour un groupe durant une année, une opération analogue est réalisable. Le taux de crimes est la mesure du penchant pour un groupe (Quetelet, 1835, t. 2, p. 99-103). C’est ici la variante 3 attribuée désormais au groupe : une fréquence d’occurrences individuelles est interprétée comme une intensité de l’attitude du groupe, attitude permanente, propre au groupe et ne s’actualisant que partiellement (pour des détails voir Siracusa, 2014, p. 271-284). Quetelet construit divers penchants (au crime, au mariage, au suicide) qui décrivent des propriétés morales et collectives « étonnamment » stables d’une année sur l’autre (Quetelet, 1835, t. 2, livre 3).

9L’attribution d’une orientation de caractère quantifiable à « l’homme moyen » est l’analogie inaugurale, celle qui ouvre la voie à l’étude systématique de la société. Les taux statistiques acquièrent ainsi une autonomie par rapport aux circonstances, le « libre arbitre » étant neutralisé par l’étude « en masse ». C’est l’homme moyen qui est le sujet d’influences causales (Turner, 1986, p. 67-71). Pour déterminer l’influence d’une variable, sur le penchant au crime par exemple, Quetelet emploie un critère simple : il suffit que la variation observée soit relativement stable dans le temps (quelques années) ; le sexe et l’âge croisés avec le taux de crimes produisent ce genre de variations. Quetelet les nomme « causes variables ». Il identifie aussi des « causes constantes » : celles à l’origine de la stabilité du taux national. Dans un premier temps, elles renvoient aux circonstances générales, souvent résumées par les expressions : « la société », « le corps social » ou « la nation ».

10Dans un second temps, dans ses écrits des années 1840, un type idéal devient la « cause constante » des régularités statistiques observées. Quetelet développe alors une théorie probabiliste, appelée « théorie de l’homme moyen » (Quetelet, 1846 et 1848). L’auteur, modélisant les distributions par la courbe des erreurs de mesure (la loi binomiale), définit la fréquence limite des occurrences (crimes, suicides, mariages) comme une propriété objective et idéale de la société ou de l’homme moyen, dont les occurrences individuelles dérivent à une erreur aléatoire près. La cause cachée (et constante) est associée à un mécanisme et à une loi probabilistes. Apparaissent alors des « causes accidentelles » suivant une loi (« la loi des causes accidentelles », Quetelet, 1848, p. 16).

11Quetelet ne développe pas davantage la relation qu’entretiennent les lois collectives avec les individus particuliers : soit ceux-ci sont exclus de l’analyse par la construction même du penchant, et il convient alors de ne plus y revenir ; soit la relation est modélisée par la loi probabiliste. Sa théorie fut fameuse tout au long du xixe siècle et source de controverses. Elle contribua à l’essor des statistiques mathématiques. L’expression « tendance centrale » recouvrira d’ailleurs, quelques dizaines d’années plus tard, un sens proche de celui que Quetelet donnait au type moyen. La mesure du penchant collectif restera, quant à elle, une référence positive tant pour John Stuart Mill que pour Émile Durkheim.

3. Les lois en tendance

12Mill est à l’origine de l’usage du terme « tendance » comme moyen d’expression des lois dans les sciences empiriques : « toutes les lois de causation, en raison de leur possibilité à être contrariées, doivent être exprimées en terme de tendances, et non de résultats vrais » (Mill, 1973, p. 445). À propos des sciences de l’homme, il prend l’exemple des marées dont l’étude est complexe mais permet d’établir « des généralisations approximatives » sous forme de régularités statistiques : ces lois sont inexactes mais résultent de lois naturelles (exactes). Ces dernières assignent des tendances stables à des causes particulières (Mill, 1974,p. 845-846). Les régularités statistiques forment des lois qu’on caractérisera aussi par l’expression : « toutes choses égales par ailleurs » (ceteris paribus).

13Mill fait indirectement référence aux premiers travaux de Quetelet dont il prend connaissance par l’ouvrage de Henry Buckle (History of Civilization in England, paru en 1857). « Le degré singulier de régularité en masse, combiné avec l’extrême irrégularité des cas composant la masse, est une satisfaisante vérification a posteriori de la loi de causation dans son application à la conduite humaine » (Mill, 1974, p. 931). Il nomme « expérience collective » le procédé de construction du penchant (ibid., p. 934) et distingue deux sortes de causes : celles « générales », d’ordre social, et celles « spéciales » propres aux individus (à leur caractère, leur expérience, etc.). Reprenant un argument semblable à celui de Quetelet, il déclare que l’expérience collective « sépare exactement l’effet des causes générales de celui des causes spéciales, et montre le produit net des premières, mais elle ne dit rien de l’intensité de l’influence des causes spéciales […] puisque l’échelle de l’expérimentation s’étend à un nombre de cas pour lequel les effets des causes spéciales se contrebalancent, et disparaissent ainsi au profit des causes générales » (ibid.).

14Les sciences humaines étant d’abord des sciences de l’esprit, les généralisations approximatives de la sociologie dépendent, selon Mill, des lois du comportement individuel (objet de « l’éthologie ») ou de la psychologie. L’« habitude de volonté » (habit of willing, Mill, 1974, p. 843) peut devenir constante et être alors considérée à la fois comme une cause et une raison des actions (Engel, 1998). Les lois du « caractère » sont aussi approximatives parce que, comme celles de la sociologie, leurs applications dépendent des circonstances ; ces lois doivent donc être exprimées en tendance. En raison de la double dimension des lois du caractère : causale et mentale, Mill attribue aussi à « tendance » le sens de disposition (ibid.). Mais il n’inclut aucune dimension interprétative : des régularités psychologiques sont, pour lui, des causes des actions.

15Lorsque Durkheim, dans Les Règles de la méthode sociologique, emploie ensuite le terme « tendance », c’est lui aussi en deux sens distincts. D’un côté, le plus souvent, il suit l’usage ordinaire conférant le sens d’inclination ou d’orientation de caractère, par exemple, lorsqu’il écrit : « Mais puisqu’il est aujourd’hui incontestable que la plupart de nos idées et de nos tendances ne sont pas élaborées par nous, mais nous viennent du dehors, elles ne peuvent pénétrer en nous qu’en s’imposant » (Durkheim, 1981 [1895], p. 6). Il accole parfois « collectif » à tendance, notamment pour distinguer son approche de celles « finalistes » ou « psychologiques » : « les représentations, les émotions, les tendances collectives n’ont pas pour causes génératrices certains états de la conscience des particuliers, mais les conditions où se trouve le corps social dans son ensemble » (ibid., p. 105). De l’autre, lorsqu’il justifie l’intérêt de la méthode des « variations concomitantes », en référence à Mill, et de la recherche d’un « parallélisme des valeurs » pour établir un rapport causal, les lois statistiques qu’il suggère sont les lois « en tendance » de Mill (ibid., p. 129-130).

16Durkheim a une conception de la causalité plus sophistiquée que celle de Quetelet. Dans Les Règles, il prend l’exemple d’une régularité statistique : « la tendance au suicide varie comme la tendance à l’instruction » (ibid., p. 161-162), « tendance » ayant ici le sens quetelésien de « penchant ». L’exemple sert à souligner que le parallélisme des valeurs ne conduit pas directement à un rapport de causalité parce qu’une cause commune intervient (l’affaiblissement du traditionalisme religieux). Une théorie postulant un mécanisme social permet de faire l’hypothèse d’un lien causal et de tester celle-ci par la recherche de régularités statistiques déduites de l’hypothèse (voir Turner, 1984).

17C’est dans Le Suicide qu’il met en œuvre cette conception. Contrairement à ses prédécesseurs (Adolph Wagner, Enrico Morselli ou Thomas Masaryk, mais aussi Quetelet) Durkheim ne présente pas un « catalogue » de causes variées, mais élabore une explication causale plus profonde, sociale, abstraite et unifiée (Porter, 1995). Il interprète des caractéristiques individuelles comme des symptômes de propriétés sociologiques (relatives à la cohésion) du groupe d’appartenance ; définit ces propriétés en les insérant dans un modèle abstrait du fonctionnement de la société au sein duquel elles ont un rapport évident avec le phénomène étudié (un rôle de protection contre l’inclination au suicide) ; et montre qu’une explication simple du phénomène en découle (plus le groupe est intégré moins ses membres se suicident). L’explication repose sur l’effet, statistiquement observable, qu’a une propriété du groupe sur l’inclination des membres à faire (ou ne pas faire) ce qu’il s’agit d’expliquer.

18Dans un premier temps, il reprend la définition du penchant de Quetelet : « tendance », « tendance collective », « penchant collectif » sont synonymes et signifient : mesure d’une propriété morale collective. Dans un second temps, il critique la théorie probabiliste de l’homme moyen et offre sa solution (Durkheim, 1981 [1897], notamment livre 3, ch. 1 ; voir Borlandi, 2008 ; Siracusa, 2017). La « tendance suicidogène » du groupe est alors la résultante de forces morales et collectives qui se contrebalancent, l’ensemble produisant des lois statistiques « en tendance » (des parallélismes). « Tendance » a désormais le sens que lui donnait Mill à propos des lois de causation. Mais Durkheim défend une hiérarchie explicative inverse de celle prônée par Mill : « Chaque groupe social a réellement pour cet acte [le suicide] un penchant collectif qui lui est propre et dont les penchants individuels dérivent, loin qu’il procède de ces derniers. […] Ce sont ces tendances collectives qui, en pénétrant les individus, les déterminent à se tuer. » (Durkheim, 1981 [1897], p. 336).

4. La lecture tendancielle : des covariations aux dispositions sociales

19Dans les travaux de Maurice Halbwachs, l’analogie physique des forces contrebalancées disparaît, mais la causalité sociale reste une causalité mentale et collective, relative au mode de vie. Elle est toutefois moins systématique ou unifiée que celle de Durkheim. Dans Les Causes du suicide, Halbwachs cherche à réintégrer à l’analyse les raisons du suicide (celles officiellement documentées), que Durkheim qualifiait de « cause apparente », mais aussi le caractère des individus ou la maladie mentale qui sont, selon lui, tous en rapport avec des causes « générales » (Halbwachs, 2002 [1930], p. 380-385). Le rapport de causalité devient diffus, complexe, non isolable. Il est seulement suggéré par l’interaction de diverses variables contextuelles (religion, habitat, niveau de vie, etc.). Les suicides sont des accidents à rapporter à « l’état du milieu », des manifestations de « tendances » ou de « courants de pensée » relatifs à un « genre de vie » (ibid., p. 372). La sociologie englobe désormais une grande partie de la psychologie, « et tout ce qui est dans notre esprit s’expliquerait soit par le groupe, soit par l’espèce » (Halbwachs, 2015, p. 266) : elle est une « psychologie collective et statistique » (expression qu’il souhaitait prendre, vers 1940, comme intitulé de sa chaire au Collège de France, ibid., p. 39).

20L’explication des actions, de style durkheimien, consiste à mobiliser des propriétés des groupes sociaux. Mais Durkheim, comme Halbwachs, appartiennent à une tradition statistique de type historique, s’appuyant sur des données administratives et des séries chronologiques et sensible à la contextualisation de ces « tendances », le terme évoquant ici un mouvement de longue durée. Avec le développement des outils d’analyse des covariations (corrélation, Khi-deux, etc.), mais surtout celui du sondage par questionnaires, l’analyse quantifiée typique devient synchronique, centrée sur le croisement de variables et le repérage des écarts à l’indépendance. L’héritage durkheimien est alors souvent réduit un procédé explicatif très général : la tendance statistique des membres d’un groupe à (déclarer) faire quelque chose est expliquée en postulant l’existence d’une propriété propre au groupe, une tendance morale collective, conduisant ses membres à faire cette chose, propriété cachée, acquise par des processus de socialisation (en général hypothétiques) et censée produire ses effets « en tendance ».

21« En tendance » recouvre différentes sortes d’écart à l’indépendance. « Les personnes ayant un revenu mensuel inférieur à 1 000 euros ont tendance à se déclarer isolées » est une affirmation qui compare la part de cette catégorie de « ressenti » chez cette catégorie de personnes à la part de ce ressenti dans l’ensemble des répondants (par exemple, 39 % à 21 %, selon Fondation de France, 2013, p. 16). La plupart de ces personnes à faible revenu ne se déclarent pas isolées, c’est une surreprésentation qui est pointée : un surplus d’effectifs dans la case du tableau, par rapport à une répartition hasardeuse. Parfois, bien qu’il s’agisse de variables catégorisées, la relation est présentée de manière quasi fonctionnelle (comme les parallélismes durkheimiens) : « En tendance, plus les revenus diminuent, plus les personnes interrogées déclarent n’avoir aucun ami » (ibid., p. 4). Sur les 5 000 répondants, la relation ne concerne que 400 d’entre eux (8 %) ; et les deux cas extrêmes ne se distinguent que par une cinquantaine d’individus (1 %). Autrement dit, la lecture tendancielle ne concerne parfois que de très petits écarts d’effectifs. Le sociologue cherche souvent un ensemble de tendances statistiques présentant des ressemblances. L’analyse des correspondances de Jean-Claude Benzécri, notamment à travers l’usage que La Distinction de Pierre Bourdieu a promu, a souvent servi à rechercher de tels systèmes de variations. Un graphique factoriel illustre l’existence d’un système d’attractions et de répulsions. Benzécri affirmait d’ailleurs que, si les données étaient structurées, sa technique permettait d’identifier cette structure.

22L’analyse factorielle pose des difficultés particulières (Siracusa, 2014, p. 210-219). Elle partage néanmoins un problème avec la lecture tendancielle des croisements de variables : les covariations sont sensibles à la catégorisation en raison de l’hétérogénéité des catégories manipulées. Par exemple, lors d’un croisement de PCS avec des variables de pratiques (déclarées), on peut montrer qu’un découpage plus fin des PCS fait souvent apparaître des écarts divergents au sein des sous-catégories ainsi créées (Briand et Chapoulie, 1980, p. 77-80 ; Parmentier, 1986). Comment imputer aux membres de la catégorie une propriété qui n’est exprimée que par une faible part d’entre eux et dont une autre part exprimera parfois une propriété contraire ?

23Une bonne catégorisation des variables suppose en outre une hypothèse concernant les conditions dans lesquelles la propriété se manifeste. Or, le plus souvent, les conditions typiques de manifestation sont l’enquête par questionnaires standardisés ; et les manifestations, des restitutions verbales. Dans ses travaux des années 1960, Bourdieu était sensible aux logiques de réponse : par exemple, dans L’Amour de l’art, aux « attitudes » différenciées des répondants à l’égard du questionnaire (Bourdieu et Darbel, 1969, p. 89-93). Mais la théorie qu’il développe dans La Distinction adopte une stratégie d’interprétation différente. L’attitude, dont le sens était proche de celui ordinaire de sentiment, et dont l’effet était une sorte de biais déclaratif ou d’orientation des réponses au questionnaire, laisse place aux dispositions « structurées et structurantes » (Siracusa, 2014, p. 314-322).

24Les individus sont censés réagir aux conditions d’enquête en tant que « classeurs » dont les systèmes de classement sont en deçà de la conscience. Un champ est structuré selon des formes de capital et les pratiques des agents, telles que l’analyse factorielle les appréhende, exhibent une structure homologue. Cette homologie est produite par l’habitus, ensemble de dispositions qui sont à la fois le dépositaire (par l’héritage ou la socialisation) et la source (par les schèmes de perception, d’appréciation et d’action) du système de différences sociologiquement pertinentes. Les dispositions assurent désormais le lien existant entre un système social (ou un modèle de ce système) et les manifestations tendancielles d’actions particulières. Elles sont à la fois postulées et constitutives de l’agent social (c’est-à-dire du modèle sociologique de l’acteur), cachées, incorporées, mais identifiables par leurs manifestations statistiques, c’est-à-dire l’organisation structurée de leurs expressions. Elles répondent, par ailleurs, au délicat problème de l’interdépendance entre la catégorisation des variables et le rapport de causalité : l’homologie qu’elles produisent justifie la catégorisation et établit le principe de l’explication.

25Dans cette section, quatre sens distincts ont été attribués aux tendances statistiques : l’orientation d’une série chronologique, la surreprésentation dans un tableau croisé, la relation quasi fonctionnelle qu’on en déduit parfois et l’attraction/répulsion des modalités dans une analyse factorielle. Les tendances morales collectives ou les dispositions sociales, comme le genre d’explication qu’elles offrent, sont définis et étayés au moyen de l’appareillage statistique. Une autre stratégie de recherche, reposant sur un appareillage différent, consiste à mesurer une attitude.

5. La mesure des attitudes

26Dans les années 1910, Floyd Allport, promoteur de la psychologie sociale expérimentale, mène des travaux illustrant l’influence du groupe (social facilitation) sur les performances individuelles de ses membres (Allport, 1924, p. 260-291). L’auteur emploie souvent le terme « tendance » au sens d’attitude ou d’écart de fréquences. Par exemple, l’affirmation : « Il y a une tendance humaine basique à tempérer ses opinions ou conduites eu égard (by deference) aux opinions et conduites des autres » (ibid., p. 278) repose sur une différence entre les distributions de scores qu’obtiennent 17 étudiants agissant soit isolément soit en présence des autres. L’attitude se manifeste par des écarts de performance, mais n’est pas encore mesurée.

27L’analogie inaugurale est sans doute celle de Louis Thurstone. En 1928, dans une revue de sociologie, cet ingénieur américain formé à la psychophysique l’expose ainsi : de la même façon qu’on demande à des individus de distinguer deux sensations en réponse à des stimulations physiques, on peut leur demander d’exprimer leur opinion à propos d’un problème (issue) présenté verbalement, c’est-à-dire d’accepter ou de refuser des énoncés d’opinion à propos d’autres énoncés (Thurstone, 1928). Comme le penchant de Quetelet, les échelles d’attitude sont avant tout une nouvelle technique de mesure. Thurstone critique les propriétés « métriques » des scores de QI, alors en vogue aux États-Unis, et propose aux sociologues une méthode de construction reposant sur des comparaisons par paires, censée garantir certaines propriétés mathématiques à la mesure (Martin, 1997, p. 67-120). Le principe général revient à supposer l’existence d’une grandeur dont on observe les effets. Des questions provoquent l’acceptation ou le refus de certaines opinions servant à construire un continuum sur lequel elles sont positionnées. En sociologie, ces échelles ont été appliquées à toutes sortes de disposition concepts et sans considération pour leurs propriétés métriques (voir la controverse dite « des niveaux de mesure », Siracusa, 2014, p. 193-210). Associées aux sondages par questionnaires standardisés, elles sont devenues un outil central de la sociologie quantitative américaine, alors en plein essor (pour apprécier l’ampleur du nouveau champ de recherches, voir Lazarsfeld, 1959).

28Divers sens du terme « tendance » cohabitent dans ces travaux. La construction d’un disposition concept, puis son lien statistique avec certaines variables de comportement conduisent à des formulations typiques : on dira, par exemple, que si l’attitude politique de ces répondants tend vers le libéralisme, alors elle tendra à augmenter le vote pour tel candidat (comme l’effet du vent sur le panneau indicateur). L’attitude est, d’un côté, orientée vers quelque chose (selon un score sur une échelle) ; de l’autre, c’est la cause cachée de phénomènes observables. « Tendance » renvoie à une orientation de caractère, une disposition à agir, un degré sur une échelle ou une corrélation statistique. À partir des années 1960, avec l’importation de la modélisation causale en sociologie, une autre forme d’explication apparaît.

29Par exemple, une théorie psychosociologique récente propose ce schéma : Un individu ne mourra pas par suicide s’il n’a pas à la fois 1) le désir de mourir par suicide et 2) la capacité de le faire (Van Orden et al., 2010). Le premier point correspond à deux états (interpersonal constructs) : le sentiment d’être un fardeau pour les autres et celui d’aliénation sociale, qui conduisent aux pensées suicidaires. Le second point est une capacité (capability) qui s’acquiert par des expériences répétées de la douleur et qui facilite le passage à l’acte. Des entretiens ou des enquêtes rétrospectives (auprès de proches) fournissent des informations qui sont ensuite quantifiées. Les trois entités construites sont décomposées en dimensions et en indicateurs, puis un modèle causal statistique représente le processus mental sous-jacent (underlying causal process). L’objectif est l’obtention d’une explication (une « étiologie du suicide ») qui intègre les principaux facteurs de risque, ceux connus pour augmenter la probabilité du résultat, tout en garantissant, au moyen de la technique statistique, un rapport de causalité.

30Chaque individu obtient des scores pour les entités explicatives. « Cet individu a le score 9 sur 10 pour l’entité thwarted belongingness » signifie à peu près que l’individu a été caractérisé par de multiples items corrélés qui, après quantification, agrégation et calcul, donnent la valeur 9 sur une échelle allant jusqu’à 10. Les auteurs traduiraient cela par « il a tendance à être isolé ». Imaginons qu’il ait aussi acquis un niveau élevé pour les deux autres entités. L’individu se trouve alors à un niveau élevé pour « la plus dangereuse forme de désir suicidaire » (ibid.) qui résulte de l’interaction des trois entités. Cette attitude suicidaire (le désir de passer à l’action) est ici représentée comme le point de chute du chemin balisé par les flèches du path model.

31Deux interprétations de la causalité sont envisageables. D’un côté, selon la conception des capacities, proches des tendances de Mill, développée par Nancy Cartwright (Cartwright, 1989, p. 141-182), ce modèle vise peut-être à représenter une « machine nomologique ». Mais il serait alors difficile d’identifier ce que sont les circonstances propices à la manifestation du résultat ou, comme le souligne l’auteur à propos des modèles économiques, d’imaginer que les facteurs comme leur agencement ne dépendent pas des circonstances (Cartwright, 2002). De l’autre, l’emploi de cette technique peut ne reposer sur aucune conception claire de la causalité, mais plutôt sur ce qu’Otis Duncan nommait le statisticism : l’inclination des analystes à réduire les recherches en sciences sociales à des calculs (Duncan, 1984, p. 226). Le modèle est construit à partir de cas passés et permet d’estimer la probabilité du passage à l’acte de cas à venir. Une estimation correcte ne prouverait toutefois ni l’existence du processus mental et causal sous-jacent ni, a fortiori, que la machinerie statistique en fournit une bonne modélisation (voir Freedman, 1997 ou Turner, 1997). Mais, comme une boîte noire produit un outpout intéressant, le modèle fournit une valeur pouvant servir d’aide à la décision (en matière de prévention) : la mesure du désir de mourir est avant tout un risque calculé.

6. L’attitude comportementale

32Paradoxalement, l’idée d’attitude est d’abord promue, en 1918, par Le Paysan polonais, de William Thomas et Florian Znaniecki qui introduisent cette idée en réaction aux explications biologiques des phénomènes sociaux, fréquentes chez les utilisateurs du QI (Chapoulie, 2001, p. 57-89). Ils emploient parfois l’expression « tendance à l’action » comme synonyme d’attitude (ibid., note p. 74). L’idée permet de relier les conditions objectives et les comportements, en mobilisant la « définition de la situation » par les individus.

33Chez les spécialistes statisticiens de la construction des attitudes (comme chez Mill), la distinction entre l’attitude (ou tout disposition concept) et ses effets observables est traditionnelle et à l’origine des méthodes développées, depuis un siècle, pour construire l’entité mentale abstraite. Choisir les indicateurs est délicat, notamment en raison du caractère contextuel de la manifestation d’une attitude (Lazarsfeld, 1958). L’arbitraire d’une telle opération est un problème, comme celui de l’attribution d’une signification homogène aux indicateurs. Ce sont des difficultés que résolvent à leurs manières les ethnographes.

34Prenons une étude récente de la tradition de Chicago : l’enquête ethnographique d’Elijha Anderson, Code of the street, consacrée aux interrelations entre habitants noirs d’un quartier pauvre de Philadelphie (Anderson, 1999). On y trouve des formulations de ce type : « dans ces situations, ces jeunes tendent, ou sont enclins, à être street », « ce jeune exhibe une street orientation », « il est d’une famille street-oriented », etc. Cette attitude, et son contraire : decent, sont au cœur de son compte rendu. Deux sens de « tendance » sont ici mobilisés : l’inclination et l’orientation de caractère.

35Que signifie : « William tendait à être street lorsque l’autre bande s’approchait » ? Être street c’est manifester, dans une situation donnée, un comportement qui laissera entendre aux autres son état d’esprit et donc les conséquences qu’il faut normalement en tirer. William était-il dans un état psychologique particulier ou bien manifestait-il cet état ? Anderson n’a pas accès au for intérieur des enquêtés, leur attitude est identifiée à partir des actions, des propos et des circonstances. Les occurrences de ce mode de pensée ou de faire sont toujours variées, mais elles présentent une cohérence. William était street-oriented (et non decent-oriented) parce que ses actions étaient alors typiques et reconnaissables : il voulait montrer son rejet des comportements decent, qu’il recherchait du respect, qu’il était prêt à l’affrontement, qu’il était sur son territoire, avec ses amis, qu’il était viril, qu’il menait campagne pour sa réputation dans le quartier, etc. À ce moment, William attendait que ses interlocuteurs lui attribuent précisément cette attitude, et en ces termes.

36Anderson jugeait toutefois qu’il n’avait identifié aucune disposition déterminant la conduite de ces jeunes (voir, à ce sujet, la controverse qui l’opposa à Loïc Wacquant : Anderson, 2002 ; Wacquant, 2002). Certains, notamment parmi ceux issus de familles street-oriented, adoptent avant tout cette attitude adaptée à un style de vie criminel dans le quartier. Toutefois, pour beaucoup de jeunes, notamment ceux issus de famille decent-oriented ou de familles dont l’orientation n’est pas homogène, l’attitude adoptée est variable et liée à la définition de la situation : ils peuvent « switcher » de street a decent selon l’occasion. Nombreux sont ceux qui se retrouvent dans des situations où l’attitude street leur semble la plus adaptée, les policiers en déduisant souvent à tort qu’un jeune Noir adoptera forcément cette attitude. Mais Anderson insiste sur le fait que si ces jeunes ont appris à se comporter ainsi, une bonne part d’entre eux a aussi appris à se comporter autrement.

37« Street » (comme decent) est un mot des habitants (un folk concept) associé à un mode de vie particulier. Les enfants apprennent tôt à employer ce terme à bon escient. Ils apprennent simultanément sa signification et les comportements qui lui servent de critères. En somme, ils acquièrent son usage comme on acquiert l’usage d’un terme psychologique. Être street est une attitude liée à un aspect important de la situation du point de vue des participants. L’ethnographe est supposé avoir recueilli ses manifestations naturelles et l’avoir comprise puis expliquée à partir de celles-ci. Dans le compte rendu, « street orientation » est une idéalisation que Herbert Blumer aurait sans doute qualifiée de « sensitizing concept » et opposée à nombre de concepts que les psychosociologues de son temps accolaient à leurs attitudes statistiquement construites (Blumer, 1954).

7. Le fantôme dans la machine et le schème collectif

38Ce bref panorama des usages de « tendance » suggère qu’une compréhension précise conduit non seulement à démêler diverses considérations quant à la nature des informations et de l’approche mobilisées, mais parfois à accepter certains rapprochements ou postulats : la personnification des groupes, la nature causale des propriétés mentales ou l’existence d’un schème collectif.

39La personnification des groupes est l’analogie la plus ancienne. Dès les années 1920, les social psychologists américains critiquent le déterminisme de la sociologie durkheimienne : peut-on dire qu’un groupe exerce une force morale sur ses membres ? Allport, par exemple, dénonce la group fallacy (Allport, 1962). Si, au lieu de s’en tenir à un usage figuratif, on emploie « penchant », « tendance » ou « tempérament » selon le modèle d’usage des termes psychologiques, alors on personnifie à tort ce groupe et on commet une « erreur de catégorie », puisque les termes psychologiques (« individuellement orientés ») n’ont aucun sens déterminé à propos de collectifs. Allport critique, en somme, l’analogie inaugurale de Quetelet, mais inscrit sa démarche dans les débats récurrents entre « individualisme » et « holisme ». Une autre critique est plus large.

40Les réflexions épistémologiques sur les sciences sociales, d’abord orientées par les thèmes du positivisme logique et centrées sur les sciences de la nature, ont été, dès les années 1960, reformulées selon les thèmes de la philosophie analytique, donnant alors aux sciences sociales une place non négligeable dans les débats philosophiques. Les réflexions de Peter Winch, par exemple, s’appuyant sur la distinction que faisait Ludwig Wittgenstein entre cause et raison, critiquaient les conceptions de la causalité de Mill et d’une grande part des sociologues cherchant à s’aligner sur les standards des sciences naturelles : la différence entre l’explication intentionnelle et celle selon des lois est une différence de nature, notamment parce que les relations humaines ne peuvent pas être généralisées comme le sont celles des sciences physiques. La distinction pertinente est celle entre le concept qu’on saisit (et qui justifie) et la cause qu’on établit (et qui explique) (Winch, 1990 [1958], p. 111-120).

41Lorsque le terme « tendance » renvoie à une disposition, on dit souvent qu’il traite de l’intimité, du mental ou d’un univers auquel nous n’avons pas un accès direct. Or, comme le soulignait Gilbert Ryle dès 1949, nous apprenons et employons ces termes mentaux sans nous reporter à un second monde mystérieux, mais seulement en référence à certaines situations et à des comportements publics et observables (Ryle, 2005 [1949]). À la première personne, les verbes psychologiques semblent découler d’un accès privilégié ; mais à la troisième personne, ces expressions ont comme critère leur propre manifestation. La relation que les états mentaux entretiennent avec leurs manifestations est constitutive, essentielle (Wittgenstein, 2004 [1953], par ex. § 571-573, p. 215-216).

42Lorsqu’on cherche à traiter les affaires de l’esprit, ou de l’intime, selon le modèle de traitement des choses physiques, publiquement accessibles, on confond donc deux ordres distincts de phénomènes. « L’erreur de catégorie » était une expression que Ryle employait pour pointer ce genre de confusion en philosophie de l’esprit. De nombreuses analyses conduisent à créer une sorte de « double social » ou de « double mental » (« un fantôme dans la machine » dirait Ryle) d’un phénomène défini ordinairement comme individuel, privé et compréhensible par ses manifestations publiques et situées. Comme il existe des choses et une causalité physiques, il existerait des choses et une causalité mentales. Le trouble qu’engendrent ces entités mentales relève de la transposition analogique de raisonnements d’un ordre de phénomènes, où ils sont précisément compréhensibles, vers un autre ordre, où ils le sont beaucoup moins, transposition qui était au cœur du Suicide et de l’étude quantifiée des attitudes.

43L’intelligibilité des actions humaines était au centre de ces réflexions. Cette attention aux raisons, aux critères régissant l’application d’un concept, le suivi d’une règle ou le respect d’une norme conduisait à une forme de relativisme chez de nombreux philosophes (notamment ceux adoptant une interprétation « holiste » du « second » Wittgenstein). Lorsqu’il s’agissait de rendre compte des pensées d’un groupe dont le mode de vie nous est étranger, les catégories structurant la pensée des membres (leur rationalité) ne pouvaient être que relatives à leur « forme de vie » (Turner et Roth, 2003). L’idée de schème collectif était un point de ralliement entre certains philosophes analytiques et certains sociologues.

44En sociologie, c’est en réaction à la fois à l’idée de forces morales contraignantes et aux « raisons ratiocinantes » (individuelles, conscientes et verbalisées) que la théorie de l’habitus a été élaborée (Bourdieu, 1997, p. 204). Les dispositionnalistes se réfèrent plus aisément aux « propensions » de Charles Peirce et aux « dispositions génériques » de Ryle, désignant « des capacités, des tendances ou inclinations à faire [...] des choses de plusieurs genres » (Ryle dans Bourdieu, 2002). Mais les défenseurs des dispositions sociales, au sens de schèmes constitutifs de l’agent, comme les continuateurs de Durkheim et Halbwachs, doivent affronter des questions délicates : comment ces objets collectifs sont-ils transmis et acquis ? Et quelles sont les modalités de leur transformation au cours du temps ?

45Depuis The social theory of practices (paru en 1994), Stephen Turner est un virulent critique de ces objets collectifs « non publics ». Dans son dernier ouvrage, il s’appuie à la fois sur la critique de l’idée de schème conceptuel par Donald Davidson et sur la faible plausibilité, au regard des questions ci-dessus, des arguments qu’il nomme transcendantaux (hérités de Kant et transposés aux groupes sociaux) (Turner, 2014, p. 155-170). Les structures ou les présupposés cognitifs collectivement partagés sont, selon lui, des réponses trop coûteuses (pour traiter la question de la normativité) et peu compatibles avec la variabilité individuelle observable dans les pratiques. La compréhension mutuelle qu’exigent les interactions sociales ne requiert des intervenants que des mécanismes individuels et simples : une capacité à créer des substituts fonctionnels, réparant, au cas par cas, selon l’audience et les besoins, les éventuels malentendus ; des capacités cognitives basiques (comme les neurones miroirs) ou une forme faible d’empathie, renforcée par l’expérience, permettant de simuler les actions des autres ; et l’apprentissage par essais et erreurs que procure le feed-back de nos interlocuteurs dans la vie ordinaire. Turner vanterait sûrement les mérites de l’étude d’Anderson. Le code de la rue est un ensemble de règles informelles acquises par mutuelle compréhension, qui n’ont pas besoin d’exister en tant qu’objet collectif, ni même en tant que règles à suivre pour chacun. Apprendre le code revient à apprendre une technique comportementale dont la maîtrise dépend de, et est sanctionnée par, la réaction des autres.

46Ces controverses pointent des raisonnements ou des entités analogiques peu compatibles avec l’usage ordinaire du langage ou avec une théorie plausible de l’apprentissage et de la compréhension. Ces questions relatives à l’intelligibilité des actions pourraient être transposées au problème de l’intelligibilité de l’explication sociologique elle-même.

8. L’affaiblissement allusif

47Un lecteur de textes sociologiques peut attribuer au terme « tendance » son sens commun d’orientation morale, voire d’orientation statistique, puisque tous les cas présentés ici relient finalement, sur la base de régularités, l’action à expliquer à un état d’esprit. Ce sens sera vague ou ambigu au regard de ceux, divers mais tous empiriquement déterminés, mobilisés dans les approches ici examinées. Mais la traduction de ces significations ésotériques est délicate. Un usage, largement partagé dans la discipline, tente d’y remédier : « tendance » est employé comme modificateur linguistique parce que, quelle que soit l’approche, l’explication des actions est essentiellement incomplète et approximative.

48Chaque approche repose en effet sur des simplifications, idéalisations ou modélisations de l’acteur. L’homme moyen de Quetelet est, de ce point de vue, un prototype : un être collectif défini par des penchants plus ou moins perturbés. L’individu durkheimien est, quant à lui, un être social défini par des propriétés de son groupe d’appartenance et mû par une psychologie essentiellement collective et contraignante. L’agent de Bourdieu, défini par sa position dans un champ structuré, est mû par ses dispositions engendrant des prises de position. L’individu des psychosociologues est défini par une représentation mentale déterminant un éventuel passage à l’acte. Enfin, celui d’Anderson, quoique plus ordinaire, est aussi idéalisé : c’est un être qui, sur des bases intersubjectives et dans un contexte particulier, acquiert des conduites significatives et adaptées à certains problèmes qu’il partage avec ses pairs.

49Plus la simplification stratégique initiale est grande, ou plus le raisonnement explicatif central est éloigné de ceux ordinaires, et plus les termes de la présentation finale brouillent la compréhension des conclusions. Les simplifications initiales présentent en effet des éléments mobiles à expliquer et d’autres fixes, hors champ d’étude. Elles reposent aussi, principalement, sur des informations d’une certaine nature (statistiques administratives, questionnaires, entretiens quantifiés, observations). Le raisonnement au cœur de l’explication porte sur des phénomènes que la méthode d’analyse décrit comme dominants pour l’acteur modélisé et les données considérées. C’est dans ce cadre étroit que le raisonnement sociologique est le mieux contrôlé, et que les entités construites ou les processus invoqués reçoivent leur support empirique. Mais la présentation des résultats en langage ordinaire conduit à attribuer des noms communs, voire une existence, à ces entités, des éléments mobiles supplémentaires au modèle et une image plus humaine aux acteurs considérés. Les propriétés sémantiques des constructs ou des termes de l’explication sont comme normalisées par ces attributions interprétatives qui, finalement, assimilent le modèle à la réalité (ou à une représentation de celle-ci beaucoup plus riche). « Les membres de ce groupe tendent à agir ainsi » peut signifier qu’ils ne le font que dans des conditions, et selon une acception, très restrictives. « Tendre » n’a parfois qu’une fonction d’atténuation allusive.

50Cette atténuation a une fonction semblable à celle d’un adverbe, mais aussi d’une ellipse. D’un côté, « tendre à » ressemble à un modificateur d’affaiblissement comme « plutôt », « plus ou moins », « relativement », « souvent » ou « approximativement ». De l’autre, c’est un procédé allusif qui introduit une indétermination dont le contexte d’emploi indique souvent le propos (le focus) : le genre d’objets, de relations, de circonstances, de techniques statistiques, etc. à considérer, c’est-à-dire les éléments mobiles du modèle, au cœur de l’analyse, dont la présentation en prose a brouillé les contours. C’est une sorte de modalisation qui caractérise les conditions de vérité, spéciales et difficiles à formuler précisément, de nos « généralisations approximatives ».

51Pour conclure, considérons une action A qu’il s’agit d’expliquer. On a vu qu’ont été construits et étayés, au cours de l’histoire de la sociologie, certains concepts : un penchant à A, une tendance « A-ogène », une « A-abilité » sociale, une mesure du désir de A ou, enfin, si A recouvre une famille de comportements dont la compréhension est localement instituée, un code de conduite manifestant une « A-attitude ». Ces concepts ont été au cœur d’approches et de raisonnements qui fournissent un support empirique aux emplois du terme « tendance » et précisent localement leurs critères de correction. Certains prolongements analogiques seraient d’ailleurs énigmatiques : qu’est-ce que serait une mesure du désir d’être street ? Une streetability sociale ? La tendance streetogène ? Ou encore la suicidabilité sociale ? La suicide attitude ?, etc. Les approches sociologiques ont exploité, depuis deux siècles et à leur manière, les sens physique et psychologique originels de « tendance ». Elles ont sans doute contribué à l’étirement, dans de multiples directions, des sens répertoriés aujourd’hui. Mais, pour chacune d’elles, l’explication comme la communication des résultats restent imprécises. Quand ce terme ne désigne pas une orientation mentale, causale ou statistique particulière, il s’applique aux énoncés eux-mêmes, affaiblissant leur portée ou signalant une indétermination dont l’évaluation est contextuelle et à la charge de l’audience.

Haut de page

Bibliographie

ALLPORT F., 1924, Social Psychology, Houghton Mifflin Company, Boston.

, 1962, « A Structuronomic Conception of Behavior : Individuel and Collective », Journal of Abnormal and Social Psychology, 64-1, p. 3-30.

ANDERSON E., 1999, Code of the Street : Decency, Violence, and the Moral Life f the Inner City, New York, W. W. Norton & Company, Inc.

, 2002, « The Ideologically Driven Critique », American Journal of Sociology, 107-6, p. 1533-1550.

BLUMER H., 1954, « What is Wrong with Social Theory ? », American Sociological Review, XIX, p. 3-10.

BORLANDI M., 2008, « Expliquer les régularités sociales : Durkheim critique et continuateur de Quetelet », in B. Valade (dir.), Durkheim. Linstitution de la sociologie, PUF, Paris, p. 79-97.

BOURDIEU E., 2002, « Dispositions et action », in Ch. Chauviré et A. Ogien (dir.), La Régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans lexplication de laction, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 95-110.

BOURDIEU P., 1997, Méditations pascaliennes, Paris, Éditions du Seuil.

– et DARBEL A., 1969, LAmour de lart, Paris, Éditions de Minuit.

BRIAND J.-P. et CHAPOULIE J.-M., 1980, Les Classes sociales : principes danalyse et données empiriques, Paris, Hatier.

CARTWRIGHT N., 1989, Natures Capacities and their Measurement, New York, Oxford University Press.

–, 2002, « D’où viennent les lois de la nature ? », in Ch. Chauviré et A. Ogien (dir.), La Régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans lexplication de laction, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 77-94.

CHAMPLIN T. S. , 1991, « Tendencies », Proceedings of the Aristotelian Society, 91, p. 119-133.

CHAPOULIE J.-M., 2001, La Tradition sociologique de Chicago, Paris, Éditions du Seuil.

CNRTL (Centre National de Ressources Textuelles et Lexicales), 2012, [en ligne] : <http://www.cnrtl.fr/definition/tendance>.

DUNCAN O. D., 1984, Notes on Social Measurement, New York, Russell Sage Foundation.

DURKHEIM É., 1981 (1895), Les Règles de la méthode sociologique, Paris, Alcan.

–, 1981 (1897), Le Suicide, Paris, PUF.

ENGEL P., 1998, « Mill et le problème des lois en sciences morales », exposé fait à l’ISHA, Paris-IV, 5 novembre 1998 (non publié).

FONDATION DE FRANCE, 2013, Les Solitudes en France, Paris, [en ligne] :
<https://www.fondationdefrance.org/sites/default/files/atoms/files/etude_les_solitudes_en_france_-_juin_2013_0.pdf>

FREEDMAN D. A., 1997, « From Association to Causation via Regression », in V.R. McKim et S. P. Turner (éds), Causality in Crisis ? Statistical Methods and the Search for Causal Knwoledge in the Social Sciences, Notre Dame, University of Notre Dame Press, p. 113-162.

HALBWACHS M., 2002 (1930), Les Causes du suicide, Paris, PUF.

–, 2015, La Psychologie collective, Paris, Flammarion.

LAZARSFELD P., 1958, « Evidence an inference in social research », Daedalus, 87-4, p. 99-109.

, 1959, « Reflections on Business », American Journal of Sociology, 65-1, p. 1-31.

MARTIN O., 1997, La Mesure de lesprit. Origines et développements de la psychométrie 1900-1950, Paris, L’Harmattan.

MILL J. S., 1973 (1865), The Collected Works of John Stuart Mill, Volume VII A System of Logic Ratiocinative and Inductive, John M. Robson (éd.), Toronto, University of Toronto Press, London, Routeledge and Kegan Paul.

, 1974 (1865), The Collected Works of John Stuart Mill, Volume VIII A System of Logic Ratiocinative and Inductive, John M. Robson (éd.), Toronto, University of Toronto Press, London, Routeledge and Kegan Paul.

PARMENTIER P., 1986, « Les genres et leurs lecteurs », Revue française de sociologie, 27, p. 397-430.

PASSERON J.-C., 2006 (1991), Le Raisonnement sociologique, Paris, Albin Michel.

PORTER T., 1995, « Statistical and social facts from Quetelet to Durkheim », Sociological Perspectives, 38-1, p. 15-26.

QUETELET A., 1835, Sur lhomme et le développement de ses facultés. Essai de physique sociale, 2 tomes, Paris, Bachelier.

–, 1846, Lettre à S. A. R. Le Duc Régnant de Saxe-Cobourg et Gotha sur la théorie des probabilités, appliquée aux sciences morales et politiques, Mayez, Bruxelles.

–, 1848, Du système social et des lois qui le régissent, Paris, Guillaumin et Cie.

RYLE G., 2005 (1949), La Notion desprit, Paris, Payot & Rivages.

SIRACUSA J., 2014, Rendre comptes. Un examen critique des usages de la quantification en sociologie, Paris, Hermann.

–, 2017, « Le penchant quetelésien de Durkheim », LAnnée sociologique, 67-1, p. 255-276.

THURSTONE L., 1928, « Attitudes Can be Measured », American Journal of Sociology, 33-4, p. 529-554.

TURNER S., 1984, « Durkheim as a Methodologist. Part II Collective Forces, Causation, and Probability », Philosophy of Social Sciences, 14, p. 51-71.

, 1986, The Search for a Methodology of Social Science : Durkheim, Weber, and the Nineteenth-Century Problem of Cause, Probability, and Action, Boston Studies in the Philosophy of Science, vol. 92, Dordrecht, Springer.

, 2014, Understanding the Tacit, New-York London, Routledge.

et ROTH P., 2003, « Ghost And the Machine : Issues Of Agency, Rationality, And Scientific Methodology In Contemporary Philoosophy Of Social Science », in Id., The Blackwell Guide to the Philosophy of Social Sciences, Oxford, Blackwell, p. 1-17.

UPTON G. et COOK L., 2008, A Dictionary of Statistics, Oxford, Oxford University Press.

VAN ORDEN K., WITTE T., CUKROWICZ K., BRAITHWAITE S., SEBY E. et JOINER Jr T., 2010, « The Interpersonal Theory of Suicide », Psychological Review, 117-2, p. 575-600.

WACQUANT L., 2002, « Scrutinizing the Street : Poverty, Morality, and the Pitfalls of Urban Ethnography », American Journal of Sociology, 107-6, p. 1468-1532.

WILSON M., 2006, Wandering Significance. An Essay on Conceptual Behavior, Oxford, Oxford University Press.

WINCH P., 1990 (1958), The Idea of a Social Science and its Relation to Philosophy, London, Routledge.

WITTGENSTEIN L., 2004 (1953), Recherches philosophiques, Paris, Gallimard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Siracusa, « Quelques usages du terme « tendance » en sociologie  »Revue européenne des sciences sociales, 55-2 | 2017, 211-235.

Référence électronique

Jacques Siracusa, « Quelques usages du terme « tendance » en sociologie  »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 55-2 | 2017, mis en ligne le 15 décembre 2020, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/ress/3938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.3938

Haut de page

Auteur

Jacques Siracusa

Université Paris-8 Vincennes-Saint-Denisjacques.siracusa"at"gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search