Navigation – Plan du site
Varia

À la recherche de nouvelles traces sociales

L’exemple des conspirationnistes
In search of new social footprints: the case of conspirationists
Gérald Bronner, Pascal David et Luigi Del Buono
p. 13-52

Résumés

La sociologie cherche à recueillir des traces laissées dans le monde social. De ce point de vue, l’apparition d’Internet offre un espace de recherches inédit. Cet article explore certaines des nouvelles possibilités offertes par cet environnement social et certaines des difficultés méthodologiques qu’il implique. Internet, parce qu’il constitue un marché dérégulé de l’information, est notamment le lieu de la diffusion de « fake news ». Pour cette raison, l’article propose d’examiner certaines des traces laissées par une population particulières : les conspirationnistes. Quels types de comportements peuvent être décelés par les arguments qu’ils utilisent, les commentaires qu’ils font de l’actualité, c’est la question que pose l’article en convoquant une approche fondée sur les sciences sociales computationnelles.

Haut de page

Notes de l’auteur

Nous tenons à remercier Amélie Rougié pour son aide précieuse.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. L’imprédictibilité des phénomènes et les nouvelles traces de la vie sociale
2. Méthodologie
2.1. Le fonctionnement de GT
2.2. Les données et les périodes d’analyse possibles.
2.3. La granularité temporelle
2.4. L’orthographe des requêtes
2.5. L’échantillonnage et les comparaisons entre les requêtes
2.6. Fluctuations statistiques
3. Déceler de nouvelles catégories d’acteurs
4. Les traces que laissent les commentateurs sur les sites conspirationnistes
4.1. Requêtes sur le moteur de recherche Google
4.2. Arguments et articles conspirationnistes
4.3. Classification des nouveaux arguments et producteurs d’arguments
4.4. Classification des sites et commentaires des articles
5. Discussion

Aperçu du texte

1. L’imprédictibilité des phénomènes et les nouvelles traces de la vie sociale

Plusieurs événements politiques d’importance variable ont frappé les commentateurs ces dernières années. Parmi eux, l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis est probablement celui qui, en raison des enjeux symboliques qu’il charriait, a le plus attiré l’attention. Mais au-delà de cette raison, cet événement a stupéfait parce que les moyens traditionnels de prédiction des phénomènes sociaux (on pense en particulier aux sondages, mais on pourrait dire la même chose des marchés prédictifs) se sont révélés impuissants à le prévoir. La semaine précédant les élections, le New York Times, mobilisant des modèles prédictifs, déclarait que la candidate démocrate avait 84 % de chances de remporter l’élection présidentielle. Assez lucidement, le célèbre quotidien diagnostiqua dans son éditorial le lendemain du jour de la victoire de Trump : « Toute l’incroyable technologie […] que les newsrooms améric...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Bronner, Pascal David et Luigi Del Buono, « À la recherche de nouvelles traces sociales », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-1 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2021, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ress/3988 ; DOI : 10.4000/ress.3988

Haut de page

Auteurs

Gérald Bronner

Université Paris-Diderot, LIED
gerald.bronner"at"univ-paris-diderot.fr

Articles du même auteur

Pascal David

Université Paris-Diderot, LIED – Université Pierre et Marie Curie, LPNHE
David"at"lpnhe.in2p3.fr

Luigi Del Buono

Université Paris-Diderot, LIED – Université Pierre et Marie Curie, LPNHE
luigi.delbuono"at"lpnhe.in2p3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page