Navigation – Plan du site
Quelle place pour l'aménagement et l'urbanisme dans les sciences sociales

Les recherches sur la ville en France : un champ cloisonné ?

Retour sur deux exemples d’interdisciplinarité dans la géographie urbaine des années 1970
Urban research in France : a compartmentalized field ? A look back at two examples of interdisciplinarity in urban geography during the 1970s
Matthieu Pichon
p. 153-179

Résumés

Il est courant de souligner les différences de structuration des recherches sur la ville entre la France et le monde anglo-saxon : les premières seraient marquées par la segmentation disciplinaire, les secondes par la transdisciplinarité. Sans complètement remettre en cause ce constat, cet article vise néanmoins à le nuancer. Certains travaux réalisés dans les années 1970-1980 se distinguent en effet par une approche transgressant leurs « matrices disciplinaires » d’origine. Les cas de deux géographes de Lyon (Marc Bonneville et André Vant) seront ici évoqués, sur la base d’entretiens et d’une étude des textes, qui permettent d’apporter un éclairage différent sur l’histoire de la recherche urbaine française, en insistant davantage sur l’interdisciplinarité effective (dans l’ordre des référentiels et des pratiques de recherche) que sur son morcellement du point de vue institutionnel.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Les années 1970 : une période favorable à l’interdisciplinarité ?
1.1. Observer l’interdisciplinarisation depuis une discipline en renouvellement
1.2. Une inflexion des politiques de recherche 
2. André Vant et Marc Bonneville : Deux cas d’interdisciplinarisation de la recherche sur la ville
2.1. Quelques précisions préalables
2.2. André Vant : La marge disciplinaire comme nécessité ?
2.2.1. Une recherche individuelle nourrie par des socialisations informelles
2.2.2. Le (post-)marxisme comme moteur et opérateur d’une interdisciplinarité cognitive ?
2.2.3. Vers une approche holiste de l’espace urbain
2.3. Marc Bonneville, une interdisciplinarité collective
2.3.1. Au sein de l’ATP Croissance urbaine : un projet d’économistes
2.3.2. La notion de « production de l’espace » comme opérateur d’interdisciplinarité
2.3.3. Frontières, hybridation et remise en cause de l’autonomie de la géographie
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Dans un numéro récent des Actes de la recherche en sciences sociales consacré à l’« espace des disciplines », Johan Heilbron et Yves Gingras soulignaient la montée, depuis les années 1990, d’une vague de « débats sur l’interdisciplinarité » visant principalement à « remettre en question les disciplines » considérées comme « des structures insulaires, fermées à la fois vis-à-vis des autres disciplines et des utilisateurs de la connaissance situés hors du monde académique » (Heilbron et Gingras, 2015).

Ces débats touchent aussi des sous-champs plus spécifiques, comme celui des recherches sur la ville. En 2013, par exemple, la revue Métropolitiques publiait un dossier dont l’éditorial avait pour titre-question « Y a-t-il des “urban studies” à la française ? », sur le modèle des « études urbaines » « transdisciplinaires à l’anglo saxonne » (Collet et Simay, 2013). Les deux auteurs y soulignaient que « l’histoire des sciences sociales de l’urbain et leur structuration institu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Pichon, « Les recherches sur la ville en France : un champ cloisonné ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-1 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2021, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ress/4022 ; DOI : 10.4000/ress.4022

Haut de page

Auteur

Matthieu Pichon

Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne
matthieu.pichon"at"parisgeo.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page