Navigation – Plan du site
Quelle place pour l'aménagement et l'urbanisme dans les sciences sociales

Cadres théoriques et sciences humaines : quelles leçons épistémologiques pour l’aménagement et l’urbanisme ?

Theoretical frameworks and the human sciences: what epistemological lessons for urban planning?
Céline Bonicco-Donato
p. 181-201

Résumés

Cet article se propose de présenter la nature et la fonction des cadres théoriques en sciences humaines pour éclairer les difficultés épistémologiques de l’urbanisme : s’il les partage avec d’autres sciences de ce champ, elles se voient radicalisées par son caractère hybride de science poïétique, prospective et prescriptive, élaborant un savoir en vue de produire des effets toujours situés. Envisager l’urbanisme comme une science humaine ne signifie nullement nier sa spécificité mais revient à comprendre sa place en leur sein. De quelle manière l’urbanisme peut-il traduire de manière pertinente dans sa langue leur réflexion épistémologique ? Dans cette perspective seront envisagées trois modalités de réinterprétation : le braconnage disciplinaire, la dérivation constructive et la recherche clinique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. De la philosophie aux sciences humaines et sociales en général et à l’urbanisme en particulier
1.1. Du nomadisme des concepts ou l’usage différencié de notions communes
1.2. Des concepts en philosophie
1.3. L’émancipation des sciences humaines et ses conséquences épistémologiques
1.4. L’urbanisme comme science humaine particulière
2. Quelle spécificité disciplinaire pour les cadres théoriques de l’urbanisme ?
2.1. Le braconnage disciplinaire : Spatialiser les concepts empruntés
2.2. La dérivation constructive : affirmer son caractère opérationnel et prospectif
2.3. La recherche clinique : assumer la constitution d’un savoir opérationnel et prescriptif à partir de l’expérience
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Alors que le terme « urbanisme » a été forgé par Ildefonso Cerdá en 1867 dans sa Théorie générale de l’urbanisation et que la Société française des urbanistes est créée en 1911, sa reconnaissance institutionnelle comme discipline scientifique à part entière s’avère relativement récente en France. En effet, c’est seulement en 1992 qu’une section lui est attribuée au Conseil national des universités, ouvrant la possibilité de soutenir des thèses dans ce champ. Ainsi peut-on noter l’existence d’un décalage entre l’urbanisme comme pratique professionnelle constituée comme telle à la charnière du xixe et du xxe siècle et l’urbanisme comme champ scientifique dont l’autonomie n’est reconnue que depuis une vingtaine d’années. Si l’organisation concrète de la ville est bien évidemment porteuse d’enjeux théoriques, comme en témoigne l’anthologie de textes dirigée par Françoise Choay (1965), il n’en demeure pas moins que la reconnaissance de leur légitimité scientifique et de leur ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Céline Bonicco-Donato, « Cadres théoriques et sciences humaines : quelles leçons épistémologiques pour l’aménagement et l’urbanisme ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-1 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2021, consulté le 17 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ress/4033 ; DOI : 10.4000/ress.4033

Haut de page

Auteur

Céline Bonicco-Donato

Université Grenoble Alpes – CNRS – ENSA, Grenoble, AAU/Cresson
celine.bonicco@grenoble.archi.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page