Navigation – Plan du site
Quelle place pour l'aménagement et l'urbanisme dans les sciences sociales

Pour une théorie du projet en urbanisme

A theory of the project in urbanism
Nadia Arab
p. 219-240

Résumés

Le projet est l’un des instruments privilégiés de l’urbanisme pour transformer et organiser les fonctionnalités, le fonctionnement et les usages de l’espace. C’est une activité ancienne. Elle se métamorphose dans le temps avec l’évolution des conditions et des enjeux de la fabrique urbaine. Les projets d’urbanisme se caractérisent à la fois par leur diversité et par leur singularité. Ce trait permanent questionne le rapport à la théorisation. Comment construire des cadres conceptuels et des systèmes interprétatifs en mesure de rendre compte de la cohabitation de la diversité et de la singularité dans les pratiques et processus de projet ? C’est le sens de la réflexion conceptuelle élaborée dans cet article. Adossé à une posture actioniste et à une analyse comparative de l’activité de projet dans des cas contrastés, ce cadre conceptuel est organisé autour des propriétés qui transcendent les diversités et autour des paramètres qui, au contraire, expliquent les diversités observables dans les pratiques et processus de projet.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Le projet d’urbanisme : des propriétés qui transcendent la diversité
1.1. Une activité bipolaire, définir / faire advenir
1.2. Une activité collective
1.3. Une action finalisée mais indéterminée
1.4. Une activité inscrite dans un espace-temps paradoxal
1.5. Une activité productrice d’artefacts
2. Des paramètres explicatifs de la diversité
2.1. Le contexte socio-urbain d’intervention
2.2. L’artefact urbain
2.3. Risques et incertitudes
2.4. Innovation urbaine versus lignée d’aménagement

Aperçu du texte

Introduction

L’urbanisme a ceci de particulier qu’il s’est constitué tout à la fois comme un champ de connaissances et comme un champ de pratiques lui-même adossé à des corps de savoirs, de doctrines et de techniques (Bourdin, 2015). Cela impose de préciser de quoi on parle quand on parle d’urbanisme. Dans la lignée des positions défendues par Françoise Choay (2015 [1988]), Jean-Paul Lacaze (1997), Sabine Barles (2015) ou Alain Bourdin (2015), je défends une posture qui désigne l’urbanisme comme l’activité, intentionnelle et contextualisée, dont l’objet est de transformer et d’organiser l’espace urbain, ses fonctionnalités, ses fonctionnements et ses usages en agissant par et sur sa matérialité en vue d’une situation jugée préférable. Dans cette perspective, l’urbanisme est ici une pratique qu’il s’agit de théoriser tandis que le projet d’urbanisme en constitue l’un des instruments privilégiés, sur lequel cet article va s’attarder.

On reconnaît dans cette approche de l’urbanisme les ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadia Arab, « Pour une théorie du projet en urbanisme », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-1 | 2018, mis en ligne le 25 mai 2021, consulté le 24 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/ress/4050 ; DOI : 10.4000/ress.4050

Haut de page

Auteur

Nadia Arab

Université Paris-Est, Lab’Urba (EA 3482), UPEC, UPEMLV
nadia.arab"at"univ-paris-est.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page