Navigation – Plan du site
Quatre études autour de Raymond Boudon

1967. Une thèse en Sorbonne : LAnalyse mathématique des faits sociaux

1967. A PhD thesis defense at the Sorbonne: LAnalyse mathématique des faits sociaux
Jean-Paul Grémy
p. 13-40

Résumés

En 1967, date de la publication de LAnalyse mathématique des faits sociaux, l’utilisation des mathématiques dans les sciences sociales faisait encore l’objet de fortes réticences. Ce texte décrit les causes et les formes de cette opposition, et retrace la manière dont le livre de Raymond Boudon fut reçu par les sociologues et contribua au développement d’une sociologie scientifique.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. La situation de la sociologie française en 1967
1.1. Le Centre d’études sociologiques et les débuts de la recherche en sociologie
1.2. L’enseignement de la sociologie
1.3. La place des mathématiques et de l’informatique dans l’enseignement de la sociologie
2. Le contenu de L’Analyse mathématique des faits sociaux
2.1. La genèse du livre
2.2. Les grandes lignes de l’ouvrage
2.3. Les apports techniques
2.4. Les apports épistémologiques
2.5. Le rôle de la thèse d’État en lettres et sciences humaines
3. L’accueil réservé par les sociologues à LAnalyse mathématique lors de sa parution
3.1. Les simples comptes rendus bibliographiques
3.2. Les critiques constructives
3.3. La réponse de Boudon
4. L’analyse causale
4.1. Les discussions techniques
4.2. Les efforts de vulgarisation
5. L’importance de L’Analyse mathématique
5.1. Un livre d’accès difficile
5.2. Le jugement rétrospectif de Boudon sur sa thèse principale
Conclusion

Aperçu du texte

En 1967, lorsque paraît L’Analyse mathématique des faits sociaux, thèse soutenue le 18 mars de la même année dans la salle Louis Liard de la Sorbonne, Raymond Boudon a déjà publié plus d’une quinzaine d’articles scientifiques, une contribution à un ouvrage, et deux anthologies commentées (avec Paul F. Lazarsfeld). Dans leur quasi-totalité, ces publications ont en commun un contenu méthodologique et technique affirmé. À cette date, l’importance de L’analyse mathématique des faits sociaux tient à trois caractéristiques : c’est le premier livre entièrement rédigé par Boudon ; il constitue sa thèse principale de Doctorat d’État (étape déterminante dans une carrière universitaire) ; et il comble une lacune dans la littérature sociologique française de l’après Seconde Guerre mondiale. Pourtant, dans la plupart des biographies de Boudon, et dans les in memoriam qui ont suivi son décès, ou bien cet ouvrage n’est pas mentionné, ou bien il occupe une place mineure, éclipsé qu’il est par L’iné...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Grémy, « 1967. Une thèse en Sorbonne : LAnalyse mathématique des faits sociaux », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-2 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2021, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ress/4194 ; DOI : 10.4000/ress.4194

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Grémy

Paris, ENS – EHESS – CNRS, Centre Maurice Halbwachs
jean-paul.gremy"at"orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page