Navigation – Plan du site
Quatre études autour de Raymond Boudon

La famille intellectuelle de Raymond Boudon

Raymond Boudon’s intellectual family
Monique Hirschhorn et Jean-Michel Morin
p. 85-104

Résumés

« La famille intellectuelle », c’est l’expression dont se servit Raymond Boudon pour désigner dans son allocution de remerciement ceux qui venaient de contribuer en 2009 à un ouvrage d’hommage en quatre volumes. Le présent article cherche à donner un contenu à cette expression, d’abord en essayant d’identifier une partie des membres de cette famille, ensuite en s’interrogeant sur les « bonnes raisons » qui ont rendu possible l’existence de cette dernière. Il vise ainsi à offrir, même si c’est d’une manière très incomplète car ce travail garde un caractère exploratoire, une représentation des effets sociaux et scientifiques que peut avoir une activité de recherche quand elle est, aussi clairement que celle de Boudon, portée par un objectif. Avec ce paradoxe : Boudon voulait avant tout que la sociologie soit reconnue comme science et, pour ce faire, il a rallié à son projet le plus grand nombre possible. Mais ce succès n’efface-t-il pas dans une certaine mesure son apport personnel ?

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1. Les proches (maîtres, pairs, élèves)
1.1. Les maîtres
1.2. Les pairs
1.3. Les élèves
2. Les alliés (sociologues français, sociologues étrangers, membres d’autres disciplines)
2.1. Les sociologues français
2.2. Les sociologues étrangers
2.3. Les membres d’autres disciplines
3. Des (bonnes) raisons d’appartenir à la famille intellectuelle
3.1. La sociologie comme science
3.2. Pour une société ouverte

Aperçu du texte

C’est lorsqu’on lui remit l’ouvrage d’hommage en quatre volumes, rédigé en anglais par presque une centaine de contributeurs (Cherkaoui et Hamilton 2009), que Raymond Boudon, en remerciant chaleureusement les auteurs et les personnes qui s’associaient à l’événement, parla pour la première fois de sa « famille » intellectuelle (Boudon, 2009). L’expression ne pouvait avoir qu’une connotation éminemment positive pour cet homme aussi discret qu’attaché aux siens. En témoignent les dédicaces de ces derniers livres : en 1986, L’Idéologie à son fils, Stéphane ; en 1995, Le Juste et le Vrai à Éric, l’aîné de ses petits-fils ; en 2007, les Essais sur la Théorie générale de la rationalité à sa femme qui était toujours son premier lecteur et « a joué un rôle important dans l’élaboration de (ses) écrits » (Boudon, 2003a, p. 18) ; en 2010, La Sociologie comme science à Marc, cadet de ses petits-fils ; enfin, en 2013, son ouvrage posthume, Le Rouet de Montaigne : une théorie du croire, aux quatre...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Monique Hirschhorn et Jean-Michel Morin, « La famille intellectuelle de Raymond Boudon », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-2 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2021, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ress/4317 ; DOI : 10.4000/ress.4317

Haut de page

Auteurs

Monique Hirschhorn

Université Paris Descartes, CERLIS
monique.hirschhorn"at"parisdescartes.fr

Articles du même auteur

Jean-Michel Morin

Université Paris Descartes, CERLIS
jean-mi.morin"at"wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page