Navigation – Plan du site
Varia

L’indignation, le mépris et le pardon dans l’émergence du « cadre légal » d’« Occupy Geneva »

Indignation, contempt, and forgiveness in the emergence of the “legal framework” of “Occupy Geneva”
Frédéric Minner
p. 133-159

Résumés

Cet article s’intéresse au problème de la maintenance, c’est-à-dire au moment où les membres d’un collectif social tentent d’assurer dans le temps l’existence de leur collectif en instituant des règles pour réguler leurs comportements. Ce problème se pose avec acuité lorsque certains membres ne respectent pas ces règles communes. Pour maintenir la coopération sociale, les membres peuvent décider d’instituer des règles secondaires visant à sanctionner les transgressions des règles primaires déjà établies. La maintenance d’un collectif peut ainsi reposer sur l’émergence de pouvoirs déontiques qui donnent aux membres l’autorité de légitimement punir et expulser les transgresseurs. Mais d’où viennent ces règles ? On peut penser qu’elles émergent des émotions éprouvées par les membres envers les transgresseurs. Je le démontre à l’aide d’une étude de cas qui établit que, dans le collectif « Occupy Geneva », l’institutionnalisation de normes pour punir, exclure et réintégrer les déviants s’ancrait respectivement dans l’indignation, le mépris et le pardon.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ma gratitude va à Laurence Kaufmann, Alexandre Flückiger, Emma Tieffenbach, Florian Cova et Maxime Felder qui ont lu et commenté très utilement des versions antérieures de cet article.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Présentation d’« Occupy Geneva »
2. La règle no 5
2.1. Explication et commentaire de la règle
2.1.1. Le problème de l’application de la charte
2.1.2. Instituer des pouvoirs déontiques
2.1.3. Choix de ces règles
2.1.4. La gradation des sanctions
2.1.5. L’auto-exclusion
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

L’existence d’un collectif se caractérise par deux moments politiques : sa constitution et sa maintenance (Kaufmann, 2010). La constitution est le moment de l’émergence du collectif : les membres ont déterminé avec succès sa raison d’être, c’est-à-dire leurs buts et valeurs communes. Une fois leur collectif constitué, les membres tendent à s’engager dans la « réitération » des règles et pratiques établies, afin d’assurer la maintenance du collectif dans le temps. Le problème de la maintenance se pose avec acuité lorsque certains membres ne respectent pas les valeurs et les règles choisies. De fait, pour promouvoir la coopération sociale entre eux, les membres peuvent choisir de transformer leur environnement institutionnel (Axelrod, 2009 [1984], p. 124). L’une des manières de le faire consiste à instituer des règles permettant de sanctionner les transgresseurs, afin de rendre la déviance coûteuse (ibid. ; Coleman, 1990). Ces règles sont spécifiques et peuvent être dites ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Minner, « L’indignation, le mépris et le pardon dans l’émergence du « cadre légal » d’« Occupy Geneva » », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-2 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2021, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ress/4404 ; DOI : 10.4000/ress.4404

Haut de page

Auteur

Frédéric Minner

Université de Genève
Frederic.Minner"at"unige.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page