Navigation – Plan du site
Varia

« Si je crois à la liberté c’est que je crois à l’égalité »

Philosophie pour une république sociale et pratique de l’égalité autour de 1848
“If I believe in freedom, it’s because I believe in equality”: Philosophy for a social republic and the practice of equality around 1848
Clément Coste
p. 209-239

Résumés

Cet article s’intéresse à la manière dont les républicains socialistes de la période 1840-1850 ont justifié l’avènement de la République. Il rend compte de la démonstration théorique de la célèbre devise républicaine de la France révolutionnaire proposée par ces républicains « avancés », en insistant sur la centralité du concept « d’égalité » qui seule rend la liberté effective. Au croisement du socialisme et du républicanisme, ces hommes de 1848 tracent les contours d’une théorie de la république sociale et, d’un point de vue programmatique, proposent un nouveau cadre institutionnel susceptible de la réaliser. Ce cadre structurel alternatif entre en confrontation avec le cadre libéral des économistes « néo-smithiens » qui revendiquent, contre l’utopie, le réalisme.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Éloge de l’égalité : pour une philosophique de la République
1.1. Formule ontologique de l’Homme et formule politique de la société
1.2. L’égalité réelle vs « l’égalité virtuelle »
1.3. Réconcilier l’homme et le citoyen
2. Le programme de l’égalité : Blanc, Vidal et Pecqueur à la Commission du Luxembourg
2.1. Le chantier de la démocratie : le Parlement du travail
2.2. L’atelier de l’égalité : les associations coopératives de production
2.3. Financer l’égalité : crédit réel et crédit personnel
3. La critique de l’égalité : la réception par les libéraux
3.1. La science de l’économie politique et l’utopie
3.2. La République sociale en territoire hostile
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Un peu d’égalité mais pas trop. L’aphorisme connaît aujourd’hui un relatif succès. Tout au long d’une campagne qui allait le mener aux plus hautes fonctions de la République, Emmanuel Macron expliquait que l’égalité était engendrée par la liberté, que la liberté individuelle recréait les conditions d’une égalité matérielle et qu’il était ainsi opportun de combiner « un peu d’égalité avec un peu de liberté ». Dans son discours d’investiture, le président en appelait à la glorieuse – et orgueilleuse – histoire de France, invoquant l’idée singulière que « le monde [avait] besoin de ce que les Françaises et les Français lui ont toujours enseigné : l’audace de la liberté, l’exigence de l’égalité, la volonté de la fraternité ». Une telle emphase intéresse l’historien des idées avide d’une reconstruction historique des idées économiques sociales et politiques, et par là même désireux de discuter de la singularité de présupposés contemporains en les mettant au regard du passé. L...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Coste, « « Si je crois à la liberté c’est que je crois à l’égalité » », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-2 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2021, consulté le 21 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ress/4577 ; DOI : 10.4000/ress.4577

Haut de page

Auteur

Clément Coste

Sciences Po Lyon, Laboratoire Triangle
clement.coste"at"sciencespo-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page