Navigation – Plan du site
Varia

Penser les droits de l’homme avec Michel Villey

Michel Villey on human rights
Jean-Louis Vullierme
p. 241-259

Résumés

La critique de la notion de « droits de l’homme » de Michel Villey n’est pas conduite en opposition à l’esprit de justice, mais au nom d’une conception juridictionnelle (ou « réaliste ») du droit. Le droit ne dérive pas de la volonté politique dite « souveraine » et des fondements métaphysiques dont elle se réclame (théologie, raison, morale, biologie ou sens de l’histoire), mais d’une multiplicité irréductible de sources. S’en suivent de graves objections relatives à l’inefficacité ou à l’inadaptation des formulations subjectives, volontaristes et législatives par lesquelles les « droits de l’homme » sont exprimés. Une reformulation juridiquement correcte ne serait pas purement nominale. Elle est d’autant plus nécessaire que le droit, rempart contre l’arbitraire, est menacé dans son essence même par les revendications du politique qui proclame les « droits de l’homme » sans les honorer, et à titre d’illusoire consolation pour ses possibles abus.

Haut de page

Notes de l’auteur

Le présent article répond à une suggestion de Jean-Yves Pranchère et c’est à lui qu’il doit son titre. Il résulte d’au moins sept années de dialogues directs avec Michel Villey, à partir de 1977, dans le cadre de son Séminaire de Philosophie du Droit de Paris II ou dans un contexte privé.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. Un avant et un après Michel Villey
2. La redécouverte philosophique des sources extra-législatives
3. Le fond de la critique du concept
4. Ce qui reste de la pensée de Michel Villey sur les droits de l’Homme

Aperçu du texte

Nous n’oublions pas que les droits de l’homme sont « opératoires » ; qu’ils sont utiles aux avocats d’excellentes causes, protègent des abus du gouvernement et de l’arbitraire du « droit positif ». Si par impossible on rayait ce terme de notre vocabulaire, encore faudrait-il le remplacer par un autre moins inadéquat. Nous ignorons lequel. Tel est notre problème.
(Villey, 2014 [1983], p. 14)

Introduction

Les droits de l’homme ont de nombreux faux amis qui pratiquent avec désinvolture l’hommage du vice à la vertu. Ils ont aussi de faux ennemis, ou ils en ont au moins un, qui ne les a critiqués que pour leur faible capacité à atteindre leurs objectifs de justice, sans pour autant contester ces derniers : Michel Villey n’est pas tant leur adversaire que celui d’une conception qu’il juge dangereuse du droit, et qu’il considère partagée tout à la fois par la plupart des partisans « progressistes » des droits de l’homme que par la plupart de leurs rivaux « réactionnaires ». Ce qu’il prend pou...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Louis Vullierme, « Penser les droits de l’homme avec Michel Villey », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 56-2 | 2018, mis en ligne le 14 décembre 2021, consulté le 19 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/ress/4640 ; DOI : 10.4000/ress.4640

Haut de page

Auteur

Jean-Louis Vullierme

Paris, École normale supérieure
Jlv"at"jlvnet.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page