Navigation – Plan du site
Présence de Max Weber, la portée d'un classique

Max Weber et la Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne

Max Weber and the Federal Republic of Germany’s Basic Law
Andreas Anter
p. 77-103

Résumés

Cet article met en évidence l’influence exercée par Max Weber sur la Constitution de la République fédérale d’Allemagne. Cela vaut non seulement pour le droit d’enquête parlementaire et le modèle singulier d’un État fédéral unitaire, mais aussi pour la légitimation des partis politiques et le principe de la libre représentation des représentants. Weber, déjà conseiller en 1918 pour le projet de la Constitution de Weimar, est redevenu influent dans le processus d’élaboration de la Constitution de la Loi fondamentale allemande en 1949. De nombreux pères de la Constitution et personnalités politiques de premier plan de l’après-guerre, tels que Konrad Adenauer, Theodor Heuss ou Carlo Schmid, l’ont même considéré comme une figure de proue. Nous plaidons ce faisant pour une révision de l’habituelle présentation caricaturale de Weber comme adepte d’une « démocratie avec un leader plébiscitaire », car en réalité, il était un défenseur de la démocratie représentative.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Hinnerk Bruhns pour la traduction de mon manuscrit allemand, ainsi qu’Aurore Gaillet pour sa relecture de la traduction.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1. Max Weber et les pères de la Constitution
2. Le mythe du « penseur plébiscitaire »
3. La valeur de la démocratie représentative
4. La préoccupation majeure de Weber : le droit d’enquête du parlement
5. La préférence de Max Weber : l’État fédéral unitaire
Conclusion

Aperçu du texte

Le 3 avril 1958, le président de la République fédérale d’Allemagne, Theodor Heuss, écrit à Konrad Adenauer : « Cher et estimé Monsieur le Chancelier fédéral ! Je ne suis pas certain que le nom de Max Weber vous dise beaucoup. À mon sens, il est, depuis le tournant du siècle, la plus grande personnalité allemande, celle qui a les plus grandes qualités humaines et scientifiques. » (Heuss et Adenauer, 1992, p. 295). Quelques jours plus tard, le 11 avril, Konrad Adenauer répond : « Très estimé et cher Monsieur le Président fédéral ! Le nom de Max Weber me dit beaucoup. Il est – je ne sais pas si je dirais – la plus grande personnalité allemande, du point de vue humain et scientifique, mais il est certainement – c’est également mon avis – l’une des plus grandes. » (ibid., p. 305).

Adenauer, premier chancelier et en même temps l’un des pères de la Loi fondamentale, n’était pas le seul à penser ainsi. Pour de nombreuses personnalités politiques de la jeune République fédérale, Max Weber ét...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andreas Anter, « Max Weber et la Loi fondamentale de la République fédérale d’Allemagne », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 57-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 23 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ress/4988 ; DOI : 10.4000/ress.4988

Haut de page

Auteur

Andreas Anter

Staatswissenschaftliche Fakultät, Universität Erfurt
andreas.anter"at"uni-erfurt.de

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page