Navigation – Plan du site
Présence de Max Weber, la portée d'un classique

Max Weber et la monnaie

Max Weber and money
Michel Lallement
p. 127-148

Résumés

À partir de 1910, Max Weber développe un programme de sociologie économique dont l’ambition est, à l’aide de catégories sociologiques, d’appréhender des phénomènes habituellement analysés par les économistes. La monnaie est d’autant plus intéressante à considérer de ce point de vue qu’elle sert de support aux calculs rationnels qui gouvernent les pratiques économiques au sein du capitalisme occidental moderne. Pour comprendre la façon dont, en sociologue, Weber analyse la monnaie, le prisme de la rationalisation est le plus pertinent. En dialogue avec l’école historique allemande et l’école marginaliste autrichienne, Weber porte intérêt aux mouvements historiques qui poussent à l’unification des fonctions de la monnaie. Il met surtout en évidence l’existence d’une tension irréductible entre rationalisation matérielle et rationalisation formelle de la monnaie. Ce faisant, il éclaire sociologiquement, et de façon originale, des phénomènes comme l’inflation et la spéculation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Hinnerk Bruhns pour sa lecture et ses suggestions. Les erreurs et les omissions éventuelles restent bien sûr de mon fait.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

1. La rationalisation économique et ses doubles
2. Monnaie et capitalisme
3. La rationalisation monétaire par unification fonctionnelle
4. Les tensions de la rationalisation monétaire
Conclusion

Aperçu du texte

Ainsi qu’en témoignent notamment les conférences sur la finance qu’il prononce en 1894-1895 et en 1896-1897 (Weber, 2017), l’économie est loin d’occuper une place mineure dans les préoccupations de Max Weber. Juriste de formation, celui-ci ne commence pourtant à creuser la question et à travailler la discipline qui lui y est associée qu’à partir de 1894 justement, lorsqu’il accepte le poste de professeur d’économie et de finances que lui propose l’université de Fribourg. Comme l’indique Marianne Weber :

Bien que cela lui coûte énormément de travail si l’on considère ce qu’il peut faire par lui-même, le changement de discipline correspond à son désir ; l’économie est encore une science souple et « jeune » en comparaison du droit, et de plus elle se tient à la frontière des différents provinces du savoir : à partir d’elle s’ouvrent des chemins directs menant à l’histoire des idées et des civilisations aussi bien qu’aux problèmes philosophiques ; et enfin elle est plus féconde pour une...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Lallement, « Max Weber et la monnaie », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 57-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 21 septembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/ress/5099 ; DOI : 10.4000/ress.5099

Haut de page

Auteur

Michel Lallement

Paris, Cnam, Lise – CNRS
michel.lallement"at"lecnam.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page