Navigation – Plan du site

AccueilNuméros57-1Les jeunes français face à la rad...En guise de réponse

Les jeunes français face à la radicalité

En guise de réponse

By way of response
Olivier Galland et Anne Muxel
p. 273-278

Texte intégral

1Nous tenons d’abord à remercier les auteurs de ces comptes rendus car, dans l’ensemble, ils se placent au bon niveau, celui d’une analyse critique du contenu de notre recherche, de ses méthodes et de ses résultats, et non pas, comme cela a été trop souvent le cas, celui d’une dénonciation de nos supposées intentions cachées qui viseraient à produire une « étude à charge » contre une minorité religieuse. Même si nos lecteurs critiques ne cèdent pas trop à cette tentation, répétons-le pour que ce soit bien clair : ces intentions cachées n’existent pas, nous avons voulu mener une étude objective et idéologiquement neutre sur la question de la prégnance des idées radicales dans un échantillon de lycéens.

2Les quatre comptes rendus peuvent se regrouper deux à deux, un ensemble porte plutôt sur des questions de méthode précises relatives à l’enquête (les contributions de Vincent Tiberj et d’Agnès Villechaise), et un autre sur des questions de nature épistémologique (les contributions de Nikola Tietze et de Jean-Noël Ferrié).

3Les questions méthodologiques portent principalement sur le choix de l’échantillon, le mode de passation du questionnaire, l’articulation « quanti-quali » et celle entre radicalité religieuse et radicalité politique. Commençons donc par cet ensemble (sans prétendre répondre à la totalité des points soulevés).

4Vincent Tiberj met en doute la validité de notre échantillon du fait de sa non-représentativité statistique (notamment concernant les musulmans). Mais nous n’avons jamais prétendu, dans l’enquête auprès des lycéens, constituer un échantillon représentatif. Cela était tout simplement hors de notre portée. Nous précisons bien (p. 12) que notre recherche a une vocation exploratoire. La voie qu’indique Vincent Tiberj, celle d’un tirage aléatoire, évidemment excellente, était totalement incompatible avec le maigre budget que nous a alloué le CNRS ; d’autant que cet échantillon aurait dû être extrêmement important pour comporter un nombre suffisant de musulmans (pour mémoire, l’enquête complémentaire représentative menée auprès de 1 805 jeunes de 15-17 ans ne comprend qu’une cinquantaine de d’individus se déclarant de confession musulmane). Vincent Tiberj le sait bien, la recherche en sciences sociales est souvent le résultat d’un compromis entre les objectifs et les moyens.

  • 1 C’est-à-dire de lycées comportant un pourcentage d’élèves en « ZUS » supérieur à la moyenne nationa (...)

5Notre enquête est-elle pour autant invalide ? Nous ne le croyons pas. Nous avons constitué un échantillon raisonné visant à respecter une diversité d’établissements – régionale, territoriale, c’est-à-dire de centre-ville, de zones périurbaines et de zones rurales, et de types de lycées (LEGT, LP, LPO) – tout en surreprésentant les établissements situés à proximité ou dans des « zones urbaines sensibles » (ZUS). Au total, l’échantillon de lycées surreprésente des jeunes de confession musulmane et d’origine populaire ou dont les parents sont travailleurs indépendants. Néanmoins, toutes les catégories sociales sont représentées dans des proportions qui ne sont jamais très fortement éloignées de ce qu’elles sont en moyenne dans les lycées sur la base des données « France entière » de l’Éducation nationale ; et ce résultat se vérifie pour chaque confession religieuse. Notre enquête, en ce qui concerne les musulmans, ne concerne d’ailleurs pas uniquement ceux qui résident en « ZUS », comme semble le dire Vincent Tiberj. En réalité, dans notre échantillon le nombre de musulmans au sein de lycées « ZUS »1 est à peu près équivalent à celui de musulmans dans les lycées « non ZUS » (885 contre 868). Les musulmans que nous avons interrogés sont ainsi d’origine relativement diversifiée et sont loin d’être exclusivement issus de « ZUS ».

6Néanmoins, il était particulièrement intéressant et sociologiquement pertinent, selon nous, d’avoir dans notre échantillon un nombre suffisamment important de jeunes résidant dans des quartiers emblématiques des quartiers sensibles où ont eu lieu des émeutes urbaines en 2005 et où des travaux de nature qualitative (ceux de Gilles Kepel notamment) ont montré que le fondamentalisme religieux se développait (nous avons ainsi enquêté dans des quartiers sensibles de la Seine-Saint-Denis, du Nord-Pas-de-Calais et et du nord de la ville de Marseille). Cela ne dit évidemment pas tout de ce que sont et pensent les jeunes musulmans en France, mais c’est, pensons-nous, un apport de connaissance important. Cela permet de vérifier à quel degré la radicalité qu’on suppose présente dans ces quartiers y est effectivement répandue et à quels facteurs elle est associée. Il ne nous semble pas qu’une étude ait permis de le faire avant celle que nous avons conduite. Reconnaissons néanmoins – et la critique de Vincent Tiberj nous y invite – que nous aurions dû consacrer plus d’analyses à l’effet de contexte. Mais une enquête aussi riche que celle-ci est ouverte à de multiples analyses complémentaires. Signalons d’ailleurs que nous avons communiqué les données au Centre Quételet pour qu’elles soient à la disposition des chercheurs qui voudraient les conduire.

7Une autre critique porte sur le mode de passation. Le fait d’avoir fait passer le questionnaire dans les classes générerait un effet de contrôle social par le groupe des pairs. Mais l’effet de contrôle social le plus attendu, s’il existe, ne devrait-il pas être celui de l’institution scolaire engageant au conformisme ? Au total que penser de ces effets possiblement contradictoires ? Aucun mode de passation n’est idéal concernant des jeunes de cet âge et encore une fois le réalisme et le pragmatisme s’imposent. Quelle autre solution aurions-nous eu pour interroger des jeunes en grand nombre, notamment dans des quartiers sensibles, a priori rétifs à répondre à des enquêtes de ce type ? Malgré ces possibles inconvénients, c’est une opportunité extraordinaire de pouvoir interroger des jeunes de toutes origines rassemblés dans un lieu unique rendant relativement facile la passation d’un questionnaire. Contrairement à Vincent Tiberj, nous pensons donc que c’est une grande chance d’avoir pu le faire dans ces conditions car nous avons pu ainsi toucher et recueillir les opinions d’une population difficilement atteignable par les méthodes classiques des enquêtes par sondage.

8Agnès Villechaise soulève quant à elle un autre problème concernant la justification du choix d’interroger des jeunes de 14-16 ans qui seraient à cet âge plus portés à la violence et à l’absolutisme. Nous pensons pourtant avoir justifié ce choix par le fait que l’adolescence est une période charnière dans la construction de l’identité. Par ailleurs, il y a une raison pratique très importante qui justifie ce choix de nous concentrer sur des lycéens de classe de seconde. Interroger des collégiens aurait été plus compliqué (pour obtenir l’accord des parents notamment) et aurait conduit pour le coup à avoir un échantillon trop jeune dont les opinions sur ces sujets risquaient d’être très floues et incertaines. A contrario, interroger des lycéens plus âgés (de 1re ou terminale) introduisait le risque de perdre ceux, très importants pour notre enquête, qui ont quitté le système scolaire dès ce niveau d’étude, les « drop out » et les « perdus de vue ». Interroger des lycéens de seconde était le meilleur compromis possible.

9Agnès Villechaise soulève une autre question sur l’articulation dans notre démarche entre l’approche quantitative et l’approche qualitative. Elle affirme que la méthode que nous avons retenue de faire réagir collectivement ou individuellement des lycéens aux résultats de l’enquête quantitative ne peut conduire qu’à l’obtention de « réponses superficielles et relativement convenues ». Nous pouvons la détromper sur ce point. Nous tenons à sa disposition les 500 pages des entretiens retranscrits des focus groups qui sont d’une grande richesse et où l’on voit que les lycéens s’expriment de manière très libre et sans inhibition. Il est vrai cependant que, faute de temps, nous avons relativement peu exploité ce matériau très riche dans le livre. Mais, encore une fois, ce matériau est disponible pour toutes les analyses complémentaires que les uns ou les autres voudraient entreprendre.

10Plus généralement, sur ce point de l’articulation « quanti-quali », il est vrai que notre démarche fut de prime abord quantitative. Nous ressentions la nécessité de mener une enquête sur un large échantillon de manière à tenter de répondre à des questions que les enquêtes qualitatives, malgré toute leur richesse, ne permettent pas de résoudre : valider ou non statistiquement des liens entre des opinions (radicales) et, soit des caractéristiques sociales (la catégorie sociale, le sexe, etc.), soit d’autres opinions (par exemple le fait de se sentir discriminé, le fait de déclarer appartenir à telle religion ou avoir telle orientation politique). C’est cette opération qui permet de valider ou d’invalider statistiquement des hypothèses sur de possibles facteurs explicatifs, tout en restant très prudent sur les éventuelles relations de causalité. Mais insistons sur le fait qu’il était indispensable pour cela d’avoir dans notre échantillon des jeunes de toutes origines et de toutes religions. Contrairement à ce que soutient Agnès Villechaise dans l’introduction de sa note, nous n’avons pas mené une enquête pour « explorer la tentation radicale des jeunes musulmans », nous avons mené une enquête sur la tentation radicale de jeunes aux opinions et aux origines diversifiées et en essayant de mesurer, par des analyses multivariées, quels étaient, in fine, les facteurs les plus nettement associés aux idées radicales. Cet exercice comparatif est absolument essentiel dans notre démarche et plusieurs lecteurs de notre ouvrage (dont certains des contributeurs au débat engagé par cette revue) semblent l’avoir oublié ou le passent sous silence.

11Cela conduit également nos lecteurs à faire parfois une mauvaise lecture de notre méthode et de nos résultats. Agnès Villechaise nous reproche ainsi d’avoir choisi une question trop générale pour mesurer l’adhésion à la radicalité religieuse : « il est acceptable dans certains cas dans la société actuelle de combattre les armes à la main pour sa religion ». Selon elle, il aurait été plus approprié de poser des questions sur le jihad ou les combats de Daech. Curieux conseil, car ne nous aurait-on pas alors reproché, avec raison, de cibler une religion particulière et d’introduire ainsi un biais considérable dans notre mesure de l’adhésion à la radicalité religieuse ? Il était au contraire indispensable de poser des questions religieusement neutres, c’est-à-dire qui pouvaient s’appliquer à toutes les religions sans distinction. Au demeurant, la question que nous avons posée nous semble suffisamment claire et directe. Agnès Villechaise voit cependant comme « une faiblesse majeure de l’étude » le fait que les questions puissent ne pas être comprises de la même façon par tous les lycéens. C’est bien sûr possible, comme dans toute enquête de ce type, mais nous ne nous en tenons pas à l’analyse d’une question l’une après l’autre, nous essayons de dégager la logique d’ensemble de l’analyse de multiples questions. Et rappelons-le à nouveau, ce qui importe avant tout, c’est l’exercice comparatif qui montre, sur les questions religieuses, des écarts systématiques entre les jeunes musulmans et les autres jeunes. Ces écarts importants et réguliers s’expliqueraient-ils par le fait que les jeunes musulmans comprennent les questions posées de manière systématiquement différente des autres jeunes ? Cela paraît bien improbable. Il est beaucoup plus logique de penser qu’ils reflètent simplement de forts écarts d’opinions entre les jeunes musulmans et les autres jeunes : très forte religiosité, distance critique à l’égard du libéralisme culturel en lien avec ces croyances religieuses, prédominance des valeurs religieuses sur celles du monde séculier, et, pour une minorité significative plus radicale (mêlant absolutisme et tolérance à l’égard de la violence dans la vie sociale ordinaire), justification d’une forme de violence religieuse. Tout ceci semble former un cadre interprétatif assez cohérent.

12Agnès Villechaise avance une autre critique qui nous paraît plus pertinente : celle d’avoir insuffisamment exploré la nature des liens entre la radicalité religieuse et la radicalité politique. Nous reconnaissons volontiers que notre ouvrage est un peu court sur ce sujet, même si dans la postface du livre, nous montrons que ces liens semblent ténus, concernant des segments de la jeunesse qui ne se recoupent pas forcément et qui obéissent à des facteurs différents. Ce qui les rapproche fondamentalement, c’est un niveau plus élevé de tolérance à la violence pour faire triompher ses idées. Mais nous pourrions certainement, comme sur beaucoup d’autres sujets, aller plus loin dans l’analyse croisée de ces deux formes de radicalité. Le sujet reste ouvert.

13Les deux autres notes critiques sont plutôt de nature épistémologique, l’une sur un mode constructiviste, l’autre engageant une discussion sur l’interprétation du sens des réponses que fournissent les enquêtés.

14La critique constructiviste, telle que formulée par Nicola Tietze, est assez classique. En l’occurrence, elle consiste à dire que 1) notre enquête construit la réalité que nous prétendons décrire et que 2) cette réalité dépend d’un ensemble d’interactions complexes situées historiquement et socialement et dans lesquelles nous sommes nous-mêmes plongés sans les maîtriser. Il est difficile de répondre à ce genre d’argument très général et qui relève, d’après nous, d’un acte de foi. Comment le prouver et comment prouver le contraire ? Pour notre part, nous restons des adeptes d’une sociologie positive qui propose des hypothèses et cherche à les vérifier empiriquement. Nous croyons à la valeur de cette vérification empirique et nous ne pouvons qu’opposer cet acte de foi à l’acte de foi contraire qui lui dénie sa pertinence.

15La critique de Jean-Noël Ferrié se situe sur un autre registre (qui rejoint sur certains aspects les remarques d’Agnès Villechaise). Mais notons d’abord une erreur manifeste (semblable à celle de sa collègue dans le début de sa note) : nous n’avons pas fait « une enquête » qui « visait à mesurer la prégnance des attitudes radicales chez les lycéens musulmans ». Répétons-le à nouveau : notre enquête portait sur des jeunes de toutes origines et de toutes croyances et visait à comparer leurs opinions en utilisant des instruments de mesure aussi neutres idéologiquement que possible. Ce biais systématique dans la lecture de nos résultats est intriguant et interroge plus ces lectures critiques que notre propre recherche.

16Jean-Noël Ferrié entend démontrer dans sa note que les réponses à des questions d’opinion varient en fonction du contexte et du temps. Nous lui en donnons acte sans difficulté. Il veut ainsi prouver, bien au-delà de notre propre recherche sans aucun doute, que les enquêtes quantitatives sur ces sujets sont de peu d’intérêt. Notons au passage qu’est ainsi invalidée la partie majeure de la recherche internationale actuelle en sociologie (il suffit de consulter les grandes revues pour s’en convaincre). Mais laissons de côté cet argument d’autorité.

17Il semble considérer que les enquêtes de ce type ne peuvent recueillir que ce que les acteurs « pensent d’emblée », ce qui est manifestement pour lui de peu d’intérêt. Mais pourquoi être aussi sûr, aussi catégorique sur le fait que ces idées qui viennent d’emblée à l’esprit des acteurs n’ont pas d’importance ? Les acteurs sociaux ne disposent-ils pas d’une certaine cohérence dans leurs idées et leurs valeurs ? Leurs idées, qu’elles viennent d’emblée ou après coup, ne montrent-elles pas une certaine rationalité en valeurs qui les fait tenir ensemble ?

18Répétons-le à nouveau : l’exploitation de ce type d’enquête ne consiste pas à analyser de façon séquentielle une série de questions, mais cherche à en dégager la logique d’ensemble en étudiant les interactions entre les différents registres. Bien entendu, l’enquête quantitative ne peut aller aussi loin que l’enquête par entretiens approfondis dans l’analyse du contenu et du sens que les acteurs donnent à leurs actions et à leurs croyances. Mais opposer l’une à l’autre est stérile. Elles ne visent pas, tout simplement, le même objectif. L’enquête quantitative en sociologie vise à vérifier des hypothèses en construisant des indicateurs qui se prêtent à cette vérification. Jean-Noël Ferrié fait comme si ces indicateurs, relativement standardisés, pouvaient avoir le même objectif de connaissance que ceux des analyses qualitatives. Si on les juge à cette aune, ils sont évidemment moins performants. Mais ce n’est tout simplement pas leur objet.

19Jean-Noël Ferrié s’insurge enfin contre la phrase conclusive d’un des chapitres selon laquelle les lycéens « n’ont pas partagé les émotions collectives [italiques de l’auteur] de la plupart des Français » à propos des attentats de novembre 2015, considérant qu’elle « n’a aucun statut scientifique ». Cette affirmation factuelle sur les émotions collectives, de nature descriptive, est pourtant soutenue par plusieurs sources d’informations quantitatives et qualitatives présentées au cours du chapitre 3 (Tableaux 1 et 2, encadré 1) et notamment par une analyse approfondie des verbatim d’une question ouverte dans laquelle il était proposé aux lycéens d’indiquer ce qu’ils avaient ressenti après les attentats de novembre 2015.

20Au total, il nous semble que nos lecteurs critiques ont trop souvent confondu l’objet de notre recherche avec l’un de ses résultats. L’objet de la recherche était large et visait à étudier différentes dimensions de la radicalité en construisant un échantillon diversifié. Un des résultats importants, mais ce n’est pas le seul, est de montrer que les jeunes musulmans que nous avons interrogés sont plus éloignés que d’autres segments de la jeunesse des normes et des valeurs qui prévalent dans une grande partie de la société française, celles qui ont trait notamment au libéralisme culturel. Faire ce constat n’est pas porter un jugement de valeurs. C’est simplement un résultat qui nous semble bien établi et d’ailleurs confirmé par d’autres travaux. Ce clivage culturel et religieux, lorsqu’il se combine à la tolérance pour la violence ordinaire, peut être une voie d’entrée dans la radicalité. Mais ce n’est pas la seule et l’enquête montre qu’il existe également dans la jeunesse populaire que nous avons interrogée une attirance pour la violence qui est détachée de tout motif religieux. C’est une forme qu’on pourrait qualifier d’infra-politique – car elle n’est pas clairement articulée à des orientations politiques – de radicalité. Elle concerne des populations relativement différentes de celles concernées par la radicalité religieuse. L’appartenance religieuse n’exerce pas sur elle d’effet significatif. Elle est très masculine et liée fortement au sentiment d’intégration scolaire et au contexte des « ZUS ». Il est bien possible qu’existent des voies de passage d’une forme de radicalité à l’autre, puisque la tolérance à l’égard de la violence est un trait qui les rapproche.

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire de lycées comportant un pourcentage d’élèves en « ZUS » supérieur à la moyenne nationale, d’après les données du ministère de l’Éducation nationale.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Galland et Anne Muxel, « En guise de réponse »Revue européenne des sciences sociales, 57-1 | 2019, 273-278.

Référence électronique

Olivier Galland et Anne Muxel, « En guise de réponse »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 57-1 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 23 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/5366 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.5366

Haut de page

Auteurs

Olivier Galland

Paris, CNRS – GEMASSO
galland"at"msh-paris.fr

Articles du même auteur

Anne Muxel

Paris, CNRS – CEVIPOF
anne.muxel"at"sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search