Navigation – Plan du site
L'Europe des inégalités

Inequalities at work and the knowledge economy

Duncan Gallie
p. 137-162

Résumés

Divers scénarios de l’économie du savoir ont fait valoir qu’il est désormais nécessaire d’adopter de nouvelles formes d’organisation du travail pour encourager l’initiative, l’apprentissage et l’engagement des employés. Cependant, peu de recherches ont été menées sur la manière dont les emplois présentant ces caractéristiques sont répartis dans la population active. Sont-ils concentrés au sein d’une élite hautement qualifiée ou sont-ils plus largement répartis entre les différentes composantes de la main-d’œuvre ? On n’en sait encore moins sur les tendances : ces emplois ont-ils augmenté dans le temps et, auquel cas, ont-ils contribué à une convergence ou à une divergence dans la répartition des emplois de qualité sur l’ensemble de la main-d’œuvre ? Cet article se penche sur ces questions pour la période allant de 2005 à 2015 en utilisant des données transnationales issues des enquêtes européennes sur les conditions de travail (European Working Conditions Surveys). Il montre que les tendances de l’évolution de l’inégalité ont considérablement varié selon quatre dimensions-clés de la différenciation de la main-d’œuvre : la région, la classe professionnelle, le sexe et la durée du contrat.

Haut de page

Notes de l’auteur

I am very grateful to the European Foundation for the Improvement of Living and Working Conditions (Eurofound) for providing an early linked copy of the dataset, without which the analyses would not have been possible, and to the EU Horizon 2020 Research Programme “Quality of Jobs and Innovation Generated Employment Outcomes” (QuinnE Project No: 64949), which funded the analyses.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction: theoretical perspectives on innovative capacity and job quality
1. Measuring Trends in Innovation-conducive job quality
1.1. The Data
1.2. A Measure of Innovation-conducive job quality
2. Convergence or polarization in the distribution of jobs with innovation-conducive job quality
2.1. Region
2.2. Occupational Class
2.3. Gender
2.4. Contract Status
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction: theoretical perspectives on innovative capacity and job quality

While there was widespread consensus that Taylorism had been the master trend in the development of work from the 1930s to the 1950s, the first misgivings about extrapolating the trend into the distant future came from researchers working on the implications of advanced automation for work organisation (Blauner, 1964; Woodward, 1970; Gallie, 1978). The argument was that automation necessarily implied a reversal of the historic trend towards an ever-increasing division of labour and a reintegration of work tasks that restored significant control to employees in the running of complex and highly integrated production systems. The combination of the relative volatility of such systems and the high costs of downtime meant that the active intervention of employees to anticipate and manage problems became crucial to economic performance.

The notable development in the 1980s was the emergence of more general theor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Duncan Gallie, « Inequalities at work and the knowledge economy », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 57-2 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/5784 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.5784

Haut de page

Auteur

Duncan Gallie

Oxford, Nuffield College
duncan.gallie"at"nuffield.ox.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page