Navigation – Plan du site
L'Europe des inégalités

Les conditions de travail : un marqueur des inégalités entre groupes socioprofessionnels en Europe

Working conditions as a marker of inequalities between socio-professional groups in Europe
Cédric Hugrée, Étienne Penissat et Alexis Spire
p. 163-190

Résumés

L’organisation du travail dans les entreprises et les conditions de travail apparaissent comme des dimensions importantes des inégalités européennes. Dans quelle mesure l’appartenance à un même groupe socio-professionnel ou à un même espace national correspond-elle à une expérience commune des formes d’organisation du travail ? L’article propose de répondre à cette question en s’appuyant sur l’exploitation de l’European Working Condition Survey de 2015. L’analyse se focalise sur deux dimensions des conditions de travail : les pénibilités et les risques physiques déclarés et l’organisation du temps de travail. Dans une première partie, nous montrons que la pénibilité au travail est une expérience partagée et déclarée par l’ensemble des membres des professions subalternes en Europe, par-delà les différences nationales. La seconde partie revient sur un trait plus particulier de l’expérience au travail des classes supérieures : la capacité à pouvoir aménager l’organisation de son travail. La très forte autonomie des cadres des pays du Nord et de l’Ouest se distingue des contraintes qui pèsent sur les travailleurs subalternes mais également des cadres des pays de l’Est.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. Pénibilités au travail, le trait commun des travailleurs subalternes en Europe
1.1. Entre conditions objectives et perceptions subjectives : quantifier les pénibilités en Europe
1.2. Une pénibilité au travail qui dépasse les clivages nationaux
2. L’autonomie au travail : un privilège de cadres ?
2.1. Des cadres dirigeants assujettis à de fortes amplitudes horaires de travail
2.2. Investissement temporel contre autonomie au travail : la singularité des cadres dirigeants du Nord et de l’Ouest de l’Europe
Conclusion

Aperçu du texte

Le rôle des États et la division internationale du travail de production confèrent un poids encore important aux appartenances nationales dans les inégalités socio-économiques entre Européens. Si l’on retient des critères tels que les niveaux de revenus (Brousse, 2017) ou encore les conditions matérielles de vie (Blavier et Lebaron, 2017), les variations entre pays sont plus marquantes que celles entre groupes sociaux. Dans le domaine des loisirs et de la culture, il existe également de fortes disparités nationales mais les pratiques de certains groupes sociaux tendent à converger : les enseignants et les cadres du public sont fortement investis dans les sorties culturelles partout en Europe, tandis que les ouvriers non qualifiés en sont exclus (Hugrée, Penissat et Spire, 2017a). Mais qu’en est-il des inégalités liées à l’emploi et au travail ? En combinant des considérations relatives à la sécurité de l’emploi et au contenu du travail, la théorie des régimes d’emploi (employment re...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Hugrée, Étienne Penissat et Alexis Spire, « Les conditions de travail : un marqueur des inégalités entre groupes socioprofessionnels en Europe », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 57-2 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/5844 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.5844

Haut de page

Auteurs

Cédric Hugrée

Université de Neuchâtel – Université de Genève
cedric.hugree"at"cnrs.fr

Étienne Penissat

Université de Neuchâtel – Université de Lausanne
etienne.penissat "at"gmail.com

Alexis Spire

Université de Neuchâtel
alexis.spire "at"gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page