Navigation – Plan du site
Varia

Réseaux sociaux et travail social

Un défi pour l’interactionnisme structural
Social networks and social work: a challenge for structural interactionism
Luigi Tronca et Chiara Sità
p. 193-227

Résumés

La connaissance de ce qui est « social » ne peut pas prendre sa forme à partir des seules actions individuelles ou des systèmes sociaux. Il convient donc de réfléchir à un paradigme de recherche qui fonde son analyse sur les relations et les réseaux sociaux et sur la façon dont ces derniers sont intégrés dans l’expérience des sujets. La sociologie pourrait ainsi mieux soutenir les politiques d’intervention sociale, en fournissant une connaissance relationnelle des contextes sociaux qu’elles visent à modifier. Le présent article développe une réflexion sur l’interactionnisme structural en tant que cadre épistémologique pour envisager une intégration de l’analyse des réseaux sociaux et de l’entretien narratif destinée à l’étude des cas dans le domaine du travail social. Cette intégration a été explorée en s’appuyant sur des données empiriques. Le discours est en particulier focalisé sur les potentialités de cette intégration en tant que dispositif méthodologique permettant de saisir le positionnement actif de l’usager dans l’ensemble de ses ressources relationnelles, formelles et informelles.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs ont écrit ensemble l’introduction, les sections 1 et 4, le texte d’introduction de la section 2 et la conclusion de l’article, tandis que Luigi Tronca a écrit la sous-section 2.1 et la section 3 et Chiara Sità la sous-section 2.2.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. L’interactionnisme structural par rapport aux autres sociologies relationnelles
2. Analyse des réseaux sociaux et recherche narrative
2.1. L’analyse des réseaux sociaux
2.2. L’entretien narratif
3. Vers une analyse interactionniste structurale des cas dans le travail social
4. Un exemple d’application : analyse des réseaux sociaux et entretien narratif
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Les activités relationnelles du sujet peuvent être définies comme le résultat provenant d’un ensemble d’éléments environnementaux – la disponibilité et l’accessibilité des ressources relationnelles – et d’un travail actif du sujet, qui les reconnaît et les sélectionne selon la signification qu’il confère aux relations et à sa position au sein du réseau.

Les paradigmes classiques de la recherche sociale – notamment ceux que nous pourrions ramener à l’individualisme méthodologique et au holisme méthodologique – ne semblent plus être capables de représenter une réalité sociale qui est devenue profondément relationnelle, en sorte qu’il devient nécessaire de chercher et adopter des perspectives d’analyse capables de mettre au centre les relations et, en particulier, le sens que le sujet leur attribue dans le développement de son propre agir.

La contribution de l’interactionnisme structural nous semble très importante pour encadrer une perspective épistémologique et méthodolog...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Luigi Tronca et Chiara Sità, « Réseaux sociaux et travail social », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 57-2 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2024, consulté le 25 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/5876 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.5876

Haut de page

Auteurs

Luigi Tronca

Université de Vérone
luigi.tronca"at"univr.it

Chiara Sità

Université de Vérone
chiara.sita"at"univr.it

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page