Navigation – Plan du site

Gérald BRONNER et Francesco DI IORIO (dir.), The Mystery of Rationality: Mind, Beliefs and the Social Sciences

Nathalie Bulle
Référence(s) :

Gérald BRONNER et Francesco DI IORIO (dir.), 2018, The Mystery Of Rationality: Mind, Beliefs And the Social Sciences, Cham, Springer, 260 p.

Texte intégral

1Ce collectif signé par d’éminents contributeurs met à jour un agenda (pour reprendre un thème abordé par Joseph Agassi) crucial pour les sciences sociales : la question de la rationalité. L’énigme posée par le concept ici n’est pas, ce que l’on aurait pu croire en première instance, le mystère de la faculté qu’il identifie mais, et c’est sans aucun doute lié, le mystère de la notion elle-même, étant donné l’apparente impossibilité de la définir scientifiquement de manière consensuelle. À l’image du florilège des dichotomies classiquement évoquées dans la littérature pour la circonscrire : la dimension normative versus descriptive, instrumentale versus non instrumentale, intentionnelle versus non intentionnelle, etc., les quinze contributions de l’ouvrage, présentées les unes à la suite des autres sans structure particulière, offrent dans l’ensemble un tableau impressionniste permettant au lecteur de se faire une idée de l’état de l’art sur le sujet dans les sciences sociales. Dans l’impossibilité de rendre compte précisément des argumentations développées dans chacun des articles, j’évoquerai seulement quelques facettes de cette notion centrale qui se découvrent à la lecture de The Mystery of Rationality.

2Commençons par l’idée sans doute la plus provocatrice du recueil, appuyée sur le constat suivant lequel le concept de rationalité, l’un des plus souvent mis en jeu en sciences sociales, est trop souvent mal défini par les chercheurs et utilisé suivant différents sens, si bien qu’il pourrait en définitive être abandonné avantageusement (Karl-Dieter Opp, « Do the Social Sciences Need the Concept of “Rationality”? Notes on the Obsession with a Concept », chapitre 13). Mais, tandis que certaines approches empiristes confinent au behaviorisme, les modèles rationnels de l’acteur social et économique paraissent exprimer un besoin fondamental de compréhension sous la forme d’une interprétation de l’action humaine comme consciente (Emmanuel Picavet, « Rationality and Interpretation in the Study of Social Interaction », chapitre 15). À ce sujet, il y a dans l’opposition entre le niveau conscient, réservé généralement au rationnel, et le niveau inconscient de la pensée, ou encore entre intentionnalité et absence d’intention, une négligence du niveau « subconscient » et, corrélativement, de la question de l’intention subconsciente qui exigerait un approfondissement en ce sens de l’idée d’intentionnalité (Alban Bouvier, « Intentional, Unintentional and Sub-intentional Aspects of Social Mechanisms and Rationality: The Example of Commitments in Political Life », chapitre 3). Le jeu des formes « incorporées » (embodied) de la rationalité devrait aussi être envisagé (Shaun Gallagher, « Embodied Rationality », chapitre 7).

3Néanmoins, la question de la conscience se donne comme artifice méthodologique, ou encore, heuristique, participant de l’entreprise d’interprétation compréhensive, plutôt que comme présupposé factuel. Les raisonnements subjectivement rationnels mettent en jeu des types d’argumentations aussi bien explicites qu’implicites. Les « bonnes raisons » sont celles qui, d’une façon ou d’une autre, sont généralisables et, en ce sens, compréhensibles inter-subjectivement dès lors que les contextes situationnels sont reconstruits de manière à rendre compte des éléments de subjectivité en jeu (Enzo Di Nuoscio, « On the Explanation of Human Action: “Good Reasons”, Critical Rationalism and Argumentation Theory », chapitre 4). Sur ces bases, on peut comprendre par exemple pourquoi la finalité cognitive de la magie n’est pas fondamentalement différente de celle de la science, dans la mesure où ce n’est pas la dimension symbolique en tant que telle qui les différencie, mais son sens au regard du contexte intellectuel global des sociétés (Ian Jarvie, « Rationality and Irrationality Revisited or Intellectualism Vindicated or How Stands the Problem of the Rationality of Magic? », chapitre 9).

4Par ailleurs, la conception, mathématiquement commode et normative, de la rationalité comme maximisation (de l’utilité, du profit, etc.) développée par l’économie néoclassique peut être opposée aux critiques de la première génération des économistes comportementaux. Ces dernières ont mis en avant l’importance du point de vue des processus décisionnels plutôt que des résultats, la prise en compte des limites cognitives de la raison, de sa dimension interprétative, mais aussi des comportements routiniers, voire de l’irréflexion ou de l’absence de motivation pour l’efficience (Roger Frantz, « First Generation Behavioral Economists on Rationality, and Its Limits », chapitre 6). À cet égard, le rôle motivationnel des émotions dans la révision des croyances et des préférences devrait être pris en considération (Pierre Livet, « Dynamics of Rationality and Dynamics of Emotions », chapitre 11). Et si la raison est un moyen d’introduire de la cohérence dans nos buts et préférences, alors l’approche forte, normative, de la rationalité et l’approche faible, mettant en jeu l’idée d’action intelligible ou signifiante, impliquent toutes deux une conception du bien (Paul Dumouchel, « Rationality, Irrationality, Realism and the Good », chapitre 5) Mais il faut aussi noter que le modèle de l’acteur rationnel utilisé en théorie de la décision est fondé sur des axiomes de complétude, de transitivité des préférences et d’indépendance des alternatives non pertinentes, lesquels n’impliquent ni optimisation, ni conditions de validité des croyances endossées. C’est pourquoi, par exemple, les biais du jugement observés en psychologie cognitive ne le trahissent pas, comme on le croit trop souvent (Herbert Gintis, « Rational Choice Explained and Defended », chapitre 8).

5Enfin, si l’on aborde la question des choix à long terme, engageant la vie des acteurs sociaux, alors la notion de rationalité implique en profondeur le sens de l’action pour l’acteur, indépendamment de toute planification a priori (Daniel Little, « Rational Life Plans? », chapitre 10). On pourrait, notons-le, rapprocher ce point de vue de la notion de personnalité chez Max Weber qui s’exprime dans le lien interne de l’action à des valeurs, alors même que les valeurs ultimes et les sens que l’individu donne à sa vie se concrétisent à travers des objectifs variés en fonction des contextes.

6Au fil de la discussion menée par chacun des contributeurs, sont examinés ou confrontés des points de vue qui ont marqué la réflexion sur le sujet en sciences sociales. Citons, pêle-mêle, ceux de Max Weber, Ludwig von Mises, Friedrich Hayek, Karl Popper, Carl Hempel, William Dray, Herbert Simon, Robin Horton, Steven Lukes, Jon Elster, Raymond Boudon, etc. Il s’agit donc d’un livre important pour quiconque s’intéresse à la problématique de la rationalité dans les sciences sociales, dans la lignée des grands collectifs consacrés au sujet, tels que Rationality (B.R. Wilson [dir.], 1970, Oxford, Basil Blackwell), Rationality To-Day / La Rationalité aujourd’hui (T.F. Geraets [dir.], 1979, Ottawa, The University of Ottawa Press), ou l’anthologie Rationality in Action. Contemporary Approaches (P.K. Moser [dir.], 1990, Cambridge, Cambridge University Press) ou encore le récent Rationality in the Social Sciences. The Schumpeter-Parsons Seminar 1939-40 and Current Perspectives (H. Staubmann,V. Lidz [dir.], 2018, New York, Springer), dont aucun n’est obsolète tant les discussions de ce concept, même quand elles semblent ne le toucher qu’à la marge, l’engagent tout entier. Mais on doit avouer une certaine déception, sa lecture ne permet pas de lever le mystère qui l’entoure, bien au contraire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Bulle, « Gérald BRONNER et Francesco DI IORIO (dir.), The Mystery of Rationality: Mind, Beliefs and the Social Sciences », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 13 février 2020, consulté le 24 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/6086

Haut de page

Auteur

Nathalie Bulle

CNRS, Paris – GEMASS

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page