Navigation – Plan du site
Varia

Le commerce des idées philosophiques

Le cas des médiateurs français de la « théorie critique » de Francfort
The trade in philosophical ideas: The French proponents of the Frankfurt School’s “critical theory”
Louis Pinto
p. 117-147

Résumés

L’intérêt des lecteurs français pour l’école de Francfort a mis un certain temps à prendre forme. Ce sont d’abord Walter Benjamin, Herbert Marcuse ou Theodor Adorno, comme musicologue, qui ont été remarqués. Puis, dans les années 1975-1985, les importateurs français ont surtout mis en avant la « théorie critique ». Cette stratégie permettait de concilier les ambitions théoriques de jeunes aspirants philosophes et la recherche d’une forme à la fois noble, renouvelée et radicale de marxisme : ils célébraient une pensée « ouverte », hétérodoxe, complexe et tourmentée mais plus ou moins indéfinissable. L’article vise à mettre en relation les trajectoires de ces importateurs avec l’espace des possibles politico-intellectuels marqué par le désenchantement d’après mai 1968 et par les perspectives politiques de la gauche au pouvoir.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. Francfort invisible
2. Le moment venu
3. Les propriétés sociales des médiateurs
4. Une émancipation apolitique

Aperçu du texte

S’il est vrai que les produits culturels trouvent de nouvelles significations à chaque moment de leur cycle de vie, à chaque phase de leur circulation, le commerce entre pays constitue un cas particulier qui est intéressant pour au moins deux raisons : d’une part, parce qu’il soulève le plus souvent des problèmes de langue (peut-on vraiment traduire ? y a-t-il de l’intraduisible ? – Engel, 2017) et d’autre part, parce qu’il met en cause la variation et la comparabilité des contextes. Le rôle des importateurs n’est pas neutre. Traducteurs ou commentateurs, ils sont portés à présenter l’importation des produits concernés comme une activité nécessaire et bénéfique : grâce à eux, la méconnaissance d’un livre ou d’une œuvre pourra cesser et le « retard » pris par le pays importateur connaîtra enfin un terme, l’importation étant justifiée par la qualité intrinsèque des produits importés qui devrait sauter aux yeux, soit à la simple lecture soit, au moins, par l’entremise de lecteurs autor...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Pinto, « Le commerce des idées philosophiques », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 58-1 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/6446 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.6446

Haut de page

Auteur

Louis Pinto

Paris, CNRS – CESSP - CSE
louis.pinto"at"cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page