Navigation – Plan du site
Varia

La sociologie urbaine française : l’ouverture comme identité ?

French urban sociology : Openness as identity ?
Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre
p. 177-206

Résumés

Cet article présente un état des lieux de la sociologie urbaine française fondé sur l’analyse thématique d’un corpus de 405 articles parus dans 8 revues entre 1990 et 2018. Il montre que la sociologie urbaine dispose d’un cœur faible. Elle est largement produite par des non-spécialistes du domaine, s’interroge peu sur elle-même et est peu cumulative. Si elle paraît s’affaiblir au contact d’autres disciplines et du débat public, elle participe activement à des débats centraux de la discipline, sur les classes sociales en particulier. Elle est surtout alimentée par de très nombreux travaux qui suivent une démarche exploratoire d’inspiration anthropologique. Paradoxalement, les tendances qui menacent sa cohérence et sa cohésion lui confèrent également un dynamisme propre.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. Le corpus et sa composition
2. Un cœur faible
2.1. Histoire et épistémologie de la sociologie urbaine
2.2. La disparition de thèmes structurants ?
2.2.1. Les banlieues 
2.1.2. L’habitat 
2.1.3. Le quartier
3. Le jeu interdisciplinaire
3.1. La gouvernance
3.2. Le périurbain
4. La dimension urbaine des grandes questions sociologiques
4.1. Les espaces des classes supérieures
4.2. Les classes moyennes et la gentrification
4.3. L’espace populaire
4.4. Le regard microsociologique sur les frontières sociales
5. L’exploration ethnographique de la ville : espace public et cosmopolitisme
5.1. Écologie d’espaces publics, sociabilités de rue et déviances
5.2. L’ethnicité dans la ville
Conclusion

Aperçu du texte

Le temps des sociologies spécialisées est-il passé ? Les micro-réseaux de chercheurs se multiplient et, même si la sociologie du travail, la sociologie politique ou économique gardent tout leur dynamisme, il devient pertinent de s’interroger sur les modes actuels de structuration des domaines de la recherche sociologique, que ce soit dans le cadre classique des sociologies spécialisées ou au sein des communautés interdisciplinaires qui se constituent autour de grandes thématiques (gender studies, post colonial studies, urban studies, etc.).

De ce point de vue, le cas de la sociologie urbaine française est doublement intéressant. D’abord parce qu’une grande partie des questions que se pose la sociologie en général se réfèrent à un contexte urbain. Quelle est alors l’utilité de la sociologie urbaine comme spécialité ?

Ensuite parce qu’en tant qu’institution, la sociologie urbaine française se révèle faible : aucune revue spécifique, aucun laboratoire spécialisé, très peu de postes labe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alain Bourdin et Marie-Pierre Lefeuvre, « La sociologie urbaine française : l’ouverture comme identité ? », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 58-1 | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2024, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/6537 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.6537

Haut de page

Auteurs

Alain Bourdin

Université Gustave Eiffel, Lab’urba – École d’urbanisme de Paris
bourdin"at"msh-paris.fr

Marie-Pierre Lefeuvre

Université de Tours
marie-pierre.lefeuvre"at"univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page