Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus en prépublicationJean-Claude DAUMAS, La Révolution...

Jean-Claude DAUMAS, La Révolution matérielle. Une histoire de la consommation. France XIXe-XXIe siècle

Simon Langlois
Référence(s) :

Jean-Claude DAUMAS, 2018, La Révolution matérielle. Une histoire de la consommation. France XIXe-XXIe siècle, Paris, Flammarion, 594 p.

Texte intégral

1Domaine longtemps négligé par les historiens, déplore d’entrée de jeu Jean-Claude Daumas, la consommation marchande est à l’origine d’une véritable révolution qui a touché les genres de vie et le quotidien des ménages. Cette révolution avait été entrevue par Michelet dans Le Peuple (1846), cité avec pertinence dès la première page de l’ouvrage. Cette histoire de la consommation ratisse large, car elle va bien au-delà de la considération des seuls consommateurs et des statistiques sur les ménages, embrassant l’action des forces diverses – industriels, petite et grande distribution, publicitaires, médias, mouvements de consommateurs, marketing, pouvoirs publics, influences étrangères – et surtout, évitant les simplifications abusives et les positions idéologiques sur la consommation. Ce sont là les grandes qualités de cet ouvrage de synthèse.

2Le titre met l’accent sur la dimension matérielle de la consommation (fonction, matériau, forme) mais l’auteur accorde aussi son attention au sens et à la dimension symbolique, tout en prenant soin de ne pas réduire les objets consommés – biens ou services – à un seul ensemble d’images ou de signes. Cet ouvrage d’histoire fait largement appel aux travaux des économistes et des sociologues, plus précisément aux « savoirs fondés » (Raymond Boudon) qu’ils ont livrés dans leurs travaux empiriques. Il se réfère aussi à des essais « parfois à rebours de leur cadre théorique et de leurs conclusions » (p. 17). En bon historien, l’auteur exploite également des documents de première main, tels que les catalogues de grands magasins, des photographies, des romans, des rapports administratifs.

3L’ouvrage porte sur le temps long de l’extension de la consommation, depuis le moment où « le capitalisme industriel a commencé à s’emparer de la production des biens de consommation » (p. 10) au milieu du XIXe siècle jusqu’à la consommation collaborative (Airbnb, Uber), la consommation alternative et la consommation durable de notre époque. Tout au long de cinq chapitre du livre, l’auteur distingue une succession de cinq « régimes de consommation » différents depuis 1840, une notion peu courante en histoire, avance-t-il, mais sociologiquement pertinente.

4La période 1840-1885 – abordée dans le chapitre 1, « Le luxe et la nécessité » – est caractérisée par le contraste entre le luxe et la nécessité de la survie, déjà assez bien documenté par les historiens et les littéraires. Daumas s’attarde quant à lui à saisir ce qui change durant cette période, car les indicateurs de la consommation passent du simple au double (ou presque), amorçant « le processus irrésistible de transformation des modes de vie de la masse des Français » (p. 19). C’est à cette époque que naissent les premiers grands magasins. Le luxe de commodité concurrence le luxe aristocratique et le confort – qui avait frappé Renan lors de son voyage en Angleterre – se répand au sein de la bourgeoisie, plus timidement dans les autres classes sociales. Les conditions de vie de la classe ouvrière et des paysans sont finement analysées en mettant l’accent non pas sur la misère et les privations, bien connues et documentées, mais plutôt sur l’amélioration et les changements observables au cours de cette première période. L’auteur est-il trop optimiste en couvrant cette période ? Certains lui en feront le reproche, mais il a eu raison de noter le recul de la misère et l’émergence d’une consommation porteuse d’amélioration du confort, même si celui-ci mettra du temps à réellement se concrétiser pour les ménages ouvriers et paysans. Fait à noter, c’est pendant cette période qu’émergent les premiers effectifs des classes moyennes, encore restreints, et que se constitue un mode de consommation qui leur est propre (p. 101).

5L’auteur continue d’analyser l’extension de la consommation marchande en France dans les deux périodes suivantes en centrant toujours son attention sur la situation de trois grands groupements sociaux : la bourgeoisie, la classe ouvrière et le monde paysan. La consommation de la Belle Époque (1885-1914) – objet du chapitre 2, « La Belle Époque et la consommation » – « a un caractère profondément contradictoire qu’il faut souligner : toutes les classes de la société ont accru la leur, mais on ne peut guère parler de tendance à l’uniformisation, car les écarts de revenus demeurent très importants et les comportements restent structurés par des normes de consommation très différentes d’un groupe social à l’autre » (p. 107). Les écarts et les fortes inégalités resteront un frein à l’émergence de la société de consommation élargie pendant la période suivante (1918-1939), couverte dans le chapitre 3, « La consommation entre deux mondes ». « La démocratisation de la consommation bute sur l’insuffisance du revenu » (p. 233). Si l’élargissement de la consommation marchande est bien réel, les modes de vie, notamment à la campagne, ne changent pas encore radicalement. Les schémas de consommation se prolongent et le développement de la consommation de masse dans l’entre-deux-guerres – dont de nombreux indicateurs sont bien documentés dans l’ouvrage – est entravé par l’étroitesse du marché intérieur et par des contraintes structurelles. L’auteur caractérise bien l’évolution de la classe ouvrière durant cette période notamment à l’aide des enquêtes budgétaires. C’est l’occasion ici de souligner la grande richesse de la documentation et des références mobilisées par l’auteur tout au long de l’ouvrage, qui en fait un livre incontournable sur la consommation dans la longue durée en France.

6C’est dans la période de forte de croissance de l’après-guerre, à laquelle se consacre le chapitre 4, « Les Trente Glorieuses et la société de consommation », qu’émerge vraiment la société de consommation dans l’Hexagone. Daumas montre bien comment la grande distribution articule le lien entre la production et la consommation. La société salariale prend place, le crédit à la consommation s’étend, la publicité crée un nouvel imaginaire social qui a pour effet de légitimer la consommation et de l’associer au bien-être. L’auteur illustre comment les nouveaux biens et services changent radicalement le quotidien des ménages, tout en rapportant les analyses très critiques d’essayistes en vue dans les années 1960 sur « la consommation aliénante ». « La course à la consommation a valeur de plébiscite et invalide toute une sociologie “critique”, plus essayiste qu’empirique, qui ne veut voir qu’aliénation dans l’accumulation des choses et qui vaticine sur les limites d’un bien-être qu’elle appelle à dépasser, alors même que tous les Français sont encore bien loin d’en bénéficier pleinement » (p. 441). Cette critique est justifiée et l’auteur avance pertinemment « qu’en dehors du CREDOC, il se trouve alors bien peu d’analystes pour tenter de prendre la mesure du phénomène et d’en comprendre les ressorts » (p. 343).

7L’évolution de la consommation de masse durant les Trente Glorieuses soulève une question de fond : y a-t-il eu uniformisation, homogénéisation et convergence des modes de vie entre classes sociales, entre groupements sociaux jusque-là fortement différenciés comme c’était le cas dans les trois régimes précédents de consommation ? L’auteur répond clairement par la négative, avec raison, mais il apporte aussi des nuances qui s’imposent. Les différences entre classes sociales n’ont pas été rabotées. Des évolutions convergentes sont présentes (plus de loisirs, omniprésence de l’auto, etc.) mais la différenciation sociale est aussi observable au sein même des groupes sociaux. Un exemple : « la classe ouvrière […] est aussi constituée d’une mosaïque de milieux aux modes de vie différents » (p. 445). La conclusion de ce chapitre est nuancée sur cette question de l’uniformisation : « C’est dire que la société de consommation est tiraillée entre deux tendances contraires qui s’entrelacent et s’opposent à la fois : une à l’uniformisation et une autre au maintien des différences de classes qui demeurent structurantes » (p. 445).

8Le dernier régime de consommation distingué par l’auteur et abordé dans le chapitre 5, « Consommer dans la France d’aujourd’hui », s’étend du milieu des années 1970 à nos jours. Les services représentent désormais plus de la moitié des dépenses des ménages, les produits sont plus diversifiés et personnalisés, de nouveaux besoins ont émergé (dans les communications et les technologies) et le désir augmente plus vite que les moyens financiers, d’où un sentiment de frustration grandissant dans nombre de ménages. Comme ce fut le cas dans l’analyse des autres périodes, Daumas porte son attention sur les revenus et la situation des ménages avant de cerner leur consommation. Il met en évidence l’effritement du salariat et les inquiétudes qui traversent les classes moyennes, mais sans que soit remise en cause la société de consommation, qui est là pour rester. L’auteur critique au passage l’interprétation des tenants postmodernes de l’hyperconsommation pour le « manque de clarté des notions employées » et « l’absence à peu près totale de documentation empirique » (p. 455). Contrairement à ces derniers, il persiste à cerner les évolutions et les changements dans la consommation marchande survenus au cours de quatre décennies avec des données pertinentes et en s’appuyant sur des sources fondées. La mutation de la distribution est décrite, la transformation des dépenses des ménages est bien analysée à l’aide de données statistiques, l’éclectisme des consommations culturelles est observé, de même que l’émergence de nouvelles formes d’inégalités suscitées par ces dernières. L’industrie du luxe vise désormais les classes moyennes supérieures.

9Mais la vie est loin d’être rose pour tous dans ce cinquième régime de consommation. La section 4 du chapitre 5 est consacrée à « la consommation de survie » des ménages pauvres et Daumas observe que « d’un côté, la distance entre les consommations des classes moyennes et des classes populaires ne cesse de se creuser, et de l’autre, [qu’]une profonde distanciation est à l’œuvre à l’intérieur même de chacun de ces deux blocs » (p. 505). La fracture observable au sein des classes moyennes françaises est visible dans la consommation des ménages et le contraste avec la vision optimiste véhiculée durant les Trente Glorieuses est bien précisé. Des thèmes nouveaux sont abordés à la fin du livre, mais très brièvement : les consommations alternatives, la consommation collaborative et partagée, l’intérêt pour l’écologie et le bio, les valeurs nouvelles en émergence sont rapidement esquissés.

10Moins hardi que le sociologue, l’historien hésite à s’avancer en terrain contemporain, ce qui cependant n’est pas un reproche de notre part ! L’historien a besoin de recul. Sans doute pour cette raison, l’auteur n’accorde pas suffisamment d’attention aux nouvelles technologies et aux communications qui émergent à partir de la fin des années 1980, pourtant centrales dans la consommation et façonnant les modes de vie et le travail. Un avant et un après l’Internet auraient pu être distingués, tant le monde a changé avec l’arrivée de l’ère technologique rendue possible par le micro-ordinateur. Pour l’historien de demain, l’Internet et le micro-ordinateur marqueront sans doute l’avènement d’un nouveau régime de consommation, pour reprendre la terminologie au cœur de cet ouvrage.

11Daumas qualifie lui-même, en introduction, son histoire de la consommation de « synthèse provisoire qui appelle vérifications et approfondissements » (p. 17). Il est certainement trop modeste, car cette synthèse est au contraire une belle réussite scientifique, résultat d’un travail de recherche considérable comme en témoignent les 64 pages de notes serrées et de références en annexe. L’évolution de la consommation sur presque deux siècles apparaît sous un jour nouveau dans cet ouvrage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Langlois, « Jean-Claude DAUMAS, La Révolution matérielle. Une histoire de la consommation. France XIXe-XXIe siècle », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 31 août 2020, consulté le 19 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/ress/6721

Haut de page

Auteur

Simon Langlois

Université Laval, Québec, Département de sociologie

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search