Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-2La pensée populisteDe quelques mésusages de l’histoire

La pensée populiste

De quelques mésusages de l’histoire

Le cas du populisme nord-américain dans la science politique européenne
Misuses of history: The case of US populism in European political science
Antoine Chollet
p. 97-116

Résumés

Les très nombreuses études que la science politique européenne a consacrées au populisme depuis les années 1990 entretiennent un rapport difficile avec les mouvements populistes du passé. Nous nous proposons ici d’examiner le traitement qu’elles réservent à un exemple historique particulièrement significatif : celui du People’s Party américain. Nous verrons que cet exemple y est soit ignoré, soit identifié aux partis ou mouvements populistes d’aujourd’hui, soit ramené à l’expression d’un style populiste pérenne. Les travestissements que de telles interprétations supposent reposent sur des choix bibliographiques discutables qui construisent une image fallacieuse du populisme nord-américain mais renforcent en même temps les définitions dominantes du populisme dans la science politique. Une connaissance plus approfondie des travaux sur le People’s Party permettrait non seulement d’en proposer une présentation plus fidèle, mais aussi de repenser le concept de populisme à la lumière de ce mouvement.

Haut de page

Texte intégral

1Le 29 juin 2016, à la conférence de presse clôturant le « sommet des leaders nord-américains » à Ottawa, le président des États-Unis Barack Obama enjoignait les journalistes présents à ouvrir un dictionnaire et à y regarder le sens du terme « populiste ».

[You] don’t suddenly become a populist because [you] say something controversial in order to win votes. It’s not the measure of populism. That’s nativism, or xenophobia, or worse; or it’s just cynicism. So I would just advise everybody to be careful about suddenly attributing to whoever pops up at a time of economic anxiety the label that they are populists.

2Quel chef d’État européen s’aventurerait à faire une telle remarque alors que, de ce côté-ci de l’Atlantique, le populisme désigne désormais communément une sorte de démagogie excitant le ressentiment populaire contre les élites ? S’il fait preuve de cette prudence rhétorique, c’est que Barack Obama n’est pas totalement ignorant de l’histoire du populisme aux États-Unis. La prise en compte de cette expérience politique par la science politique européenne semble en revanche moins assurée, comme nous allons le montrer ici.

  • 1 Sur le populisme russe, voir Venturi, 1952 ; Pipes, 1964 ; et Pessin, 1997.

3Depuis les années 1990, celle-ci s’interroge intensément sur le phénomène populiste, en faisant montre dans la plupart des cas d’une certaine cécité historique. Tout se passe comme si le « populisme » était apparu dans les dernières décennies du xxe siècle, sans avoir eu de précurseurs. L’expérience des Narodniki russes du xixe siècle est la plupart du temps ignorée1, alors que les expériences latino-américaines sont à peine mieux traitées, mais en oubliant bien souvent qu’on les a au départ qualifiées de « populistes » pour les distinguer des fascismes européens auxquels elles étaient alors généralement assimilées (Quattrocchi-Woisson, 1997 ; Tarragoni, 2019, p. 215-262).

  • 2 Pour une première approche du mouvement populiste aux États-Unis, voir Goodwyn, 1976 ; Postel, 20 (...)

4Le silence le plus surprenant demeure toutefois celui qui entoure l’expérience politique qui aboutit, aux États-Unis, à la création du People’s Party lors d’une convention nationale à Saint-Louis en février 1892, en particulier parce que ses membres ont été les seuls acteurs politiques à se qualifier eux-mêmes de populistes. Cet immense mouvement social, progressiste et radical par-delà sa très grande diversité, a profondément marqué la politique américaine de la fin du xixe et du début du xxe siècle2. L’exemple nord-américain vient ainsi profondément troubler l’appréhension désormais commune du populisme dans la science politique comme dans les débats publics, ce qui explique peut-être les silences et les travestissements que nous allons examiner ici, et légitime en retour de s’intéresser à ce mouvement politique.

5On peut classer les différents traitements du populisme nord-américain par la science politique européenne en trois catégories principales. Il y a tout d’abord un grand nombre de travaux consacrés au populisme qui escamotent purement et simplement l’expérience nord-américaine, ou ne lui réservent qu’une place marginale. On trouve ensuite des auteurs pour qui les populistes américains et les mouvements qualifiés de « populistes » aujourd’hui partagent certains traits essentiels comme le racisme, la mentalité paranoïaque ou le refus de toute médiation. La troisième catégorie rassemble les travaux qui postulent quant à eux la permanence d’un style populiste aux États-Unis, des membres du People’s Party à la fin du xixe siècle à certaines figures contemporaines, Ross Perot naguère, Donald Trump aujourd’hui.

1. L’oubli du populisme américain

6La plupart du temps, les travaux consacrés au populisme contemporain mettent à l’écart le populisme nord-américain. La liste de ces études est longue et l’on ne saurait prétendre être exhaustif au moment de la dresser, compte tenu notamment de l’avalanche de publications traitant du populisme ces dernières années. On y retrouve toutefois quelques-uns des travaux de science politique les plus souvent cités sur la question du populisme.

  • 3 Il faut toutefois mentionner une très brève allusion au début de l’article de présentation du num (...)

7C’est le cas par exemple du volume édité par Cas Mudde et Cristóbal Rovira Kaltwasser, dans lequel l’histoire ne semble être d’aucun secours pour définir les termes utilisés par la science politique. On n’y trouve qu’une seule mention, extrêmement succincte, du populisme nord-américain et sans que les auteurs cherchent à l’intégrer à leur étude (Mudde et Rovira Kaltwasser, 2012, p. 3). L’approche n’a guère changé dans une publication plus récente, où le cas du People’s Party est réglé en deux paragraphes et sans que cet exemple historique ne soit mobilisé pour construire leur définition du populisme (Mudde et Rovira Kaltwasser, 2017, p. 23-24). Animé d’ambitions théoriques très différentes, le volume dirigé par Francisco Panizza en 2005 ne parle pas davantage du mouvement populiste américain, à l’exception de brèves mentions, et alors que deux chapitres, rédigés par des chercheurs nord-américains, sont spécifiquement consacrés à des périodes ultérieures de l’histoire des États Unis (Lowndes, 2005 ; Laycock, 2005). Le livre édité par Carlos de la Torre ne mentionne nullement le People’s Party, malgré un chapitre entier dévolu au Tea Party, analysé comme un nouvel épisode d’un populisme américain que l’auteur fait remonter au début du xixe siècle (Michael, 2015, p. 266-269). Le volume consacré aux « formes contemporaines du populisme » dirigé par Christine Couvrat et Joseph Yvon Thériault ne s’intéresse que marginalement à l’histoire du terme ou des pratiques qu’il a servi à désigner, et ne dit mot sur le People’s Party (Couvrat et Thériault, 2014). Politique et Sociétés et le Journal of Political Ideologies, qui ont consacré des dossiers au populisme en 2002 et 2004, ne se penchent pas davantage sur cette expérience (Armony et Belkodja, 20023 ; Fieschi, 2004).

  • 4 On citera tout de même une mention très rapide dans l’entretien des éditeurs avec
    Marcus Rediker, (...)

8Dans le cas très singulier de la France, Annie Collovald a montré que le changement sémantique autour du terme de populisme s’est principalement opéré autour de l’euphémisation du positionnement politique du Front national dans les années 1980, et que les usages contemporains du mot n’entretiennent qu’un rapport très lâche avec son histoire et les mouvements qu’il a servi à désigner par le passé (2004). On ne trouve ainsi aucune mention du populisme nord-américain dans le numéro d’Hermès paru en 2005, pas davantage dans celui de Cités en 2012, et pas plus dans celui de Multitudes en 20154 (Durand et Lits, 2005 ; Godin, 2012, Multitudes, 2015). Les contributeurs à la revue Cosmopolitiques (1991), qui a consacré l’un des premiers dossiers en français à la question, ne font eux non plus aucune référence au populisme américain. Plus surprenant puisqu’il s’agit d’un ouvrage historique, le volume dirigé par Michel Niqueux et Alexandre Dorna n’y fait pas davantage mention, sinon très rapidement dans un article de Jennifer Kilgore (2004, p. 182-183).

  • 5 Dans le cas de Hans-Georg Betz, il faut nuancer ce constat puisqu’il a tenté quelques années plus (...)

9Ailleurs en Europe, et même si les raisons de l’utilisation du terme varient d’un contexte politique à l’autre, les travaux spécialisés ne s’intéressent pas davantage à cette manifestation historique du phénomène, dans leur très grande majorité. Cet évitement affecte même les chercheurs et chercheuses qui travaillent entre les mondes académiques nord-américain et européen. En plus de Rovira Kaltwasser et Mudde, on peut signaler à titre d’exemples les réflexions de Hans-Georg Betz, Nadia Urbinati ou Benjamin Arditi, pour s’en tenir à quelques chercheurs particulièrement représentatifs (Betz, 19935 ; Rovira Kaltwasser, 2012 ; Urbinati, 2013 ; Arditi, 2003).

  • 6 Nous reviendrons sur un autre chapitre, qui appartient à la seconde catégorie décrit plus loin (E (...)

10Dans les ouvrages collectifs cherchant à cartographier aussi complètement que possible le phénomène populiste et dont le nombre se multiplie depuis quelques années (signe, peut-être, que le thème commence à s’user), les sections réservées à l’histoire du concept et de son usage sont généralement assez strictement séparées des autres et ne sont guère mobilisées par ces dernières, contribuant ainsi à une approche déshistoricisée du concept. C’est le cas par exemple dans le Oxford Handbook of Populism (Rovira Kaltwasser et al., 2017), dans lequel plusieurs chapitres (Kelly, 2017 ; Frank, 2017) traitent sérieusement du populisme américain de la fin du xixe siècle, alors que le chapitre consacré aux États-Unis expédie cavalièrement la question (Lowndes, 2017, p. 232), tout comme l’introduction générale (Rovira Kaltwasser, et al., 2017, p. 3)6.

11On observe un mouvement analogue dans Political Populism. A Handbook. Un article détaillé et précis de Damir Skenderovic sur l’histoire du terme figure en ouverture, sans que ses leçons ne soient intégrées aux analyses de la plupart des autres chapitres (Skenderovic, 2017, p. 45-47).

12Nous rangerons également dans cette première catégorie les quelques rares auteurs qui, eux, écartent explicitement l’exemple nord-américain et justifient cette approche. Ceux-ci oublient, non l’expérience elle-même, mais ce qu’elle pourrait apporter à la construction du concept de populisme. C’est le cas de l’article désormais ancien de Robert Bosc, lequel justifie son choix ainsi : « Nous n’incluons pas dans notre étude l’analyse du populisme nord-américain, car il s’agit d’un phénomène de mécontentement paysan localisé dans le temps (fin du dix-neuvième siècle) et dans l’espace (États-Unis) qui ne semble pas avoir exercé d’influence au-delà des frontières du pays. » (Bosc, 1975, p. 627).

13Helmut Dubiel, dans l’une des premières synthèses publiées en allemand sur la question du populisme, adopte la même stratégie (1985). Dans le volume que le même Dubiel a dirigé l’année suivante, on trouve une présentation détaillée du populisme nord-américain dans l’article introductif (Puhle, 1986, p. 16-20), mais l’article spécifiquement consacré aux États-Unis se concentre surtout sur les variantes de droite du populisme américain, notamment durant la période reaganienne et les autres contributions n’en discutent pas du tout. Dans le dossier de Vingtième Siècle consacré au populisme, Paolo Pombeni écrit quant à lui que le populisme américain, « si éloigné des contextes latino-américains et slaves […] a provoqué d’autres problèmes d’interprétation », réglés selon lui en le présentant comme « l’exception qui confirme la règle » (Pombeni, 1997, p. 49). Jan-Werner Müller considère lui aussi que l’exemple nord-américain est trop éloigné des conceptions actuelles du populisme pour pouvoir apporter quoi que ce soit à sa définition du terme. Il écrit ainsi que « the one party in US history that explicitly called itself “populist” was in fact not populist » (Müller, 2016, p. 85). Ces rares aveux démontrent que l’exemple nord-américain est en porte-à-faux à peu près complet avec les différentes définitions du populisme qui sont apparues dans la science politique depuis les années 1990.

14La liste pourrait sans peine être allongée, en particulier avec les innombrables publications récentes sur les différents partis d’extrême droite européens, rebaptisés pour des raisons variées partis « populistes », « nationaux-populistes » ou « populistes de droite ». Dans la plupart des cas, cette mise à l’écart de la dimension historique du populisme n’est pas même discutée, comme si le concept avait été inventé avant-hier par quelques politologues inspirés.

15Cette stratégie d’évitement ou cette ignorance de l’exemple nord-américain suscite quelques interrogations quant au rapport à l’histoire qu’entretiennent ces spécialistes du populisme contemporain. Dans leurs travaux, le concept de populisme qu’ils cherchent à construire semble n’avoir aucune épaisseur historique. Les politistes peuvent dès lors le manipuler à leur guise, sans se préoccuper des sédimentions de sens que les années lui ont ajoutées (sur ce point, voir Finchelstein, 2014).

16Cette aversion face à l’histoire soulève des questions importantes quant aux méthodes suivies par la science politique contemporaine. Son évolution récente, la conduisant à considérer que toute publication ayant dépassé les cinq ans d’âge serait obsolète, la place dans une situation particulièrement inconfortable pour discuter du populisme, comme en témoignent bien souvent les hésitations et les approximations dans les définitions qu’elle donne du phénomène.

2. « The eructations of the common herd against their betters »7

  • 7 Walter Nugent utilise cette expression pour décrire la conception péjorative que se font les adve (...)

17Notre deuxième catégorie rassemble les interprétations du populisme américain qui l’assimilent à une forme de racisme et à une critique sans consistance des élites, des banquiers, voire des juifs, reposant sur une forme ou une autre de mentalité paranoïaque. On aura reconnu ici les thèses de l’historien américain Richard Hofstadter (1955) et du sociologue Edward Shils (1956). Les résurgences contemporaines de cette analyse sont très nombreuses, nous nous contenterons d’en mentionner deux ici.

18Dans Par le peuple, pour le peuple par exemple, Yves Mény et Yves Surel consacrent quelques pages au populisme de la fin du xixe siècle qui s’inspirent très largement de l’interprétation de Richard Hofstadter. Ils insistent sur le « passéisme » du mouvement, son recours aux théories du complot et une religiosité le rapprochant du fondamentalisme protestant (Mény et Surel, 2000, p. 65-68). Dans le volume que les mêmes dirigeront en 2002, cette fois-ci en anglais, le chapitre consacré au populisme aux États-Unis, rédigé par Alan Ware, ne mentionne qu’à de rares reprises le People’s Party, et ne dit mot sur les débats scientifiques autour de sa nature (Ware, 2002).

  • 8 Pour comprendre les différences entre le mouvement Grange et les populistes : McMath Jr., 1992, p (...)

19Les quelques pages que Guy Hermet consacre au populisme nord-américain dans Les Populismes dans le monde sont assez imprécises. Hermet assure par exemple que la variante nord-américaine du populisme « se singularise par son mode d’organisation, qui est d’entrée de jeu celui d’un parti en bonne et due forme » (Hermet, 2001, p. 192). L’origine du mouvement se trouve au contraire dans le mouvement coopératif qui apparaît bien avant la création formelle d’un parti national en 1892, laquelle suscite précisément un intense débat parmi les populistes, certains décidant de ne pas y adhérer. Il confond ensuite les populistes et les Grangers8, et assure que le People’s Party se situe « à l’évidence » dans la « filiation raciste du nationalisme américain » (ibid., p. 196), une interprétation directement empruntée à Hofstadter et Shils, bien qu’ils ne soient pas nommément cités.

  • 9 Hofstadter avouera en effet lui-même – en privé – avoir sciemment exagéré l’antisémitisme des pop (...)

20Le problème principal de ces références, admises ou non, à l’interprétation du populisme donnée par Hofstadter dans The Age of Reform, c’est que plus aucun spécialiste du populisme américain ne lui accorde le moindre crédit. Les travaux essentiellement polémiques de l’historien américain sont en effet entachés d’erreurs et d’approximations, et leurs conclusions, spécialement cette proximité entre les populistes de la fin du xixe siècle et le maccarthysme, ont toutes été invalidées par des travaux ultérieurs beaucoup plus détaillés (Pollack, 1960 et 1962 ; Saloutos, 1966 ; Collins, 1989 ; Marotta, 2016). Dans la dernière grande synthèse en date sur le populisme américain, Charles Postel règle le problème en deux lignes, en indiquant simplement que « the claim made by Richard Hofstadter and other scholars that the Populists were an ominous source of anti-Semitism and intolerance have lost currency » (Postel, 2007, p. 18-19). Cependant, si la thèse de Hofstadter continue à emporter l’adhésion des lecteurs novices, c’est sans doute parce que, comme Walter Nugent le relève : « Age of Reform was so persuasively written yet so under-researched that it is seriously misleading even now […]. Hofstadter extrapolated wildly from meager sources and he admitted it privately toward the end of his too-brief life. » (Nugent et al., 2008, p. 24)9.

21Hofstadter n’est cependant que l’un des représentants d’une approche répandue dans l’après-guerre, lorsque les descriptions généralement bienveillantes du populisme américain produites dans les années 1920 et 1930 laissent la place à d’autres, beaucoup plus négatives, qui tracent un parallèle entre les populistes du xixe siècle et Joseph McCarthy ou le gouverneur ségrégationniste de l’Alabama George Wallace. Hofstadter évoque par exemple « that side of Populism and Progressivism – particularly of Populism – which seems very strongly to foreshadow some aspects of the crank pseudo-conservatism of our time » (Hofstadter, 1955, p. 19). Le contexte du maccarthysme provoque cette nouvelle lecture. Dans son histoire des historiens américains, Peter Novick a bien noté que cette interprétation tenait pour acquis que « McCarthy’s crusade, like that of the Populists, was a democratic and anti-intellectual revolt of dispossessed groups against educated elites » (Novick, 1988, p. 337). Confirmant cette centralité du contexte politique dans lequel il écrit, Hofstadter note d’ailleurs lui-même: « I have been critical of the Populist-Progressive tradition – more so than I would have been had I been writing such a study fifteen years ago » (Hofstadter, 1955, p. 12).

  • 10 Pour une réfutation de l’argument de Ferkiss, voir Holbo, 1961.

22D’autres grands noms des sciences sociales américaines viendront également alimenter ce réquisitoire contre le populisme, notamment Daniel Bell et Seymour Martin Lipset (Bell, 1955 ; Lipset, 1960). La version extrême de cette reconstruction historique se trouve sans doute chez Victor C. Ferkiss (1957), qui va jusqu’à tracer une continuité entre le populisme et le fascisme10, un argument absurde pourtant repris très récemment par Roger Eatwell (2017).

23Le rôle joué par ces analyses du populisme dans l’institutionnalisation des sciences sociales américaines dans ces années d’après-guerre a souvent été souligné (Viltard, 1999 ; Allcock, 1971 ; Schimmer, 1997, p. 87-110 ; Kazin, 1998, p. 190-191). Ces disciplines se veulent alors les gardiennes d’une conception libérale de la démocratie, garante de l’État de droit d’une part, et d’une politique rationnelle d’autre part. Le mouvement populiste qui se cristallise dans le People’s Party représente donc une menace pour cette nouvelle démocratie et ses défenseurs autoproclamés qui, comme le dit Margaret Canovan, « have dreaded the grass roots and the appalling things that might crawl out of them » (1981, p. 11). La méfiance envers les mouvements populaires informe donc ces travaux, ce qui les conduit à privilégier une lecture dépréciative du populisme nord-américain.

24Ces analyses très particulières et erronées du populisme américain servent de référence à une partie des travaux de la science politique européenne. La référence appuyée à Hofstadter permet toutefois de contourner à peu de frais le problème posé par le cas du People’s Party aux analystes contemporains du populisme, en le qualifiant de « menace » pour la démocratie.

3. Permanence du populisme aux États-Unis : ou comment lire Michael Kazin à l’envers

25La troisième catégorie d’interprétation du populisme nord-américain n’est pas complètement déliée de la précédente mais ajoute à l’interprétation de Hofstadter, fondée sur l’idéologie, l’idée que le populisme serait d’abord un style rhétorique qui peut accompagner à peu près n’importe quelle position politique. Cette interprétation insiste sur la persistance d’un style populiste dans l’histoire des États-Unis de la fin du xixe siècle à nos jours en s’appuyant sur un autre auteur, Michael Kazin, dont le livre The Populist Persuasion (1998) a rencontré un certain succès chez les non-spécialistes. Nous verrons cependant que les auteurs qui s’y réfèrent simplifient considérablement la thèse de Kazin, quand ils ne l’interprètent pas purement et simplement à l’envers.

26L’article de Pierre Mélandri dans le numéro que Vingtième Siècle a consacré au populisme représente peut-être le cas le plus exemplaire de cette troisième catégorie (1997). S’inspirant très largement de Kazin, Mélandri donne une définition extrêmement extensive du populisme aux États-Unis. Celui-ci commence avec Jefferson, se poursuit avec la présidence d’Andrew Jackson, et trouve des prolongements dans le Ku Klux Klan, chez Charles Coughlin et Huey Long, puis dans la maccarthysme, chez George Wallace, Richard Nixon, Ronald Reagan et Ross Perot. L’expérience du People’s Party n’est ainsi considérée que comme un moment particulier d’une humeur plus générale dans la politique américaine. On remarquera que les exemples empruntés au xxe siècle appartiennent tous à la droite, voire à l’extrême droite, introduisant ainsi une rupture radicale par rapport aux exemples antérieurs. La présentation du mouvement populiste offerte par Mélandri est globalement négative : « Le mouvement populiste est d’emblée sous le sceau de l’ambiguïté : d’un côté il procède d’une indignation sincère et de la volonté de sauver la démocratie menacée ; de l’autre, il est tenté de réduire à une machination diabolique l’impact de l’histoire sur l’Amérique » (ibid., p. 186). Il conclut qu’il s’agit d’une « révolte désespérée » qui « a suscité la prévention de certains des historiens qui l’ont le mieux étudié » (ibid., p. 189), en omettant de préciser qu’il parle surtout de l’un d’entre eux, Hofstadter, dont nous avons vu les insuffisances, et guère des autres qui, au contraire, en ont donné des interprétations beaucoup plus précises.

27Les ouvrages successifs de Dominique Reynié sur le populisme n’accordent qu’une attention congrue à sa dimension historique. Il donne une description succincte, mais correcte, du mouvement populiste de la fin du xixe siècle, en s’appuyant sur l’ouvrage de Lawrence Goodwyn (1976). Il reprend en revanche la thèse de Kazin sur la persistance du populisme américain, la prolongeant jusqu’au Tea Party contemporain, et tout en prenant soin de préciser que ce dernier défend « des revendications diamétralement opposées » à celles du populisme originel du People’s Party, notamment sur la question cruciale de l’action de l’État, sans pourtant contester cette appellation unique pour qualifier l’un et l’autre (Reynié, 2013, p. 23-24).

28Le livre de Kazin, The Populist Persuasion, publié pour la première fois en 1995, est la matrice de ces interprétations du populisme nord-américain. C’est un ouvrage central pour ce qui nous occupe ici, non pas parce qu’il aurait bénéficié d’une réception particulière parmi les historiens du populisme, mais parce qu’il est souvent cité dans les travaux de science politique. Kazin ne prétend pourtant pas être un spécialiste du People’s Party, et The Populist Persuasion a consciemment été écrit comme un essai politique proposant une synthèse historique sur une période couvrant un peu plus d’un siècle. Il ne vise nullement à être une étude détaillée et de première main sur le populisme de la fin du xixe siècle.

29Contrairement aux historiens spécialistes du People’s Party, Kazin veut démontrer la persistance d’un élément populiste dans la politique américaine, qu’il repère à la fois dans le People’s Party, au sein du syndicat CIO, chez George Wallace, dans certains éléments de la New Left ou chez Ronald Reagan. Pour Kazin, le populisme se définit comme une rhétorique qui conçoit « ordinary people as a noble assemblage not bounded narrowly by class, view their elite opponents as self-serving and undemocratic, and seek to mobilize the former against the latter » (Kazin, 1998, p. 1). S’il brosse cette histoire sur l’entier xxe siècle, il le fait cependant avec une intention politique diamétralement opposée de celle de Hofstadter. Kazin s’en explique dès les premières pages de son livre : « I began to write this book as a way of making sense of a painful experience: the decline of the American Left, including its liberal component, and the rise of the Right » (ibid., p. IX). L’histoire qu’il écrit est celle de la récupération par la droite, une fois la question religieuse abandonnée par la gauche américaine à partir des années 1940, d’une rhétorique qui appartenait pourtant en propre à cette dernière, celle d’un appel au peuple contre les élites. The Populist Persuasion n’est donc pas l’étude de la permanence d’une mentalité paranoïaque dans la politique américaine, mais l’histoire de l’abandon du langage populiste par la gauche.

30Cette évolution n’est pas la suite logique du premier populisme, son développement inéluctable, ou la preuve ex post facto du caractère réactionnaire des militants du People’s Party. Il s’agit au contraire pour Kazin d’un braconnage par la droite conservatrice, dont la gauche serait d’ailleurs partiellement responsable puisqu’elle a déserté un terrain qui jusque là lui appartenait. Loin de considérer, à l’instar de Hofstadter par exemple, que le populisme serait une forme de pathologie de la démocratie, il estime au contraire que « [i]t is only when leftists and liberals themselves talked in populist ways – hopeful, expansive, even romantic – that they were able to lend their politics a majoritarian cast and help markedly to improve the common welfare » (ibid., p. 6-7). The Populist Persuasion est donc bien un appel à l’intention de la gauche américaine, et venu de ses propres rangs, pour qu’elle retrouve son humeur populiste. L’utilisation qui en est faite dans la science politique européenne semble donc reposer la plupart du temps sur une sorte de contresens.

31Ce que la référence à Kazin permet en revanche, c’est de renforcer l’idée que le populisme n’est pas une idéologie, mais uniquement un style politique trans-partisan, à la fois « de gauche » et « de droite ». La récupération de son travail conduit donc la science politique européenne à conforter ses propres préjugés à propos du « populisme » contemporain, tout en travestissant la thèse principale du livre.

4. Pour un dialogue transnational entre science politique et histoire

32Nous avons cherché ici à déterminer quelques traits caractéristiques des rapports que la science politique européenne entretient avec le populisme nord-américain. En plus des travaux qui l’ignorent purement et simplement, nous avons pu dégager deux lectures de ce dernier, également fausses : une réaction paranoïaque et irrationnelle face à la modernisation de la société (en se référant à Hofstadter), ou un trait persistant de la politique américaine reposant sur la dénonciation des élites et la célébration d’un peuple fantasmé (en lisant Kazin à l’envers), ce qui n’interdit pas toutes sortes de combinaisons. Compte tenu de l’extraordinaire richesse des travaux sur le populisme nord-américain de la fin du xixe siècle et de la variété des interprétations qu’ils proposent, cette étroitesse des références utilisées est regrettable.

33Le traitement souvent cavalier de l’expérience populiste nord-américaine n’a pourtant pas toujours handicapé les études générales sur le populisme. Pour n’en rester qu’aux références classiques, ni la fameuse conférence tenue à la London School of Economics en 1967, ni le volume qui en est issu, ni le livre de Canovan publié en 1981 ne font l’impasse sur l’expérience nord-américaine des dernières décennies du xixe siècle, et ils lui réservent même une place tout à fait centrale (Government and Opposition, 1968, p. 142-145 ; Ionescu et Gellner, 1969 ; Canovan, 1981, p. 17-58). Plus récemment, Paul Taggart et Ernesto Laclau ont eux aussi consacré des analyses détaillées et informées au People’s Party dans leurs livres respectifs, qui sont devenus en quelques années des classiques des études sur le populisme, ce qui rend d’autant plus incompréhensibles le mutisme et les approximations de la science politique à son égard (Taggart, 2000, p. 27-37 et p. 67-72 ; Laclau, 2005, p. 201-208). On pourrait d’ailleurs mentionner d’autres exemples, qui demeurent marginaux en regard de l’avalanche éditoriale au sujet du populisme, mais qui n’en existent pas moins (Wieviorka, 1993, p. 75-81 ; Halimi, 1998 ; Dorna, 1999, p. 25-35 ; Taguieff, 2007, p. 120-124 ; Deschodt, 2012 ; Castleton, 2012).

  • 11 La science politique américaine ne semble pas très intéressée par le populisme, comme le nombre e (...)

34Cette négligence de la science politique européenne – il faut insister sur ce relatif provincialisme11 – ne laisse pas d’étonner. Réintégrer les travaux des historiens américains sur le People’s Party et sur le mouvement populiste aux États-Unis dans les études contemporaines sur le populisme européen permettrait en effet de rappeler qu’il a existé une importante expérience populiste qui se situait dans le camp progressiste, très loin de l’extrême droite, du racisme, du conservatisme ou de l’« impolitique » dans lesquels les définitions du populisme sont aujourd’hui presque toujours confinées.

35Il faut toutefois ajouter que cette séparation radicale des champs de la recherche universitaire s’opère dans les deux sens. Les travaux sur le populisme américain ignorent en effet à peu près totalement les recherches sur le sujet menées depuis une vingtaine d’années par la science politique européenne. S’il est vrai que bon nombre des travaux les plus importants des historiens américains sur le populisme précèdent, parfois de plusieurs décennies, le développement des études européennes, les références plus récentes – Kazin, Postel, par exemple – demeurent toutefois tout aussi silencieuses à leur sujet. On peut noter d’ailleurs que ce silence s’étend aux études traitant d’autres manifestations historiques du populisme, qu’il s’agisse de la Russie ou de l’Amérique latine.

36Il existe pourtant quelques heureuses exceptions. Il y a d’abord le livre de Laura Grattan, Populism’s Power, qui offre une discussion très détaillée à la fois des travaux sur le populisme contemporain et de ceux des historiens spécialistes du populisme américain (Grattan, 2016, p. 19-90). Il n’est sans doute pas fortuit que ce dialogue soit établi par une chercheuse soucieuse de relégitimer le populisme comme référence politique progressiste. Federico Tarragoni, partant d’une même sympathie pour les moments de démocratisation, offre lui aussi une théorie du populisme informée par ses manifestations historiques, notamment nord-américaines (Tarragoni, 2019). Il le démontre ici même d’ailleurs, dans sa propre contribution à ce numéro (RESS, 58-2/2020). Nous avons déjà signalé plus haut le chapitre rédigé par Jason Frank (2017) dans le Handbook des presses d’Oxford, qui propose également une articulation précieuse entre théorie et histoire du populisme. Dans une perspective différente, mentionnons enfin le volume édité par John Abromeit, Bridget María Chesterton, Gary Marotta et York Norman, qui juxtapose une section sur le populisme nord-américain, des études historiques sur le nazisme, les Balkans et l’Amérique latine, ainsi que trois contributions sur les usages contemporains du populisme en Europe, aux États-Unis et en Amérique latine (Abromeit et al., 2016). Avec leur diversité et leurs divergences, ces contributions ont toutes le mérite de prendre l’histoire au sérieux et d’en utiliser certaines des leçons pour l’analyse du présent.

37Nous regrettions plus haut le faible intérêt de la science politique européenne pour l’expérience populiste américaine, et les informations très parcellaires qu’elle mobilise généralement à son égard. Nous espérons avoir montré qu’il existe une vaste littérature sur les mouvements qui la composent, que la science politique pourrait utiliser à son profit. S’intéresser à l’expérience du People’s Party permet aussi d’imaginer ce qu’une autre définition du populisme pourrait être. Au lieu des différents partis d’extrême droite contemporains, ou des expériences politiques qui se situent à la jointure entre la démagogie et le césarisme, qui ne sont en réalité que quelques exemples de ces « faux populismes » dont parlait Isaiah Berlin il y a 50 ans (voir Government and Opposition, 1968, p. 177), le populisme pourrait alors désigner d’authentiques mouvements de démocratisation. Y gagnerait-on en intelligibilité et en cohérence ? Nous croyons que oui.

Haut de page

Bibliographie

ABROMEIT J., CHESTERTON B. M., MAROTTA G. et NORMAN Y. (dir.), 2016, Transformations of Populism in Europe and the Americas, History and Recent Tendencies, Londres, Bloomsbury.

ALLCOCK J., 1971, « “Populism”: A Brief Biography », Sociology, 5-3, p. 371-387.

ARDITI B., 2003, « Populism, or, Politics at the Edges of Democracy », Contemporary Politics, 9-1, p. 17-31.

ARMONY V. et BELKODJA C. (dir.), 2002, « Les populismes », Politique et Sociétés, 21-2.

BELL D. (dir.), 1955, The New American Right, New York, Criterion Books.

BETZ H.-G., 1993, « The New Politics of Resentment. Right-Wing Populist Parties in Western Europe », Comparative Politics, 25-4, p. 413-427.

BETZ H.-G., 2013, « A Distant Mirror: Nineteenth-Century Populism, Nativism, and Contemporary Right-Wing Radical Politics », Democracy and Security, 9-3, p. 200-220.

BOSC R., 1975, « Un enfant perdu de la science politique : le populisme », Projet, 96, p. 627-638.

CANOVAN M., 1981, Populism, New York, Harcourt Brace.

CASTLETON E., 2012, « Une “armée d’hérétiques” dans une “croix d’or” : le premier populisme américain et l’hétérodoxie monétaire », Critique, 776-777, p. 24-35.

COLLINS R. M., 1989, « The Originality Trap: Richard Hofstadter on Populism », The Journal of American History, 76-1, p. 150-167.

COLLOVALD A., 2004, Le « populisme du FN », un dangereux contresens, Vulaines sur-Seine, Éditions du Croquant.

Cosmopolitiques, 1991, « Populisme : le nouveau mal européen », 18.

COUVRAT C. et Thériault J. Y. (dir.), 2014, Les Formes contemporaines du populisme, Outremont, Athéna.

DESCHODT J.-P., 2012, « “Un curieux mouvement semi-socialiste” », in M.-C. Esposito, A. Laquièze et Ch. Manigand (dir.), Populismes. L’envers de la démocratie, Paris, Vendémiaire, p. 47-55.

DORNA A., 1999, Le Populisme, Paris, PUF.

DUBIEL H., 1985, « Das Gespenst des Populismus », Merkur, 39, p. 639-651.

DURAND P. et LITS M. (dir.), 2005, « Peuple, populaire, populisme », Hermès, 42.

EATWELL R., 2017, « Populism and Fascism », in ROVIRA KALTWASSER et al., 2017, p. 363-383.

FERKISS V., 1957, « Populist Influences on American Fascism », Western Political Quarterly, 10-2, p. 350-373.

FIESCHI C. (dir.), 2004, « Populism », Journal of Political Ideologies, 9-3.

FINCHELSTEIN F., 2014, « Returning Populism to History », Constellations, 21-4, p. 467-482.

FRANK J., 2017, « Populism and Praxis », in ROVIRA KALTWASSER et al., 2017, p. 629-643.

GODIN C. (dir.), 2012, « Le populisme, contre les peuples ? », Cités, 49.

GOODWYN L., 1976, Democratic Promise, The Populist Moment in America, New York, Oxford University Press.

Government and Opposition, 1968, « To Define Populism », 3-2, p. 137-179.

GRATTAN L., 2016, Populism’s Power. Radical Grassroots Democracy in America, New York, Oxford University Press.

HALIMI S., 1998, « Le “populisme”, voilà l’ennemi ! », Mots, 55, p. 115-121.

HERMET G., 2001, Les Populismes dans le monde. Une histoire sociologique, XIXe-XXe siècle, Paris, Fayard.

HILD M., 2007, Greenbackers, Knights of Labor, and Populists, Farmer-Labor Insurgency in the Late-Nineteenth-Century South, Athens, University of Georgia Press.

HOFSTADTER R., 1955, The Age of Reform. From Bryan to FDR, New York, Alfred A. Knopf.

HOLBO P., 1961, « Wheat or What? Populism and American Fascism », The Western Political Quarterly, 14-3, p. 727-736.

HOLMES W., 1990, « Populism: In Search of Context », Agricultural History, 64-4, p. 26-58.

IONESCU G. et GELLNER E. (dir.), 1969, Populism. Its Meanings and National Characteristics, Londres, Weidenfeld and Nicolson.

KAZIN M., 1998, The Populist Persuasion. An American History, 2e éd., Ithaca, Cornell University Press.

KELLY D., 2017, « Populism and the History of Popular Sovereignty », in ROVIRA KALTWASSER et al., 2017, p. 511-534.

KILGORE J., 2004, « Jesse B. Semple au cœur de l’Amérique : la voix populaire de Langston Hughes », in M. Niqueux, A. Dorna (dir.), Le Peuple, cœur de la Nation ? Images du peuple, visages du populisme (XIXe-XXe siècle), Paris, L’Harmattan, p. 173-195.

LACLAU E., 2005, On Populist Reason, Londres, Verso.

LAYCOCK D., 2005, « Populism and the New Right in English Canada », in F. Panizza (dir.), Populism and the Mirror of Democracy, Londres, Verso, p. 172-201.

LIPSET S. M., 1960, Political Man, New York, Doubleday.

LOWNDES J., 2005, « From Founding Violence to Political Hegemony: The Conservative Populism of George Wallace », in F. Panizza (dir.), Populism and the Mirror of Democracy, Londres, Verso, p. 144-171.

LOWNDES J., 2017, « Populism in the United States », in Rovira Kaltwasser et al., 2017, p. 232-247.

MCMATH Jr. R., 1992, American Populism, A Social History, 1877-1898, New York, Hill and Wang.

MAROTTA G., 2016, « Richard Hofstadter’s Populist Problem and his Identity as a Jewish Intellectual », in ABROMEIT et al., 2016, p. 105-115.

MÉLANDRI P., 1997, « La rhétorique populiste aux États-Unis », Vingtième Siècle, 56, p. 184-200.

MÉNY Y. et SUREL Y., 2000, Par le peuple, pour le peuple. Le populisme et les démocraties, Paris, Fayard.

MICHAEL G., 2015, « A New American Populist Coalition? », in C. de la Torre (dir.) The Promise and Perils of Populism, Global Perspectives, Lexington, The University Press of Kentucky.

MILLER W. R., 1993, « A Centennial Historiography of American Populism », Kansas History, 16, p. 54-69.

MUDDE C. et ROVIRA KALTWASSER C. (dir.), 2012, Populism in Europe and the Americas: Threat or Corrective for Democracy?, Cambridge, Cambridge University Press.

MUDDE C. et ROVIRA KALTWASSER C., 2017, Populism. A Very Short Introduction, Oxford, Oxford University Press.

MÜLLER J.-W., 2016, What Is Populism?, Philadelphia, University of Pennsylvania Press.

Multitudes, 2015, « Populismes », 61, p. 45-149.

NOVICK P., 1988, That Noble Dream, the “Objectivity Question” and the American Historical Profession, Cambridge, Cambridge University Press.

NUGENT W., 2013 (1963), The Tolerant Populists. Kansas Populism and Nativism, Chicago, The University of Chicago Press.

NUGENT W., MCMATH Jr. R., ARGERSINGER P., LESTER C. et MAGLIARI M., 2008, « Agricultural History Roundtable on Populism », Agricultural History, 82-1, p. 1-35.

PESSIN A., 1997, Le Populisme russe (1821-1881) ou la rencontre avec un peuple imaginaire, Lyon, Atelier de création libertaire.

PIPES R., 1964, « Narodnichestvo: A Semantic Inquiry », Slavic Review, 23-3, 1964, p. 441-458.

POLLACK N., 1960, « Hofstadter on Populism: A Critique of “The Age of Reform” », The Journal of Southern History, 26-4, p. 478-500.

POLLACK N., 1962, « The Myth of Populist Anti-Semitism », The American Historical Review, 68-1, p. 76-80.

POMBENI P., 1997, « Typologie des populismes en Europe », Vingtième Siècle, 56, p. 48-76.

POSTEL C., 2007, The Populist Vision, New York, Oxford University Press.

PUHLE H.-J., 1986, « Was ist Populismus? », in H. Dubiel (dir.), Populismus und Aufklärung, Francfort, Suhrkamp, p. 12-32.

QUATTROCCHI-WOISSON D., 1997, « Les populismes latino-américains à l’épreuve des modèles d’interprétation européens », Vingtième Siècle, 56, p. 161-183.

REYNIÉ D., 2013, Les Nouveaux Populismes, 2e édition, Paris, Fayard.

ROVIRA KALTWASSER C., TAGGART P., OCHOA ESPEJO P. et OSTIGUY P. (dir.), 2017, The Oxford Handbook of Populism, Oxford, Oxford University Press.

ROVIRA KALTWASSER C., 2012, « The Ambivalence of Populism: Threat and Corrective for Democracy », Democratization, 19-2, 184-208.

SALOUTOS T., 1966, « The Professors and the Populists », Agricultural History, 40-4, p. 235-254.

SCHIMMER R., 1997, Populismus und Sozialwissenschaften im Amerika der Jahrhundertwende, Francfort, Campus Verlag.

SHILS E., 1956, The Torment of Secrecy, Glencoe, The Free Press.

SKENDEROVIC D., 2017, « Populism: A History of the Concept », in R. Heinisch, C. Holtz-Bacha, O. Mazzoleni (dir.), Political Populism, A Handbook, Zurich, Nomos, p. 41-57.

TAGGART P., 2000, Populism, Buckingham, Open University Press.

TAGUIEFF P.-A., 2007, L’Illusion populiste. Essai sur les démagogies de l’âge démocratique, Paris, Flammarion.

TARRAGONI F., 2019, L’Esprit démocratique du populisme, une nouvelle analyse sociologique, Paris, La Découverte.

URBINATI N., 2013, « The Populist Phenomenon », Raisons politiques, 51, p. 137-154.

VENTURI F., 1952, Il populismo russo, Turin, Giulio Einaudi, 2 vol.

VILTARD Y., 1999, « Archéologie du populisme. Les intellectuels libéraux américains saisis par le maccarthysme », Genèses, 37, p. 44-69.

WARE A., 2002, « The United States: Populism as Political Strategy », in Y. Mény et Y. Surel (dir.), 2002, Democracies and the Populist Challenge, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 101-119.

WIEVIORKA M., 1993, La Démocratie à l’épreuve. Nationalisme, populisme, ethnicité, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Sur le populisme russe, voir Venturi, 1952 ; Pipes, 1964 ; et Pessin, 1997.

2 Pour une première approche du mouvement populiste aux États-Unis, voir Goodwyn, 1976 ; Postel, 2007. L’historiographie du populisme américain a été particulièrement agitée depuis les années 1920, et les travaux qui sont consacrés à cette histoire des interprétations sont nombreux. En guise d’introduction, on lira Holmes, 1990 ; Miller, 1993 ; Nugent et al., 2008.

3 Il faut toutefois mentionner une très brève allusion au début de l’article de présentation du numéro (ibid., p. 3).

4 On citera tout de même une mention très rapide dans l’entretien des éditeurs avec
Marcus Rediker, (Multitudes, 2015, p. 78).

5 Dans le cas de Hans-Georg Betz, il faut nuancer ce constat puisqu’il a tenté quelques années plus tard une analyse comparée du populisme historique aux États-Unis et de ses formes contemporaines en Europe, voir Betz, 2013.

6 Nous reviendrons sur un autre chapitre, qui appartient à la seconde catégorie décrit plus loin (Eatwell, 2017).

7 Walter Nugent utilise cette expression pour décrire la conception péjorative que se font les adversaires du populisme, voir Nugent, 2013 (1963), p. XII.

8 Pour comprendre les différences entre le mouvement Grange et les populistes : McMath Jr., 1992, p. 58-63 ; Hild, 2007.

9 Hofstadter avouera en effet lui-même – en privé – avoir sciemment exagéré l’antisémitisme des populistes dans The Age of Reform pour des raisons politiques (sur ce point, voir Novick, 1988, p. 338).

10 Pour une réfutation de l’argument de Ferkiss, voir Holbo, 1961.

11 La science politique américaine ne semble pas très intéressée par le populisme, comme le nombre extrêmement faible d’articles en traitant directement dans les revues les plus conformistes de la discipline tendrait à le montrer, contrastant ainsi avec la vaste production des historiens sur le sujet (avant 2020, ni l’American Journal of Political Science ni l’American Political Science Review n’ont consacré d’articles au populisme au sens où il est généralement entendu dans la science politique européenne, par exemple).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Chollet, « De quelques mésusages de l’histoire »Revue européenne des sciences sociales, 58-2 | 2020, 97-116.

Référence électronique

Antoine Chollet, « De quelques mésusages de l’histoire »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 58-2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 16 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/6822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.6822

Haut de page

Auteur

Antoine Chollet

Université de Lausanne, Centre Walras-Pareto
antoine.chollet"at"unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés), sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search