Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-2La pensée populisteDe quelques mésusages de l’histoire

La pensée populiste

De quelques mésusages de l’histoire

Le cas du populisme nord-américain dans la science politique européenne
Misuses of history: The case of US populism in European political science
Antoine Chollet
p. 97-116

Résumés

Les très nombreuses études que la science politique européenne a consacrées au populisme depuis les années 1990 entretiennent un rapport difficile avec les mouvements populistes du passé. Nous nous proposons ici d’examiner le traitement qu’elles réservent à un exemple historique particulièrement significatif : celui du People’s Party américain. Nous verrons que cet exemple y est soit ignoré, soit identifié aux partis ou mouvements populistes d’aujourd’hui, soit ramené à l’expression d’un style populiste pérenne. Les travestissements que de telles interprétations supposent reposent sur des choix bibliographiques discutables qui construisent une image fallacieuse du populisme nord-américain mais renforcent en même temps les définitions dominantes du populisme dans la science politique. Une connaissance plus approfondie des travaux sur le People’s Party permettrait non seulement d’en proposer une présentation plus fidèle, mais aussi de repenser le concept de populisme à la lumière de ce mouvement.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

1. L’oubli du populisme américain
2. « The eructations of the common herd against their betters »
3. Permanence du populisme aux États-Unis : ou comment lire Michael Kazin à l’envers
4. Pour un dialogue transnational entre science politique et histoire

Aperçu du texte

Le 29 juin 2016, à la conférence de presse clôturant le « sommet des leaders nord-américains » à Ottawa, le président des États-Unis Barack Obama enjoignait les journalistes présents à ouvrir un dictionnaire et à y regarder le sens du terme « populiste ».

[You] don’t suddenly become a populist because [you] say something controversial in order to win votes. It’s not the measure of populism. That’s nativism, or xenophobia, or worse; or it’s just cynicism. So I would just advise everybody to be careful about suddenly attributing to whoever pops up at a time of economic anxiety the label that they are populists.

Quel chef d’État européen s’aventurerait à faire une telle remarque alors que, de ce côté-ci de l’Atlantique, le populisme désigne désormais communément une sorte de démagogie excitant le ressentiment populaire contre les élites ? S’il fait preuve de cette prudence rhétorique, c’est que Barack Obama n’est pas totalement ignorant de l’histoire du populisme aux États-Unis. La pris...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Chollet, « De quelques mésusages de l’histoire », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 58-2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ress/6822 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.6822

Haut de page

Auteur

Antoine Chollet

Université de Lausanne, Centre Walras-Pareto
antoine.chollet"at"unil.ch

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search