Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-2VariaLa différenciation des œuvres et ...

Varia

La différenciation des œuvres et des goûts dans la pratique des séries télévisées

Differentiation of works and tastes in the practice of watching TV series
Clément Combes et Hervé Glevarec
p. 119-157

Résumés

Au sein du domaine culturel, la série télévisée est apparue depuis les années 1990 comme un objet culturel fortement renouvelé et investi par un public grandissant. Beaucoup a été écrit sur ce renouveau du genre mais peu sur la sociologie de son public. À partir d’une enquête de pratiques et de goûts représentative du public adulte des Français, réalisée en 2017, cet article évalue l’hypothèse d’une différenciation du goût et de la pratique sérielle. Il s’appuie sur l’analyse factorielle et une classification hiérarchique des séries déclarées comme vues pour examiner les facteurs de structuration de cette pratique. Il apparaît que la pratique des séries articule trois sortes de différenciation : par les œuvres (longue traîne), par les usages (télévision vs nouveaux supports) et par les goûts (questionnements socio-existentiels qu’expriment l’âge et l’ancrage socio-politique des spectateurs).

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction : l’hypothèse de différenciation
1. Une pratique féminine, jeune et faiblement diplômée
2. La particularisation des œuvres visionnées
2.1. Séries récentes, de provenance et de formats différents
2.2. Particularisation des séries
3. Une pratique culturelle différenciée
3.1. Différenciation par le type de séries : françaises et unitaires vs états-uniennes et feuilletonnantes
3.2. Différenciation par l’âge et le diplôme
3.3. Différenciation par les usages : télévision et autres écrans
3.4. Différenciation générique et thématique
3.5. Des pratiques qui associent goûts et matérialité
4. Une typologie des publics des séries partagées
4.1. Les « sériephiles du numérique »
4.2. Les « sériephiles de la télévision privée »
Conclusion : l’hypothèse de différenciation

Aperçu du texte

Introduction : l’hypothèse de différenciation

Les séries télévisées sont devenues depuis une vingtaine d’années un objet culturel de premier plan aussi bien dans les pratiques que dans les programmations. Bien qu’anciennes, elles ont été l’objet d’un renouvellement impulsé par la production étatsunienne à partir des années 1990 (Feuer, Kerr et Vahimagi, 1984 ; Brunsdon, 1990 ; Cardwell, 2007 ; Feuer, 2007) associé à l’essor d’un ensemble de supports et services numériques qui ont participé à l’élargissement du catalogue des séries disponibles pour le public français, plus nécessairement limité à l’univers télévisuel. Pour ce dernier, il s’agit là d’une « nouvelle culture » parce qu’elle prend souvent les contours d’une conversion à une nouvelle pratique, dévaluée quelques années auparavant, notamment dans les milieux diplômés qui s’y sont récemment convertis.

Sur le plan du contenu, ces séries ont des traits spécifiques : la multiplication des personnages et des lignes narratives et l...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Combes et Hervé Glevarec, « La différenciation des œuvres et des goûts dans la pratique des séries télévisées », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 58-2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ress/6832 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.6832

Haut de page

Auteurs

Clément Combes

CNRS, IRISSO
clement.combes"at"gmail.com

Hervé Glevarec

Université Paris Dauphine-PSL
herve.glevarec"at"cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search