Navigation – Plan du site

AccueilNuméros58-2VariaPour un pluralisme épistémologiqu...

Varia

Pour un pluralisme épistémologique en sociologie de l’action organisée

Retour critique sur l’œuvre de Michel Crozier
Toward an epistemological pluralism in the sociology of organized action: Critical review of Michel Crozier’s work
Jean-Sébastien Vayre
p. 159-187

Résumés

Cet article propose de revenir sur les avantages et les limites de l’héritage intellectuel que nous a laissé l’un des plus importants fondateurs de la sociologie des organisations : Michel Crozier. Il soutient ainsi que, si l’analyse stratégique est utile à l’étude des organisations contemporaines, celle-ci mérite d’être renouvelée. À l’instar d’autres travaux, cette contribution souligne les limites de l’acception trop restrictive que Michel Crozier et Erhard Friedberg (1977) ont de l’acteur et du pouvoir. Elle présente ensuite une approche sociocognitive de l’action organisée qui restitue la pluralité de l’acteur et du pouvoir. L’avantage de cette approche est alors qu’elle permet de mieux appréhender la diversité des modes de régulation qui sont à l’œuvre dans le système de coopération que forme l’organisation. Ce faisant, elle autorise une meilleure compréhension des formes et des légitimités des pouvoirs qui la régulent.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2024.
Consulter cet article

Plan

Introduction
1. La sociologie des organisations et l’analyse stratégique
1.1. L’analyse stratégique : une méthode hypothético-inductive de recherche-intervention
1.2. L’analyse strategique : positionnement et influence au sein de la sociologie des organisations
1.3. L’analyse stratégique et ses critiques
2. Pour une nouvelle sociologie des organisations
2.1. Pour une perspective moins autoréférentielle de l’action organisée
2.2. Pour une acception pluraliste de la notion d’acteur
2.3. Pour une acception pluraliste de la notion de pouvoir
Conclusion

Aperçu du texte

Introduction

Comment renouveler la sociologie des organisations afin de favoriser sa pérennité qui est aujourd’hui mise à mal (voir Bergeron et al., 2016) ? Comment faire exister l’héritage intellectuel laissé par celui qui est, en France, son principal fondateur, Michel Crozier ? D’après nous, de telles questions ne doivent pas être prises à la légère. Car, s’il y a plusieurs dizaines d’années, la sociologie des organisations a bénéficié d’une certaine reconnaissance institutionnelle, aujourd’hui, les choses ont changé. En France, par exemple, Jean-Claude Thoenig (ibid., p. 131-132) expose comment les enseignements de sociologie des organisations tendent actuellement à disparaître des cursus de formation des grandes écoles, mais aussi de ceux de l’université. Cette dynamique malheureuse est alors renforcée par le fait que, comme l’illustre le cas de Olivier Timarche (ibid., p. 137-138), l’intérêt de l’analyse stratégique n’est plus ce qu’il était aux yeux des professionnels de l’org...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Sébastien Vayre, « Pour un pluralisme épistémologique en sociologie de l’action organisée », Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 58-2 | 2020, mis en ligne le 03 janvier 2024, consulté le 03 mars 2021. URL : http://journals.openedition.org/ress/6838 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.6838

Haut de page

Auteur

Jean-Sébastien Vayre

Université Côte d’Azur, GREDEG
jean-sebastien.vayre"at"univ-cotedazur.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search