Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59-1VariaAuguste Comte et l’« islamisme »

Varia

Auguste Comte et l’« islamisme »

Auguste Comte and “Islamism”
Jean-François Braunstein
p. 13-40

Résumés

Le jugement que Comte a porté sur l’islam comme religion et l’Islam comme civilisation a fortement évolué au cours de son œuvre. Parti, dans le Cours de philosophie positive, d’une critique du « mahométisme » qui serait une adultération des religions monothéistes antérieures, il parvient, dans ses œuvres ultérieures, à un véritable éloge de la religion et de la civilisation musulmanes. La religion musulmane, par sa simplicité et sa position chronologique d’ultime religion monothéiste, est celle qui permettra le plus aisément de sortir des religions anciennes et d’accéder à la religion positive. Le personnage de Mahomet et la force de cohésion des rites islamiques sont alors une source d’inspiration pour la prédication du dernier Comte.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

1. Comte, critique du mahométisme
2. Comte, admirateur de l’islamisme
2.1. Simplicité et supériorité de l’islam
2.2. La dernière religion avant la religion positive
2.3. Continuité et lien social
2.4. Polygamie, esclavage et tendresse
3. L’« incomparable » Mahomet
3.1. Rites islamiques et positivistes
3.2. L’islam dans la « Ligue religieuse »
Conclusion

Aperçu du texte

La Revue du monde musulman notait, dès 1912, que « dans l’œuvre entière d’Auguste Comte, on remarque une grande sympathie pour la religion musulmane. Le Coran était, avec la Bible, le seul livre sacré dont le fondateur du positivisme recommandât la lecture et la méditation. Auguste Comte avait foi dans l’avenir de l’islam et rendait hommage aux services qu’il a rendus à la civilisation » (Bouvat, 1912, p. 256). Récemment, Wolf Lepenies a rappelé l’« indéniable fascination que l’islam exerce sur Comte », en particulier pour ses capacités de mobilisation collective : « Comte éprouve de l’admiration pour l’aptitude de Mahomet à mobiliser ses adeptes » (Lepenies, 2012, p. 4), notamment à travers une série de symboles comme la « kibla », l’orientation vers la Mecque de la prière des fidèles, que Comte va proposer de reprendre en orientant les temples positivistes non plus vers la Mecque mais vers Paris.

Cet intérêt de Comte pour ce que l’on nomme alors l’islamisme et non l’islam est indé...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Braunstein, « Auguste Comte et l’« islamisme » »Revue européenne des sciences sociales, 59-1 | 2021, 13-40.

Référence électronique

Jean-François Braunstein, « Auguste Comte et l’« islamisme » »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 59-1 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 25 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ress/7345 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.7345

Haut de page

Auteur

Jean-François Braunstein

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, ISJPS
jfbraunstein"at"gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search