Navigation – Plan du site

AccueilNuméros59-1VariaLa théorie calviniste de la préde...

Varia

La théorie calviniste de la prédestination est-elle l’un des fondements de la théorie du choix rationnel ?

Une note
Is the Calvinist doctrine of predestination one of the foundations of rational choice theory ? A commentary
Pascal Bridel
p. 103-116

Résumés

En utilisant la théorie calvinienne de l’intérêt, cette note s’intéresse à la doctrine de la prédestination comme l’une des origines possibles de l’autonomisation progressive du concept d’agent rationnel, l’une des pièces centrales de la théorie moderne des prix basée sur la logique de l’échange (dont le taux de l’intérêt n’est finalement qu’une dérivation).

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de cette note a été présentée lors du Congrès scientifique international Calvin et son influence, 1509-2009, Genève 24-27 mai 2009. Mes vifs remerciements s’adressent à Max Engammare pour ses judicieux conseils à propos de la doctrine de la prédestination de Calvin. Les lacunes et insuffisances sur ce sujet sont bien évidemment de la responsabilité exclusive de l’auteur.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2025.
Consulter cet article

Plan

1. La théorie de l’intérêt et l’interdit scholastique
2. La théorie de l’intérêt comme une composante (intertemporelle) de la théorie du choix rationnel
3. La théorie de la prédestination est-elle à l’origine de la théorie du choix rationnel ?

Aperçu du texte

En dépit des travaux pionniers d’André Bieler (1959) et de certains de ses successeurs comme André Lapidus (1987), l’économiste contemporain peine encore à accepter l’idée que Calvin soit à l’origine de la théorie moderne du taux de l’intérêt. La légitimation du taux d’intérêt dans la théorie économique moderne est beaucoup plus qu’un simple abandon d’une attitude morale à l’égard du prêteur. L’apparition des économies capitalistes de marché à la fin du xviiie siècle et la généralisation parallèle du développement d’institutions financières reposent sur une relation au temps et à une définition de l’agent économique faisant des choix intertemporels complètement étrangères à Calvin. Ce bouleversement conceptuel continue de poser des problèmes aux auteurs qui tentent d’expliquer la légitimation du taux d’intérêt comme une simple introduction par Calvin d’un degré de tolérance dans la position scolastique traditionnelle.

En revanche, dans le lent processus de construction de la théorie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascal Bridel, « La théorie calviniste de la prédestination est-elle l’un des fondements de la théorie du choix rationnel ? »Revue européenne des sciences sociales, 59-1 | 2021, 103-116.

Référence électronique

Pascal Bridel, « La théorie calviniste de la prédestination est-elle l’un des fondements de la théorie du choix rationnel ? »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 59-1 | 2021, mis en ligne le 01 janvier 2025, consulté le 17 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/ress/7475 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.7475

Haut de page

Auteur

Pascal Bridel

Université de Lausanne, Centre Walras-Pareto
pascal.bridel"at"unil.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search