Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus en prépublicationAlain MINC, Ma vie avec Marx

Alain MINC, Ma vie avec Marx

Jacques Coenen-Huther
Référence(s) :

Alain MINC, 2021, Ma vie avec Marx, Paris, Gallimard, 116 p.

Texte intégral

1Alain Minc est généralement considéré comme le chantre du libéralisme économique bien qu’il lui arrive de se présenter de façon provocante comme « le dernier marxiste français ». Sa Vie avec Marx aurait néanmoins pu « tourner court » et rester du domaine des engouements de jeunesse s’il n’avait pas été séduit par la vision panoramique de Fernand Braudel offrant de puissantes synthèses entre les mécanismes économiques et leur cadre historique. Pour Minc, l’attrait persistant de la pensée de Karl Marx réside dans son caractère global « à rebours des visions parcellaires de l’économie traditionnelle » (p. 11). C’est d’ailleurs ce qui la soustrait à toutes les tentatives superficielles de classification. En dépit des préventions des uns et des autres, Marx doit être tenu de nos jours comme l’ancêtre de la tradition social-démocrate autant que de l’autoritarisme communiste.

2Dans le Manifeste communiste de 1848, dont Marx fut l’auteur et le maître d’œuvre, Minc trouve une description qu’il juge « saisissante » de l’économie capitaliste et du rôle « éminemment révolutionnaire » qu’y a joué la bourgeoisie. C’est l’objet du premier des sept chapitres que comporte l’ouvrage. Minc apprécie ce texte à la fois d’un point de vue historique ou économique et sous l’angle strictement rédactionnel : ces pages, écrit-il, « se savourent ligne à ligne, mot à mot ». Le Manifeste aborde le phénomène de la mondialisation avant la lettre. Aux yeux de Marx, le libre-échange, notion libérale s’il en est, est révolutionnaire et c’est le protectionnisme, avec sa volonté de protéger les faibles, qui a bel et bien un caractère conservateur. À cet égard, Marx se situe clairement dans la voie tracée par David Ricardo dont il s’inspire, mais il s’appuie également sur la conception du rôle de l’entrepreneur porté par l’idée de destruction créatrice telle que l’envisagera Joseph Schumpeter. Le Capital prophétise l’épuisement du capitalisme mais cette prédiction repose entièrement sur la logique de la baisse tendancielle du taux de profit. À terme, cette perspective de la baisse tendancielle est effacée par des gains de productivité. Le capitalisme se survit dès lors par sa capacité à générer inlassablement des gains de productivité (chapitre VI). Mais la productivité est elle-même compromise par la « révolution Internet » qui s’accommode très bien d’une baisse de la productivité de la main d’œuvre. Il aura fallu attendre la crise de 2007-2008 pour que la faillite menace tout le système et que les milieux de la finance soient tentés d’un sauve-qui-peut général.

3Les crises sont considérées par l’esprit du temps comme des fatalités dont il faut bien s’accommoder. Marx est à la source d’une approche plus nuancée. Dans le cadre de l’évolution économique générale, les crises sont au capitalisme ce que le rythme respiratoire est à un individu vivant (p. 25). Dans un esprit de statique sociale, elles sont certes des retours en arrière mais une optique dynamique permet d’y voir des facteurs de modernisation quel que soit le jugement porté sur eux. Penseur de la globalité, Marx adopte des points de vue qu’on est tenté de ramener à des disciplines différentes ; il n’a jamais eu un tel pendant du côté libéral. D’un point de vue philosophique, on ne peut qu’attester qu’il échappe aux contraintes de l’hégélianisme dans lesquelles on a pensé pouvoir le confiner. Marx historien apparaît dans des écrits qu’on pourrait qualifier de journalistiques mais qui vont bien au-delà des aspects superficiels du phénomène considéré. Ainsi en va-t-il de son analyse des racines profondes du bonapartisme. La société ne se résume pas pour lui à la cohabitation conflictuelle de la bourgeoisie et du prolétariat (p. 40). L’analyse du comportement de la population rurale présentée dans Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte témoigne du rôle-clé que celle-ci a joué dans l’avènement du Second Empire. Pour ce qui est des relations économiques internationales, Marx adhère sans difficulté aux raisonnements de Ricardo. Quant à la notion de classe sociale, elle fait office de lien entre des thèses qu’on pourrait à première vue tenir pour disparates ; pour Marx, ce concept constitue un outil d’analyse irremplaçable.

4L’ampleur du projet intellectuel de Marx apparaît dans la recherche de lois qui régissent le monde dans toutes ses composantes : historiques, économiques, sociales et culturelles. Tous ces aspects de la réalité s’organisent autour de l’un d’entre eux auquel il est loisible d’attribuer un primat qui ne soit pas nécessairement causal (chapitre III). C’est dans les faits économiques qu’on trouve les ressorts qui font corps avec l’évolution des classes sociales, Mais on ne peut vraiment parler à cet égard de domination des faits économiques sur les autres secteurs de la vie sociale. Il s’agit d’un « nœud » qui fait tenir ensemble le système et lui confère une cohérence au moins apparente (p. 31). Au-delà d’un tel paradigme, on trouve une théorie de l’aliénation qui exprime plus largement le rapport de l’homme au travail : le produit du travail humain, au lieu d’appartenir à celui qui l’a accompli, lui échappe.

5De nos jours, écrit Minc au chapitre II, Pierre Bourdieu est un des rares penseurs qui, à la suite de Marx, a manifesté une réelle « ambition de globalité ». Il n’a néanmoins pas réussi « à imbriquer son analyse du fonctionnement de la société dans la dynamique économique » (p. 42). Parmi les sociologues de langue française, le rapprochement a souvent été fait entre Bourdieu et Marx mais ce ne fut pas toujours sans arrière-pensée. Il pouvait s’agir de banaliser Marx en en faisant un théoricien parmi d’autres, ou, à l’inverse, de caricaturer l’ambition intellectuelle de Bourdieu en la jugeant démesurée.

6Dans les années qui suivirent immédiatement la Seconde Guerre mondiale, l’œuvre de John M. Keynes exerça un attrait incontestable sur « l’opinion éclairée » de l’époque et éclipsa presque complètement la renommée de Marx dans les milieux intellectuels (Chapitre VI). Il existe néanmoins entre Marx et Keynes une différence que Minc n’hésite pas à qualifier d’absolue et qui permet d’établir une véritable hiérarchie intellectuelle entre les deux hommes (p. 98). Keynes maîtrise les dimensions psychologiques de l’activité économique mais il ignore – ou feint d’ignorer – le cadre sociétal englobant. C’est ainsi qu’il dote les acteurs économiques d’une « boîte à outils qu’ils ne possédaient pas » (p. 99). La « rupture keynésienne » est centrée sur la notion de plein emploi résultant de la propension à consommer et de l’incitation à investir (p. 101). L’idée de plein emploi n’a de sens que dans un certain type de société et à une certaine époque ; ceci décrit les limites de l’ambition intellectuelle de Keynes telle qu’elle se présente au chapitre VI.

7Marx le révolutionnaire, observe Minc, s’insère, entre Baruch Spinoza et Sigmund Freud, dans une succession de juifs en rupture de ban. Tiraillé entre un universalisme dicté par son ambition scientifique et un particularisme orienté par son engagement politique, il s’est construit une doctrine du judaïsme qui en est en fait la négation (p. 78). Il mit beaucoup d’obstination à se délester du fardeau que lui imposaient ses origines juives (p. 81). Marx, comme Spinoza, s’est comporté « tel un cheval qui se cabre » et essaya de se débarrasser de l’identité juive qui lui pesait plus encore dans les milieux de l’Internationale socialiste que dans un contexte élargi. Cette question, que Minc définit comme « l’éternelle question des juifs de rupture », est abordée au chapitre V.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jacques Coenen-Huther, « Alain MINC, Ma vie avec Marx »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 08 décembre 2021, consulté le 25 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8234

Haut de page

Auteur

Jacques Coenen-Huther

Université de Genève

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search