Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-1Comptes rendus de lectureEsther FISCHER-HOMBERGER, Pierre ...

Comptes rendus de lecture

Esther FISCHER-HOMBERGER, Pierre Janet und die Psychotherapie an der Schwelle zur Moderne

Céline Surprenant
p. 284-288
Référence(s) :

Esther FISCHER-HOMBERGER, 2021, Pierre Janet und die Psychotherapie an der Schwelle zur Moderne, Gießen, Psychosozial-Verlag, 294 p.

Texte intégral

1Six études forment le noyau de Pierre Janet und die Psychotherapie an der Schwelle zur Moderne [Pierre Janet et la psychothérapie au seuil de la modernité] (2021), livre posthume d’Esther Fischer-Homberger, historienne suisse de la médecine, de la psychiatrie et de l’histoire médicale des femmes, psychothérapeute, née en 1940 et disparue en 2019. Ces études avaient déjà été publiées, sauf pour ce qui est de « Messen und Glauben. Pierre Janets Entwurf einer Psychologie des Glaubens (1936-1937) », co-écrit avec Gerhard Heim, sur laquelle nous reviendrons ci-dessous. Elles sont précédées d’une introduction d’Aleida Assmann, spécialiste des questions de traumatismes et de mémoire, et suivies d’un entretien avec l’auteur, ainsi que d’une postface de Gerhard Heim, psychothérapeute berlinois, co-fondateur de la Pierre-Janet-Gesellschaft e.V., (pendant de l’Association française Pierre Janet).

2Qu’a apporté Pierre Janet à la psychologie, à la philosophie et à la psychothérapie ? Ces questions générales et, en apparence seulement, simples, sous-tendent les sept chapitres principaux du livre, qui portent notamment sur Janet en tant qu’historien et thérapeute, sur l’importance de la relation dans le traitement psychothérapeutique, sur la distinction entre portrait et histoire de cas chez Janet, sur la place de l’argent dans la relation thérapeutique, et sur la croyance, un thème incontournable des études janetiennes. Rappelons que Janet est né à Paris en 1859 et qu’il y meurt en 1947, qu’il était un contemporain et ami d’Henri Bergson et d’Émile Durkheim à l’École normale supérieure, où il a étudié jusqu’en 1882. Auteur d’une thèse de philosophie, L’Automatisme psychologique (1889), il a aussi fait des études médicales auprès de Jean-Martin Charcot, qui lui confia la direction de son laboratoire à la Salpêtrière dès 1890 et que Janet continua à diriger jusqu’en 1910. Il a ainsi participé aux premières recherches sur les névroses traumatiques, que Charcot avait proposé, dès le début des années 1880, de traiter au moyen de l’hypnose et de la suggestion, puisque leurs causes n’étaient pas organiques. Neveu du philosophe spiritualiste influent de la fin du XIXe siècle, Paul Janet (p. 33), il a été professeur de psychologie expérimentale et comparée au Collège de France de 1902 à 1934. Il défendait la valeur de l’observation dans les travaux psychologiques, d’autant plus que les conduites et les actions humaines forment, selon lui, l’objet principal de la psychologie (il a mené plus de 5 000 traitements, dont les notes ont été brûlées à sa demande après sa mort [p. 36, 254]). Les actions s’analysent en fonction de leur degré de tension ; en d’autres mots, de l’effort qu’elles requièrent de la part des sujets, qui possèdent chacun des quantités variables de « force psychologique », pour les accomplir. Le rapport de l’action à l’énergie et celui des tendances entre elles peuvent entraîner une « dissociation », qui advient lorsque les forces manquent pour synthétiser deux « tendances » (p. 252). L’une d’elle est oubliée, se sépare et agit dans l’ombre, de manière « subconsciente ». Au cœur de la conception de la maladie de Janet, se trouve l’idée d’équilibre, empruntée à Claude Bernard. La « folie » est une manière de soulager l’effort qu’il faut déployer pour maintenir cet équilibre, pour « synthétiser » toutes les tendances rattachées aux actions humaines (p. 122).

3C’est grâce aux travaux d’Henri Ellenberger, qui avait consacré un important chapitre à Janet dans son ouvrage influent The Discovery of the Unconscious. The History and Evolution of Dynamic Psychiatry (1970), que Fischer-Homberger a développé un intérêt pour Janet (p. 251). Outre les œuvres de Janet et quelques autres études récentes, Ellenberger constitue sa source principale. Selon Ellenberger, il fallait redresser le tort que la trop grande importance accordée à la psychanalyse et à Sigmund Freud, son fondateur « auto-proclamé », avait fait à l’histoire de la psychiatrie. Il fallait faire l’histoire culturelle et scientifique de ce qui a été oublié, enfoui, à cause de la psychanalyse freudienne, tels les travaux de Janet, qu’Ellenberger a exhumés (p. 32 ; sur l’oubli de Janet, p. 51-52). Adopter la méthodologie d’Ellenberger impliquait donc de se détourner de Freud, et peut-être aussi, comme c’est le cas à plusieurs endroits de Pierre Janet und die Psychotherapie, d’exposer les stratégies que ce dernier a déployé pour occuper le terrain, au détriment de Janet. Se détacher de Freud, donc, mais pas complètement.

4Car Janet et Freud sont comparés l’un à l’autre à plusieurs reprises dans l’ouvrage, outre la discussion, au chapitre 5, du rapport sur la psychanalyse que Janet avait présenté au Congrès international de médecine de Londres (6 au 12 août 1913) et de sa réception. Dans ce texte, auquel on réduit souvent sa pensée (p. 214-215), Janet s’interroge sur l’apport nouveau ou non de la psychanalyse dans le domaine du traitement des névroses traumatiques et en relation à ses propres travaux. Il remet en question l’origine sexuelle que Freud attribuerait à toutes les névroses, y voyant une généralisation abusive. Freud ayant refusé l’invitation au Congrès, il s’était fait remplacer par Carl Gustav Jung. Si la loyauté de ce dernier envers le mouvement psychanalytique commençait à s’effriter, ce n’était pas le cas de celle d’Ernest Jones, fidèle disciple de Freud, qui commenta les échanges dans une réplique qui, avec le rapport de 1913, fait ici l’objet d’une lecture détaillée pour montrer le décalage entre les divers récits de la rencontre. Janet a été accusé par les disciples de Freud de ne pas connaître la psychanalyse faute de maîtriser l’allemand, lui qui aurait pourtant traduit des articles de l’allemand pour son oncle (p. 200), sans parler de « la querelle de priorité » et des attaques qui se sont poursuivies au-delà de 1913. Janet n’a pas exactement condamné la psychanalyse. Il y voyait une philosophie plutôt qu’une contribution aux sciences médicales (p. 207). Fischer-Homberger puise dans des documents peu examinés auparavant, et s’accorde avec l’historiographie de la psychanalyse en France pour dire que Janet a été vaincu.

5L’étude de cet épisode se conclut par une discussion sur la stratégie « entrepreneuriale » de Freud, et sur le sens de la publicité qu'il aurait acquis auprès de son neveu américain Edward Bernays (1891-1995), inventeur des « Public Relations » et théoricien de la propagande (p. 223) (le sous-titre du chapitre est bien : « Freud als Unternehemer » [Freud, l’entrepreneur], qui a contribué à l’implantation de la psychanalyse aux États-Unis. Le rapprochement est inusité et intéressant (l’auteur l’emprunte à Christof Windgätter qui l’avait développé dans une étude sur « les sciences comme marques » [p. 222]), mais la charge contre Freud est lourde : il ne se serait que très peu préoccupé des effets et circonstances de sa thérapie, pour se concentrer sur la « viabilité » de sa théorie (p. 246). L’esprit stratégique de Freud mis au service de l’institutionnalisation de la psychanalyse suffit-il à expliquer sa « victoire » contre les arguments de Janet ?

6Les visées « entrepreneuriales » de Freud réapparaissent au dernier chapitre, qui commence par une analyse éclairante des divers concepts de « force » psychique, que William James appelle « personal forces », Freud « Libido », et Janet, « force morale », puis « force psychologique ». Chez Freud et Janet (et avant eux chez George Miller Beard [p. 39]), l’économie psychique appelle la comparaison avec l’argent (Janet compare la réserve de forces de l’humain à une banque et, inversement, qualifie les opérations bancaires de psychologiques par excellence [p. 236-237 note 11 ; p. 241 note 20]). Cette analyse est suivie d’une discussion sur le rôle de l’argent dans la thérapie psychanalytique et le rapport de Freud à l’argent, qui sont mis en relation avec l’idée d’objectivité que Freud privilégierait dans la conception analytique au détriment de l’empathie (p. 248). Par contraste, l’analyse du cas Madeleine, la femme « mystique » que Janet a traitée à la Salpêtrière de 1896 à 1902 et dont il a fourni l’histoire de cas dans De l’Angoisse à l’extase. Un délire religieux. Études sur les croyances et les sentiments. t.I, Un délire religieux. La croyance (1926), nous faisait découvrir qu’il incluait dans ses observations et ses résultats non seulement la patiente, mais aussi la relation entre le praticien et la patiente (le cas fait l’objet de deux chapitres, dont l’un s’intéresse aux peintures de la patiente [p. 125]), ce qui contraste avec l’approche de Freud. L’accentuation de la « relationalité » dans la thérapie (p. 85-86), que Janet n’explicite pas, et dont l’une des sources serait « l’interpsychologie » de Gabriel Tarde, est riche d’enseignement pour la psychothérapie contemporaine, alors qu’elle est négligée dans l’histoire des sciences (p. 85, 127-129). Plus concrètement, tenir compte de la « relationalité » permet à la patiente de remettre en question le thérapeute, comme l’a fait Madeleine (p. 131).

7Ainsi faire connaître la pensée de Janet, complexe et difficile d’accès parce que volumineuse, entre autres choses (p. 52, 254), ne va pas sans une référence obligée à Freud (c’est l’un des paradoxes de la postérité de Janet, que relève Fischer-Homberger [p. 214-215], que d’être aujourd’hui connu à travers Freud et pour avoir contredit ses thèses). Les idées de Janet se sont diffusées de manière « anonyme » dans l’atmosphère psychologique, philosophique et culturelle de son époque et celle du XXe siècle, en particulier, de sorte qu’une des tâches qu’il faudrait entreprendre serait d’analyser cette diffusion dans différents domaines, comme la narratologie (p. 53), en relation avec la notion de « récit » (p. 212), mais aussi dans le domaine de la thérapie même, notamment pendant les années 1970 dans la psychologie américaine, qui a connu un « Psychoboom » (p. 53). Janet est à l’origine de plusieurs concepts, dont celui de « psychasthénie » (p. 94).

8La pensée de Janet ne prendra-t-elle son essor qu’à partir du moment où l’on ne rattachera plus sa fortune critique à celle de Freud ? Certes, les références à Freud ici ou là seront toujours nécessaires, mais il sera alors possible d’aborder les notions et approches janetiennes pour elles-mêmes. C’est ce que font déjà les chapitres les plus intéressants du volume, en particulier, le premier chapitre sur l’importance de l’histoire chez Janet. La psychologie de Janet s’appuie en grande partie sur une conception de l’histoire, notamment celle des techniques thérapeutiques, auxquelles Janet a consacré un ouvrage en 3 volumes publié en 1919, intérêt que Fischer Homberger met bien en évidence. Selon Janet, les phénomènes ont une existence continue, mais non les manières de les nommer, les représentations et les théories auxquelles elles sont rattachées, qui mettent l’accent sur des phénomènes différents selon les époques (par exemple, l’hystérie a pris de multiples formes dans l’Antiquité, au Moyen Âge, chez Charcot, de même que la « désagrégation psychologique » ou les névroses, qui regroupent un ensemble de phénomènes et symptômes). Aucune des explications n’est tout à fait juste, mais l’addition de toutes ces théories nous permet de saisir toujours plus précisément les phénomènes (p. 43-45). L’accent est ici mis sur l’observation des signes que l’on associe aux troubles postulés, qui entraînent le développement de différents traitements. Janet n’hésite pas à considérer les anciens magnétiseurs comme les ancêtres de la psychothérapie (p. 36), à parler de « direction » dans la thérapie, avec toutes les connotations religieuses qui s’attachent à ce terme. Il a essayé toutes les méthodes thérapeutiques (p. 74). Très tôt dans sa carrière, il a participé aux recherches sur l’hypnose et a été reconnu en tant qu’expert sur les questions thérapeutiques.

9L’histoire des techniques thérapeutiques est aussi celle des différentes croyances qui confèrent à l’objet de la croyance une existence (p. 45), selon Janet, que ce soit le paradis, la Providence ou dans les sciences, le thermomètre ou le pèse-personne (p. 45). Janet rappelle dans son « Autobiographie » qu’il a été religieux jusqu’à l’âge de 18 ans, mais qu’ensuite il avait conservé des dispositions mystiques qui ont marqué toute sa pensée, divisé qu’il a été entre une passion pour la science et ses tendances mystiques (sur sa crise religieuse, voir p. 146). Il ne s’est ensuite jamais débarrassé de cette tension, à l’image de la IIIe République dans laquelle il a vécu, et où se sont opposés l’esprit scientifique et la religion, l’État et les Églises (à partir de leur séparation en 1905) (p. 89). Ces questions sont approfondies dans le chapitre inédit sur l’opposition entre la « mesure » et la « croyance », une tension toujours active dans la pensée de Janet. Le livre de Fischer-Homberger a paru avant la publication du texte inachevé et inédit de Janet sur la croyance (Les Belles-Lettres, 2021), dont il avait publié une partie en 1936-1937 dans la Revue de Métaphysique et de Morale (publiée en allemand en 2013). Ce conflit aurait été particulièrement vif dans le champ de la psychologie, notamment à la Salpêtrière. Charcot et ses collaborateurs s’y intéressent à des phénomènes qui échappent à la mesure, qui touchent au surnaturel, tout en ayant recours aux plus récentes méthodes psychométriques pour certains, dont Janet (p. 133). Quelle place donner aux sentiments dans la conception du sujet et de la thérapie, lorsque celle-ci se veut scientifique se veut scientifique ? Comment concilier la valeur (morale), les sentiments, l’individu et la science psychologique et thérapeutique face aux formes de démesure et de déséquilibre dont s’occupe la psychologie ? Ces questions n’épuisent pas l’analyse détaillée du contexte philosophique dans lequel Janet élabore sa psychologie de la croyance et qui compose ce chapitre essentiel. Il ressort de la lecture de ce très dense volume l’idée que la pensée de Janet peut être féconde pour la psychothérapie actuelle et qu’il importe de la faire connaître, une fois dégagée des problèmes d’historiographie de la psychanalyse, auxquels elle est régulièrement ramenée. Le livre de Fischer-Homberger n’échappe peut-être pas complètement à ce biais, mais il dégage très finement et savamment la singularité de Pierre Janet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Céline Surprenant, « Esther FISCHER-HOMBERGER, Pierre Janet und die Psychotherapie an der Schwelle zur Moderne »Revue européenne des sciences sociales, 60-1 | 2022, 284-288.

Référence électronique

Céline Surprenant, « Esther FISCHER-HOMBERGER, Pierre Janet und die Psychotherapie an der Schwelle zur Moderne »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-1 | 2022, mis en ligne le 06 mai 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8264

Haut de page

Auteur

Céline Surprenant

Collège de France – Université Paris Sciences & Lettres, République des Savoirs

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search