Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-1Comptes rendus de lectureÉric GEERKENS, Nicolas HATZFELD, ...

Comptes rendus de lecture

Éric GEERKENS, Nicolas HATZFELD, Isabelle LESPINET-MORET & Xavier VIGNA (dir.), Les Enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine. Entre pratiques scientifiques et passions politiques

Antoine Savoye
p. 255-257
Référence(s) :

Éric GEERKENS, Nicolas HATZFELD, Isabelle LESPINET-MORET & Xavier VIGNA (dir.), 2019, Les Enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine. Entre pratiques scientifiques et passions politiques, Paris, La Découverte, 456 p.

Texte intégral

1Les éditeurs, quatre historiens, proposent un bouquet de 27 études consacrées à des enquêtes portant sur le monde ouvrier, réalisées sur un siècle et demi, entre 1840 et le « moment 68 ». L’appellation « enquête ouvrière », empruntée probablement à la thèse de Hilde Rigaudias-Weiss (Les Enquêtes ouvrières en France entre 1830 et 1848, Alcan, 1936), interroge. En quoi les enquêtes étudiées sont-elles « ouvrières », surtout en englobant le XIXe siècle où une classe ouvrière, au sens actuel, se dégage à peine ? La dénomination « enquête sur le monde ouvrier », plus neutre et moins « ouvriériste », aurait sans doute été préférable.

2L’ouvrage propose trois entrées dans le corpus des enquêtes retenues. Celles-ci sont étudiées soit en tant que « moments », soit sous l’angle de leurs « configurations » ou de leurs « démarches ». Mais l’introduction, malheureusement, n’explique, ni ne justifie ces entrées. Un classement plus conventionnel aurait été plus efficace. Par exemple, une répartition des contributions selon les pays lieux des enquêtes. De ce point de vue, la France aurait été privilégiée avec une douzaine de cas, allant, chronologiquement, des enquêtes de Louis-René Villermé à celles des Cahiers de mai en passant par celles de la sociologie urbaine et de sociologie du travail des Trente glorieuses. Mais d’autres pays auraient aussi été représentés (mentionnés ici selon l’auteur de l’enquête étudiée) : l’Allemagne (Max Weber), la Belgique (Édouard Ducpétiaux, Joseph Cardijn, Guillaume Jacquemyns), la Grande-Bretagne (Friedrich Engels, Charles Booth, les Fabiens, Tom Harrisson, Charles Madge et la mass-observation) et l’Italie (Danilo Montaldi, Raniero Panzieri et les Quaderni rossi). Un autre classement aurait été possible selon les institutions ou les corps professionnels à l’initiative de l’enquête. De fait, le Musée social, le Bureau international du travail, la Commission d’Alsace-Lorraine, d’une part, les médecins et les inspecteurs du travail, d’autre part, font l’objet d’un traitement particulier. Il n’est pas jusqu’aux écrivains naturalistes (les frères Goncourt, Émile Zola, Joris-Karl Huysmans) pour trouver une place dans cet ensemble hétéroclite. L’hétérogénéité en est accrue du fait que les différentes contributions ne paraissent pas répondre à un « cahier des charges » partagé ou à des « instructions » communes. Chaque auteur semble parler de son point de vue sans dialogue avec ses confrères et consœurs. Le caractère d’une enquête collective méthodique et dirigée, mûrement délibérée, voilà ce qui fait défaut à cet ouvrage fruit d’un séminaire de l’École des hautes études en sciences sociales. Déplorons que les sciences sociales restent toujours aussi éloignées de l’idéal de l’« Aristote composite » exposé par Alexis Carrel en 1936.

3Les éditeurs ont pourtant rassemblé autour d’eux 30 auteurs, principalement des historiens, mais aussi des sociologues lesquels composent un tiers des contributeurs. Cette collaboration entre spécialistes de disciplines sœurs est à souligner. Mais l’histoire sociale a pris manifestement le pas sur la sociologie historique. Le recours dominant à des sources imprimées indique le niveau d’examen des enquêtes auquel les auteurs se sont cantonnés. Pour la majorité d’entre eux, il s’agit moins d’ouvrir la « boîte noire » de l’enquête que de remettre celle-ci dans son contexte politique. En cela, leur entreprise diffère de celle dirigée par Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Rehany (Le Laboratoire des sciences sociales, Raisons d’agir, 2018) qui, dans une perspective réflexive, fondent leurs « histoires d’enquêtes » sur les archives internes et se situent délibérément dans une perspective de sociologie (historique) de la sociologie. Dans Les Enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine, les contributions qui explorent l’enquête de l’intérieur sont minoritaires. Signalons, cependant, Érik Geerkens, Nicolas Hatzfeld et Xavier Vigna qui s’entretiennent avec les concepteurs d’une enquête sur les conditions de travail (Serge Volkoff et Anne-Françoise Molinié, qui ne sont pas mentionnés parmi les contributeurs : on se demande pourquoi…), Christian Topalov qui, dans sa recherche sur l’enquête de Booth, se plonge dans les carnets des enquêteurs, Gwenaële Rot et François Vatin qui relient institutions de la recherche et enquêtes de sociologie du travail des Trente glorieuses, ou encore Guy Zélis qui traque la pratique d’enquête dans des travaux d’étudiantes en travail social.

4L’ouvrage reflète donc une tension entre histoire sociale et sociologie historique des enquêtes dont on peut regretter qu’elle ne soit pas clarifiée. Il néglige également que l’enquête relève d’un autre domaine de la connaissance, distinct de l’histoire sociale, l’histoire des sciences de l’Homme. Contrairement à ce qu’affirment les éditeurs dans leur introduction (p. 7 – qui n’est pas signée par Isabelle Lespinet), l’intérêt pour les « pratiques d’enquête » n’est pas « marqué » seulement depuis une vingtaine d’années. Il est plus ancien et peut être considéré comme contemporain, en France, de l’apparition de l’histoire des sciences de l’Homme. Celle-ci a très tôt mis en chantier l’examen de la démarche d’enquête ainsi qu’en témoignent l’ouvrage collectif dirigé par Claude Blanckaert Le Terrain des sciences humaines (L’Harmattan, 1996) et, plus anciennement encore, les travaux entrepris sous la houlette de Paul Lazarsfeld (Philosophie des sciences humaines, Gallimard, 1970).

5Cette antériorité, en matière de recherches sur l’enquête, de l’histoire des sciences de l’Homme – plus manifeste dans les pays anglo-saxons qu’en France – aurait exigé une historiographie du sujet. Cela aurait évité à l’ouvrage des « trous dans la raquette », en clair des oublis –au moins dans les références bibliographiques – qui relativisent l’apport qu’il représente. Ainsi, le chapitre 1, « Naissance de l’enquête : les hygiénistes, Villermé et les ouvriers autour de 1840 », ne mentionne pas les recherches de Bernard-Pierre Lécuyer. Le chapitre 2, « Engels et l’enquête sociale en Grande-Bretagne », ignore The Social Survey in Historical Perspective de Martin Bulmer, Kevin Bales et Kathryn Kish Sklar (Cambridge UP, 1992). Le chapitre 10, « Enquêtes féministes : collectifs et figures singulières à la Belle Époque et dans le moment 68 », fait l’impasse sur Les Femmes dans les sciences de l’homme de Jacqueline Carroy, Nicole Edelman, Annick Ohayon et Nathalie Richard (Seli Arslan, 2005), Le chapitre 15, « Quand le roman se fit enquête », ne cite pas Les Trois Cultures de Wolf Lepenies (Éditions de la MSH, 1990). Le chapitre 23, « Observer l’inobservable dans un budget de famille ouvrière », ne dit rien du travail de revisite des enquêtes leplaysiennes accompli par Les Études sociales, etc. Le défaut de capitalisation des savoirs, voilà un autre regret à formuler à l’encontre d’un ouvrage qui a les dimensions d’un traité.

6Nonobstant les confraternelles critiques exprimées ci-dessus, le recenseur a trouvé son compte à la lecture des 27 chapitres. Si toutes les études ne sont pas également neuves au regard de l’histoire sociale des enquêtes, beaucoup lui ont fait découvrir des cas d’enquête qu’il ignorait, la variété de leurs démarches et de leurs enjeux. Mieux, Enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine confirme qu’au plan scientifique l’enquête peut constituer un objet de recherche et d’échange commun à des sciences humaines et sociales toujours plus morcelées, en somme, leur esperanto.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Antoine Savoye, « Éric GEERKENS, Nicolas HATZFELD, Isabelle LESPINET-MORET & Xavier VIGNA (dir.), Les Enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine. Entre pratiques scientifiques et passions politiques »Revue européenne des sciences sociales, 60-1 | 2022, 255-257.

Référence électronique

Antoine Savoye, « Éric GEERKENS, Nicolas HATZFELD, Isabelle LESPINET-MORET & Xavier VIGNA (dir.), Les Enquêtes ouvrières dans l’Europe contemporaine. Entre pratiques scientifiques et passions politiques »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-1 | 2022, mis en ligne le 06 mai 2022, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8309 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8309

Haut de page

Auteur

Antoine Savoye

Université Paris 8 – Saint Denis, CIRCEFT

Articles du même auteur

  • Apprentissage scolaire et imprégnation saint-simonienne (1824-1832)
    The young student Le play : An inquiry on his academic training and his saint-simonian impregnation (1824-1832)
    Paru dans Revue européenne des sciences sociales, 55-2 | 2017
Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search