Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-1VariaÉmotions et théories des organisa...

Varia

Émotions et théories des organisations

Une perspective socio-historique et interdisciplinaire
Emotions and organizational theories : A socio-historical and interdisciplinary perspective
Nicolas Amadio
p. 17-43

Résumés

L’objectif de cet article est de mettre en évidence les raisons pour lesquelles la sociologie française, et plus particulièrement des organisations de travail, a négligé l’étude des émotions. La démonstration repose sur l’hypothèse d’évolutions conjointes de l’étude des émotions et des organisations dans les domaines de la psychologie et de la sociologie, principalement en France et aux États-Unis. Cette démarche fait émerger trois types d’approches correspondant à trois périodes : utilitaro-physiologique (1870-1960), cognitivo-stratégique (1955‑1980) et constructivo‑psychodynamique (1980-2000). L’article montre que ce n’est finalement qu’à partir des années 2000 que se développera l’étude des émotions en France, par l’analyse des organisations de travail, l’approche constructivo-psychodynamique permettant d’apporter un regard critique sur les formes de prescription émotionnelle et des réponses aux problématiques de souffrance au travail.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

1. Des approches utilitaro-physiologistes (1870-1960)
1.1. De l’étude des fonctions à l’étude des motivations
1.2. L’étude des motivations, point de rencontre entre émotion et organisation
2. Approches cognitivo-stratégiques (1955-1980)
2.1. La participation de l’émotion aux processus décisionnels et à la régulation
2.2. Émotion et analyse stratégique : un rendez-vous manqué ?
3. Approches socio-constructivistes et psychodynamiques (1980-2000)
3.1. La critique de la prescription émotionnelle, catalyseur de l’analyse des émotions dans les organisations
3.2. Approches psychodynamiques : au-delà de la « rationalité émotionnelle », plaisirs et souffrances au travail
Conclusion

Aperçu du texte

Contrairement aux recherches en psychologie (Rimé, 2016) et bien qu’elles ne soient pas absentes des travaux des fondateurs tels qu’Émile Durkheim, Max Weber et Georg Simmel (Amadio, 2007 ; Cuin, 2001 ; Favret-Saada, 1994), les émotions sont longtemps restées secondaires dans les analyses des sciences sociales. Ce n’est qu’à partir du milieu des années 1970 que des sociologues américains (Hochschild, 1979 ; Scheff, 1977 ; Kemper, 1978), s’appuyant sur les développements en psychologie des émotions, ont commencé à consacrer des travaux à la question des émotions. Ils donneront lieu à une importante activité en sociologie générale, créant un domaine d’étude quasi autonome dont témoigne la section Sociology of emotions de l’American Sociological Association. Il faudra cependant attendre le milieu des années 1990 pour que la sociologie américaine des organisations étudie plus avant les émotions (Ashforth et Humphrey, 1995 ; Berricat, 2016). Ce n’est pas le cas de la sociologie française...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Amadio, « Émotions et théories des organisations »Revue européenne des sciences sociales, 60-1 | 2022, 17-43.

Référence électronique

Nicolas Amadio, « Émotions et théories des organisations »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-1 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8360 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8360

Haut de page

Auteur

Nicolas Amadio

Université de Strasbourg, LinCS
nicolas.amadio"at"unistra.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search