Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-1VariaLe local ou la matérialité de la ...

Varia

Le local ou la matérialité de la coopération

Sur quelques conséquences politiques de la philosophie sociale
The local or the materiality of cooperation : On some political consequences of social philosophy
Clémence Nasr
p. 45-73

Résumés

Cet article propose une analyse, en philosophie sociale, de la tendance des circuits courts alimentaires en France. Il entend montrer que le sens politique de ces initiatives bâties sur la proximité géographique des producteurs et des consommateurs repose essentiellement sur l’association de la relation coopérative et de l’échelle locale. La force critique de la relocalisation alimentaire pourrait justement se loger dans la fragilisation d’une évidence – celle qui touche à la spatialité de l’intégration nationale. Mais l’élaboration de cette perspective sur les circuits courts suppose que la philosophie sociale s’intéresse à la société, et non plus seulement au social. C’est que les normes émanant du social pourraient aussi viser la société – notamment son extension spatiale. La confrontation de trois ouvrages arrimés à des points de vue disciplinaires différents, et présentant chacun une approche singulière de la spatialité du corps social, dessine une voie par laquelle cette thèse, qui fait du local une norme et de la société relocalisée un horizon pensable, peut se construire.

Haut de page

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

1. La société et sa spatialité : L’appréhension normative moderne
1.1. La normativité du social, la norme de la société
1.2. En théorie politique : territoire politique, territoire abstrait
2. En philosophie sociale, la norme du local
2.1. Les échelles spatiales : garder des repères
2.2. De la coopération économique locale à la société relocalisée
Conclusion

Aperçu du texte

Depuis quelques décennies, on observe un mouvement de relocalisation alimentaire dans les sociétés industrialisées. Qu’elles se nomment « circuits courts alimentaires » dans les pays francophones ou « alternative food networks » dans le monde anglo-américain, les initiatives coopératives fondées sur la réduction de la distance géographique entre producteurs et consommateurs attirent l’attention – des médias (Dubuisson Quellier, 2018, p. 131) mais aussi des chercheurs (Deverre et Lamine, 2010, p. 67) – alors même que leur poids économique demeure marginal. L’accentuation de la crise écologique les fait aussi apparaître comme des « initiatives de retour au sol » (Latour, 2017, p. 116) traduisant une prise de conscience ainsi qu’une volonté de bouleverser un certain rapport à l’espace productif, à ses distances et à ses flux. Pour ce qui est du cas français, sur lequel nous nous concentrerons ici, on peut conjecturer que cette attention est un écho de « l’impossible deuil [du] passé ag...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Clémence Nasr, « Le local ou la matérialité de la coopération »Revue européenne des sciences sociales, 60-1 | 2022, 45-73.

Référence électronique

Clémence Nasr, « Le local ou la matérialité de la coopération »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-1 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8378

Haut de page

Auteur

Clémence Nasr

Université Paris-Saclay – Sciences Po Paris, CEVIPOF
clemence.nasr"at"sciencespo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search