Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-1VariaLa pensée décoloniale

Varia

La pensée décoloniale

Derrière la politique, la gnose heideggerienne
Decolonial thought : The Heideggerian gnosis behind the politics
Sylvie Taussig
p. 141-170

Résumés

Le présent article s’attache à montrer la relation entre la pensée dite « décoloniale » et Martin Heidegger. Des représentants de ce courant de pensée prétendent dénoncer, en suivant la prétendue mise à nu par Heidegger de la pensée de Descartes, une perversion profonde et une mystification destinées à imposer l’exception européenne depuis trois siècles. Pour ce faire, ils tournent le dos aux méthodes académiques, recherchant une « vérité » de l’histoire – inaccessible pour eux à la méthode historique – et ignorant ce que les textes disent pour privilégier ce qui, prétendument, est réellement dit. Sans se référer toujours explicitement à Heidegger, ils le rejoignent dans l’absence d’une pensée morale, le questionnement éthique étant renvoyé à un futur indéfini, et prônent comme seule voie à suivre celle de la « décolonisation », projet global de rapprochement de l’être.

Haut de page

Notes de l’auteur

Je remercie Jean-Yves Pranchère pour l’attention et le travail qu’il a apportés à cet article.

Extrait du texte

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2026.
Consulter cet article

Plan

Introduction : Épistémicide et spiritualicide
1. Dussel lecteur de Heidegger lecteur de Descartes
2. Le tournant décolonial
3. Entrecroisement d’une réflexion épistémique et d’une visée politique 
4. Quelle libération ?
Conclusion : alter-méthode et alter-histoire ?

Aperçu du texte

Introduction : Épistémicide et spiritualicide

Dans les dernières lignes du dialogue La Dévastation et l’Attente (8 mai 1945), Martin Heidegger écrit : « En ce jour où le monde fêtait sa victoire / et n’avait pas encore compris qu’il est, / depuis déjà des siècles, vaincu par / sa propre insurrection. » (Heidegger, 2006 [1945], p. 70). Comment comprendre ce « depuis des siècles » ? C’est Jean-Luc Nancy qui donne la réponse en citant Heidegger : c’est depuis « l’instant où l’être humain est entré en insurrection à l’encontre de l’être, et de lui-même a posé l’être en en faisant un objet de sa représentation. Depuis Descartes » (Heidegger, 1980 [1952], p. 58 – cité par Nancy, 2007).

L’hypothèse de cet article est que la référence à Heidegger joue un rôle décisif dans la construction de la pensée décoloniale, spécifiquement considérée dans une de ses principales branches latino-américaines dont elle est issue. Il ne s’agit certes pas de nier d’autres influences, revendiquées, comme 1) la...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Taussig, « La pensée décoloniale »Revue européenne des sciences sociales, 60-1 | 2022, 141-170.

Référence électronique

Sylvie Taussig, « La pensée décoloniale »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-1 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2026, consulté le 21 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8548 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8548

Haut de page

Auteur

Sylvie Taussig

Paris, CNRS – Lima, IFEA
sylvie.taussig"at"gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© Librairie Droz

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search