Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus en prépublicationMaria Beatrice DI BRIZIO, Histoir...

Maria Beatrice DI BRIZIO, Histoire du concept de couvade. Edward B. Tylor et l’ethnologie victorienne

Federico Delgado Chaves Rosa
Référence(s) :

Maria Beatrice DI BRIZIO, 2021, Histoire du concept de couvade. Edward B. Tylor et l’ethnologie victorienne, Paris, L’Harmattan, 636 p.

Texte intégral

1Dans son étude classique sur l’anthropologie victorienne, George W. Stocking Jr. (Victorian Anthropology, New York, The Free Press, 1987) qualifie de « précipice dans le temps » la découverte archéologique au XIXe siècle de l’ancienneté de l’humanité au détriment de la chronologie biblique. Mutatis mutandis, Maria Beatrice Di Brizio plonge l’ancêtre fondateur de l’anthropologie, Edward B. Tylor (1832-1917), dans une autre forme, surprenante, de précipice dans le temps. Fruit d’une enquête approfondie menée pendant plus de vingt ans, son imposante monographie creuse le passé à la recherche des antécédents du volume inaugural de Tylor, Researches into the Early History of Mankind (1865). Au-delà de l’exploration de l’anthropologie victorienne, l’archéologie intellectuelle de Di Brizio exhume une vaste littérature des XVIIIe, XVIIe et XVIe siècles, certaines sources remontant au Moyen Âge et à l’Antiquité gréco-romaine. Moins connu et moins étudié que son magnum opus Primitive Culture (1871), le premier ouvrage de Tylor renaît aujourd’hui comme un texte fondamental de l’histoire de l’anthropologie ou, plus généralement, de l’histoire des sciences sociales et humaines.

2Inspirée par la micro-histoire de Carlo Ginzburg (Le Fromage et les Vers, Paris, Flammarion, 1980 [1976]), Di Brizio se concentre sur des détails choisis pour atteindre une image plus large, faite à la fois de ruptures et de continuités dans l’anthropologie tylorienne. Son regard se porte sur un chapitre particulier de Researches into the Early History of Mankind – le X, intitulé « Some Remarkable Customs » – et sur une section particulière de ce chapitre consacrée à la « couvade », un terme que Tylor a emprunté au français et qui désigne certains comportements imposés au père avant ou après l’accouchement, allant de l’alitement aux restrictions alimentaires. Ces comportements avaient été observés principalement en Amérique du Sud, avec quelques cas en Europe du Sud et en Asie, plus un cas en Amérique du Nord et un autre en Afrique. Di Brizio regrette le fait que, contrairement à d’autres notions forgées par les anthropologues évolutionnistes britanniques – par exemple celles de totémisme et d’exogamie par John Ferguson MacLennan (1827-1881), ou celles d’animisme et de survivance par Tylor lui-même –, la notion de couvade ait été le plus souvent négligée par les spécialistes de l’anthropologie victorienne. Quant aux anthropologues du XXe siècle qui se sont intéressés aux phénomènes en question – par exemple Edmund Leach (1910-1989) et Dan Sperber (1942-) –, ils ont construit ou déconstruit le concept de couvade sans en contextualiser l’émergence historique.

3Fervente opposante du présentisme dans l’historiographie des sciences anthropologiques, Di Brizio reconnaît que l’historicisme est un « idéal » méthodologique (p. 27) et non une position intemporelle ou neutre. Cependant, comme elle l’ajoute dans son « Introduction », l’historicisme devrait toujours diriger l’enquête, notamment parce qu’il permet d’éviter les préjugés persistants selon lesquels l’anthropologie évolutionniste du XIXe siècle serait une pseudo-science spéculative sans fondement empirique.

4Son étude visant à reconstruire les traditions savantes antérieures qui ont influencé Tylor, Di Brizio laisse de côté les écrits ultérieurs de ce dernier, y compris Primitive Culture. La rigueur de l’approche de l’auteure est évidente dans la justification suivante : « il ne nous appartiendra pas d’en explorer l’évolution [du concept de couvade] dans l’ensemble de la production textuelle tylorienne, un sujet du plus haut intérêt mais qui ferait aisément l’objet d’un deuxième ouvrage » (p. 16). La première partie de l’étude de Di Brizio est surtout une analyse détaillée de l’exposé et des réflexions de Tylor sur son sujet. Elle y fait voir que « Some Remarkable Customs » n’est pas une compilation hétéroclite de faits de toute provenance. Bien au contraire, ce chapitre réunit des coutumes dont la « valeur historique » – ou « ethnologique », une expression synonyme –, réside en ce que leur raison d’être demeure incompréhensible. Il était difficile d’expliquer les coutumes remarquables comme si elles étaient des inventions résultant des lois de l’esprit humain dans un état d’ignorance préhistorique et se produisant par conséquent en de multiples endroits indépendamment les unes des autres. En parlant de leur « valeur historique », Tylor suggérait qu’elles pouvaient être plutôt des indices de processus de diffusion, que ce soit par des emprunts culturels ou par des migrations. Plus que Primitive Culture, Researches into the Early History of Mankind trahissent un anthropologue tourmenté par l’hypothèse selon laquelle des bizarreries géographiquement éloignées ont pu être transmises dans un passé lointain.

5La couvade en était un exemple, mais qui devait être traité avec la plus grande prudence car le fonctionnement de la psychologie primitive ne pouvait en expliquer que partiellement la finalité. D’une part, la croyance en un lien mystique entre le père et le bébé était compréhensible compte tenu de la confusion préhistorique entre les liens subjectifs et objectifs, de sorte que les coutumes de la couvade étaient probablement un moyen magique de protéger l’enfant, comme le suggéraient certains récits ethnographiques sud-américains. Bien qu’étant un « malade imaginaire » selon les critères de la civilisation, le père soumis aux règles de la couvade n’était pas nécessairement victime d’une simple folie. En revanche, l’affaiblissement du lien avec la mère allait à l’encontre du phénomène de la gestation et, donc, de l’expérience sensorielle évidente, que Tylor tendait à placer au fondement de la croyance primitive.

6En raison de la tension entre ces deux facettes d’une même institution, Tylor a écarté, ou du moins n’a pas favorisé, l’hypothèse d’une diffusion intercontinentale, tout en retenant la possibilité de connexions historiques dans des zones circonscrites, notamment en Amérique du Sud. Quant à l’Europe, Tylor admettait que la présence intermittente des phénomènes de couvade pourrait s’expliquer par leur disparition dans de nombreuses régions. Si tel était le cas, cette répartition sporadique serait « l’effet de processus d’oblitération comparables aux phénomènes d’érosion géologique » (Di Brizio, p. 89), d’autant plus que les phénomènes de couvade sur le sol européen étaient devenus une simple survivance ou une superstition. Tylor concluait qu’il y avait certainement eu diffusion entre le Pays basque et la Corse, conformément à la thèse selon laquelle on y trouvait les descendants de populations pré-indo-européennes qui avaient été poussées dans les zones limitrophes par les envahisseurs, mais il s’abstenait de se prononcer sur tous les autres cas.

7Selon Di Brizio, la réflexion de Tylor est indissociable de son traitement des sources ethnographiques. Dans un chapitre intitulé « Les Fondements du comparatisme ethnologique », elle rappelle que Tylor était attentif aux critères scientifiques de sélection, de comparaison et de classement de données fiables issues d’une pléthore de sources appartenant à des genres et des époques disparates. Il a dû s’adapter au fait qu’il n’était pas toujours évident de savoir si les ethnographes avaient été des témoins oculaires des pratiques de couvade ou s’ils rapportaient des descriptions orales fournies par des acteurs sociaux ou d’autres catégories d’informateurs rencontrés sur le terrain. « L’analyse approfondie des informations retenues par Tylor montre donc, à la fois, l’effort de privilégier les données d’observation et les obstacles auxquels se heurte le comparatisme ethnologique des années 1860, liés à la nature des descriptions de l’altérité culturelle disponibles à cette époque », conclut Di Brizio (p. 129).

8Si l’on considère que certains récits ethnographiques mentionnent également le rôle maternel dans les coutumes de la couvade, et que Tylor a relégué ces passages « gênants » dans une note de bas de page, peut-être ses méthodes n’étaient-elles pas aussi « conceptuellement neutres comme le voudrait son épistémologie empiriste » (p. 132). Cependant, Di Brizio réfute la critique selon laquelle Tylor aurait utilisé des données non contrôlées et arbitrairement décontextualisées. L’étrangeté de ses procédures du point de vue d’aujourd’hui « s’avère moins le symptôme d’un défaut de rigueur que l’effet des contraintes contextuelles, épistémologiques et méthodologiques » de l’époque victorienne. En définitive, Researches into the Early History of Mankind de Tylor constituent « une étape cruciale dans l’émergence du naturalisme scientifique » (p. 134).

9La deuxième partie de l’Histoire du concept de couvade est plus prévisible dans la mesure où, tout comme d’autres (par exemple Efram Sera-Shriar, The Making of British Anthropology, London, Pickering & Chatto, 2013), Di Brizio reconstruit en détail le contexte des sciences ethnologiques britanniques dans la période 1810-1865. En un sens, il s’agit d’un second ouvrage à l’intérieur de l’ouvrage. Avec brio, elle se concentre notamment sur la confrontation bien connue entre les savants polygénistes et monogénistes, comme sur le débat opposant les dégénérationnistes bibliques aux partisans de l’évolution et autres perspectives naturalistes sur la question de l’origine et du développement de la civilisation. Les passages les plus révélateurs traitent des continuités entre l’« ethnologie prichardienne » – pour reprendre l’expression forgée par Stocking en référence à l’influence majeure de James Cowles Prichard (1786-1848) dans la Grande-Bretagne pré-darwinienne – et Researches into the Early History of Mankind. Cela tient peut-être à l’une des conclusions de Di Brizio, qui consiste à réfuter la conception de Stocking selon laquelle la révolution darwinienne est un pivot de l’anthropologie tylorienne.

10La colonne vertébrale de l’ouvrage de Di Brizio est la troisième partie, intitulée « La “couvade” dans l’histoire. Évolution sémantique et traditions interprétatives ». L’auteure commence par démontrer que, dès la première apparition du mot français sous forme imprimée en 1538, le concept de couvade a suivi deux voies parallèles : une première dans les dictionnaires et la littérature connexe où il n’avait aucune portée comparative ; une deuxième dans une tradition savante vaste et variée inaugurée en 1681 par Diego Andrés Rocha (1607-1688), professeur de droit à l’université de Lima au Pérou, qui inclut le phénomène en question dans sa liste d’analogies prouvant que les Indiens d’Amérique descendaient du peuple espagnol – dont les ancêtres primordiaux parlaient le basque, selon lui. Dès lors, Di Brizio offre au lecteur une étonnante galerie de personnages savants dont les écrits concernent l’histoire du concept de couvade, même si le mot exact n’était pas nécessairement employé par tous. Certains sont des célébrités et d’autres assez obscurs, de Jacques de Grentemesnil (1587-1670) à Joseph-François Lafitau (1681-1746), de Johann Eberhard Fischer (1697-1771) à Gian Rinaldo Carli (1720-1795), de Cornelius de Pauw (1739-1799) à Bryan Edwards (1743-1800), de Conrad Malte-Brun (1755-1826) à Alexander von Humboldt (1769-1859), de Ferdinand Eckstein (1790-1861) à Charles-Étienne Brasseur de Bourbourg (1814-1874), et de Theodor Waitz (1821-1864) à Adolf Bastian (1826-1905), entre autres.

11Plusieurs perspectives ont été adoptées concernant la capacité des phénomènes de couvade à mettre en lumière les migrations et autres relations historiques entre des peuples plus ou moins éloignés. Si certains auteurs se sont montrés sceptiques ou ont nié toute valeur probante à ces interdictions et prescriptions bizarres, c’est uniquement parce que beaucoup d’autres ont exploré leur potentiel en matière de considérations historiques liées à la répartition spatiale. Tantôt ces coutumes pouvaient être explorées pour étayer des reconstructions circonscrites – la fascinante énigme basque est concernée –, tantôt elles pouvaient être considérées comme un moyen de démontrer des migrations à grande échelle ou d’autres processus de diffusion culturelle entre l’Ancien et le Nouveau Monde, entre l’Asie et l’Europe, ou entre l’Asie, l’Afrique et l’Europe. Les phénomènes de couvade ont même conduit à débattre de l’origine de la civilisation ; et comme tous les auteurs ne s’accordaient pas sur leur degré d’étrangeté, ils ont également été évoqués dans des discussions sur l’unité psychique de l’humanité ou comme l’expression de configurations de la pensée archaïque.

12L’une des conclusions les plus intéressantes de l’analyse érudite de Di Brizio se réfère à la manière dont les divers travaux de différentes époques et lieux ont été imbriqués dans un réseau complexe de citations, réfutations et appréciations intellectuelles jusqu’à Researches into the Early History of Mankind. Tylor n’en appelait pas directement à toutes les autorités, mais il ne fait aucun doute qu’indirectement, il était le légataire d’une généalogie beaucoup plus large. Inutile de dire que cette littérature comparatiste croise les archives ethnographiques de Tylor, et que certains observateurs ont également exposé des théories génétiques.

13Selon Di Brizio, cette tradition savante était « bien présente à l’esprit de Tylor » (p. 470). Précédée d’une étude approfondie des données ethnographiques disponibles, l’interprétation tylorienne est « une construction intellectuelle complexe », et plus exactement « un véritable exercice de syncrétisme théorique », conclut Di Brizio. Sous la forme d’hypothèses multiples sur les phénomènes de couvade, Tylor a combiné des approches qui avaient été anticipées par différents chercheurs. « Ces différents schémas de lecture, traditionnellement perçus comme incompatibles, évoquent une pluralité de sources d’inspiration, défiant toute hypothèse unilatérale sur les matrices théoriques de l’ethnologie de Tylor » (p. 479). Cet hybridisme clairvoyant, ou cet éclectisme, n’est pas la seule innovation apportée par Researches into the Early History of Mankind. Di Brizio souligne son importance en démontrant « l’exigence d’élargir la contextualisation de la pensée de Tylor au-delà de l’époque victorienne et des frontières britanniques » (p. 495).

14Ce « pavé » de 636 pages comporte certainement de multiples couches herméneutiques et offre d’autres contributions tout aussi importantes à l’historiographie de l’anthropologie. En tant qu’exercice – vertigineux – de reconstitution du contexte d’un passé disciplinaire au-delà de ses limites temporelles et spatiales conventionnelles, Histoire du concept de couvade fait date. Et Maria Beatrice Di Brizio, dont l’érudition est comparable à celle des chercheurs du XIXe siècle, a désormais sa place aux côtés de John Burrow, Joan Leopold, George W. Stocking, Jr. et d’autres grands spécialistes d’Edward B. Tylor et de l’anthropologie victorienne avec lesquels elle dialogue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Federico Delgado Chaves Rosa, « Maria Beatrice DI BRIZIO, Histoire du concept de couvade. Edward B. Tylor et l’ethnologie victorienne »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 08 juillet 2022, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8822

Haut de page

Auteur

Federico Delgado Chaves Rosa

Universitade NOVA de Lisboa – Departamento de Antropologia

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search