Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-2Comptes rendus de lectureThomas OLECHOWSKI, Hans Kelsen: B...

Comptes rendus de lecture

Thomas OLECHOWSKI, Hans Kelsen: Biographie eines Rechtswissenschaftlers

Renaud Baumert
p. 272-275
Référence(s) :

Thomas OLECHOWSKI, 2020, Hans Kelsen: Biographie eines Rechtswissenschaftlers, Tübingen, Mohr Siebeck, 1028 p.

Texte intégral

1Né en 1973, Thomas Olechowski est professeur à l’université de Vienne où il enseigne surtout l’histoire du droit public. Il a notamment publié des travaux sur la naissance de la première république autrichienne, sur l’histoire des juridictions administrative et constitutionnelle ainsi que sur celle des facultés de droit. À bien des égards, la vie de Hans Kelsen, à laquelle il consacre le présent ouvrage, est à l’intersection de ces différents thèmes. Pour le préparer, Thomas Olechowski a eu accès aux sources les plus sûres puisqu’il dirige, depuis plus de dix ans, le Hans Kelsen-Institut. Il est, en outre, directeur adjoint d’une unité de recherche de l’université de Vienne consacrée à « Hans Kelsen et son cercle ».

2Comme son titre l’indique clairement, le livre se veut une biographie intellectuelle de Hans Kelsen, et non une contribution à la philosophie ou à la théorie du droit. La visée de Thomas Olechowski est de reconstituer la vie de Kelsen, tout en rappelant le développement de son œuvre. Le contenu des principaux travaux de Kelsen est d’ailleurs régulièrement évoqué, de manière à la fois informée et didactique. En effet, l’auteur n’a pas voulu considérer a priori son lecteur comme un spécialiste de Kelsen. Ce choix permet une lecture contextuelle de l’œuvre kelsénienne qui s’avère particulièrement instructive. Cependant, le livre de Thomas Olechowski vise surtout à combler un certain nombre de lacunes dans la connaissance que l’on pouvait avoir de la vie de Kelsen. Jusqu’ici, celle-ci découlait surtout de deux petits textes autobiographiques qui, mis bout à bout, ne représentent guère qu’une cinquantaine de pages (Hans Kelsen, « Selbstdarstellung » (1927) et « Autobiographie » (1947), in Matthias Jestaedt (dir.), Hans Kelsen Werke, Tübingen, Mohr, 2007, vol. 1er, p. 19-27 et p. 29-71). Ces sources sont brèves mais elles sont aussi extrêmement lacunaires. Cela s’explique par le fait que Kelsen, auquel il restait un quart de siècle à vivre lorsqu’il acheva sa seconde autobiographie, y passe sous silence des pans entiers de sa vie. La vie du célèbre juriste autrichien avait également été rapportée par son « biographe autorisé », Rudolf A. Métall (sous le titre Hans Kelsen : Leben und Werk, 1969, Vienne, F. Deuticke). Toutefois, ce travail – qui tenait à la fois du témoignage et de l’hommage – manquait parfois de rigueur scientifique.

3Il ne fait aucun doute que l’ouvrage de Thomas Olechowski atteint largement son objectif et met au jour une masse considérable d’informations jusqu’alors inconnues. Longue de plus d’un millier de pages, cette somme impressionnante est le fruit d’une recherche au long cours qui, outre l’auteur, mobilisa de nombreux collaborateurs. La méthode employée est essentiellement celle de l’historien. Elle est mise en œuvre avec une méticulosité et une rigueur qui forcent le respect. Le texte est scrupuleusement annoté, de sorte que chaque information est vérifiable. Les jugements portés par l’auteur, soigneusement argumentés, sont souvent convaincants. Avec beaucoup d’honnêteté, le biographe n’hésite pas à indiquer les limites de ses propres connaissances et ne manque jamais de signaler comme telles les hypothèses et les conjectures qu’il formule. La bibliographie, qui compte plus de soixante-dix pages, donne une idée de la masse de travail que cet ouvrage a requis. On y trouvera naturellement l’ensemble pléthorique que forment les écrits de Kelsen, publiés ou inédits. Rappelons que l’œuvre intégrale de Kelsen est actuellement en cours de publication, sous la direction de Matthias Jestaedt (Albert-Ludwigs-Universität Freiburg) et en collaboration avec le Hans Kelsen-Institut (Vienne). Huit forts volumes ont d’ores et déjà été édités, et l’on en attend au moins autant dans les prochaines années. La bibliographie fait également la part belle à une littérature secondaire dont il est inutile de souligner la richesse. Thomas Olechowski, qui plus est, a dépouillé un grand nombre de correspondances et de pièces administratives (bulletins scolaires, documents militaires, archives universitaires, etc.). Il a, enfin, recueillis plusieurs témoignages qui s’avèrent souvent éclairants. Assurément, le biographe a tiré de cette considérable masse de documents l’ouvrage le plus riche et le plus complet dont on dispose à ce jour. S’il a très largement augmenté le volume des informations disponibles, l’auteur en a également accru la qualité, leur conférant une précision et une fiabilité remarquables.

4Ordonné selon un plan chronologique, le livre se compose de quatre parties de longueurs variables. La première revient en détail sur les origines des Kelsen et montre comment cette famille juive de Bohême avait accédé à la petite bourgeoisie. C’est grâce à son soutien que Hans Kelsen, né à Prague en 1881, fut en mesure de suivre un cursus scolaire et universitaire prestigieux dans la capitale germanophone de la monarchie danubienne. Les années 1918 à 1930, qui correspondent à l’apogée professionnelle de Kelsen, sont abordées dans la deuxième partie. Après avoir pris une part importante à la rédaction de la constitution républicaine autrichienne de 1920, Kelsen fut nommé juge à vie au sein de la cour constitutionnelle. Cette fonction ne l’empêcha pas de mener une carrière académique particulièrement fructueuse à la tête de « l’école de Vienne ». Toutefois, en butte à une hostilité politique et à un antisémitisme croissants, Kelsen se résigna à s’exiler en Allemagne en 1930. La troisième partie couvre la décennie « d’errance européenne » qui s’ensuivit. Chassé de Cologne lorsque les nationaux-socialistes s’emparèrent du pouvoir, le juriste autrichien trouva momentanément refuge à Genève et à Prague. Il réussit finalement à embarquer, avec sa femme Grete, pour les États-Unis en 1940. Dans la dernière partie de l’ouvrage, le lecteur suivra le parcours américain de Kelsen. Après un bref passage à Harvard, c’est à l’université de Berkeley qu’il acheva sa carrière de professeur (de 1944 à 1952). Naturalisé citoyen américain, Hans Kelsen mourut à San Francisco en Californie en 1973 à l’âge de 91 ans.

5Étant donné l’ampleur de l’ouvrage, il est évidemment impossible d’en donner ici un résumé exhaustif. On peut cependant, à titre d’illustrations, évoquer quelques éléments particulièrement intéressants ou novateurs.

6À notre connaissance, Thomas Olechowski apporte un éclairage tout à fait nouveau sur la formation intellectuelle de Kelsen. S’il obtint des résultats satisfaisants au cours de son parcours scolaire et universitaire, Kelsen ne fut jamais considéré comme un sujet particulièrement brillant. Déçu, d’ailleurs, par les enseignements dispensés à la faculté de droit de Vienne, il désertait largement les amphithéâtres, préférant étudier de manière autonome. Selon Thomas Olechowski, Kelsen, qui ne s’est jamais véritablement reconnu de maître à penser, aurait surtout formé sa pensée de manière dialectique, en se confrontant avec les auteurs qu’il lisait. Ces débats, qu’ils fussent intérieurs ou publics, l’auraient considérablement incité à parfaire et à consolider son système. La portée ouvertement critique de la théorie pure du droit en fit un objet de polémique presque constant. En ces occasions, selon Thomas Olechowski, Kelsen se serait montré un débatteur fair play et respectueux des positions adverses. À l’une ou l’autre occasion, il apparut cependant qu’il pouvait se montrer caustique et manier une ironie mordante.

7La question du judaïsme de Kelsen est traitée avec beaucoup de finesse et de précision. Dans la première partie, l’auteur expose avec soin la condition des populations juives dans l’Empire austro-hongrois. Cela permet de saisir, en contexte, comment la famille Kelsen a accédé à la petite bourgeoisie. Le biographe nous fait aussi toucher du doigt la pression sociale qui s’exerçait sur Hans Kelsen – pression qui le contraignit à se faire baptiser (catholique en 1905, réformé en 1912). Pour lui, qui n’était nullement un esprit religieux, ces baptêmes successifs furent surtout un moyen de poursuivre une carrière universitaire qui sinon lui serait demeurée fermée. Cette existence bourgeoise de juif assimilé plaçait la famille Kelsen dans une situation d’entre-deux passablement délicate. Tout en n’étant plus assez juive pour ceux qui l’étaient restés, elle était considérée avec suspicion par la bonne société viennoise. Malgré cette situation singulière, la sociabilité et l’humour de Kelsen lui avait permis de nouer de nombreuses amitiés. Étant donné les sympathies sociales-démocrates de Kelsen, il est d’ailleurs surprenant qu’il ait fréquenté certaines personnalités de la droite conservatrice voire de l’extrême droite (le chancelier Ignaz Seipel ou le sociologue fascisant Othmar Spann). Le lecteur ne manquera pas, enfin, d’être frappé par le nombre et la violence des attaques antisémites dont Kelsen fut l’objet. Pris à parti par deux collègues viennois, diffamés par la presse antisémite à la fin des années 1920, limogé de l’université de Cologne et visé par un projet d’assassinat à Prague, Kelsen a connu l’angoisse, tant pour lui-même que pour ses proches.

8Notons enfin que le livre de Thomas Olechowski relativise aussi certaines interprétations largement reçues. Ainsi de la thèse voulant que Kelsen serait le père spirituel de la cour constitutionnelle autrichienne. Son biographe montre que de nombreuses personnes ont travaillé à la conception de cette institution et que les idées de Kelsen n’ont pas toutes été retenues. La force de Kelsen est surtout, nous semble-t-il, d’avoir théorisé a posteriori cette juridiction d’un nouveau genre. Dans un ordre d’idée voisin, Thomas Olechowski nuance considérablement la thèse, maintes fois répétées, voulant que Kelsen n’aurait guère connu de succès aux États-Unis. Certes, son positivisme y fut concurrencé par celui d’auteurs anglophones mieux implantés et plus facile d’accès pour les étudiants – principalement Herbert L. Hart. Cependant, ce fut pour Kelsen une période étonnement fertile, durant laquelle il publia d’importantes contributions à la théorie du droit et au droit international. Vraisemblablement, la contrainte de devoir écrire en anglais se transforma in fine en un avantage pour Kelsen. Cette langue facilita grandement la diffusion mondiale de sa pensée. Malgré des débuts difficiles, ce quart de siècle passé sur le sol américain offrit donc à Kelsen une considérable reconnaissance internationale qui se traduisit par de nombreux honneurs (mélanges, doctorats honoris causa, etc.).

9On pourrait multiplier, à l’envi, les trouvailles et interprétations nouvelles que cet ouvrage recèle. Se signalant tant par la richesse du matériau employé que par la finesse du traitement, la biographie de Thomas Olechowski constitue, d’ores et déjà, un ouvrage de référence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Renaud Baumert, « Thomas OLECHOWSKI, Hans Kelsen: Biographie eines Rechtswissenschaftlers »Revue européenne des sciences sociales, 60-2 | 2022, 272-275.

Référence électronique

Renaud Baumert, « Thomas OLECHOWSKI, Hans Kelsen: Biographie eines Rechtswissenschaftlers »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-2 | 2022, mis en ligne le 08 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8864 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8864

Haut de page

Auteur

Renaud Baumert

Université Cergy-Paris (CYU) – Centre de philosophie juridique et politique (CPJP)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search