Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-2Comptes rendus de lectureGisèle SAPIRO, Peut-on dissocier ...

Comptes rendus de lecture

Gisèle SAPIRO, Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?

Stéphanie Lanfranchi
p. 263-267
Référence(s) :

Gisèle SAPIRO, 2020, Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ?, Paris, Éditions du Seuil, 242 p.

Texte intégral

1Le titre de l’essai de Gisèle Sapiro pourrait de prime abord laisser croire à une opération éditoriale et commerciale. Lors de plusieurs rencontres où elle présentait son livre, l’auteure a d’ailleurs indiqué qu’il s’agissait d’une commande de son éditrice au Seuil en réaction aux nombreuses « affaires » qui ont défrayé la chronique culturelle française et internationale de ces toutes dernières années. La rédaction et la publication du livre en 2020 s’inscrivent ainsi dans une temporalité récente, très circonscrite, ce que révèlent les deux questions par lesquelles s’ouvre le volume, renvoyant à des évènements qui avaient eu lieu à peine quelques mois auparavant, entre octobre 2019 et février 2020 : « Peter Handke méritait-il le prix Nobel ? Roman Polanski les César ? ». La marque des temps, le caractère d’actualité, voire d’urgence, de cette écriture se ressentent également, bien qu’il s’agisse d’un détail infime, dans les notes bibliographiques, où l’on retrouve l’indication de nombreux articles et entretiens, que l’auteure a tous consultés en ligne entre mars et mai 2020, c’est-à-dire durant la période du premier confinement.

2Conclure trop vite à un texte écrit d’un jet et à chaud, tellement lié aux situations particulières, aux conjonctures et aux polémiques de son actualité qu’il en deviendrait rapidement caduc, ne rendrait néanmoins pas compte de sa pertinence. On sort de la lecture de ce livre avec la conviction que l’auteure ne souhaitait pas juste s’exprimer publiquement – chose qu’elle a faite par ailleurs –, ni livrer ici une opinion tranchée et définitive sur chacune des nombreuses affaires qu’elle décrit, mais offrir plutôt une vision éclairée et complexifiée de la question plus générale qu’elles posent, à savoir celles du rapport entre esthétique et éthique, entre morale de l’œuvre et moralité de l’auteur. Cela ne rendrait pas non plus justice et hommage à l’extrême cohérence de la recherche, et même, précisément, de l’œuvre de Gisèle Sapiro, qui depuis plus de vingt ans a mené des travaux importants sur le rôle des écrivain·e·s et de leurs œuvres dans le discours public et politique français, avec La Guerre des écrivains 1940-1953 (Fayard, 1999) et Les Écrivains et la politique en France. De l’Affaire Dreyfus à la guerre d’Algérie (Éditions du Seuil, 2018).

3Gisèle Sapiro est très familière de la question de la responsabilité morale et pénale qui relie l’auteur·e à son œuvre, notamment en France pendant et après l’Occupation, lors des procès contre les écrivains collaborationnistes accusés d’« intelligence avec l’ennemi ». Le volume initial, La Responsabilité de l’écrivain. Littérature, droit et morale en France (XIXe-XXIe siècle), publié aux éditions du Seuil en 2011, a connu en 2020 une réédition autonome en version poche de sa quatrième partie, enrichie d’une nouvelle introduction et d’une postface. Le titre de ce volume, Des mots qui tuent, est également nouveau et reprend la citation de Simone de Beauvoir, à propos de la condamnation à mort de Robert Brasillach, où celle-ci affirmait sans ambages la responsabilité de l’écrivain, dont les mots sont des actes puissants, qui peuvent être « aussi meurtriers qu’une chambre à gaz ». Lire ou relire ce volume en même temps que Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ? permet d’apprécier la continuité dans le temps et dans l’histoire des questions qui intéressent Gisèle Sapiro. Cela permet aussi de mesurer l’écart entre l’approche sociologique plus traditionnelle et externaliste qu’elle avait adoptée auparavant dans Des mots qui tuent, qui tenait principalement compte des contextes d’écriture et de réception, et la perspective plus inclusive qu’elle adopte dans cet essai. Ce dernier (tout comme son ouvrage précédent, Les Écrivains et la politique en France, de 2018) comporte en effet une analyse interne, linguistique et littéraire, des œuvres examinées, si bien que l’argumentation dépasse les seuls contextes de production et de diffusion, se risquant dans les méandres du récit et de ses différents niveaux de discours, pour mieux saisir la question de l’identification et donc de la responsabilité de l’auteur comme personne qui y exprimerait sa voix propre. On pourrait remarquer que cette méthode requiert une compétence technique, que l’auteure déploie efficacement pour l’analyse des œuvres en prose, bien plus que pour les autres œuvres d’art, créant sans doute une forme de déséquilibre quantitatif et qualitatif au sein de l’ouvrage. Que les écrivain·e·s soient sur-représenté·e·s dans ce livre et leurs œuvres mieux étudiées ne semble pas pouvoir se justifier avec la définition contestable – bien que l’auteure y fasse référence à plusieurs reprises – que donne Sartre de l’écriture en prose comme forme suprême de la responsabilité de l’auteur, dotée d’une fonction de dévoilement que la poésie et les autres arts n’auraient pas. C’est en revanche parfaitement cohérent avec la méthode à la fois internaliste et externaliste d’une sociologue à laquelle on sait déjà gré de s’être vraiment spécialisée dans les formes de la prose littéraire et dans l’outillage que requiert son analyse.

4La question générale que pose Gisèle Sapiro, « peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ? », s’inscrit ainsi dans une réflexion au long cours. Elle aboutit, dans la conclusion de cet essai, à quelque chose qui n’est ni un verdict ni une esquive, mais bien une réponse : son « Oui et non » (p. 227) ne marque pas le refus de prendre parti, mais correspond plutôt au parti de résister à tout raccourci méthodologique et idéologique, à la tentation pamphlétaire, et de respecter l’effort de différenciation rigoureuse propre aux sciences humaines et sociales.

5Tout au long de son essai, l’auteure témoigne d’un réel souci didactique, d’abord dans ses choix stylistiques, adoptant une terminologie précise et même technique lorsque les notions abordées le requièrent, sans que pour autant sa prose ne perde rien de sa clarté ; ensuite dans son choix d’une structure simple et souple, qu’elle prend toujours soin d’annoncer et d’expliquer, au début et à la fin de chaque section du texte. Construit sur une charpente en deux temps, le livre commence par interroger « l’auteur et l’œuvre » en termes théoriques et généraux, tout en les explicitant par de nombreux exemples. Plusieurs éléments de ces affaires d’« auteurs scandaleux » sont ainsi déjà introduits, qui seront traités dans un second moment, comme autant d’études de cas spécifiques.

6La première partie met en tension plusieurs définitions et conceptions de l’auteur et de l’œuvre, allant de la « fonction auteur » de Michel Foucault à la théorie de Saul Kripke du nom propre comme « désignateur rigide », en passant par la dimension juridique. L’exposé ne suit pas une ligne chronologique et ne mentionne que très rapidement les principales étapes, en France et en Europe, du processus de reconnaissance de la propriété intellectuelle, en termes de responsabilité pénale et de droit d’auteur. De fait, la dimension historique et évolutive de la définition de l’auteur et de son œuvre n’est pas au cœur de la démarche de Gisèle Sapiro dans cet ouvrage. On peut même plus généralement affirmer que sa perspective est inscrite dans une contemporanéité largement française, malgré l’attention portée aux mouvements internationaux tels que « #metoo » et « Cancel Culture » et leur influence sur le débat national. Au demeurant, l’auteure évoque une certaine spécificité « esthète » de la tradition française qui, depuis les retentissants procès du XIXe siècle, prône la dissociation morale entre l’auteur et son œuvre, et s’écarte en cela nettement de la tradition « éthique » nord-américaine.

7L’identification et la dissociation entre l’auteur et son œuvre sont analysées par Gisèle Sapiro à partir d’une triple relation de métonymie (chapitre 1), de ressemblance (chapitre 2) et d’intentionnalité (chapitre 3). À travers la relation de métonymie, elle applique à l’auteur les théories du nom propre, en soulignant la particularité que celui-ci désigne moins une personne qu’une œuvre : une œuvre dont il s’agit par conséquent de questionner le périmètre et l’unité pour en saisir la cohérence ainsi que l’instabilité. La relation de ressemblance pose en revanche le problème de la responsabilité de l’auteur comme personne morale : c’est principalement aux écrivain·e·s et à la prose que l’auteure s’intéresse, à travers l’analyse des formes de discours, allant du discours indirect libre aux différentes modalités de l’écriture de soi que sont l’autofiction et l’autobiographie, qui rendent floues et problématiques les frontières entre la parole de l’auteur, du narrateur et des personnages. La relation d’intentionnalité, enfin, permet à Gisèle Sapiro d’interroger la pertinence de la notion de responsabilité appliquée à l’individu, et du paradigme de la création artistique comme « projet » au sens sartrien. Pour Sartre, loin de toute considération sur les formes de déterminisme social et sur les causes externes qui auraient pu agir sur son écriture, l’écrivain incarne la liberté suprême, dont découle aussi sa responsabilité radicale. L’auteure avait déjà consacré la dernière partie de Des mots qui tuent à la théorie sartrienne de la responsabilité « illimitée » des écrivain·e·s, qu’elle met ici en tension avec l’approche sociologique d’un Weber et d’un Bourdieu, de manière à réenvisager la définition du « sujet » de l’œuvre, qui ne serait plus tant l’individu au sens encore romantique que le champ de production dans son ensemble

8Après avoir posé les jalons théoriques de la question, Gisèle Sapiro traite des « auteurs scandaleux » dans la seconde partie de l’ouvrage, en regroupant deux typologies de condamnation de l’auteur : les affaires de pédocriminalité et d’abus d’autorité sur un·e mineur·e (chapitre 4) et les prises de positions idéologiques racistes, antisémites, islamophobes, sexistes, incitant à la haine et à la violence (chapitre 5). Elle traite séparément (chapitre 6) le cas de Peter Handke, à qui l’on peut reprocher une attitude ambiguë et pro-serbe à propos du conflit en Ex-Yougoslavie, mais qui n’a jamais fait l’apologie des violences et des atrocités commises, ni incité à la haine. Gisèle Sapiro déclare d’emblée sa volonté de ne pas assimiler cette affaire aux précédentes, avec le même souci de distinction qui caractérise sa démarche globale. Pour tous les cas étudiés, en effet, elle invite à considérer les facteurs de différenciation, de manière à dégager la singularité de chaque affaire : il ne s’agit pas seulement d’évaluer la nature et la gravité des actes dont l’auteur est inculpé, mais aussi de comprendre si ces actes sont présents, et sous quelle forme, dans l’œuvre. L’absence d’éléments qui renverraient à des actes de violence sexuelle et d’abus de mineur dans les films de Roman Polanski est précisément ce qui, du point de vue de la question posée par l’ouvrage, distingue son cas de celui de Gabriel Matzneff qui « a fait “œuvre” du récit autosatisfait de ses exploits sexuels avec des enfants » (p. 116) dans ses proses (chapitre 4).

9Il s’avère souvent difficile de juger de la présence, dans l’œuvre d’un auteur, d’éléments se rapportant à ses positions idéologiques, comme le montrent, dans leur complexité, les cas étudiés au chapitre 5. L’auteure y propose notamment une analyse de Paul de Man et Hans Robert Jauss, qu’elle distingue de Maurice Blanchot et Günter Grass. Si les quatre critiques et écrivains ont en commun un engagement de jeunesse à l’extrême droite fasciste et nazie, les deux premiers l’ont passé sous un tel silence qu’il a induit des spécialistes à s’interroger sur la prégnance de ce refoulement dans le sens profond de leur œuvre. Toute la théorie de la réception de Jauss, fondateur de l’École de Constance, peut être ainsi lue comme une manière de « déplacer la responsabilité sur le lecteur, déchargeant l’auteur », c’est-à-dire, pour reprendre les termes de Earl Jeffrey Richards, comme une opération de « nihilisme intellectuel, sous-tendu par le nationalisme soigneusement occulté d’un ancien officier de la Waffen-SS ». Le cas de la publication tardive des Carnets noirs de Martin Heidegger pose le problème de manière encore différente, dans la mesure où ils révèlent un enracinement profond et cohérent de sa pensée philosophique dans un antisémitisme qui, pour ne pas être l’antisémitisme « vulgaire » des nazis qu’il condamna, n’en est pas moins un antisémitisme structurel que jamais il ne désavoua.

10Un autre facteur de différenciation déterminant que l’auteure applique à l’analyse de toutes ces « affaires » tient enfin à la consécration des auteurs inculpés. Gisèle Sapiro questionne d’abord la légitimité de certaines récompenses, qui semblent traduire une acceptation sociale des violences dont ont été accusés les auteurs, et perpétuer ainsi un système (d’abus) de pouvoir dont ils ont bénéficié. Elle interroge ensuite le processus de commémoration et la canonisation de certains auteurs, notamment Céline et Maurras, au sujet desquels elle était déjà intervenue lors de la polémique concernant leur inscription au Livre des commémorations nationales. Mais elle prend, dans cet essai, du recul et presque de la hauteur, en concluant sur les bienfaits de toutes ces affaires, qui non seulement témoignent de la vivacité et de la liberté de la critique, et donc du débat démocratique, mais participent aussi de la prise de conscience collective autour de certaines formes de violence. De cette manière, elles incitent à « réévaluer le cas échéant la place acquise par ces auteurs dans le canon, tout en déconstruisant les mécanismes de constitution dudit canon, qui en ont exclu les femmes et les minorités racisées pour des raisons qui avaient trait à leur personne et non à leurs œuvres » (p. 231).

11On pourrait dès lors s’étonner, peut-être regretter, que l’intérêt pour la commémoration et les processus de canonisation n’ait pas incité l’auteure à traiter plus amplement la question des usages de l’œuvre, et que les théories de la réception ne soient pas envisagées dans ce livre au-delà du cas spécifique de Jauss. Pourquoi, en effet, la responsabilité morale et herméneutique de l’œuvre ne serait-elle pas au moins partagée entre l’auteur et le lecteur/interprète ? Des cas très particuliers peuvent venir à l’esprit. Les commémorations, les manuels scolaires et les revues littéraires des années 1930, autant en Italie qu’en Allemagne, proposaient une « re »lecture souvent très politique des classiques : pour autant, personne ne s’aviserait aujourd’hui d’imputer à Dante ou à Leopardi la responsabilité des interprétations racistes, antisémites et fascistes qui ont été abondamment proposées de leurs œuvres, y compris par des critiques compétents et reconnus, dans les siècles qui ont suivi leur mort. Cet exemple suppose que l’on envisage l’interprétation d’une œuvre sur les temps plus longs de l’histoire, hors de la perspective contemporaine et hors d’une définition pénale de la responsabilité, engageant la personne de l’auteur·e de son vivant. Bien que le contexte totalitaire en fasse un cas limite, il trouve un écho vibrant dans les questions que pose ce livre et n’en trahit pas la démarche critique, dans la mesure où il engage la responsabilité de l’interprétation, autant que de la création.

12Or, avec cet ouvrage, Gisèle Sapiro participe à l’effort d’anamnèse, de critique et de conscientisation qu’elle préconise : cela passe par les questions qu’elle nous invite à poser aux normes sociales et littéraires ainsi qu’à notre inconscient épistémique ; par les livres qu’elle nous invite à lire ou à relire, à introduire ou à extraire du canon ; par le choix d’une écriture inclusive réfléchie qui nous invite à repenser nos écritures, comme nos lectures, comme nos systèmes de pensée. Et en cela elle est, assurément, une auteure et une lectrice engagée, en pleine conscience de ses responsabilités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Lanfranchi, « Gisèle SAPIRO, Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ? »Revue européenne des sciences sociales, 60-2 | 2022, 263-267.

Référence électronique

Stéphanie Lanfranchi, « Gisèle SAPIRO, Peut-on dissocier l’œuvre de l’auteur ? »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-2 | 2022, mis en ligne le 20 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8923 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8923

Haut de page

Auteur

Stéphanie Lanfranchi

ENS de Lyon – Triangle

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search