Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-2Comptes rendus de lectureHakim EL KAROUI et Benjamin HODAY...

Comptes rendus de lecture

Hakim EL KAROUI et Benjamin HODAYÉ, Les Militants du djihad. Portrait d’une génération

Agnès Villechaise
p. 259-262
Référence(s) :

Hakim EL KAROUI et Benjamin HODAYE, 2021, Les Militants du djihad. Portrait d’une génération, Paris, Fayard, 324 p.

Texte intégral

1Avec L’Islam, une religion française (Gallimard, 2018) paru deux ans plus tôt sur la base d’une étude réalisée pour l’Institut Montaigne, Hakim El Karoui souhaitait alerter les pouvoirs publics sur le danger d’une « sécession » souhaitée par une minorité non négligeable des musulmans de France, particulièrement les plus jeunes et les moins qualifiés d’entre eux. Dans le présent ouvrage, il entend rappeler que, si « une phase djihadiste vient de se clore » (p. 10), « la menace est toujours présente » (p. 9). L’enjeu est dès lors de fournir des éléments de connaissance propres à se préparer à une nouvelle étape dans le développement du phénomène.

2Les deux auteurs précisent d’emblée leur parti-pris méthodologique : pour comprendre, nous avons voulu « faire confiance aux chiffres » expliquent-ils page 10. 1 460 djihadistes en France, en Belgique, au Royaume-Uni et en Allemagne « engagés dans le djihadisme en faisant le choix de rejoindre la Syrie, sans toujours y parvenir », et/ou ayant « voulu commettre ou ayant commis un attentat au nom de leurs convictions idéologiques » constituent leur échantillon quantitatif (p. 11). Trajectoires singulières et activisme sur le sol européen entre 2010-2019 y sont observés à partir de sources « librement accessibles » : articles de presse – qui forment le corpus le plus important –, « échanges avec des spécialistes du sujet », livres de journalistes et travaux scientifiques, comptes rendus de procès, etc. (p. 23).

3Est également affirmée une position épistémologique claire : la requalification des acteurs concernés dans leur rationalité. Pour El Karoui et Hodayé, il faut prendre au sérieux le « militantisme » des personnes concernées, ce qui « revient à exclure les lectures déresponsabilisantes » présentant « les djihadistes comme des victimes ». « Ce ne sont ni des fous, ni des marginaux, ni des individus détruits ou manipulés, mais des femmes et des hommes convaincus par la voie qu’ils ont suivie et par les idées auxquelles ils ont consacré leur vie. » (p. 12-13).

4Après une présentation plus précise de la méthodologie suivie, le livre développe cette approche en trois chapitres, qui s’ouvre chacun sur le portrait d’un djihadiste avant de proposer une lecture plus globale. Le premier, « sociologie des djihadistes français et européens » (p. 33-94), « entend dresser un portrait-robot sociologique des Européens qui se sont engagés dans le djihadisme au cours des dix dernières années » (p. 34). Se dessine alors un homme jeune (les femmes constituant malgré tout au moins 20 % des personnes concernées), en lien avec l’immigration, d’une famille de confession musulmane (quoique l’on compte entre 25 et 30 % de convertis), issu des territoires urbains fragiles et en situation de précarité sociale. Graphiques et cartes appuient ou nuancent ce profil tout au long du chapitre, en insistant sur la concentration territoriale des sphères de recrutement. Les auteurs tentent alors de tester l’impact de « failles personnelles » dans l’entrée dans le djihadisme (p. 76) : 1) un ou plusieurs importants troubles familiaux ; 2) des troubles psychologiques graves, propres à l’individu, par rapport au compulsif à la violence ; 3) un échec scolaire ou en formation professionnelle ; 4) une précarité au moment où l’individu se radicalise, qui se caractérise notamment par une période de chômage prolongée ; 5) une dépendance à une drogue ou à l’alcool ; 6) un casier judiciaire, avec potentiellement un séjour de courte durée en prison (p. 77). Sans pouvoir établir de véritables résultats en la matière, ils concluent sur la prégnance des « vulnérabilités familiales et personnelles », mais refusent de les considérer comme des causes du phénomène. Les « difficultés sociales » constituent une explication « insuffisante » (p. 93) : « indissociables d’une situation sociale dégradée, les motivations religieuses de l’engagement doivent être prises sérieusement en compte » (p. 94).

5Dans le deuxième chapitre, « Biographies idéologiques et religieuses des militants djihadistes » (p. 95-173), El Karoui et Hodayé se demandent donc « à quoi croyaient, à différents moments de leur existence, ceux qui sont finalement devenus djihadistes » (p. 97). Ils inscrivent ces trajectoires dans un contexte de « résistance » à la « sécularisation » (p. 99) – faisant à cet égard un parallèle malheureusement trop peu développé entre néo-islamisation et évangélisme –, et décrivent les différents courants de l’islam fondamentaliste, qui ne se résume pas au salafisme et moins encore au djihadisme. Leur constat est celui d’une pratique religieuse ancienne chez la plupart des djihadistes étudiés, loin du « poncif médiatique, parfois scientifique, [qui] voudrait que les djihadistes, et particulièrement les terroristes, n’aient pas de passé religieux et soient devenus djihadistes du jour au lendemain (p. 132). Pour les auteurs il y a bien au contraire « depuis des années », chez nombre d’entre eux, « un ancrage fort dans l’islamisme, et dans ses formes les plus rigoristes » (p. 172).

6Le chapitre 3, « au cœur des cellules djihadistes : militantisme et recrutement » (p. 175-275), insiste sur l’importance de la dimension locale, celle de la commune et celle du quartier, dans la diffusion de la vision djihadiste. Sont récusées les images trop simples de la propagande express en ligne, de la « manipulation », du « lavage de cerveau », de « l’entreprise mentale de type sectaire » (p. 177), au profit d’une mise en avant des engagements et recrutements fondés sur l’entourage, « de personne à personne », « par des liens humains qui préexistent à l’idéologie », (p. 192) et sur des choix militants faits avec « responsabilité et conviction » (p. 177). Outre qu’ils réaffirment, à la suite des travaux de Hugo Micheron, le rôle d’incubateur que sera de plus en plus amenée à jouer la prison, les auteurs s’emploient à suivre ces réseaux de diffusion à l’échelle des « capitales du djihadisme européen » (Londres, Bruxelles, La Rhénanie-du-Nord-Westphalie, p. 196) et dans les « villes et quartiers défavorisés » français « en pleine recomposition religieuse » (p. 221). Ils ne lient pas systématiquement développement du salafisme et menace djihadiste, mais affirment néanmoins que « les réseaux djihadistes s’appuient toujours sur un terreau islamiste » anciennement ancré (p. 236), ne se limitant pas à l’enceinte des mosquées mais construisant, sous l’influence de personnes charismatiques et de lieux de rassemblements anodins devenus des espaces « conspiratifs » (ainsi certains fast-food de quartier, p. 257-258), une certaine « réceptivité » ou « vulnérabilité idéologique » (p. 274) au discours djihadiste.

7Enfin, la conclusion générale de l’ouvrage (« Vers une nouvelle génération de djihadistes » p. 277- 297), présente une chronologie des différentes phases du développement du djihadisme, notamment son reflux vers l’Europe depuis 2017. Car, pour les auteurs, « la “génération Syrie”, si nombreuse, agressive et combattante, ne va pas s’éteindre d’elle-même avec la fin de l’État islamique » (p. 277). Des « fronts pionniers du futur djihadisme » (p. 285) se constituent dans certains territoires où « un écosystème rigoriste fermé » se renforce et se diffuse (p. 286). Dès lors, que l’on envisage un scénario « rapide et armé » ou « lent et social » (p. 291), l’Europe risque de devenir « pleinement terre de djihad » (p. 291). Pour éviter ce futur sombre, il faudra que l’État réactive conjointement « l’autorité » « morale et intellectuelle » et la solidarité sociale du modèle républicain actuellement fragilisées. (p. 295). Mais il faudra aussi que « la société civile musulmane » décide de « s’investir sur la question » (p. 297), en responsabilité partagée avec les pouvoirs publics. Ainsi pourra être coupée cette « branche – malade – de l’islam contemporain » (p. 297).

8Cette conclusion est à l’image du livre dans son ensemble : peu convaincante. D’abord, la méthode déployée est particulièrement discutable. Ainsi, les « spécialistes » mobilisés ne sont pas nommés et certains rapprochements hasardeux (entre les travaux d’Olivier Roy et de Hugo Micheron par exemple, p. 11) dénotent une connaissance très partielle des débats scientifiques sur l’objet traité. Surtout, le fondement des analyses chiffrées, un corpus d’articles de presse, pourrait presque prêter à sourire. Alors même que les auteurs soulignent eux-mêmes les biais de ce matériau (informations fragmentaires et partiales sur les trajectoires djihadistes relatées, p. 25), ils s’obstinent néanmoins à en faire la base d’un traitement statistique qui se veut extrêmement fouillé, sans paraître voir la fragilité, voire la vacuité, de l’entreprise. Si le corpus mobilisé aurait sans aucun doute pu constituer une base solide pour une analyse du traitement médiatique du djihadisme en Europe, en aucun cas il ne peut livrer une connaissance fiable sur les biographies des djihadistes.

9La quasi-mythification de l’analyse quantitative semble l’avoir emporté sur ces considérations méthodologiques pourtant évidentes. El Karoui et Hodayé confondent en effet usage de la méthode quantitative et objectivité, prétendant « fournir des chiffres nombreux aux débats scientifiques, parfois stériles, qui n’apportent pas de preuve ou ne s’appuient que sur des échantillons très restreints » (p. 25). Ce faisant, ils ne se privent pas de critiquer « des récits sans intérêt » où les « intuitions des auteurs »  forment les « seuls éléments d’explication » : « Des avis fondés sur l’expériences des uns, l’énervement des autres, la subjectivité de chacun » (p. 11). À vrai dire, le lecteur un peu aguerri aux sciences sociales reste pantois devant l’arrogance d’une telle leçon dans un document aussi faible. Car au-delà des sources mobilisées, qui auraient mérité un examen critique autrement conséquent, le propos est à bien des égards discutable. La terminologie employée pose souvent question (par exemple l’usage du terme « illuminés » pour désigner certains djihadistes, p. 41), de même que des parti-pris très regrettables. On cherche ainsi en vain les fondements de l’affirmation alarmiste selon laquelle le djihadisme est forcément appelé à se renouveler et se durcir dans les années à venir ; et l’on ne trouve nulle part la démonstration du continuum qui, malgré certaines précautions des auteurs, semble se dessiner à leurs yeux « du communautarisme à la sécession idéologique » (p. 226) ou du salafisme quiétiste au dhihadisme, comme si des croyants affirmés, voire rigoristes, ne pouvaient pas être dans le même temps des opposants au djihad, ou en tout cas échapper à leur emprise. On demeure également interloqué par la hantise, chez les auteurs, d’une lecture « déterministe » (p. 13) et « déresponsabilisante » (p. 12) qui envahirait les sciences sociales. Pourquoi reprendre à leur compte un tel poncif ? Et quels seraient les travaux scientifiques adoptant cette posture ? Ce point de vue infondé n’est d’ailleurs pas seulement injuste et toxique, mais très dommageable à l’analyse. Il pousse en effet El Karoui et Hodayé à éluder de manière explicite la question du « pourquoi » l’on devient djihadiste (p. 10), alors même qu’il est fondamental d’étudier le contexte social d’émergence de ces idéologies. Cette posture les amène aussi à affirmer que les causes sont religieuses et non sociales… comme si le religieux n’était pas lui-même social !

10Restent certains constats, peu novateurs : le rôle du local, des interactions, la dimension politique et les bonnes raisons des acteurs, etc. En somme tout ce que la littérature sociologique la plus classique a montré depuis des décennies sur les trajectoires militantes (mais les auteurs ne paraissent pas connaître ces travaux) et plus largement sur l’action et ses ressorts. Non, décidément, Les Militants du djihad. Portrait d’une génération est loin d’emporter l’adhésion ; sa critique vigoureuse demeure sans doute l’unique contribution envisageable à une meilleure compréhension de l’islam radical.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Villechaise, « Hakim EL KAROUI et Benjamin HODAYÉ, Les Militants du djihad. Portrait d’une génération »Revue européenne des sciences sociales, 60-2 | 2022, 259-262.

Référence électronique

Agnès Villechaise, « Hakim EL KAROUI et Benjamin HODAYÉ, Les Militants du djihad. Portrait d’une génération »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-2 | 2022, mis en ligne le 21 septembre 2022, consulté le 04 décembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/ress/8938 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8938

Haut de page

Auteur

Agnès Villechaise

Université de Bordeaux, Centre Émile Durkheim

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search