Navigation – Plan du site

AccueilNuméros60-2Comptes rendus de lectureBenjamin LEMOINE, La Démocratie d...

Comptes rendus de lecture

Benjamin LEMOINE, La Démocratie disciplinée par la dette

Pierre de Saint-Phalle
p. 279-282
Référence(s) :

Benjamin LEMOINE, 2022, La Démocratie disciplinée par la dette, Paris, La Découverte, 158 p.

Texte intégral

1Le nouveau livre de Benjamin Lemoine est à la fois un condensé de ses recherches passées, un bref panorama de la recherche internationale critique en finance et une analyse à chaud des conséquences de la pandémie sur le marché de la dette. Tant d’ambition pour un essai de 158 pages, le pari est-il tenu ?

2Depuis sa thèse de doctorat portant sur la dette, Lemoine, chercheur au CNRS et à l’Université Paris-Dauphine, explore les implications politiques, sociales et institutionnelles de la marchandisation de la dette publique (voir L’Ordre de la dette, 2016, La Découverte). Sa méthode est la reconstruction des intérêts des acteurs, le recueillement de leur témoignage et la synthèse d’archives. Ses connaissances en économie, en histoire et son approche sociologique se conjuguent pour donner un éclairage tout à fait nouveau et original sur un objet autrement confiné aux analyses macro-économiques.

3Mobilisant des interviews, la reconstruction des intérêts des acteurs et l’analyse de discours institutionnels, le lecteur découvre le point de vue du directeur de l’Agence France Trésor (institution chargée d’émettre à adjudication la dette française), de hauts fonctionnaires et de banquiers centraux. Comme le déclare Lemoine, son approche de la dette se fait par les acteurs qui la manipulent, la vendent, la possèdent et finalement en vivent. La dette est un « produit » de qualité à exporter, à vanter et à vendre au plus offrant.

4Le texte est structuré en trois parties : 1) La bonholding class, 2) la « normale » comme champ de lutte, 3) le monde politique renversé de la finance. En organisant des allers-retours entre les périodes (du XVIIIe au XXIe siècle) et entre les zones (États-Unis et Europe surtout), Lemoine montre qu’il existe des invariants sociaux forts dans l’histoire de la dette publique (injustice sociale, redistribution à l’envers et encadrement du possible politique par le cadre financier). Tout en reconnaissant que les contextes, les objets et les techniques financières ont changé au cours des siècles, il laisse le lecteur juger : sans lutte active contre la concentration sociale des capitaux, une classe d’épargnants en dettes publiques peut se former et lutter politiquement pour ses intérêts.

5L’auteur montre que le discours sur la dette publique semble toujours prendre les mêmes formes, servir aux mêmes justifications politiques : il existerait un temps « normal », celui où les intérêts sont positifs, où les gouvernements doivent sans cesse rogner sur leurs dépenses, et un temps du « quoi qu’il en coûte », où les dettes sont émises en masse, où les banques centrales inondent les marchés de liquidités pour éviter une crise. Après chaque crise, il existerait une lutte pour faire constater ou non ce retour à « la normale », quand la dette est un « fardeau » à contenir et non une solution.

6La dette est un Janus : honnie publiquement en permanence par un discours « responsable », elle est très appréciée des acteurs bancaires et assurantiels. L’auteur montre de façon convaincante que les systèmes monétaires et financiers ne peuvent se passer d’une émission régulière, et même croissante, de dettes publiques. Il faut par exemple de la dette considérée comme très sûre, comme la dette allemande, pour servir de collatéral (valeur qui soutient un crédit), et il en faut de moins certaines pour permettre la spéculation. Pire, lorsque des crises de dette apparaissent, que des nations entières souffrent de ses conséquences, Lemoine montre (interview à l’appui) que ce sont les périodes les plus appréciées par les acteurs qui dealent de la dette publique sur les marchés secondaires. Le risque crée l’opportunité des gains.

7Le point fort de ce texte est de réussir à démêler au sein d’un système financier privé-public extrêmement complexe, qui prend vraiment des risques, qui assume vraiment les coûts. Après une explication claire du système dit repo (système permettant l’obtention de liquidités contre vente et promesse de rachat de dettes publiques sûres), Lemoine explique que ce système « limite drastiquement les capacités d’action de la puissance publique en enrôlant celle-ci dans un script circonscrit de “dérisquage”, c’est la puissance publique et le contribuable qui assument le fardeau du risque couvrant les profits financiers privés ». (p. 84).

8En 2020, durant la crise COVID, une tension est apparue sur le marché des dettes, même la dette américaine était vendue en masse par des acteurs craignant un tarissement des flux financiers. Pour stopper ce qui aurait pu devenir une panique et une crise globale de la valeur des dettes souveraines, la Banque centrale européenne (BCE) a déclenché un plan de rachat massif de dettes à long terme de près de 1850 milliards d’euros. Les acteurs du secteur saluent rétrospectivement cette injection massive de liquidités, elle aurait permis d’éviter une crise majeure. Sans mesure keynésienne de relance ni d’évolution de l’assiette fiscale, cette injection, selon Lemoine « va aux patrimoines et arme une future classe de bondholders, d’épargnants détenteurs d’obligations du Trésor, qui veillera à l’avenir à empêcher toute politique contrevenant à leurs intérêts. « De fait, les actions des banques centrales augmentent la concentration des richesses et approfondissent l’inégalité de leur répartition » (p. 94). Le dilemme actuel, issu de l’enchevêtrement entre finances publiques et privées, peut se résumer au fait d’avoir à choisir entre une potentielle crise financière globale et systémique du « casino spéculatif » et un accroissement certain des inégalités car les gains des propriétaires de capitaux sont alors assurés.

9Si cette situation n’était pas déjà en elle-même inquiétante, Lemoine observe un phénomène troublant : le déni. Ni la BCE, ni les acteurs institutionnels nationaux ne sont prêt à reconnaître que la donne a changé, que le quantitative easing (QE) mené depuis 2010 a mis les banques centrales au centre d’un nouveau jeu financier, dont elles ont désormais la charge du fait même de leur action massive et permanente. Elles ne sont, de fait, plus un acteur devant surveiller le bon équilibre d’un marché, mais un acteur qui fait le marché. Leur responsabilité politique et sociale est immense, mais ce fait serait activement nié. La communication institutionnelle souligne ainsi à chaque occasion l’existence d’une décorrélation de principe entre politique monétaire et politiques économiques nationales. Citant à la fois l’historien Adam Tooze et la macro-économiste Daniela Gabor, Lemoine soutient que cette décorrélation est une farce, mais une farce à prendre au sérieux. Oui, le QE permet aux États de se financer à moindre coûts, mais aucun banquier central ne le reconnaîtra. Tout cet artifice communicationnel, selon Lemoine, aurait pour source le dogme qui veut que le marché privé soit toujours le meilleur et le seul juge de la valeur et de la qualité des entités privées et publiques. Le marché doit rester le seul allocataire des crédits, en théorie car ce ne serait plus vrai en pratique, ce qui témoigne d’un véritable « effort institutionnel de maintien du dogme » (p. 103).

10Le livre de Lemoine porte une charge politique et critique évidente. L’auteur n’est pas seul, des convergences intellectuelles claires existent depuis plus d’une décennie sur ces questions. Outre les références à Tooze et Gabor, le texte cite également le spécialiste des banques centrales, et récemment primé meilleur jeune économiste de France, Eric Monnet. Tout trois partagent, à des degrés différents, une même méfiance à l’endroit de l’orthodoxie monétaire et budgétaire.

11Ces auteurs ont en commun un goût de l’histoire longue. Lemoine appuie son argumentation sur une lecture bien charpentée du XXe siècle financier et de ses évolutions. Ainsi le refus actuel de politiques monétaires soutenant les politiques budgétaires serait critiquable à l’aune des projets de redistributions économiques post-1945. Comme hier, alors que prévalait une nécessité de reconstruction mettant hors-jeu les appels à la régulation par le marché, il s’imposerait aujourd’hui une nécessité d’action environnementale et de lutte contre les inégalités sociales et patrimoniales. Le hiatus grandissant entre ces nécessaires chantiers politiques et le dogme d’un marché évaluateur à sanctuariser ne cesserait de s’amplifier. Or, les institutions actuelles auraient été pensées et conçues autour de ce dogme.

12Lemoine défend la relance keynésienne et le renforcement du secteur public après des décennies de politique de l’offre. Il poursuit ici sont travail de longue haleine, revisitant l’histoire passée du circuit du Trésor, quand l’État français, jusqu’à la fin des années 1970, pouvait décider de son taux d’emprunt et agissait en tant que « banquier de l’économie ». Il renvoie aux accords de Bretton Woods, à l’atmosphère régulatrice d’une époque qui avait en tête les excès de la finance qui menèrent à 1929. Il ne peut ainsi avancer ces observations sur l’incohérence du système contemporain sans souligner les aspects positifs du système précédent. Pour résumer, Lemoine aspire à ce que les institutions publiques et l’horizon politique supplantent à nouveau les acteurs financiers. Après 1945, « les milieux financiers étaient des serviteurs plutôt que des maîtres des décisions économiques » (p. 108). Cette mobilisation de la figure des maîtres et des esclaves gagne en clarté ce qu’elle perd en finesse. L’objectif du livre, publié quelques mois avant l’élection présidentielle française, semble bien de mobiliser les consciences citoyennes et militantes sur ces objets complexes et difficilement saisissables. Toute la difficulté est de transcrire en actions possibles ces grandes synthèses à la fois techniques et historiques.

13« Les institutions de la monnaie et de la dette (Trésor et banques centrales) ont ainsi la possibilité concrète de verrouiller ou non les puissances d’agir et de nuire de la finance privée sur les États, via le levier des dettes souveraines. Et, à contrario, elles peuvent débrancher la démocratie des enjeux financiers et monétaires en la cédant au marché. » (p. 121). Ici réside peut-être une des limites de l’exercice. Faut-il opposer de façon si unilatérale « le marché » et « la démocratie » ? Ces objets sont des totems aisément compréhensibles. Cependant, le système représentatif, celui qui est effectivement soumis à ce que l’auteur nomme « l’ordre de la dette », n’est pas, et n’a jamais vraiment eu pour objectif, d’être un système purement démocratique. Le temps long de l’évolution des systèmes politiques dits occidentaux montre que la dette publique est mieux sécurisée au sein de systèmes plus représentatifs qu’authentiquement démocratiques. Le soupçon de parti-pris social des gouvernants pour la sécurité du système financier, et donc pour la sécurité de la dette, était un argument en faveur de la représentation à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle. Moments historiques où personne, ou presque, ne voulait de la démocratie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre de Saint-Phalle, « Benjamin LEMOINE, La Démocratie disciplinée par la dette »Revue européenne des sciences sociales, 60-2 | 2022, 279-282.

Référence électronique

Pierre de Saint-Phalle, « Benjamin LEMOINE, La Démocratie disciplinée par la dette »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 60-2 | 2022, mis en ligne le 24 octobre 2022, consulté le 05 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/ress/8988 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.8988

Haut de page

Auteur

Pierre de Saint-Phalle

Université de Lausanne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Cahiers Vilfredo Pareto
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search