Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61-1Comptes rendus de lectureJulien DUVAL, Johan HEILBRON et P...

Comptes rendus de lecture

Julien DUVAL, Johan HEILBRON et Pernelle ISSENHUTH (dir.), Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969)

Stanislas Deprez
p. 271-275
Référence(s) :

Julien DUVAL, Johan HEILBRON et Pernelle ISSENHUTH (dir.), 2022, Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969), Paris, Classiques Garnier, 464 p.

Texte intégral

1Vingt ans après son décès, Pierre Bourdieu est devenu un classique incontournable. Ses livres sont régulièrement réédités, la publication de ses cours au Collège de France et d’inédits (tel Microcosmes, éditions Raisons d’Agir, 2021) se poursuit. Des ouvrages sur son œuvre continuent de paraître. Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique se distingue par son objet : s’attacher à décrire Bourdieu avant Bourdieu, soit ce moment où, philosophe, il se convertit à la sociologie et dirige le Centre de sociologie européenne (CSE). Dans la décennie 1959-1969, Bourdieu et son équipe inventent une nouvelle manière de faire de la sociologie. Comme l’indique Johan Heilbron, ce « livre a donc pour objectif de tracer la genèse d’une œuvre scientifique à travers l’analyse de la pratique d’enquête dont elle a été le produit » (p. 13). Nous en rendons compte sans toujours suivre l’ordre des chapitres.

2L’idée de ce travail collectif est née lors du déménagement des archives du CSE. Quelques chercheurs du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP, auquel a été intégré le CSE en 2010) ont saisi cette occasion pour dépouiller une partie des 300 à 400 mètres linéaires. Ils se sont concentrés sur la période allant de la création du CSE à la scission en deux laboratoires, le Centre européen de sociologie historique de Raymond Aron et le Centre de sociologie de l’éducation et de la culture de Bourdieu. Cinq des six contributeurs font partie de l’« équipe » CSE du CESSP : François Denord, Julien Duval, Johan Heilbron et Pernelle Issenhuth comme membres permanents, Sophie Noël en tant que chercheuse associée. Quant à Amín Pérez, maître de conférences à l’université du Québec à Montréal, il est directeur associé des Archives Pierre Bourdieu et membre du comité éditorial des éditions Raisons d’Agir. Toutefois, ces affiliations ne les font pas verser dans l’hagiographie, loin s’en faut.

3À vrai dire, la période étudiée dans ce volume est un peu plus vaste que ce que laisse entendre le sous-titre, puisque la première contribution est consacrée aux recherches menées en Algérie. Or si les enquêtes de terrain avec Abdelmalek Sayad débutent en 1959, Bourdieu commença à se documenter sur la société algérienne dès son arrivée en 1956. Amín Pérez, auteur d’une thèse absolument remarquable sur le sujet (Combattre en sociologues. Pierre Bourdieu et Abdelmalek Sayad dans une guerre de libération (Algérie, 1958-1964), Agone, 2022) montre tout ce que Bourdieu doit à son travail ethnographique et à sa collaboration avec Sayad : « la naissance d’une nouvelle conception et d’une nouvelle pratique des sciences sociales » (p. 42). C’est Sayad, étudiant de Bourdieu à Alger, qui le convertit à l’ethnographie comme instrument permettant de comprendre la crise paysanne et d’articuler problématiques scientifiques et politiques ; articulation nécessaire pour assurer une réelle émancipation du peuple algérien.

4Le terrain rural algérien pousse Bourdieu à s’intéresser à son Béarn natal, afin de s’objectiver en tant que chercheur et de se réconcilier avec son enfance. L’enquête sur Lasseube, village d’origine de Bourdieu, est donc plus qu’une recherche sur le célibat et le système matrimonial, comme ont pu le laisser penser les premiers textes publiés sur ce sujet. Bourdieu cherche de la documentation « sur tous et tout, avec la volonté de saisir cet univers dans son ensemble » (p. 82). Et il mobilise ses proches dans l’enquête : ses parents – ancien facteur du village, le père est connu de tous – et son épouse, historienne, qui mène une recherche sur le droit coutumier, instrument d’une « démocratie vécue » (p. 104). Heilbron et Issenhuth voient dans cette recherche de grande ampleur une « expérience libératrice » (p. 120) autorisant Bourdieu à travailler ensuite sur les étudiants et l’origine sociale.

5Le troisième chapitre présente la naissance du Centre de sociologie européenne. Créé par Raymond Aron en 1959 à la VIe section de l’EPHE (qui deviendra l’EHESS en 1975), le CSE démarre véritablement en 1961 quand Bourdieu prend le poste de secrétaire général et en fait rapidement un « pôle d’attraction intellectuelle notable » (p. 121). Sa particularité, explique Heilbron, est d’être un collectif scientifique, refusant tant l’inféodation aux commanditaires (à la différence du groupe de Michel Crozier) que les « tentations intello-mondaines et […] les discours prophétiques » (p. 128 ; il est probable qu’Edgar Morin soit visé ici). D’emblée, le CSE affirme sa dimension européenne, par conviction que la sociologie se doit d’être internationale et parce que cela permet de bénéficier de financements de la fondation Ford. Avec les départs de Crozier et Jean Cuisenier en 1966, Bourdieu est seul maître à bord. Il lance des recherches dans de nombreuses directions, définissant son groupe par la méthode et non l’objet d’étude : « Le programme collectif est d’abord et avant tout une posture d’enquête, un programme d’observation et d’analyse d’objets diversifiés qui sont explorés par la combinaison raisonnée des méthodes surtout ethnographiques et statistiques : méthodes ethnographiques pour saisir la signification que les agents attribuent à leurs actes, outils statistiques pour faire apparaître des régularités. » (p. 154) Ce qui permet de dépasser l’opposition fictive entre structure objective et existence subjective. Il en résulte un « pluralisme cohérent » (p. 155), dont Le Métier de sociologue (1968) est le reflet. En quelques années, le CSE multiplie les enquêtes, accroît le nombre de ses chercheurs et définit ses méthodes de fonctionnement (voir le document de l’annexe 1, p. 425-432). Jusqu’à la brouille avec Aron et la création en 1968 du Centre de sociologie de l’éducation et de la culture.

6Le présent recueil montre que les grands livres des décennies suivantes sont le fruit des recherches menées lors des années 1959-1969. C’est le cas pour La Distinction (1979), sociologie du goût qui trouve sa source dans l’enquête Kodak. La photographie, indique Issenhuth, est pour Bourdieu la seule dimension artistique accessible à tous, permettant d’explorer sociologiquement la question philosophique du goût. Pour leur part, les dirigeants de Kodak sont intéressés par l’apport des sciences sociales à la prospective. Plusieurs enquêtes sont menées entre 1962 et 1964, conjuguant questionnaire, observations directes, entretiens libres et tests de photographie, qui donnent lieu à la publication d’Un Art moyen (1965). Pour les auteurs, l’enjeu est double. Sur le fond, la question est celle « du rapport entre les classes qui se joue dans le rapport à la culture » (p. 204). Sur la forme, il s’agit de prouver la supériorité de la démarche sociologique sur l’approche psychologique et économétrique « lazarsfeldienne » (p. 218) pratiquée par des consultants privés.

7C’est surtout dans l’enquête sur les musées que Bourdieu entend imposer sa méthode. Paul Lazarsfeld, explique Julien Duval, avait jugé Les Héritiers (1964) scientifiquement contestable car construit sur un mince échantillon de 150 étudiants lillois. Désireux de répondre à la critique, Bourdieu décide de faire un livre inattaquable du point de vue mathématique, prouvant que s’il ne faisait pas de statistiques, c’était par choix méthodologique et non par incapacité. Profitant d’une enquête sur le public des musées, « premier travail collectif au CSE à porter sur l’art et l’histoire de l’art » (p. 361), Bourdieu demande à Alain Darbel, administrateur à l’INSEE, de faire le plan de sondage et la modélisation de la fréquentation des musées. Près de 10 000 questionnaires sont réunis et traités. Coordonnée par Dominique Schnapper – épouse d’un historien de l’art et disposant de contacts dans le milieu muséal –, la recherche comporte aussi 200 entretiens. Elle aura même une dimension internationale, le questionnaire étant repris en Italie, Espagne, Pays-Bas, Grèce et Pologne. Les réponses confortent les résultats français, qui soulignent le lien entre capital culturel, y compris scolaire, et fréquentation des musées. Elle sera publiée dans L’Amour de l’art (1966 et 1969) qui, outre son appareil mathématique sophistiqué, se distingue par un étonnant générique recensant à la manière d’un film de cinéma toutes les personnes (chercheurs ou étudiants) ayant participé à l’enquête.

8Si le CSE a mené beaucoup de recherches en sociologie de la culture, la sous-discipline où Bourdieu a acquis sa notoriété est sans conteste la sociologie de l’éducation, qu’il concevait comme indissociable de la première. Dès 1961, Passeron, Maget et lui mènent trois préenquêtes auprès de leurs étudiants, concluant « que tout l’enseignement supérieur tend à reposer sur la fiction qui consiste, pour les maîtres comme pour les étudiants, à faire semblant de comprendre et d’être compris » (p. 262-263). D’autres enquêtes suivront, avec diverses collaborations, dont les étudiants lillois de Bourdieu. Le groupe encadré par Yvette Delsaut permet de confirmer le rôle des facteurs sociaux dans le choix des études, hypothèse clé des Héritiers (1964) et de La Reproduction (1970). Issenhuth met particulièrement en valeur le fait que la recherche conduite au CSE profite des opportunités. Outre leurs propres étudiants, Bourdieu et Passeron enquêtent auprès des Facultés de médecine et de science, mais aussi des étudiantes abonnées à un mensuel catholique. Ils mobilisent plusieurs collaborateurs du CSE et des spécialistes extérieurs, comme Darbel. En outre, chaque enquête s’appuie sur les travaux précédents, qu’elle affine : par exemple, le rapport à la langue importe moins en science que pour les études littéraires mais les différences liées à l’origine sociale jouent tout de même.

9Un autre domaine de recherche du CSE dans la décennie 1959-1969 est la sociologie économique. Entre juin et décembre 1963, explique François Denord, Luc Boltanski et Jean-Claude Chamboredon réalisent une enquête sur la clientèle de la banque, à la demande de la Compagnie bancaire. La recherche est un bel exemple de décalage entre les attentes des commanditaires, qui espèrent mieux cerner les besoins des emprunteurs – et l’intérêt des sociologues, désireux d’étudier les interactions entre la banque et la clientèle, à partir de l’hypothèse qu’une nouvelle morale est en train de s’inventer en adéquation à la société de consommation. Cette divergence rend l’enquête particulièrement laborieuse, les cadres de la Compagnie bancaire rechignant à coopérer et à livrer des informations. Un rapport est néanmoins produit, intitulé La Banque et sa clientèle (éléments d’une sociologie du crédit). Boltanski, Chamboredon et Bourdieu discutent de la possibilité de le transformer en article. Ce n’est qu’en 1975 que les trois chercheurs rédigent « Le pouvoir de la banque ». Le texte ne paraîtra jamais, sans doute, estime Denord, en raison de la perspective interactionniste et ethnographique de l’enquête, qui sera abandonnée dans Les Structures sociales de l’économie au profit d’une approche en terme de champ.

10Rédigé par Julien Duval et Sophie Noël, le huitième chapitre nous fait passer des objets d’étude du CSE à ses stratégies éditoriales. Bourdieu a très tôt saisi l’importance de disposer de ses propres canaux de publication. Il pousse ses jeunes chercheurs à publier rapidement afin d’obtenir un poste permanent et d’assurer une visibilité au Centre. La rapidité de la publication est aussi motivée par la nature des recherches, lorsqu’elles ont des implications sociales et politiques – par exemple pendant la guerre d’Algérie – et par les attentes des commanditaires des enquêtes et des responsables de la VIe section de l’EPHE. La stratégie personnelle de Bourdieu consiste à publier dans des revues scientifiques et des revues intellectuelles comme Esprit et Les Temps modernes, afin de toucher ses collègues et le grand public. C’est pour cette raison qu’il fait paraître Sociologie de l’Algérie (1958) dans la collection de poche « Que sais-je ? » et Travail et travailleurs en Algérie (1963) aux éditions Mouton. Rapidement, le CSE lance deux collections sur lesquelles il a la maîtrise : « Les Cahiers du Centre de sociologie européenne », chez Mouton (éditeur imposé par l’EPHE) et « Le sens commun » (au nom curieux pour un sociologue appelant à rompre avec le sens commun), collection créée par Bourdieu chez Minuit, éditeur qu’il a choisi et qui lui laisse une large autonomie éditoriale. Fait significatif de l’importance accordée aux publications, chaque membre du CSE est tenu de consacrer une partie de son temps à relire manuscrits et épreuves. La stratégie éditoriale se prolongera par la fondation de la revue Actes de la recherche en sciences sociales en 1975 et celle des éditions Raisons d’Agir en 1995.

11Les auteurs de Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique ont brillamment réussi à déconstruire le mythe du créateur génial et solitaire, même si Bourdieu apparaît – à raison – comme un sociologue hors du commun, chef d’équipe fourmillant d’idées et bourreau de travail, capable de s’entourer de chercheurs de talent et dévoués au groupe (et à sa personne ?). Il est cependant dommage que l’ouvrage ne comporte pas d’étude des positions et trajectoires des membres du CSE. Le volume montre aussi que la théorisation – plutôt que la théorie, qui supposerait un système unifié et parfaitement cohérent, clos sur lui-même – de Bourdieu n’a été possible qu’en s’appuyant sur une pratique collective d’enquête empirique. Enfin, il fait voir que le développement du CSE est lié à une conjoncture particulière en termes de politique scientifique et de spécificité institutionnelle de la VIe section de l’EPHE qui, vu d’aujourd’hui, fait rêver. Pour terminer, on note la présence d’index des noms, des notions et des institutions, qui font de cet ouvrage un instrument de recherche et un clin d’œil à la pratique éditoriale du CSE.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stanislas Deprez, « Julien DUVAL, Johan HEILBRON et Pernelle ISSENHUTH (dir.), Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969) »Revue européenne des sciences sociales, 61-1 | 2023, 271-275.

Référence électronique

Stanislas Deprez, « Julien DUVAL, Johan HEILBRON et Pernelle ISSENHUTH (dir.), Pierre Bourdieu et l’art de l’invention scientifique. Enquêter au Centre de sociologie européenne (1959-1969) »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 61-1 | 2023, mis en ligne le 16 décembre 2022, consulté le 11 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/9404 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.9404

Haut de page

Auteur

Stanislas Deprez

UCLille, ETHICS – UCLouvain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search