Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61-1Comptes rendus de lectureNorbert ELIAS, Moyen Âge et procè...

Comptes rendus de lecture

Norbert ELIAS, Moyen Âge et procès de civilisation

Damien Larrouqué
p. 292-295
Référence(s) :

Norbert ELIAS, 2021 (1939), Moyen Âge et procès de civilisation, Paris, Éditions de l’EHESS, 224 p.

Texte intégral

1Célèbre sociologue ayant fait de l’histoire un terrain privilégié d’investigation, Elias (1897-1991) est considéré comme le parrain de la « sociogenèse ». Il s’agit d’une approche analytique qui consiste à appréhender les objets comme les rapports sociaux en s’intéressant à leurs origines. En sciences politique et administrative, Elias est connu pour ses travaux sur la construction de l’État. Outre la logique de « curialisation » à travers laquelle la monarchie absolutiste a domestiqué l’élite aristocratique, on lui doit notamment la fameuse « loi du monopole » : dès lors que s’enclenche une dynamique d’accumulation patrimoniale favorable à une entité territoriale donnée (par exemple au bénéfice d’un duché), celle-ci tend à conserver son avantage sur ses rivales (principautés, comtés, baronnies), si bien qu’elle finit, grâce à la concentration croissante des capacités de coercition physique et fiscale, par les subjuguer, donnant naissance à des royaumes plus vastes et moins nombreux. Ce processus pluriséculaire relève pour Elias de « la dynamique de l’Occident », pour reprendre le titre de son ouvrage paru en 1975 chez Calmann-Levy.

2L’année précédente, sortait en France chez le même éditeur, La Civilisation des mœurs, où le sociologue décrivait les modalités d’autocontrainte qui se sont peu à peu imposées, par mimétisme bourgeois, des couches supérieures à l’ensemble de la société, et ont ce faisant relégué les besoins primaires, les comportements triviaux ou l’expression des passions dans le domaine du privé. Dans la version originale, ces deux publications constituent un seul et même ouvrage paru en deux tomes en 1939 [Über den Prozess der Zivilisation: Soziogenetische und psychogenetische Untersuchungen, t. I, Wandlungen des Verhaltens in den weltlichen Oberschichten des Abendlandes ; t. II, Wandlungen der Gesellschaft: Entwurf zu einer Theorie der Zivilisation, Basel, Verlag Haus zum Falken]. Or, par souci de clarté, et pour éviter d’éventuelles répétitions, un développement substantiel de ce magnum opus éliasien, situé à l’articulation entre les deux tomes lisibles indépendamment l’un de l’autre, n’avait pas encore été traduit. C’est précisément cette lacune que la publication de Moyen Âge et procès de civilisation vient opportunément combler grâce à la traduction d’Anne-Marie Pailhès.

3Comme le rappelle Etienne Anheim, auteur d’une longue préface qui introduit l’ouvrage, « l’intérêt du modèle d’Elias est de lier la fabrication et la diffusion des normes sociales en Europe à l’essor des structures dites étatiques » (p. 15). En somme, notre socio-historien démontre en quoi les changements au niveau des comportements individuels sont déterminés par l’évolution des dynamiques institutionnelles. Selon Elias, le long Moyen Âge revêt une importance singulière dans ce processus civilisationnel. Sous-intitulée « sociogenèse de la civilisation occidentale », ce troisième tome replace l’étude de cette période au cœur de la réflexion. Revenant sur l’importance de la curialisation, l’une des thèses centrales qu’il étaye (p. 48) est que « le poids des cours princières et de la société de cours en tant qu’instances de contrôle social ou qu’organes façonnant le comportement humain d’après leur modèle dépasse […] et, de loin, celui de toutes les autres formations sociales de l’époque » [sous-entendues : l’Église, les universités, les guildes, etc.]. Pour Elias, l’une des caractéristiques de cette socialisation aristocratique passe par la communication qui s’avère, au niveau horizontal, plus importante entre cours princières ou ducales étrangères, qu’au niveau vertical, entre différentes couches sociales d’un même royaume. Les règles de l’étiquette, la langue commune et les principes de la courtoisie constituent les expressions faussement insouciantes d’une domination de l’absolutisme à l’échelle européenne. Sous leur couvert, l’État royal avance à peine masqué et tend à imposer son autorité sur une haute-société en voie d’assujettissement volontaire.

4Dans cet ouvrage, Elias réfute les logiques précapitalistes selon lesquelles le souci d’expansion territoriale de la noblesse fieffée répondrait à un désir d’ordre matériel ou financier. En réalité, celle-ci épouserait surtout une vision du monde propre à cette époque qui voit dans la possession de la terre un moyen de maintenir son rang et d’affirmer l’ancestralité des racines familiales. « On a cru, assure-t-il, que cette aspiration à “plus” de possessions, à l’acquisition, était une caractéristique spécifique du “capitalisme” et donc de l’époque moderne. La société du Moyen Âge, à l’inverse, se caractérisait par le fait qu’elle se contentait de la préservation d’un revenu juste et conforme au rang social » (p. 106-107). Quelques lignes plus loin, il ajoute : « pendant une grande partie du Moyen Âge, ce n’est pas la possession d’argent, mais celle de terres qui constitue la forme essentielle de la propriété » (p. 107). À la fin de son ouvrage qu’il consacre notamment à l’analyse des minnesangs (« chants d’amours » allemands), Elias souligne aussi la survalorisation sociale de l’honneur nobiliaire, auquel doivent rendre hommage troubadours et autres ménestrels : « À la lutte pour le pouvoir entre les grands seigneurs féodaux correspondait une lutte permanente pour le prestige. Le poète comme l’historiographe faisaient partie de ses instruments » (p. 162). Ceci étant, le socio-historien n’en rappelle pas moins l’importance du facteur économique dans la fragilisation de la noblesse et l’essor, a contrario, de la bourgeoisie naissante. Pour lui, le développement du commerce et l’augmentation de la circulation monétaire ont favorisé le pouvoir central, dans le sens qu’ils ont permis d’accroître la pression fiscale. Ces processus ont d’autant minimisé l’influence de l’aristocratie traditionnelle que ses rentes foncières s’érodaient. Dans le même temps, à l’image des revers désastreux subis par l’ost français durant la guerre de Cent-Ans, la chevalerie a perdu sa supériorité militaire sur l’infanterie et donc sa légitimité sociale. In fine, cette noblesse désargentée et dévirilisée a fini par se mettre sous la coupe de la dynastie régnante, seule à même d’entretenir son train de vie rogné par la marchandisation des rapports sociaux et sa gloire belliciste désormais évanescente.

5L’un des intérêts de l’ouvrage repose sur la méthode comparative. À titre d’exemple, Elias rend compte de la mosaïque territoriale du royaume capétien à lumière de la situation du Saint-Empire. « Au début du XIIe siècle, écrit-il, la France est tout au plus une union de seigneuries, un assemblage lâche de territoires plus ou moins grands entre lesquels s’est établi une sorte d’équilibre » (p. 79). Il note qu’à la fin des incursions vikings (autour de l’an mille), les rois de France n’ont plus à subir d’assauts de guerriers étrangers, mais n’ont pas non plus la capacité à s’étendre vers l’Est, si bien que l’unité de ses feudataires se brise, le morcellement institutionnel s’accroît et l’autorité du monarque devient toute relative. À l’inverse, la menace persistante des civilisations orientales contribue à juguler –mais pour un temps seulement– les forces centrifuges internes au Saint-Empire. Car, « à la fin du XIIe siècle, précise-t-il, en Allemagne aussi, la prééminence sociale va de plus en plus nettement et inéluctablement aux seigneuries territoriales » (ibid.). Or, à la même époque, « le territoire français, d’une taille plus réduite, passe malgré quelques revers d’une désintégration extrême à un renforcement du pouvoir central et à la réintégration progressive de territoires de plus en plus vastes autour d’un centre » (ibid.). Sans qu’Elias n’en fasse explicitement référence, la bataille de Bouvines (1214) semble avoir joué un rôle capital dans ce retournement de deux trajectoires contradictoires. En effet, ainsi que l’a montré Georges Duby, la victoire de Philippe Auguste amorce le processus d’unification politique de la monarchie française, tandis que la défaite des armées coalisées d’Otton IV amplifie les velléités autonomistes des seigneuries locales. Du reste, certaines comparaisons étonnantes font écho au contexte de rédaction. Ainsi, le sociologue évoque l’Abyssinie (p. 68), comme exemple d’un royaume féodal en voie d’effondrement accéléré, car alors sous le joug mussolinien.

6Au niveau épistémologique et en cohérence avec ses travaux antérieurs, Elias se montre critique à l’égard de l’ingénierie sociale. Pour lui, les institutions sont largement contingentes et ne répondent pas une planification de type architecturale et identifiable en la personne d’un acteur historique particulier. Ainsi, écrit-il, « la tendance à penser à partir d’éléments déclencheurs individuels, l’habitude intellectuelle de chercher des individus à l’origine de transformations sociales, ou du moins, de ne voir dans les institutions sociales que des institutions juridiques et de chercher des modèles d’après lesquels ces dernières ont été créées par un tel ou un tel : tout cela a rendu ces processus et ces institutions aussi inattaquables par une conscience menant une réflexion que l’étaient autrefois les processus naturels par les penseurs scolastiques » (p. 88-89). Réfutant le fonctionnalisme, il est un contempteur avant la lettre de ce que Pierre Lascoumes et Patrick Le Galès dénommeront bien plus tard, dans leur manuel de Sociologie de l’action publique (Armand Colin, 2008), le « fétichisme de la décision ». Pour lui, l’enjeu de la démarche analytique n’est pas d’expliquer ce qui fait naître les institutions, mais de comprendre comment elles se transforment : « la question décisive, historique, est de savoir pourquoi les institutions, et aussi [par extension], les comportements et les affects changent et pourquoi ils changent de cette façon. La question concerne la stricte succession des évolutions historico-sociales » (p. 89-90). Pour illustrer son postulat scientifique, il est loisible de revenir au développement de la circulation monétaire. Pour Elias, « l’argent, la diminution ou l’augmentation de son usage, ne peuvent être compris en les considérant isolément, mais uniquement à partir des êtres humains, de la construction des relations humaines » (p. 116). En clair, une variable indépendante ne devrait pas être appréhendée seule, mais saisie dans son interaction complexe avec d’autres facteurs explicatifs. Par exemple, la considération portée à la puissance militaire est également très illustrative de la subtilité de l’analyse éliasienne :

Dans la société féodale guerrière, précise-t-il, une force physique considérable est un élément indispensable de la force sociale, mais n’en est en aucun cas un élément décisif. […] Celui qui, dans ladite société, dispose de terres étendues […] possède une force sociale qui dépasse sa force individuelle. […] Le fait que sa force sociale soit au même niveau que l’étendue et la fertilité des terres dont il dispose réellement signifie également que cette force est aussi grande que sa suite, son armée, sa force guerrière. Mais cela signifie aussi clairement qu’il est dépendant de services pour conserver ses terres et les défendre (p. 140-141).

7Sous l’apparente complexité du propos, se révèle toute la finesse de la réflexion du scientifique. En somme, nous dit ici le sociologue, le pouvoir est toujours relatif, circonstanciel et repose sur des relations certes asymétriques, mais néanmoins interdépendantes.

8Inédit en français, cet ouvrage d’Elias pourra peut-être chagriner les médiévistes, qui ne manqueront pas d’y lire un certain nombre d’approximations, quelques généralisations hâtives et pas mal de répétitions. Cependant, il ravira les amateurs de sociohistoire et celles et ceux qui s’intéressent à l’édification des structures de pouvoir et à leurs évolutions. Sa publication a anticipé de quelques mois celle du numéro spécial que lui a consacré la revue Cités (n° 88, 2021), sous le titre suggestif : « Elias, un penseur à redécouvrir ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Damien Larrouqué, « Norbert ELIAS, Moyen Âge et procès de civilisation »Revue européenne des sciences sociales, 61-1 | 2023, 292-295.

Référence électronique

Damien Larrouqué, « Norbert ELIAS, Moyen Âge et procès de civilisation »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 61-1 | 2023, mis en ligne le 21 février 2023, consulté le 22 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/9445 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.9445

Haut de page

Auteur

Damien Larrouqué

Chercheur associé au CERSA-Paris 2

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search