Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61-1Comptes rendus de lectureCharles CAMIC, Veblen: The Making...

Comptes rendus de lecture

Charles CAMIC, Veblen: The Making of an Economist Who Unmade Economics

Olivier Brette
p. 289-292
Référence(s) :

Charles CAMIC, 2020, Veblen: The Making of an Economist Who Unmade Economics, Cambridge, MA, Harvard University Press, 504 p.

Texte intégral

1Disons-le d’emblée, la biographie que Charles Camic a consacrée à l’économiste américain Thorstein Veblen est un livre de grande valeur qui mérite assurément d’être lu. Camic est Professeur émérite de sociologie à l’université Northwestern. Il est spécialiste de sociologie de la connaissance et fin connaisseur de Veblen à qui il a consacré plusieurs articles et dont il a co-édité avec Geoffrey M. Hodgson une sélection des textes majeurs publiés entre 1882 et 1914 (Essential Writings of Thorstein Veblen, 2011, Routledge). Sa biographie du fondateur de l’économie institutionnaliste et évolutionniste s’intitule sobrement Veblen. Son objet est précisé dans son sous-titre. Il s’agit d’analyser la formation intellectuelle de Veblen comme un économiste académique qui a remis en cause les fondements de la science économique de son temps. Cette orientation donne sa spécificité à l’ouvrage et le distingue des autres études biographiques de Veblen. Elle conduit Camic à se focaliser sur la période qui s’étend de sa naissance en 1857 à son départ contraint de l’université de Chicago en 1906 puis de celle de Stanford en 1909, lequel marque un tournant majeur dans sa carrière. Ce choix de ne pas traiter, si ce n’est de façon très synthétique dans la conclusion du livre, des dernières décennies de la vie de Veblen peut déconcerter a priori. Il se justifie pourtant pleinement au regard de l’ambition de Camic qui est de saisir les relations entre les idées économiques novatrices que Veblen a produites et la façon dont il a vécu et été intellectuellement nourri. Or, l’étude de Camic montre précisément qu’« à la fin de cette période de sa vie [vers 1906], Thorstein Veblen avait formulé ses idées majeures et était un membre admiré du champ de la science économique » (p. 17).

2Long de 363 pages de texte, auxquelles s’ajoutent plus de 100 pages de notes et références bibliographiques, l’ouvrage s’organise en neuf chapitres. Après avoir exposé, dans les deux premiers chapitres, le cadre théorique et historique de l’enquête, la démarche d’investigation mise en œuvre et ses principaux résultats, Camic considère successivement les principales étapes de la vie, de la formation et de la carrière de Veblen jusqu’au milieu des années 1900. Les chapitres 3 et 4 rendent compte des origines de Veblen, dont les parents ont émigré de Norvège dix ans avant sa naissance, et de ses vingt-trois premières années d’existence dans la campagne de l’Upper Midwest américain. Camic décrit l’éducation que Veblen a reçue à domicile et dans les écoles des communautés rurales qu’il a fréquentées précocement, puis à Carleton College, un établissement récemment fondé à Northfield (Minnesota), non loin de la ferme familiale. Il examine les cours que le jeune étudiant Veblen y a suivis en humanités classiques, en histoire, en littérature et en philosophie, mais aussi en sciences naturelles d’inspiration évolutionniste et en économie sous l’instruction de John Bates Clark, un économiste influencé par l’école historique allemande, qui deviendra plus tard la figure de proue de l’économie marginaliste aux États-Unis. Le chapitre 5 analyse la formation dont Veblen a bénéficié entre 1880 et 1884 à l’université Johns Hopkins (Baltimore) puis à Yale (New Haven) où il a obtenu l’un des premiers doctorats en philosophie délivrés par une université américaine. Durant ces quatre années, Veblen suit les enseignements de sept intellectuels de premier plan : l’historien Herbert Baxter Adams, les philosophes George Sylvester Morris, George Trumbull Ladd, Noah Porter et Charles Sanders Peirce (l’un des fondateurs de la philosophie pragmatiste, très versé dans les méthodes scientifiques modernes), l’économiste Richard T. Ely (formé comme Clark à l’université d’Heidelberg en Allemagne) et William Graham Sumner (l’un des principaux promoteurs de la pensée évolutionniste en sciences sociales aux États-Unis). Le chapitre suivant est dédié à l’analyse de la longue période de convalescence à laquelle Veblen est contraint entre 1884 et 1891, années au cours desquelles les États-Unis connaissent des transformations importantes dans les domaines économique, culturel et académique. Le chapitre 7 rend compte de la reprise d’études en économie politique et en histoire que Veblen entreprend à l’université de Cornell où il suscite l’admiration de l’économiste classique James Laurence Laughlin, qui lui permet d’obtenir en 1892 un poste d’assistant dans le département d’économie de l’université de Chicago et la direction de la publication du Journal of Political Economy. Camic décrit avec précision le processus de professionnalisation de Veblen à Chicago et son exposition aux riches débats intellectuels et scientifiques qui y prennent place, avant de mettre en exergue, dans le chapitre 8, les idées novatrices qu’il apporte à ces débats dans le champ académique de l’économie, notamment via The Theory of the Leisure Class (1899, Macmillan) et The Theory of Business Enterprise (1904, Charles Scribner’s Sons). Le dernier chapitre de l’ouvrage discute des raisons qui ont conduit Veblen à devoir quitter l’université de Chicago puis celle de Stanford et des difficultés professionnelles et personnelles qui s’en sont ensuivies. Il est également l’occasion pour Camic de tirer les conclusions principales de son étude quant à la compréhension de la trajectoire intellectuelle et académique de Veblen et, à travers celle-ci, du processus de créativité intellectuelle et scientifique.

3L’étude de Camic achève le travail déjà entamé par d’autres auteurs de déconstruction du mythe de la marginalité sociale dans laquelle aurait évolué Veblen. Selon cette représentation promue notamment par son premier biographe, Joseph Dorfman (voir Thorstein Veblen and his America, 1934, Viking Press), Veblen serait demeuré, tout au long de sa vie, un être asocial, foncièrement inadapté aux conventions de sa communauté norvégienne d’origine comme à celles du reste de la société américaine. Il aurait, de ce fait, été relégué aux marges de la sphère académique d’où il aurait développé, dans une posture de « détachement olympien », une critique sévère des théories et des pratiques économiques de son époque et promu des idées profondément subversives. En opposition à cette vision, Camic montre que Veblen a d’abord été « un élève vedette [a star student] » (p. 3) des établissements universitaires qu’il a successivement fréquentés, lesquels comptaient parmi les plus en vue de son temps. Il est ensuite devenu un « économiste académique, un chercheur professionnel spécialisé, à une époque historique où les producteurs de connaissance académique – et les producteurs de connaissance se spécialisant en économie – commençaient juste à faire leur apparition aux Etats-Unis » (p. 6 — italique de l’auteur). Camic contribue également à invalider les lectures purement normatives de l’œuvre de Veblen qui ne voient dans ses appels répétés à la neutralité axiologique de la science que pure ironie.

4Mais l’intérêt de l’ouvrage réside avant tout dans l’analyse que Camic propose des processus sociaux qui ont été à l’œuvre dans la créativité intellectuelle et la production scientifique de Veblen. Il met en évidence l’exposition de celui-ci aux transformations profondes qu’ont connues les États-Unis dans la deuxième moitié du XIXe siècle, depuis les lieux variés où il a vécu, du Midwest rural à la tumultueuse ville de Chicago, en passant par les territoires historiques de la côte est. Surtout, Camic rend compte de façon très minutieuse et informée du long processus d’instruction puis de formation universitaire suivi par Veblen, un « processus de répétition avec variation » (terme emprunté notamment au sociologue Robert Merton), dont il éclaire le caractère fécond du point de vue de la production de nouvelles idées. Il montre en particulier que Veblen a investi des thèmes de recherche qui étaient centraux dans les débats auxquels prenaient part les figures majeures des principales écoles de pensée structurant le champ de la science économique à la fin du XIXe siècle aux États-Unis (l’économie classique, l’économie historique et l’économie marginaliste). Parmi ces thèmes, celui de la répartition de la richesse dans la société a été, selon lui, au cœur du travail intellectuel de Veblen jusqu’au milieu des années 1900. Camic ambitionne ainsi de « démontrer que les écrits de Veblen constituent une attaque généralisée contre les prémisses, le raisonnement et les prétentions empiriques de la théorie de la productivité marginale de la distribution, ainsi qu’un formidable effort pour renverser cette théorie » (p. 11). Si la contribution de Veblen au problème de la répartition avait bien sûr déjà été relevée dans la littérature, Camic retrace de façon novatrice le processus par lequel celui-ci s’est imposé comme la thématique structurante de ses recherches, en lien étroit avec une autre question, celle des relations entre productivité et non-productivité. On saisit ainsi comment a progressivement émergé l’objectif scientifique principal de Veblen, celui d’élaborer « la nouvelle théorie de la non-productivité de la distribution des récompenses économiques » (p. 340). En outre, Camic retrace avec précision le processus de constitution du « réservoir intellectuel » – c’est-à-dire le « répertoire » de « ressources » et de « pratiques de connaissance » – mobilisé par Veblen dans sa contribution à la fois critique et positive à la science économique. Il montre ainsi que son adhésion à l’inductivisme contre l’apriorisme, au holisme et à l’organicisme contre l’atomisme et à l’approche historique et évolutionniste contre le raisonnement statique a été forgée dans les relations diverses qu’il a entretenues au fil des années avec quelques-uns des penseurs américains les plus importants de son temps dans des disciplines variées (l’économie, la philosophie, l’histoire, la psychologie et la sociologie notamment). Selon Camic, l’apprentissage par la pratique de ces concepts et méthodes et leur application à la question de la répartition des richesses et de la (non-)productivité ont été le creuset du projet véblénien de refonte de l’économie en une science évolutionniste des institutions économiques.

5En définitive, le travail de Camic permet non seulement d’améliorer grandement notre connaissance de la vie de Veblen, mais aussi et surtout de mieux comprendre l’élaboration de ses idées. Cela n’est certes pas le plus utile pour qui veut saisir aujourd’hui l’intérêt persistant de la contribution de Veblen à la science économique. Comme Camic le relève lui-même :« Parce que ce livre est une étude historique, il n’analyse pas en profondeur la manière dont les écrits de Veblen peuvent nous aider à comprendre les conditions économiques actuelles » (p. 16). Pour cela, la lecture d’autres auteurs, au premier rang desquels Geoffrey M. Hodgson (voir notamment The Evolution of Institutional Economics : Agency, Structure and Darwinism in American Institutionalism, 2004, Routledge) reste incontournable. En revanche, l’ouvrage de Camic permet de renouveler substantiellement notre compréhension de la production de son œuvre et de sa réception dans le champ académique de l’économie au tournant du XXe siècle. Compte tenu de l’abondance de la littérature dédiée à Veblen depuis plus d’un siècle, il y a là un véritable tour de force.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Brette, « Charles CAMIC, Veblen: The Making of an Economist Who Unmade Economics »Revue européenne des sciences sociales, 61-1 | 2023, 289-292.

Référence électronique

Olivier Brette, « Charles CAMIC, Veblen: The Making of an Economist Who Unmade Economics »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 61-1 | 2023, mis en ligne le 27 février 2023, consulté le 17 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/9459 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.9459

Haut de page

Auteur

Olivier Brette

Université de Lyon – INSA Lyon –CNRS, Triangle

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search