Navigation – Plan du site

AccueilNuméros61-1Comptes rendus de lecturePierre BOURDIEU, L’Intérêt au dés...

Comptes rendus de lecture

Pierre BOURDIEU, L’Intérêt au désintéressement. Cours au Collège de France (1987-1989)

René-Omar Llored
p. 261-266
Référence(s) :

Pierre BOURDIEU, 2022, L’Intérêt au désintéressement. Cours au Collège de France (1987-1989), Paris, Raisons d’agir / Éditions du Seuil, 387 p.

Texte intégral

1Comment se (trans)forment des champs (juridique, sociologique et bureaucratique) avec leur autonomie, leurs règles, valeurs et pratiques propres ? Comment comprendre que des actions désintéressées et orientées vers l’universel, associées à ces champs, soient possibles ? Ces deux questions-clé intriquées introduisent l’« interrogation sur les problèmes de l’État » (p. 367) et la réflexion sur l’anthropologie des conduites universelles qui occupent Pierre Bourdieu tout au long de ces deux années de cours au Collège de France, de 1987 à 1989. Initialement intitulées « À propos de l’État », leur parution en janvier 2022 dans l’édition établie par Julien Duval, avec son texte de situation éclairant et précis, « poursuit et conclut l’entreprise de publication » (p. 7) de ses cours dans la prestigieuse institution, tout juste vingt ans après sa disparition.

2Élu depuis le printemps 1981 en tant que titulaire d’une chaire de « Sociologie », il avait commencé son enseignement par un cycle de cinq années de « Cours de sociologie générale » qui visait à offrir une synthèse et un retour réflexif sur l’ensemble de ses travaux en s’attachant à « montrer l’articulation entre les concepts fondamentaux [de champ, de capital, d’habitus et de violence symbolique] et la structure des relations qui [les] unissent », tout en réfléchissant à « la relation entre le sujet scientifique et son objet » (Sociologie générale. Volume 1, Raisons d’agir / Éditions du Seuil, 2015, p. 11-12). Après une année d’interruption, un nouveau cycle de cinq ans est consacré au « problème de l’État » (p. 9), d’abord « de manière négative, par des détours » (p. 9-10) à l’occasion des cours des deux premières années du présent volume, puis progressivement de façon plus frontale lors de ceux des trois suivantes publiés en 2012 dans le volume de la même collection intitulé Sur l’État.

3Pour s’approcher de cet « immense objet […] à [sa] façon » (p. 331), il choisit d’étudier des univers (le champ juridique, la science sociale, le champ bureaucratique, les professions) et des problèmes (le désintéressement, l’universel) en étroite relation avec l’État sans pour autant se confondre avec lui. Le recours à une « sociologie négative » faite de « détours » et de « spirales » s’explique par la prudence épistémique et méthodologique redoublée du sociologue face à la difficulté intrinsèque du problème (p. 9). De fait, cet ensemble de cours s’organise autour de la « difficulté particulière à penser cet objet […] presque impensable » tant « notre pensée, les structures mêmes de la conscience à travers laquelle nous construisons le monde social […] ont de bonnes chances d’[en] être le produit », ce qui nous expose en permanence à « appliquer à l’État une pensée d’État » (Sur l’État, p. 13).

4Dans le prolongement des points d’accord des séminaires de sociologie du droit et de son article de 1986, « La force du droit », les trois premières leçons portent essentiellement sur la constitution du champ juridique. Couplée à celles d’habitus et d’illusio, la notion de champ permet d’éviter bien des écueils, en particulier les deux alternatives tranchées entre l’analyse interne ou externe (p. 11-17), ou bien entre la représentation idéalisée des professionnels du droit et celle de la « démystification demi-habile » (p. 30) qui réduit leur morale à une « idéologie professionnelle » (p. 368). En effet, les investissements et les intérêts spécifiques des agents engagés dans un champ font qu’ils sont pris et qu’ils se prennent au jeu et que celui-ci a des effets bien réels, en retour, sur les pratiques et les représentations. D’où l’insistance de Bourdieu sur les « ruses » (p. 28) et la « pieuse hypocrisie » (p. 29) à travers lesquelles « progresse l’universel » (p. 28).

5Si la seule source possible du désintéressement et de l’universel n’est pas la « belle âme » (p. 79) ou un « miracle social tombé du ciel » (p. 101), mais la « genèse historique du transhistorique » (p. 83), il faut que deux processus s’enchevêtrent pour que des conduites « tendanciellement universelles, rationnelles, désintéressées apparaissent » : 1) la formation de systèmes de « dispositions éthiques d’un certain type », comme le désintéressement ; et 2) la formation d’univers où « ces dispositions sont récompensées » fût-ce seulement « de manière symbolique », constituant ainsi un intérêt à ce désintéressement (p. 92-93). Comme le montre l’analyse du cas de D’Aguesseau, leur rencontre produit « une libido juridique et un univers dans lequel cette libido juridica […] est récompensée » (p. 64). Celui-ci s’autonomise d’une part avec un travail collectif « d’autodiscipline » et de production et d’accumulation de « normes précises » qui « coupent les relations de dépendance à l’égard des autorités externes » (p. 25), en trouvant son fondement non plus dans Dieu ou le roi, mais dans le « public » érigé en nouveau souverain (p. 41), et d’autre part avec un « travail symbolique au niveau des représentations » que ce soit pour se (re)présenter comme « autofondateur » (p. 25) ou pour affirmer et défendre des valeurs oppositionnelles à celles des autres champs (vertu, désintéressement, mérite versus affaires, naissance, héritage de la noblesse, p. 73).

6La considération des luttes internes ou externes au champ et de ses transformations à travers l’histoire, du cas des États-Unis ou du rapport du droit des affaires au droit pur (p. 109) montre que même dans la plus grande dépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques et économiques son autonomie et sa compétence non seulement restent affirmées et revendiquées, mais, du fait de la « référence à la norme idéale », conservent une « efficacité relative » et procurent des « profits relatifs » (p. 118-119). L’efficace de cette norme s’impose en raison des processus inhérents à la structure en chiasme du champ juridique, tramé de contrôles croisés, d’une transitivité de la censure (que Michael Polanyi avait étudiés dans le cas de l’univers scientifique), de concurrence et de pieuse hypocrisie. Mais il faut en plus, pour expliquer la « force de l’idéal » (p. 118) et que « quelque chose comme de l’universel » puisse « émerger » d’un tel « processus social » (p.131), qu’un champ réunisse certaines conditions, telles 1) la reconnaissance de normes communes ; 2) l’adoption de règles propres ; 3) la concurrence ; 4) une communication minimale entre ses pôles les plus distants ; et 5) un conflit unificateur (p. 119-120).

7L’effort de « mise en question aussi radicale que possible de tous les présupposés que nous pouvons engager dans la pensée de l’État » (p. 125) conduit à poursuivre la critique de la pensée d’État sur l’État à travers l’examen des théories de l’État de Hegel, Durkheim et Marx en les considérant comme des « documents anthropologiques » (p. 205). Là où l’approche hégélienne et celle de Durkheim conçoivent « la bureaucratie comme un groupe universel doté […] de l’intuition, de la connaissance de l’universel et de la volonté d’organiser l’universel », celle de Marx la conçoit comme un ensemble d’« agents sociaux qui usurpent l’universel et qui s’approprient […] à des fins privées, des ressources publiques » (p. 206). Plutôt que de rejouer les oppositions entre le désintéressement et l’intérêt, entre la vision enchantée et désenchantée, homologues aux deux alternatives initiales, il s’agit de les comprendre « comme des points de vue non exclusifs » et à travers l’antagonisme desquels se dessinerait une « “vérité” de l’État qui pourrait être fondamentalement ambiguë » (p. 138).

8Dès lors que ces analyses visent à mettre à distance les pensées de l’État pour se mettre en état de l’objectiver adéquatement, elles conduisent en toute cohérence à poser à la sociologie les questions qu’elle prétendait poser à son objet. Pour examiner le problème de la neutralité, du désintéressement et de l’autonomie de la sociologie, Bourdieu met en exergue, dans le dernier cours de la première année, une série d’éléments pour une « histoire sociale des rapports entre l’État et les sciences sociales » (p. 206) qui passe en particulier par celle de leur genèse (p. 188) et par une « rapide histoire comparée » (p. 372) de leur développement. Une tension ou antinomie centrale en résulte : les sciences sociales ne peuvent « gagner en autonomie envers les forces sociales externes qu’en s’appuyant sur l’État, c’est-à-dire en perdant de l’autonomie vis-à-vis » de lui (p. 191). Concomitamment, elles ne peuvent « devenir des sciences comme les autres […] qu’à condition d’user contre l’État de la liberté (relative) » qu’il leur assure (p. 373).

9Après deux leçons données à Lyon sur les « fondements anthropologiques des notions d’intérêt et de désintéressement » (p. 373) qui avaient assez tôt fait l’objet d’une publication (p. 8), la seconde année de cours s’affronte au problème de la « spécificité de l’espace bureaucratique lorsqu’on le compare à d’autres champs sociaux » (p. 205) en commençant par poser « deux questions centrales » (p. 206) : ce qu’il en est de la « neutralité de l’État » ou du « désintéressement de la bureaucratie » (ibid.) et « comment une action désintéressée est possible » (p. 207). Bourdieu rappelle alors son « déplacement théorique » (p. 214) : son hypothèse est que « si une action morale a jamais existé quelque part, c’est qu’il a existé des univers où il y avait intérêt à l’action morale » (p. 215) et « toute [s]on analyse revient à dire que, pour avoir l’universel, il faut avoir de l’intérêt particulier à l’universel » (p. 225). Il faut poursuivre l’analyse « du rapport entre l’habitus et le champ » (p. 239) pour comprendre adéquatement comment se forment et se transforment, d’une part, des dispositions et des conduites éthiques et, d’autre part, des « mécanismes sociaux [qui sont] au principe de la création de ce jeu très particulier où il faut être désintéressé » (p. 215).

10Dans la continuité de l’« économie des pratiques » qu’il mettait en œuvre dans Le Sens pratique, il s’agit de « rompre avec l’économisme » et d’« échapper à l’alternative de l’intérêt purement matériel, étroitement économique, et du désintéressement » (Éditions de Minuit, 1980, p. 85) en se rendant attentif à la « logique de la pratique comme participation pratique au jeu, illusio » (ibid., p. 178). Pour comprendre les conduites « désintéressées, c’est-à-dire non réductibles aux déterminants strictement économiques des pratiques », il faut s’intéresser à l’interaction entre « un système qui récompense formellement le respect des règles formelles de désintéressement » et « des agents sociaux constitués de manière à être sensibles à ces récompenses formelles » qui ne se présentent plus simplement sous la forme de capital économique, mais de « capital de moralité, qui est une dimension importante du capital symbolique » (p. 219-221). Une tension entre « deux constats universels » sur l’universel se dégage de la réflexion : la « reconnaissance universelle de la soumission à l’universel » (p. 226), susceptible d’assurer des « profits d’universalisation » (p. 377) et le « soupçon universel sur les conduites à prétention universelle » (p. 225), susceptible de rapporter des « profits de dénigrement » (p. 227) ou de « dénonciation » (p.2 35).

11Une confrontation entre le droit administratif et la réalité de la pratique administrative (faisant droit aux manquements ou aux « transgressions réglées de la règle » (p. 248-252) et une rapide comparaison entre les champs politique et bureaucratique permettent de dégager « une sorte de double jeu, de mauvaise foi bureaucratique » (p. 254) entre des vertus, un idéal et une norme du désintéressement et des pratiques qui les contredisent (p. 252). D’où l’identification d’une « dénégation » (p. 254) propre au champ bureaucratique, là où le champ politique relève explicitement d’une logique intéressée se donnant pour finalité le pouvoir, d’une part, et les interrogations « sur la différence entre administration et gouvernement » (p.255) d’autre part.

12Un détour (p. 261) par la sociologie des professions étatsunienne des auteurs de la « triade capitoline », en particulier celle de Talcott Parsons, fournit les représentations et l’axiologie latentes des « dominants modernes » (p. 295) vis-à-vis de l’État. Au-delà du « mythe savant » (p. 281) et de la « sociodicée » (p. 275) inhérents à ce discours sur les professions, c’est la « théorie négative de l’État » (p. 291) qui se dégage de l’analyse qui oriente sa démarche, puisque son enjeu politique profond est celui d’un discours porté par une « vision ultralibérale » (p. 290) sur l’État « comme superfétatoire » (p. 291), remplacé ou supplanté dans ses fonctions par le professional complex de Parsons avec son « règne des experts […] autogouvernés et [sans] autorité externe » (p. 291). Dans les faits, ces groupes professionnels, équivalents des « professions libérales » (p. 295), aussi puissants soient-ils, dépendent considérablement de l’État à plusieurs égards (p. 294). Bien que Bourdieu évoque une « jeune génération de sociologues [qui] s’est constituée […] contre la triade » avec « un retour à l’État » (p. 291), on pourra regretter que des travaux plus critiques sur le processus de professionnalisation et en rupture avec le fonctionnalisme, comme ceux d’Everett Hughes, n’aient pas été évoqués ou discutés.

13En s’attaquant, à la fin du cours de la deuxième année, à la « sociodicée charismatico-méritocratique » qui se concentre « autour du mythe de l’école libératrice » (p. 296), il ne s’agit pas simplement de rappeler ses « fonctions conservatrices » (p. 297), mais plutôt, ayant pris acte du fait que le système scolaire est le cœur du pouvoir dans les sociétés modernes (p. 306), de refaire « l’histoire des rapports entre l’école et l’État » (p. 324). Une telle histoire avait certes été esquissée par Weber, en mettant l’accent sur le « processus de rationalisation et de modernisation » (ibid.), mais Bourdieu s’emploiera de la reprendre dans La Noblesse d’État (Minuit, 1989) en n’omettant pas ses dimensions symboliques et magiques. Confrontée à un « mode de reproduction à composante scolaire » qui assure la « transmission du pouvoir et des privilèges entre les générations » de façon « mieux dissimulée et, du même coup, infiniment plus légitime » (p. 296), l’analyse doit se concentrer sur la « genèse réelle de la noblesse d’État » (p. 328) et sur les « actes de magie d’État » (p. 324) dont la production, notamment à travers les « processus de validation, d’homologation ou de certification » (p. 316), exige beaucoup de rationalité. Parmi les techniques par lesquelles « s’opèrent des mécanismes de production de la valeur et de la croyance » dans le système scolaire, « univers partiellement magique qui a une dimension technique » (p. 319), Bourdieu revient sur la constitution d’élites par « coupures initiatiques » (p. 321) qui les séparent et les enferment ou sur les « rites d’institution » (ibid.) qui instituent des frontières et des différences d’essence.

14Pour comprendre que « dans certaines conjonctures, des gens, en faisant avancer leurs intérêts individuels et collectifs […] puissent faire avancer […] l’universel » (p. 91), plutôt que de s’accommoder des représentations dominantes ou internes aux champs de leurs normes idéales et pratiques ou de se contenter de leur opposer une « vision cynique et désenchantée » (p. 371) avec les « plaisirs nietzschéens que donne la démystification demi-habile », la sociologie réflexive que propose Bourdieu invite à accéder à un « troisième niveau d’initiation » (p. 30), celui de l’étude des relations ou rapports entre des champs et des habitus spécifiques qui permet de rendre compte des conditions sociales de possibilité et de (trans)formation du désintéressement, de la vertu ou de l’universel.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

René-Omar Llored, « Pierre BOURDIEU, L’Intérêt au désintéressement. Cours au Collège de France (1987-1989) »Revue européenne des sciences sociales, 61-1 | 2023, 261-266.

Référence électronique

René-Omar Llored, « Pierre BOURDIEU, L’Intérêt au désintéressement. Cours au Collège de France (1987-1989) »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 61-1 | 2023, mis en ligne le 29 mars 2023, consulté le 21 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/9506 ; DOI : https://doi.org/10.4000/ress.9506

Haut de page

Auteur

René-Omar Llored

Académie de Créteil, France – Enseignant en lycée public

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search