Navigation – Plan du site

AccueilComptes rendus en prépublicationFrederico DELGADO ROSA and Han F....

Frederico DELGADO ROSA and Han F. VERMEULEN (dir.), Ethnographers before Malinowski: Pioneers of Anthropological Fieldwork, 1870-1922

Maria Beatrice Di Brizio
Référence(s) :

Frederico DELGADO ROSA and Han F. VERMEULEN (dir.), 2022, Ethnographers before Malinowski: Pioneers of Anthropological Fieldwork, 1870-1922, New York – Oxford, Berghahn Books, xviii-522 p.

Texte intégral

1Édité par les historiens Frederico Delgado Rosa et Han F. Vermeulen, ce volume est le résultat d’une enquête collective érudite et minutieuse sur le thème du terrain ethnographique dans les années 1870-1922. Marquée par l’apogée du colonialisme européen et de l’anthropologie de cabinet, cette période est scandée, d’une part, par l’émergence de l’évolutionnisme socio-culturel et, de l’autre, par la publication, en 1922, des ouvrages fondateurs de l’anthropologie sociale britannique : Argonauts of the Western Pacific de Bronislaw K. Malinowski (1884-1942) et The Andaman Islanders par Alfred R. Radcliffe-Brown (1881-1955) (p. 2, 29-30). Par le choix de focaliser l’attention sur l’ethnographie de cette époque, moins connue que sa production théorique, et pour ses réflexions sur les modèles d’intelligibilité du passé disciplinaire, Ethnographers before Malinowski est une précieuse contribution à l’historiographie de l’anthropologie. L’ouvrage propose 12 études consacrées à 16 ethnographes dont le fieldwork se situe en Afrique, Asie, Océanie, Amérique du Nord et du Sud, encadrées par une préface de Thomas Hylland Eriksen, une introduction et une postface par Rosa et Vermeulen, et une bibliographie de 365 relations issues du travail de terrain, datant des années ca. 1870-ca. 1922. Ethnographers before Malinowski développe et approfondit ainsi les recherches classiques de George W. Stocking, James Urry et Vermeulen sur l’histoire de l’observation ethnographique.

2Le titre rend bien compte des objectifs du volume : il s’agit d’interroger l’hypothèse attribuant à Malinowski l’invention de l’enquête moderne de terrain, fondée sur l’investissement intensif et prolongé du chercheur auprès d’une seule société, dont il partage le mode de vie et adopte la langue vernaculaire. Sa première théorisation aurait été énoncée dans Argonauts of the Western Pacific, ouvrage qui aurait opéré une véritable rupture vis-à-vis de l’anthropologie de cabinet du XIXe siècle, dont les figures de proue, à l’instar de James George Frazer (1854-1941), n’auraient jamais pratiqué l’observation directe, se servant plutôt d’informations de seconde main sur les cultures extra-européennes. Dans cette optique, la « révolution » malinowskienne aurait généré le terrain moderne, attribué à l’anthropologue le statut d’observateur des sociétés lointaines, cumulant les rôles de producteur de théories et de données les concernant, celles-ci étant codifiées sous forme écrite dans la monographie. Réitérées par l’historiographie disciplinaire, ces hypothèses constituent la cible polémique des études présentées dans Ethnographers before Malinowski.

3La préface signée par Eriksen souligne ainsi que l’anthropologue William H. R. Rivers (1864-1922) avait déjà théorisé, en 1913, l’enquête intensive de longue durée, qui fera l’objet des réflexions de Malinowski (p. xiv-xv). De même, Eriksen remet en cause les reconstructions discontinuistes et « révolutionnaires » du passé de la discipline (p. xv-xvii) en rappelant que, parmi les anthropologues évolutionnistes du XIXe siècle, l’américain Lewis H. Morgan (1818-1881) avait pratiqué l’observation directe des indiens Iroquois (p. xv). L’introduction et la postface de Rosa et Vermeulen reviennent sur les écrits méthodologiques de Rivers et ajoutent l’exemple d’Edward B. Tylor (1832-1917), à la fois anthropologue de cabinet et « fieldworker » au Mexique, dont les observations furent consignées dans Anahuac : Or Mexico and the Mexicans, Ancient and Modern, paru en 1861 (p. 7, 10, 457). Évoquant encore plusieurs recherches monographiques, dont celles de Franz Boas (1858-1942) (p. 1-18, 29, 463-464), Rosa et Vermeulen questionnent « l’idée que le terrain intensif dans un seul contexte et par un seul individu, avec son résultat, la monographie, fussent des inventions du XXe siècle » (p. 2). Ils font valoir que cette hypothèse repose sur l’oubli des ethnographies du XIXe siècle, question qui renvoie à la problématique des « ancêtres exclus » de la mémoire disciplinaire et invoque un examen critique du « canon anthropologique » (p. 2-7). D’autre part, elle présuppose une dévalorisation des descriptions pré-malinowskiennes des cultures exotiques, envisagées comme simples récits de voyage ou comme comptes rendus biaisés et lacunaires élaborés par des observateurs non professionnels, voire comme exposés de faible profondeur analytique, issus de l’enquête extensive auprès de différentes sociétés relevant d’une même aire géographique, menée par des équipes multidisciplinaires (p. 2).

4S’opposant à ces interprétations, les 12 essais proposés dans Ethnographers before Malinowski montrent que la période 1870-1922 fut riche en recherches et publications focalisées sur une seule population, fondées sur l’observation de longue durée et la connaissance des langues vernaculaires. La bibliographie de relations ethnographiques publiée en complément de ces études confirme non seulement l’abondance, mais aussi la diversité des descriptions pré-malinowskiennes de l’altérité culturelle. Rosa et Vermeulen soulignent que dans la période 1870-1922 plusieurs techniques et modalités d’observation étaient considérées légitimes, allant de l’enquête extensive à l’investigation approfondie d’une seule société. De même, l’autorité ethnographique était attribuée à différentes catégories d’observateurs, allant des fonctionnaires coloniaux aux missionnaires, des voyageurs et scientifiques d’origine euro-américaine aux experts autochtones prenant la parole sur leur propre culture. Cette ethnographie plurielle pouvait s’exprimer sous forme de récit de voyage, de rapport d’enquête collectif, voire de compte rendu monographique signé par un seul auteur, d’autobiographie ou recueil de textes indigènes. Confrontés à cette diversité, Rosa et Vermeulen sont amenés à conclure que Malinowski, loin d’inventer le terrain moderne, contribua plutôt, avec Radcliffe-Brown, à l’affirmation d’une tradition de recherche à vocation hégémonique – l’anthropologie sociale fonctionnaliste – en délégitimant explicitement, d’une part, les ethnographies du XIXe siècle et du début du XXe, et en privilégiant, d’autre part, l’observation participante et la monographie au détriment de toute autre méthode d’enquête et forme d’expression (p. 29-31, 451-464). Disqualifiées puisqu’élaborées, pour la plupart, par des « amateurs », les ethnographies pré-malinowakiennes furent exclues de la mémoire disciplinaire. L’enjeux du volume recensé est alors de soustraire à l’oubli ces productions intellectuelles et de démontrer qu’elles « sont une partie fondamentale de l’histoire de l’anthropologie » (p. 2). Restituer ces textes à l’attention de l’historien permet en effet d’élucider les continuités marquant le devenir de la discipline, trop souvent analysé comme une suite de ruptures à la fois théoriques et méthodologiques (p. 7). Ethnographers before Malinowski répond ainsi aux sollicitations, émanant du courant des world anthropologies et des historiens Richard Handler et George W. Stocking, à élargir le « canon anthropologique » et à développer une historiographie inclusive (p. 5). Dans cette optique, ses 12 essais focalisent l’attention à la fois sur une période censée manquer d’ethnographies de qualité et sur des traditions de recherche allant de l’angloaméricaine, relativement bien connue, à celles portugaise et allemande, beaucoup moins explorées. De même, leurs auteurs s’efforcent de mettre en valeur l’expérience de terrain dont furent protagonistes les femmes, largement ignorée par l’historiographie disciplinaire, tout autant que les ethnographies autochtones.

5Sur le plan méthodologique, l’approche adoptée correspond au « présentisme éclairé » théorisé par Stocking, susceptible de concilier « présentisme » et « historicisme ». Sans renoncer aux critères de rigueur de l’historien, cette démarche ne prétend pas enfermer dans leur époque les productions intellectuelles, s’efforçant plutôt d’en éclairer les liens avec les pratiques de recherche contemporaines et de les intégrer dans le débat anthropologique en cours (p. 2). Dans cette optique, Rosa et Vermeulen s’interrogent sur les lectures des ethnographies pré-malinowskiennes comme traductions, dans l’ordre du discours, des rapports de domination coloniaux imposés aux sociétés extra-européennes. Avancées par le courant des post-colonial studies, ces interprétations, selon Rosa et Vermeulen, non seulement condamnent à l’oubli les anciennes ethnographies, mais surtout en interdisent l’usage pour la connaissance du passé précolonial des populations concernées, des résistances qu’elles opposèrent aux pouvoirs dominants, et enfin des formes d’agentivité qu’elles surent élaborer (p. 18-22).

6Les études proposées dans Ethnographers before Malinowski s’efforcent ainsi de contribuer à l’histoire de l’observation ethnographique, tout autant qu’à la réflexion sur les modèles d’intelligibilité du passé de l’anthropologie. Rosa, Vermeulen et Eriksen, en effet, remettent en cause les représentations linéaires et discontinuistes du devenir de l’anthropologie, en montrant que les années 1870-1922 furent à la fois « l’âge des anthropologues de cabinet » et « l’ère des ethnographes » (p. 463), l’enquête intensive ayant été pratiquée à cette époque (p. 463-464). Eriksen en conclut qu’« il n’y a jamais eu une rupture nette dans l’histoire de l’anthropologie » (p. xvii).

7Les essais réunis dans le volume cherchent enfin à réintégrer les anciennes ethnographies dans le débat anthropologique et à rendre à nouveau accessibles leurs informations. Sans nier leurs possibles préjugés ethnocentristes et effets de pouvoir, Rosa et Vermeulen mettent en exergue la polysémie de ces productions textuelles, qui en autorise plusieurs « lectures ouvertes » (p. 2). Ils soulignent ainsi que si elles attestent des formes de domination dont furent victimes les sociétés observées, elles illustrent également les processus de subjectivation des acteurs sur le terrain, dont la co-production dialogique, avec les ethnographes occidentaux, des données les concernant (p. 20-21). Revenir sur les « archives » oubliés du passé précolonial équivaut d’ailleurs à rendre visible l’ethnographie au féminin, tout autant que le regard autochtone sur les cultures d’intérêt anthropologique (p. 464). Les éditeurs d’Ethnographers before Malinowski nous offrent ainsi plusieurs pistes de réflexion sur les usages de l’archive ethnographique, dont l’exploration peut à la fois favoriser l’ouverture de perspectives théoriques et historiographiques novatrices et permettre un retour critique sur les approches postcoloniales de l’anthropologie.

8Les études réunies dans ce volume illustrent bien les lignes de force explicitées par Rosa et Vermeulen. Ces essais rendent compte, en effet, de recherches intensives auprès d’une seule société, pratiquées avant 1922 et répondant, avant la lettre, aux critères de rigueur canonisés par Malinowski. La première partie du volume, proposant trois études de cas signées par Herbert S. Lewis, Barbara Ch. Dawson et David Shankland, focalise l’attention sur les recherches de Franz Boas auprès des Inuits de l’île de Baffin dans la période 1883-1884 (chap. 1) ; de Katie L. Parker (1856-1940) chez les Euahlayi [Yuwaalaraay] du New South Wales, pendant les années 1879-1901 (chap. 2) ; de Edvard Westermarck (1862-1939) au Maroc, à partir de 1898 (chap. 3). Comme le montrent ces chapitres, qu’ils fussent « professionnels » (Boas, Westermarck) ou « amateurs » (Parker), ces ethnographes s’efforcent tous de restituer les Weltanschauungen indigènes, un thème de recherche privilégié dans Argonauts of the Western Pacific.

9Dans la deuxième partie, trois études illustrent le rôle crucial joué par les experts culturels autochtones dans la production des ethnographies. Le chapitre 4, par David Chidester, focalise l’attention sur le missionnaire anglican Henry Callaway (1817-1890), qui œuvra en Afrique du Sud de 1855 à 1886 et dont l’ouvrage The Religious System of the Amazulu (1868-1870), proposant une vaste collection de témoignages indigènes, fut pour la plupart rédigé par son assistant Mpengula Bande (†1874). Le chapitre 5, par Jeffrey P. Holman, rend compte de la collaboration entre l’ethnographe Elsdon Best (1856-1931) et le chef Tutakangahau (ca.1832-1907), son principal informateur Maori, dans les années 1895-1897, tandis que le chapitre 6, par Joanna C. Scherer, focalise l’attention sur le rapport de coopération entre Alice C. Fletcher (1838-1923) et Francis La Flesche (1857-1932), son collaborateur Omaha et co-auteur de la monographie The Omaha Tribe (1911). Finement analysées, ces expériences de recherche intensive, « collaborative » (p. 239) et multi-vocale (p. 179), attestent du rôle actif des experts autochtones et des femmes dans l’élaboration du savoir ethnographique, et montrent que l’enregistrement de corpora inscriptionum, recommandé par Malinowski, fut pratiqué depuis le XIXe siècle.

10Le lien colonialisme-ethnographie devient le thème dominant de la troisième partie d’Ethnographers before Malinwoski. Ses trois chapitres, consacrés aux recherches de John G. Bourke (1846-1896) auprès des Hopi de l’Arizona (chap. 7, par Ronald L. Grimes), du missionnaire catholique Henri Trilles (1866-1949) chez les Fang du Congo français (chap. 8, par André Mary), et du fonctionnaire colonial Robert S. Rattray (1881-1938) chez les Ashanti (actuel Ghana) (chap. 9, par Montgomery McFate), témoignent de la variabilité des attitudes et méthodes d’enquête adoptées en situation coloniale. Ces variations vont de l’approche violente, ethnocentriste et dérogatoire déployée par Bourke, qui ne pratiqua pas l’observation participante, à l’enquête intensive pour laquelle opta Rattray, qui lui permit de produire des descriptions minutieuses, marquées par une forte empathie, visant à faciliter le travail des administrateurs coloniaux tout autant qu’à défendre la culture Ashanti. Les recherches de Trilles occupent une position intermédiaire entre ces pôles, puisqu’elles se prolongent sur quinze ans (1893-1907) mais donnent lieu à des surinterprétations théologiques des représentations religieuses Fang.

11Les trois derniers chapitres d’Ethnographers before Malinowski, constituant sa quatrième partie, sont consacrés aux recherches de l’officier portugais Henrique de Carvalho (1843-1909) auprès des Lunda [Aruwund] et autres populations de l’« empire Lunda » (Afrique Centrale), pendant les années 1884-1887 (chap. 10, par Frederico Delgado Rosa) ; de Maria Czaplicka (1884-1921) en Sibérie, dans les années 1914-1915 (chap. 11, par Grażyna Kubica) ; des ethnographes allemands Karl von den Steinen (1855-1929), Konrad T. Preuss (1869-1938), Theodor Koch-Grünberg (1872-1924), Max Schmidt (1874-1950) et Fritz Krause (1881-1963), dans le bassin de l’Amazone (chap. 12, par Michael Kraus). Ces études montrent qu’avant 1922, l’observation d’une société particulière pouvait être pratiquée dans le cadre d’expéditions scientifiques et que ses résultats pouvaient être enregistrés sous forme de monographie ou de récit de voyage. Les études signées par Rosa, Kubica et Kraus permettent ainsi de remettre en cause non seulement les conceptions dichotomiques opposant l’enquête extensive et collective au fieldwork individuel intensif, mais aussi de prendre en compte des traditions ethnographiques exclues de l’historiographie anthropologique, telles que celle portugaise illustrée par Henrique de Carvalho, ou largement oubliées, telles que celle allemande. Kubica rend d’ailleurs visible l’observation féminine de l’altérité culturelle. Enfin, dans les derniers chapitres d’Ethnographers before Malinowski, la variabilité des positionnements idéologiques et politiques des ethnographes est subtilement restituée : si les recherches de Carvalho visent à promouvoir les desseins impérialistes du gouvernement portugais, son ethnographie s’avère résolument antiraciste (p. 339), reconnaît la pluralité des cultures (p. 345) et ambitionne de promouvoir l’humanisation de l’entreprise coloniale en dénonçant ses dérives violentes (p. 339-340). Les chercheurs allemands, quant à eux, se considéraient certes apolitiques mais, tout en exprimant leur sympathie pour les indigènes, ils n’en tenaient pas moins pour inévitable « l’expansion des races plus avancées » (von den Steinen, cité par Kraus, p. 419).

12Les études réunies par Rosa et Vermeulen nous offrent ainsi une vision complexe et polyphonique du développement de l’ethnographie, « qui ne fut inventée ni par une seule personne, ni par une seule école, ni par les représentants d’une seule nation » (p. 413). Pour son érudition, tout autant que pour les problématiques abordées et la finesse de ses analyses, Ethnographers before Malinowski s’avère une lecture incontournable, pour les historiens ainsi que pour les anthropologues, auxquels cet imposant volume aura prouvé l’intérêt de l’archive ethnographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Beatrice Di Brizio, « Frederico DELGADO ROSA and Han F. VERMEULEN (dir.), Ethnographers before Malinowski: Pioneers of Anthropological Fieldwork, 1870-1922 »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], mis en ligne le 11 avril 2023, consulté le 23 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/9510

Haut de page

Auteur

Maria Beatrice Di Brizio

London, EASA– History of Anthropology Network

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search