Navigation – Plan du site

AccueilNuméros62-1Comptes rendus de lectureMagali DELLA SUDDA, Les Nouvelles...

Comptes rendus de lecture

Magali DELLA SUDDA, Les Nouvelles Femmes de droite

Adrien Beauduin
p. 281-285
Référence(s) :

Magali DELLA SUDDA, 2022, Les Nouvelles Femmes de droite, Marseille, Hors d’atteinte, 280 p.

Texte intégral

1Dans son ouvrage Les Nouvelles Femmes de droite, la chercheuse Magali Della Sudda dresse un portrait des groupes féminins et des militantes de droite qui ont émergé en France dans les dix dernières années. Faisant un clin d’œil au classique de la littérature féministe états-unienne Right-Wing Women : The Politics of Domesticated Females (The Women’s Press, 1983) écrit par Andrea Dworkin, Della Sudda se penche sur la nouvelle génération de militantes françaises qui se distingue de ses prédecesseures par son rapport à l’égalité, sa sociologie et son mode d’action.

2Della Sudda définit ces nouvelles femmes de droite comme « des personnes de sexe féminin engagées dans des organisations ayant un projet politique conservateur ou restitutionniste opposé aux féministes contemporaines et aux politiques d’égalité de genre, adoptant des stratégies et des répertoires d’action variés. » (p. 34) Elle met en avant deux hypothèses pour expliquer l’émergence de cette nouvelle génération, la première liée au retour de la gauche au pouvoir et à ses politiques égalitaires, qui auraient réveillé les mouvements conservateurs et religieux, et la seconde fondée sur la crise écologique en cours, qui « confère une légitimité nouvelle à des argumentaires naturalistes ou essentialistes » (p. 42). En se basant sur ses observations de terrain, sur le matériel récolté par ses consœurs et confrères ainsi qu’sur une étude des nombreuses publications dans les médias traditionnels et sociaux à la fois par les groupes concernés et sur eux, l’autrice couvre une période allant des débuts du mouvement contre le mariage et la parenté homosexuelles « La manif pour tous » en 2012 jusqu’aux derniers développements de ces groupes et actrices politiques en 2021.

3Ainsi qu’elle l’explique dans son premier chapitre, le retour de la gauche au pouvoir en 2012 et son soutien à des mesures égalitaires pour les personnes de même sexe et les femmes provoquent une réaction des réseaux conservateurs et religieux. Cette mobilisation a pour effet de « décloisonner » des groupes aux idées et buts parfois bien différents et de les rassembler autour d’une opposition commune. Comme l’écrit Della Sudda, « ce mouvement social conservateur a eu des effets sur les alignements partisans en contribuant à redéfinir les clivages sur les politiques de genre, non seulement le mariage homosexuel, mais aussi les politiques d’égalité de genre » (p. 62). Conservateurs, catholiques intégristes et nationalistes aux tendances néo-païennes se retrouvent donc côte-à-côte dans la rue et développent de nouvelles pratiques militantes et des répertoires d’action où les femmes jouent un rôle important.

4Selon l’autrice, « La manif pour tous » et les mobilisations conservatrices sur les questions du genre ouvrent la porte à de nombreuses figures de proue féminines en produisant et légitimant des identités, des discours et des pratiques militantes plus ouvertes aux femmes. Que ce soit par besoin stratégique de présenter une figure paritaire, par rhétorique égalitaire sur les relations entre les sexes comme marqueur civilisationnel différenciant des cultures non-européennes, ou bien tout simplement du fait de la prépondérance du genre comme enjeu socio-politique, les militantes conservatrices gagnent en importance dans leur famille politique.

5Après ce premier chapitre introduisant le sujet avec la mobilisation de 2012-2013 comme point de départ, Della Sudda passe en revue chapitre par chapitre cinq groupes ou courants dans lesquels sont engagées ces nouvelles femmes de droite. Ce faisant, elle semble suivre une logique en crescendo, allant des plus classiques, nationalistes et traditionalistes, à l’instar des Caryatides, aux plus novatrices, écoféministes et conservatrices, en passant par le Front/Rassemblement national, les Identitaires et les Antigones. Si les Caryatides suivent – et se réclament de – l’héritage des ligues féminines des mouvements nationalistes français de la fin du XIXe et du début du XXe siècle, avec une forte adhérence aux valeurs catholiques traditionalistes et à l’époque pétainiste, les autres mouvements entretiennent des relations plus complexes avec la modernité, négociant les normes sociales plus égalitaires ainsi que le legs du féminisme. Pour chaque cas, Della Sudda décortique les façon dont ces différentes positions mènent à des identités, des structures et des modes d’action différemment genrés.

6Présenté dans le deuxième chapitre, le mouvement des Caryatides – une branche féminine de partis marginaux d’extrême-droite – est résolument catholique, traditionaliste et antiféministe. Il s’en suit que ses militantes adoptent un ultra-nationalisme conservateur classique et qu’elles assument une position subordonnée dans la hiérarchie genrée de ces partis. Ainsi, le travail militant est divisé selon la logique fortement genrée de la complémentarité des sexes qui confine les Caryatides aux tâches de reproduction du groupe. Malgré cette hiérarchie revendiquée, Della Sudda montre que le groupe n’est pas imperméable aux effets du temps et que les militantes ont tendance à élargir leurs champs d’action, bien que cela n’affecte pas cette hiérarchie.

7Dans le troisième chapitre, l’autrice utilise le concept du « fémonationalisme » développé par Sara Farris (In the Name of Women’s Rights : The Rise of Femonationalism, Duke University Press, 2017) pour rendre compte des changements opérés sur les questions de genre au Front/Rassemblement national sous la gouverne de Marine Le Pen depuis 2012. En alliant féminisme et nationalisme, Le Pen et les siens s’approprient une certaine rhétorique féministe pour marquer l’appartenance nationale et mieux en exclure certaines communautés, en premier lieu les musulmans et les immigrants non-européens. Si les campagnes contre l’immigration et l’Islam se font au nom des droits des femmes, le parti ne soutient pas de nouvelles mesures égalitaires. Ce féminisme blanc ou occidentaliste est revendiqué et porté dans la sphère publique, notamment sur Internet, par des activistes comme Solveig Mineo. Malgré le poids important du Rassemblement national dans les affaires françaises, ce chapitre ne compte malheureusement qu’une dizaine de pages.

8Le quatrième chapitre sur les militantes du mouvement des Identitaires plonge plus en profondeur dans les divergences et contradictions de ces militantes partagées entre libertarianisme et conservatisme. D’un côté, ces femmes souvent très jeunes revendiquent les avancées de leur époque sur les libertés individuelles gagnées par les femmes, qui seraient menacées par l’immigration non-européenne, mais d’un autre côté elles restent attachées à des valeurs conservatrices sur de nombreux sujets. La norme égalitaire s’impose tout de même jusqu’à un certain point, avec une mixité mise en avant par ce groupe ainsi qu’une participation des femmes aux actions, même les plus physiques. Le collectif Némésis issu de ce courant va jusqu’à se réclamer du féminisme et accuser les féministes contemporaines de trahir les femmes en refusant de dénoncer l’immigration.

9Dans le cinquième chapitre, Della Sudda explore le mouvement des Antigones, un groupe féminin rassemblant des femmes de différents horizons idéologiques autour d’un écoféminisme restitutionniste. Fortement opposées au féminisme contemporain qui serait incarné par le groupe Femen, les Antigones se démarquent aussi des Identitaires sur plusieurs aspects. Tout d’abord, au niveau de la stratégie, elles ne voient pas la rue comme leur terrain d’action, privilégiant plutôt les exercices intellectuels et les ateliers de développement personnel. Puis, au niveau de l’idéologie, les Antigones promeuvent un projet conservateur qui fait de la féminité un lieu de résistance incarné au capitalisme, à la sécularisation et à l’égalitarisme dans les relations entre les sexes. Ce courant adopte aussi l’écologie intégrale promue par le Vatican, qui dit vouloir protéger l’ensemble du vivant, y compris en s’opposant à l’avortement et à l’euthanasie. Pour les Antigones, cela s’affirme aussi dans le refus de la médecine contemporaine et des interventions biopolitiques de l’État.

10Dans le sixième et dernier chapitre, l’autrice va plus loin dans l’exploration du courant écoféministe conservateur rebaptisé « alterféminisme » ou « féminisme intégral » et porté dans l’espace public par certaines intellectuelles comme la philosophe Marianne Durano. Selon Della Sudda, la mobilisation contre les politiques d’égalité du gouvernement socialiste ainsi que la prise de conscience écologiste ont favorisé une matrice de pensée alliant conservatisme et écologisme dans la promotion d’un ordre sexué naturalisé. Cette matrice avance que l’ordre familial et reproductif naturel serait mis en danger par la société moderne et les interventions gouvernementales. Dépassant les arguments moraux, ce courant critique la technologie et la médecine pour mieux y opposer l’idée d’un féminisme intégral respectant la nature et le corps des femmes. Ces idées se traduisent pour certaines militantes dans le choix d’une vie sobre dans des communautés rurales autonomes.

11Dans son livre, Della Sudda dresse un portrait fort complet des courants, groupes et personnalités de l’extrême-droite française féminine. Elle réussit à mobiliser une foule de sources primaires et secondaires qui permettent aux lecteurs et lectrices d’aborder selon différents angles les idées, actions et stratégies des acteurs étudiés. Grâce à l’étude soigneuse de ces sujets, Della Sudda parvient à saisir et à expliquer toutes les nuances entre des groupes et des courants qu’un observateur moins aguerri aurait tendance à mettre dans le même panier. Il en ressort une analyse complète et complexe d’une scène politique qui ne cesse d’évoluer.

12Au travers de l’ouvrage, Della Sudda fait aussi un usage juste et polyvalent du genre comme outil d’analyse pour comprendre la place et le rôle des femmes militantes dans ces mobilisations. Comme elle l’explique, elle utilise le genre de trois manières différentes : tout d’abord comme un système de formation d’identités collectives et subjectives ; puis comme une catégorie qui structure les groupes comme les mouvements sociaux ; et enfin comme un thème traité dans les projets politiques. Grâce à cette approche, Della Sudda livre une riche analyse des différentes façons dont le genre façonne les identités, les structures et les idées, et de l’impact que cela a sur le militantisme féminin.

13L’un des principaux enjeux du livre réside dans la conceptualisation de son sujet, puisque l’idée de la droite telle qu’introduite au début du livre ne correspond pas tout à fait au choix des militantes et groupes étudiés. Ainsi, le livre se penche plus précisément sur la droite radicale et l’extrême-droite, selon la taxonomie de Cas Mudde (Populist Radical Right Parties in Europe, Cambridge University Press, 2007), c’est-à-dire sur des groupes et actrices politiques dont les projets ne se limitent pas à une critique des politiques égalitaristes, mais qui promeuvent aussi des visions sexistes, racistes et parfois même anti-démocratiques. Les affiliations partisanes des militantes étudiées, quand elles sont connues, sont bien ancrées à droite de la droite établie, c’est-à-dire du côté du Rassemblement national ou de partis encore plus radicaux. Il aurait été intéressant d’avoir plus de clarté sur le choix des militantes étudiées et sur leurs relations avec la droite établie.

14Une autre réserve plus mineure touche la méthodologie. Si l’autrice parle d’un travail de terrain sociologique dans son introduction, sa présence comme chercheuse n’est ni problématisée ni réellement rendue visible. Il en ressort une certaine confusion entre ce qui a été directement observé, ce qui ressort de sources médiatiques et ce qui provient du terrain d’autres chercheuses et chercheurs. La sociologie de l’extrême-droite étant en plein essor, il aurait été intéressant que Della Sudda se positionne dans les débats en cours, animés entre autres par Daniel Bizeul en France (Avec ceux du FN, La Découverte, 2003), ou encore Matthew J. Goodwin (« The Rise and Faults of the Internalist Perspective in Extreme Right Studies », 2006, Representation, 42-4, p. 347-364) et Kathleen M. Blee (« Ethnographies of the Far Right », Journal of Contemporary Ethnography, 2007, 36-2, p. 119-128) dans le milieu anglo-saxon.

15Finalement, l’usage des sources soulève certaines questions. Si les sources françaises sont largement citées et montrent une grande maîtrise du sujet pour le territoire choisi, l’ouvrage ne dialogue malheureusement pas avec toute la production académique sur le sujet à un niveau international. Tout d’abord, le contexte international est lui-même peu ou pas abordé, en dépit du fait que des groupes comme les Identitaires ont une dimension internationale, et les résultats ne sont que rarement comparés aux développements dans d’autres pays. Ainsi, si certaines sources états-uniennes sont citées pour dresser des parallèles avec les États-Unis, les travaux européens sont peu cités.

16L’ouvrage n’en est pas moins essentiel pour la compréhension de la droite radicale contemporaine en France et de la place des militantes en son sein. Malgré le caractère marginal de plusieurs de ces groupes et actrices politiques, la dernière décennie analysée dans ce livre montre bien à quel point leurs idées et modes d’action ont réussi à se frayer un passage des marges vers le centre, opérant un réagencement de l’espace politique et normalisant certains points de vue. Le travail de Della Sudda fournit à cet égard plusieurs clés permettant de mieux comprendre l’ascension du Rassemblement national et de son idéologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adrien Beauduin, « Magali DELLA SUDDA, Les Nouvelles Femmes de droite »Revue européenne des sciences sociales, 62-1 | 2024, 281-285.

Référence électronique

Adrien Beauduin, « Magali DELLA SUDDA, Les Nouvelles Femmes de droite »Revue européenne des sciences sociales [En ligne], 62-1 | 2024, mis en ligne le 21 avril 2023, consulté le 27 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/ress/9531 ; DOI : https://doi.org/10.4000/jwtu

Haut de page

Auteur

Adrien Beauduin

Vienne, Université d’Europe centrale — Prague, Centre français de recherche en sciences sociales (CEFRES, UAR 3138 CNRS-MEAE)

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search