Navigation – Plan du site
Libres propos

Hommage à Louis Joinet

François Roux

Résumés

Hommage à Louis Joinet : ce discours a été prononcé à l'occasion de la remise des Prix de thèse Varenne 2019, organisée par l'Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie, dont le sous-titre est désormais Institut Louis Joinet (Présidence de l’Assemblée Nationale, 2 décembre 2019).

Haut de page

Indexation

Mots-clés:

Louis Joinet

Keywords:

Louis Joinet
Haut de page

Texte intégral

1Paris 2 Décembre 2019

2Institut Francophone pour la Justice et la Démocratie

3Nous étions dans les années 1978-1979. J’étais, avec Jean Jacques de Félice, l’avocat des paysans du Larzac. L’un d’entre eux m’appelle. « Allo François ? C’est Guy. Je t’envoie quelqu’un qu’il faut que tu rencontres. »

4Une heure et demie après Louis Joinet était dans mon cabinet.

5Nous nous sommes mis au travail sur le dossier Larzac qui se confrontait alors aux procédures d’expropriation et à tous les recours juridiques que nous avions mis en place… et multiplié pour noyer le Ministère de la Défense sous des milliers de dossiers.

6On connaît la suite. L’annulation par le Conseil d’Etat de la procédure qui laisse alors le champ libre au politique, en l’espèce François Mitterand nouvellement élu, de reprendre la main sur le dossier. Et c’est Louis Joinet fraichement nommé comme Conseiller juridique du Premier Ministre qui sera chargé de détricoter tout ce qui avait été entrepris par l’ancien gouvernement, afin de rendre le Larzac aux Paysans.

7Combien de réunions alors, à Matignon, à l'Elysée, mais aussi au Ministère de La Défense où lors d’un déplacement avec les paysans et les élus aveyronnais nous entendons un conseiller nous expliquer sûr de lui « Quand Monsieur Mitterrand était candidat il n'avait pas tous les éléments en main. Maintenant qu'il est Président il a accès aux dossiers « Confidentiel Défense » et sa position sur le camp du Larzac ne peut être que différente ».

8Nous comprenons que l'heure est grave.

9Nul doute que le rôle de Louis Joinet dans les arcanes du pouvoir aura été déterminant pour empêcher toute remise en question par la haute administration des promesses du candidat.

10Il lui faudra ensuite toute sa patience, son habileté, son intelligence de la situation, pour que le Larzac redevienne terre agricole, confiée à la toute nouvelle Société Civile des Terres du Larzac à la création de laquelle il contribuera avec un certain… José Bové, déjà. Dans le même temps, avec la même énergie, la même conviction, il présidera à Matignon plusieurs réunions avec les hautes autorités militaires, auxquelles nous participerons avec Jean Jacques de Félice, pour mettre un terme aux poursuites contre les renvoyeurs de livrets militaires en soutien à la lutte du Larzac, et préparer une nouvelle Loi sur l'objection de conscience.

11Je garde le souvenir très précis de ces rendez-vous que nous donnait Louis au café à l'angle de la rue de Varenne en amont des réunions plénières, afin de trouver des solutions concrètes à toutes les difficultés qui ne manquaient pas de se présenter.

12La SCTL a été mise en place, la Loi sur l'objection de conscience a été votée, et Louis a poursuivi son travail sur bien d'autres dossiers, particulièrement avec Jean Jacques de Félice et Marie-Christine Etelin sur le droit au logement, les basques, les italiens, etc., etc.

13En parallèle je retrouvais souvent Louis à Genève dans ses fonctions d’expert des Nations Unies. Il est notamment à l’origine des « Principes Joinet contre l’impunité » qui sont devenus l’un des fondements du droit pénal international moderne et des Tribunaux Pénaux Internationaux. Dans le même temps Louis était toujours très respectueux des droits de la défense et du droit fondamental de toute personne, même accusée des pires crimes, à un procès équitable. L’apport de Louis est immense auprès de tous les Organes des Nations Unies chargés de la protection des Droits de l’Homme, des disparitions forcées, des exécutions extra-judiciaires etc., etc. Louis a particulièrement travaillé sur l’Amérique Latine, mais également sur bien d’autres pays et régions du monde encore, qu’il a sillonnés en sa qualité d’expert.

14Quand la gauche revient au pouvoir en Mai 1988 il est de retour à Matignon et très vite il est en charge du dossier calédonien.

15Nous venions de vivre le drame d'Ouvéa, les 4 gendarmes tués, l’assaut contre la grotte, les 22 militants kanaks tués. Puis la Mission Dialogue initiée par Michel Rocard et la venue à Paris des deux délégations : indépendantiste et loyaliste.

16Nous nous souvenons de Jean Marie Tjibaou venant au Larzac en ce mois de Juin 1988, voulant faire une pause au milieu des difficiles négociations de ce qui allait être « Les Accords de Matignon ». Il m'avait téléphoné : « J'ai besoin de venir en brousse, peux-tu me prendre à l'aéroport et me monter au Plateau » ? Pendant toute la route il m'a parlé, parlé. Il en avait besoin. Il était si soulagé de retrouver ses amis du Plateau, pendant ces heures tellement décisives pour son pays. Il disait « ici je me sens bien, la terre respire ».

17Il y a eu ensuite la poignée de main, les Accords signés et un retour difficile pour lui en Calédonie. Il m'a amené avec lui dans les tribus pour tenter d'expliquer les Accords à la population qui ne cachait pas son scepticisme.

18Quelques semaines plus tard, au mois d’Août, Jean Marie Tjibaou est de retour à Paris pour les Accords dits de la rue Oudinot où doivent être mises en place les mesures techniques d'accompagnement des Accords Matignon. Je l’accompagne.

19Jacques Lafleur, en difficulté avec ses troupes n'a pas fait le déplacement.

20Jean Marie Tjibaou est inquiet. Les réactions dans son camp ne sont pas meilleures. La situation des prisonniers d'Ouvéa, alors en prison dans la région parisienne, dont Djubelly Wea, qui sera son assassin un an plus tard, est au cœur des discussions.

21Nous nous retrouvons dans le Bureau de Louis Le Pensec, Ministre des Outre Mers.

22Jean Marie lui dit « si ce soir le sort des prisonniers d'Ouvéa n'est pas réglé par une amnistie dans le cadre des Accords, je reprends l'avion ». Louis Joinet est là, toujours présent.

23Le Ministre nous prend à part tous les deux. « Vous êtes juristes. Débrouillez-vous. Je veux une solution ce soir pour la libération des prisonniers ».

24Ce sera une folle journée. Avec Louis nous ferons le tour des Ministères, à commencer par celui de la Justice, pour proposer des solutions juridiques et techniques dans la future Loi référendaire, afin de trouver une solution politique qui convienne à tous.

25La nuit sera longue pour imposer cette solution dans le « package » de l'ensemble des mesures mais au petit matin un accord global sera trouvé et je suis reparti avec Jean Marie en Calédonie pour, toujours en contact avec Louis, préparer le terrain pour qu'au mois de Décembre suivant tous les prisonniers d'Ouvéa retrouvent leur île conformément au référendum qui sera adopté en intégrant ces dispositions.

26Le jour même de leur libération des prisons parisiennes l'extrême droite s'excite en France contre la libération de ces "terroristes". Je suis à Ouvéa pour les attendre. Louis parvient à me joindre (il n'y avait pas de portables à l'époque et Louis était toujours impressionné par le professionnalisme des standardistes de Matignon qui leur permettait, dans l’heure, de trouver ses correspondants où qu’ils se trouvent) : " François, fais en sorte qu'il n'y ait pas de triomphalisme lors de l'arrivée des ex- détenus à Ouvéa, ce serait très mal vécu ici". Bien reçu Louis. Mais nous ignorions tous les deux le poids de la souffrance qui allait s'exprimer. Au lieu de triomphalisme, les images des nombreuses caméras de télévisions présentes témoignent en direct des cris et pleurs de souffrance des ex- détenus retrouvant leur île qu'ils avaient quitté enchaînés quelques mois plus tôt après l'assaut contre la grotte, laissant à terre 22 de leurs camarades. Un continuum de larmes et de cris, par une nuit de pleine lune qui ajoute à l’intensité du moment, jusqu'à la tombe de leurs frères, et l'accueil, dans la douleur partagée, par toutes les tribus de l’île rassemblées dans un immense cercle.

27C’est dans ce même cercle hélas que quelques mois plus tard - lors des cérémonies de levée de deuil -, Jean Marie Tjibaou et Yeiwené Yeiwené seront assassinés par Djubelly Wea.

28Nous ne nous sommes plus quittés avec Louis pendant toutes les années qui ont suivi. Nous partagions nos travaux, nos espoirs comme nos déceptions, notamment sur la Justice Pénale Internationale. Nous étions tous deux des amis très proches de Stéphane Hessel, et son épouse Christiane est aujourd’hui avec nous par la pensée pour cet hommage.

29En Mars 2011 il était évidemment présent avec son accordéon à mon anniversaire des 60 ans où nous avions réunis à l’Institut du Monde Arabe 60 amis dont Marie Claude Tjibaou, Stéphane et Christiane Hessel, Jacques Maury, Miguel Angel Estrella, Martine Anstet et François Vaillant. Il nous a joué son « Tango de l’ONU ».

30En 2014 Louis s’est associé, avec Théo van Boven et d’autres au Comité organisateur que nous avions créé à La Haye pour accueillir l’Orchestre pour la Paix créé par Miguel Angel Estrella. Un très grand moment au Palais de la Paix à la Haye et à l’Unesco à Paris.

31Cette même année Louis nous a fait le cadeau d’une visite d’amitié à La Haye où nous résidions avec Evelyne dans le cadre de mon mandat au Tribunal Spécial pour le Liban. Il a visité avec bonheur la bien nommée et si jolie, Cité de la Paix. Ce furent de beaux moments fraternels. Il était heureux, détendu. Je garde précieusement le souvenir de son visage rayonnant, s’enthousiasmant de cet orgue de barbarie qui tous les samedis enchante les rues de la Haye. « François, ça me rappelle ma jeunesse, c’est magnifique ! ».

32Louis nous laisse orphelins, mais sans cet homme de conviction, aussi discret qu'efficace ni le Larzac, ni la Calédonie, ni bien d’autres lieux et combats dans le monde, n'auraient aujourd'hui le même visage.

33C'était Louis. « Un certain Monsieur Joinet », un épris de justice.

34Au Larzac nous disons : « Gardarem Louis Joinet »

**

35A lire : Mes raisons d’Etat. Mémoires d’un épris de justice. La Découverte.

36A voir ou revoir : Un certain Monsieur Joinet un documentaire de Frantz Vaillant

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Roux, « Hommage à Louis Joinet »
La Revue des droits de l’homme [En ligne], 17 | 2020,
mis en ligne le 09 janvier 2020,
consulté le 24 février 2020.
URL : http://journals.openedition.org/revdh/7711 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revdh.7711

Haut de page

Auteur

François Roux

François Roux est avocat.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux
  • OpenEdition Journals