Navigation – Plan du site

AccueilLettres ADLActualités Droits-Libertés2011Octobre Arrêts signalés

2011
Octobre

 Arrêts signalés

COUR EUROPÉENNE DES DROITS DE L’HOMME 
Nicolas Hervieu

Texte intégral

1°/- Pas de peine sans loi (Art. 7 CEDH) : prévisibilité de la législation française sur le délit d’initié et regard conventionnel sur la conformité du droit national au droit de l’Union européenne 

1     La condamnation pénale – devenue définitive en 2006 – du célèbre financier Georges Soros pour délit d’initié au titre de faits survenus en 1988 et l’infliction d’une amende de près d’un million d’euros n’emportent pas violation par la France de l’article 7 (pas de peine sans loi). Cette solution de la Cour européenne des droits de l’homme n’allait guère de soi, comme en témoigne d’ailleurs l’infime majorité – quatre voix contre trois – qui s’est dégagée en ce sens. La question centrale soulevée dans ce contentieux était de savoir si « le texte de la disposition légale litigieuse [qui définissait l’infraction de délit d’initié – essentiellement l’article 10-1 de l’ordonnance no 67-833 du 28 septembre 1967, devenu Art. L 465-1 du code monétaire et financier], lu à la lumière de la jurisprudence interprétative dont il s’accompagne, pouvait, à l’époque des faits, passer pour prévisible » (§ 54). En l’espèce, le respect de cette exigence de prévisibilité de la législation pénale (§ 50-53) ne semblait pas très assuré. Au moment des faits, non seulement des doutes existaient quant à l’applicabilité de ce délit d’initié aux personnes dépourvues, à l’image du requérant, de « lien professionnel avec la société convoitée » (§ 57). Mais au surplus, ces doutes étaient confortés par d’autres indices : d’abord, une délibération de feue la « Commission des opérations de bourse » (COB – devenue « Autorité des marchés financiers ») notait en 1989 que le texte litigieux « ne permet[tait] pas, à ses yeux, de tracer, avec certitude, une frontière précise entre le licite et l’illicite » (§ 14) ; ensuite, des textes français et européens ont été ultérieurement édictés dans le but avoué de préciser la définition du délit d’initié (§ 17-19). 

2     Néanmoins, les juges européens majoritaires ont préféré opter pour une lecture manifestement très – voire trop – souple du principe de légalité des délits et des peines. Si la Cour admet qu’il n’existait pas en 1988 de précédents jurisprudentiels portant sur « des situations analogues à » celle du requérant, elle estime toutefois qu’ « une interprétation raisonnable de [la] jurisprudence » relative à d’autres « situations suffisamment proches […] permet[tait à l’intéressé] de savoir, ou à tout le moins de se douter, que son comportement était répréhensible » (§ 57). Pour parvenir à cette conclusion, la Cour s’attache tout particulièrement au profil de George Soros, un « “investisseur institutionnel“, familier du monde des affaires et habitué à être contacté pour participer à des projets financiers de grande envergure » qui, à ce titre et « compte tenu de son statut et de son expérience, […] ne pouvait ignorer que sa décision d’investir dans les titres de la banque S. pouvait le faire tomber sous le coup du délit d’initié prévu par l’article 10-1 précité. Ainsi, sachant qu’il n’existait aucun précédent comparable, il aurait dû faire preuve d’une prudence accrue lorsqu’il a décidé d’investir sur les titres de la banque » (§ 59).

3     Cette analyse et le refus de condamner la France (§ 62) sont vertement critiqués par les juges Villiger, Yudkivska et Nussberger. Dans leur opinion dissidente commune, ils rappellent que « l’interprétation stricte d’une règle pénale a pour effet que, lorsqu’un terme équivoque ou une phrase ambiguë fait naître un doute raisonnable quant à sa signification, c’est le sujet qui doit en bénéficier et non le législateur qui ne s’est pas exprimé clairement ». Par ailleurs, il est possible de s’étonner de la manière pour le moins expéditive avec laquelle la majorité a écarté un autre pan de la requête sur le même terrain de l’article 7. Le requérant faisait en effet valoir qu’une directive communautaire de 1989 avait « clarifi[é] [l]es éléments constitutifs » de l’infraction en cause. Surtout, il avançait que « ce texte lui était plus favorable » (§ 64). Ainsi, sans l’indiquer explicitement, le requérant semble faire appel à la rétroactivité in mitius qui – par exception au principe de non-rétroactivité en matière pénale – permet l’application immédiate de la loi pénale plus douce et a été récemment consacrée à Strasbourg à la faveur d’un revirement de jurisprudence (Cour EDH, G.C. 17 septembre 2009, Scoppola c. Italie (N° 2),  Req. n° 10249/03 – ADL du 17 septembre 2009 ; v. aussi Art. 112-1 du Code pénal français). Sous cet angle, il aurait donc pu être reproché aux juridictions pénales internes de n’avoir pas, dans le cadre du contrôle de conventionalité de la loi française, écarté ou ajusté cette dernière à la lueur du droit communautaire plus favorable. Toutefois – et indépendamment de la pertinence de cette argumentation au fond – en examinant l’affaire via la rétroactivité in mitiusla Cour aurait indubitablement progressé en terrain miné. Ce faisant, en effet, elle aurait été amenée à se faire juge de la conformité du droit français au droit communautaire (devenu droit de l’Union européenne), ou – plus précisément – aurait in fine “contrôlé le contrôle“ de conventionalité réalisé par le juge interne au regard du droit communautaire. A cet égard, l’argumentation du gouvernement français est révélatrice de cet enjeu puisque ce dernier a tenu à affirmer que « le contrôle de la conformité du droit national au droit communautaire ne relève pas de la compétence de la Cour » (§ 67). Avec une prudence certaine, la Cour préfère esquiver la question et se borne donc à souligner qu’« en tout état de cause la législation interne était, en elle-même, suffisamment prévisible » (§ 70). Mais cette conclusion lapidaire n’est pas sans laisser un goût d’inachevé. Un renvoi en Grande Chambre de cette affaire (Art. 43) permettra peut-être d’approfondir cette voie, aussi sensible soit-elle. 

*

4Cour EDH, 5e Sect. 6 octobre 2011, Soros c. France, Req. n° 50425/06 (Communiqué de presse)

5Jurisprudence liée :

6- Sur le principe de légalité des délits et des peines : Cour EDH, 5e Sect. Déc. 21 juin 2011, Polednovác. République Tchèque, Req. n° 2615/10 – ADL du 7 juillet 2011 ; Cour EDH, 5e Sect. 14 avril 2011, Jendrowiak c. Allemagne, Req. n° 30060/04 – ADL du 14 avril 2011 ;  Cour EDH, Dec. 6 juillet 2010, Van Anraat c. Pays-Bas, Req. n° 65389/09 – ADL du 27 juillet 2010 ; Cour EDH, G.C. 17 mai 2010, Kononov c. Lettonie, Req. n° 36376/04 – ADL du 18 mai 2010 ; Cour EDH, 5e Sect. 17 décembre 2009, M. c. Allemagne, Req. n° 19359/04 – ADL du 23 décembre 2009 ; Cour EDH, G.C. 17 septembre 2009, Scoppola c. Italie (N° 2),  Req. n° 10249/03 – ADL du 17 septembre 2009 ; Cour EDH, G.C. 19 septembre 2008, Korbely c. Hongrie, Req. n° 9174/02 – ADL du 23 septembre 2008 (2).

7- Sur le principe de sécurité juridique : Cour EDH, 2e Sect. 26 juillet 2011, T.Ç. et H.Ç. c. Turquie, Req. n° 34805/06 – ADL du 2 août 2011 ; Cour EDH, 5e Sect. 21 juillet 2011, Fabris c. France, Req. n° 16574/08 – ADL du 22 juillet 2011 ; Cour EDH, G.C. 7 juillet 2011, Bayatyan c. Arménie, Req. n° 23459/03 – ADL du 10 juillet 2011 ; Cour EDH, 5e Sect. 9 juin 2011, Mork c. Allemagne et Schmitz c. Allemagne, Resp. Req. n° 31047/04 et 43386/08 Req. n° 30493/04 – ADL du 10 juin 2011 ; Cour EDH, 5e Sect. 14 janvier 2010, Atanasovski c. l’ancienne République Yougoslave de Macédoine, Req. n° 36815/03 – ADL du 15 janvier 2010.

8- Sur l’applicabilité des exigences conventionnelles au système de l’Union européenne : Cour EDH, 2e Sect. 20 septembre 2011, Ullens De Schooten et Rezabek c. Belgique, Req. nos 3989/07 et 38353/07 – ADL du 20 septembre 2011 ; Cour EDH, G.C. 21 janvier 2011, M.S.S. c. Belgique et Grèce, Req. n° 30696/09 – ADL du 21 janvier 2011 (2) ; Cour EDH, 5e Sect. 23 septembre 2010, Obst c. Allemagne et Schüth c. AllemagneResp. Req. n425/03 et n1620/03 – ADL du 26 septembre 2010 ; Cour EDH, G.C. 30 juin 2005, Bosphorus c. Irlande, Req. n° 45036/98 ; Cour EDH, G.C. 10 février 1999, Matthews c. Royaume-Uni, Req. n°24833/94 (sur l’articulation avec le système onusien, comp. Cour EDH, G.C. Sect. 7 juillet 2011, Al-Jedda c. Royaume-Uni, Req. n° 27021/08 – ADL du 10 juillet 2011).

9Pour citer ce document : 

10Nicolas Hervieu, « Prévisibilité de la législation française sur le délit d’initié », in Lettre « Actualités Droits-Libertés » du CREDOF, 6 octobre 2011.

2°/- Liberté d’expression (Art. 10 CEDH) : Liberté d’expression syndicale et critique d’un élu local

11     Les poursuites pénales pour diffamation initiées contre le « président et [le] secrétaire général de l’Union syndicale professionnelle des policiers municipaux (USPPM) » par le maire de Vendays-Montalivet (département de la Gironde) et leur condamnation – chacun et notamment – à une amende de 1 000 euros violent la liberté d’_expression_ (Art. 10)Cette condamnation de la France par la Cour européenne des droits de l’homme dépasse cependant, et en substance, le seul terrain de l’article 10. En effet, les juges européens estiment « qu’il y a lieu de tenir compte du fait que les déclarations des requérants ont été tenues en leur qualité de responsables d’un syndicat, en rapport avec la situation professionnelle de l’un de ses membres » et que « l’article 10 constitue l’un des principaux moyens permettant d’assurer la jouissance effective du droit à la liberté de réunion et d’association consacré par l’article 11 […]. Ceci vaut particulièrement dans le domaine syndical » (§ 32). La particularité des circonstances contentieuses n’est donc pas ignorée puisqu’il est souligné que « si les propos des requérants ne relèvent pas de la critique générale d’une politique municipale, il s’agit de la mise en cause par les représentants d’un syndicat du rôle d’un élu en sa qualité d’employeur. A ce titre, ils répondent à l’intérêt légitime du public pour la gestion des collectivités publiques et le fonctionnement des services qui leur sont rattachés » (§ 36) et « trouvent leur place dans un débat d’intérêt public, domaine dans lequel la Convention ne laisse guère de place à des restrictions au droit à la liberté d’expression » (§ 37).

12     A l’heure de se prononcer sur la question de savoir si les requérants ont en l’espèce franchi « les limites de la critique admissible » (§ 37), la Cour répond par la négative et, pour ce faire, met en exergue plusieurs éléments qui – fort classiquement – accroissent l’intensité de la protection de la liberté d’expressionPremièrement, les propos litigieux visaient l’action d’un maire « dans le cadre de ses fonctions », sachant que « les limites de la critique admissible sont plus larges à l’égard d’un homme politique, visé en cette qualité, que d’un simple particulier » (§ 38). Deuxièmement, même non « exempts d’une certaine virulence, [ces propos] s’inscrivent pleinement dans le contexte d’un débat local présentant une réelle vivacité » (§ 39). Or, dans le cadre d’« un débat public », « l’invective politique déborde souvent sur le plan personnel : ce sont là les aléas du jeu politique et du libre débat d’idées, garants d’une société démocratique » (§ 39). Troisièmement, les motifs justifiant la condamnation litigieuse par les juridictions pénales françaises sont perçus comme insuffisants, notamment parce que lesdites juridictions n’ont pas adéquatement « replac[é] les propos tenus par les requérants dans le contexte de la polémique véhémente qui les opposait au maire » (§ 41). Quatrièmement, « la nature et la lourdeur des peines infligées » les confinent à la disproportion (§ 43), ce qui scelle donc le sort de la France, ainsi condamnée au titre de la liberté d’_expression_ (§ 45 – v. contra l’opinion dissidente du juge Villiger).

13     A la lecture de cet arrêt, il est possible de remarquer que, contrairement à un récent arrêt (Cour EDH, 2e Sect. 27 septembre 2011, Sisman et autres c. Turquie, Req. n° 1305/05 – ADL du 28 septembre 2011), la Cour a ici pris la peine de faire une discrète référence à un important et récent précédent en matière de liberté d’expression syndicale (Cour EDH, G.C. 12 septembre 2011, Palomo Sánchez et autres c. Espagne, Req. n° 28955/06 et s. – ADL du 14 septembre 2011). Pour conclure notamment que « les expressions utilisées par les requérants [ne] relève[aien]t [pas] d’une animosité personnelle manifeste, [mais] s’inscriva[i]t au contraire dans les limites de la critique admissible s’agissant de représentants syndicaux engagés dans un débat d’intérêt général » (§ 42), la juridiction strasbourgeoise souligne ainsi que « les propos litigieux n’ont pas revêtu un caractère vexatoire et blessant qui aurait excédé les limites convenables de la polémique syndicale (voir, a contrario, Palomo Sanchez et autres c. Espagne [GC], nos 28955/06, […] , § 67, 12 septembre 2011). » (§ 39).

*

14Cour EDH, 5e Sect. 6 octobre 2011, Vellutini et Michel c. France, Req. n° 32820/09 (Communiqué de presse)

15Jurisprudence liée : 

16- Sur la liberté de critiquer des élus et des personnages politiques – notamment au niveau local – : Cour EDH, 3e Sect. 15 mars 2011, Otegi Mondragon c. EspagneReq. no 2034/07 – ADL du 16 mars 2011 ; Cour EDH, 2e Sect. 11 janvier 2011, Barata Monteiro Da Costa Nogueira et Patrício Pereira c. Portugal, Req. n° 4035/08 – ADL du 14 janvier 2011 ; Cour EDH, 3e Sect. 1erjuin 2010, Gutiérrez Suárez c. Espagne, Req. n° 16023/07 – ADL du 4 juin 2010 ; Cour EDH, 1e Sect. 22 avril 2010, Fatullayev c. Azerbaïdjan, Req. n° 40984/07 – ADL du 26 avril 2010 ; Cour EDH, 3e Sect. 20 avril 2010, Cârlan c. Roumanie, Req. n° 34828/02 – ADL du 20 avril 2010 ; Cour EDH, 5e Sect. 25 février 2010, Renaud c. France, Req. n° 13290/07 – ADL du 25 février 2010 ; Cour EDH, 4e Sect. 2 février 2010, Kubaszewski c. Pologne, Req. n° 571/04 – ADL du 3 février 2010 ; Cour EDH, 2e Sect. 19 janvier 2010, Laranjeira Marques Da Silva c. Portugal, Req. n° 16983/06 – ADL du 20 janvier 2010.

17- Sur la liberté d’expression syndicale : Cour EDH, 2e Sect. 27 septembre 2011, Sisman et autres c. Turquie, Req. n° 1305/05 – ADL du 28 septembre 2011 ; Cour EDH, G.C. 12 septembre 2011, Palomo Sánchez et autres c. Espagne, Req. n° 28955/06 et s. – ADL du 14 septembre 2011 ; Cour EDH, 2e Sect. 20 octobre 2009, Lombardi Vallauri c. Italie, Req. n° 39128/05 – ADL du 22 octobre 2009 ; Cour EDH, 5e Sect. 5 mars 2009, Barraco c. France, Req. no 31684/05 – ADL du 7 mars 2009.

18- Sur la liberté syndicale en général : Cour EDH, 3e Sect. 21 avril 2009, Enerji Yapi-Yol Sen c. Turquie, Req. n° 68959/01 – ADL23 avril 2009 ; Cour EDH, G.C. 12 novembre 2008, Demir et Baykara c. Turquie, Req. n° 34503/97 – ADL du 14 novembre 2008.

19- Sur la liberté d’expression en général : Cour EDH, 5e Sect. Déc. 7 juin 2011, Bruno Gollnisch c. France, Req. n° 48135/08 – ADL du 24 juillet 2011 ; Cour EDH, 4e Sect. 10 mai 2011, Mosley c. Royaume-Uni, Req. 48009/08 – ADL du 11 mai 2011 ; Cour EDH, 4e Sect. 19 avril 2011, Bozhkov c. Bulgarie et Kasabova c. Bulgarie, Resp. Req. n° 3316/04 et 22385/03 – ADL du 22 avril 2011 ; Cour EDH, Dec. 5e Sect. 22 février 2011, Association Nouvelle des Boulogne Boys c. France, Req. no 6468/09 – ADL du 7 mars 2011 ; Cour EDH, G.C. 14 septembre 2010, Sanoma Uitgevers B.V. c. Pays-Bas, Req. n° 38224/03 – ADL du 14 septembre 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Hervieu, «  Arrêts signalés »La Revue des droits de l’homme [En ligne], Actualités Droits-Libertés, mis en ligne le 06 octobre 2011, consulté le 21 octobre 2020. URL : http://journals.openedition.org/revdh/9486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/revdh.9486

Haut de page

Auteur

Nicolas Hervieu

Du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université Paris Nanterre
  • Logo Centre de recherches et d’études sur les droits fondamentaux
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search