Navigation – Plan du site

Présentation

La Revue des Sciences Sociales est une revue généraliste qui convoque différentes disciplines (sociologie, ethnologie, démographie, parfois histoire ou philosophie) autour d’un thème de société.  Éditée à Strasbourg depuis 1972, la revue exprime une communauté d'approches dessinées par cet ancrage : carrefour de cultures, savoirs et mémoires, mais également pays frontalier et européen, marqué par les conflits et les recompositions. Cette histoire intellectuelle, souvent engagée, résonne avec les défis du monde contemporain. À partir de recherches méthodologiquement solides, la revue se propose d’interroger les représentations, d’analyser les pratiques, de décloisonner les savoirs, de valoriser les différents langages des sciences sociales, dont l’image. La réception des auteurs allemands et l’influence de la sociologie compréhensive, l’amènent à rendre compte du caractère complexe et multiple de l’expérience et à penser la place du sujet dans l'intelligence du social.

Dernier numéro en ligne
61 | 2019
Dissidences alimentaires

Dédié à Tomi Ungerer, ce numéro de la Revue des sciences sociales est consacré aux dissidences alimentaires. Parmi les nombreux thèmes que le dessinateur a illustrés dans sa carrière prolifique figure en bonne place celui de l’alimentation. Il l’a abordé tant dans ses livres pour enfants, dont Le Géant de Zeralda est l’exemple le plus marquant, que dans le reste de sa production graphique. Ce n’est certes pas un hasard s’il s’y est intéressé. En effet, éduqué dans une famille protestante rigoriste, il considérait l’art de manger comme un véritable acte de libération.
S’il le traite parfois sur le mode rabelaisien, Tomi Ungerer se sert également du sujet comme support satirique pour dénoncer les abus et les dérives de la société. C’est le cas des dessins-collages qui illustrent ce numéro : drolatiques, ils enchevêtrent dans un esprit surréalisant des éléments humains, animaux et inanimés. La plupart d’entre eux, destinés à des publicités américaines, ont été aisément détournés de leur fonction initiale pour être publiés dans un recueil de dessins d’humour intitulé
Horrible, et paru à New York en 1959.
En 2019, ils surgissent une nouvelle fois hors de leur contexte et tantôt décalés, tantôt en phase, ils font à présent écho aux remises en cause des normes et pratiques alimentaires.
C’est le destin des illustrations que de vivre plusieurs vies.



Thérèse Willer
Conservatrice en chef du Musée Tomi Ungerer-Centre international de l’Illustration

  • Logo DynamE - Dynamiques Européennes
  • Logo Presses universitaires de Strasbourg
  • OpenEdition Journals