Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

La Revue des Sciences Sociales est une revue généraliste qui convoque différentes disciplines (sociologie, ethnologie, démographie, parfois histoire ou philosophie) autour d’un thème de société.  Éditée à Strasbourg depuis 1972, la revue exprime une communauté d'approches dessinées par cet ancrage : carrefour de cultures, savoirs et mémoires, mais également pays frontalier et européen, marqué par les conflits et les recompositions. Cette histoire intellectuelle, souvent engagée, résonne avec les défis du monde contemporain. À partir de recherches méthodologiquement solides, la revue se propose d’interroger les représentations, d’analyser les pratiques, de décloisonner les savoirs, de valoriser les différents langages des sciences sociales, dont l’image. La réception des auteurs allemands et l’influence de la sociologie compréhensive, l’amènent à rendre compte du caractère complexe et multiple de l’expérience et à penser la place du sujet dans l'intelligence du social.

Dernier numéro en ligne
64 | 2020
Modèles d'enfance joués et déjoués

Sous la direction de Virginie Vinel et Francesca Zaltron

Dans la continuité du n° 63, « Enfants. Contraintes et pouvoir d’agir », ce dossier explore la production de modèles d’enfance centrés sur la singularité, l’autonomie, la participation, l’élaboration d’un récit sur soi. Quelles sont les normativités et les inégalités suscitées par ces modèles quand ils sont mobilisés à l’école, dans la recherche, dans la production culturelle ? Et comment les enfants et les adolescents dégagent-ils, dans ces dispositifs, des possibilités de réappropriation et d’action ?

Ces réflexions sont alimentées par la reproduction d’un classique de la sociologie de la culture (« Les albums pour enfants » de J.-C. Chamboredon et J.-L. Fabiani, 1977, Actes de la Recherche en Sciences Sociales ©) qui analyse, par le champ de l’édition, les conceptions sociales de l’enfance et leurs transformations. La mise en perspective historique et les hommages à Pierre Erny et à Jean-Claude Chamboredon, qui nous ont quittés en 2020, permettent de saisir à quel point quelques questionnements contemporains sur l’enfance et l’adolescence ont une longue histoire derrière eux. Pour Erny, ethnologue, il n’est pas possible de penser l’enfance en-dehors du cycle de vie et de ses différentes étapes, les rôles rituels de l’enfant témoignant de sa place active et de son intégration progressive dans la société. Le sociologue Chamboredon interroge de manière critique la nouveauté d’une culture adolescente, son lien avec la stratification sociale, des cultures de classe, des imaginaires adultes. Si des formulations de l’un et de l’autre sont à situer dans leur temps, il est intéressant de constater comment leurs propos font écho à des débats qui animent et clivent encore aujourd’hui la sociologie et l’anthropologie de l’enfance autour des catégorisations d’âge, de leur articulation à d’autres appartenances sociales et autour des seuils qui marquent à la fois un statut et un temps de l’existence. Questions qui émergent, de manière très différente, mais particulièrement féconde, dès les années 1960 et 1970.

La mise en image de cette tension entre institutions, modèles d’enfance et pratiques de réappropriation, a été possible grâce au partenariat avec le Musée national de l’éducation de Rouen qui nous a fourni gracieusement des photographies sur l’école et la pédagogie active. L’exposition « Métier d’enseignant(e), métier d’élève », qui y aura lieu d’octobre 2020 à septembre 2021, permettra de parcourir ces « portraits d’adultes et de jeunes, ainsi que les différentes manières de reproduire et modifier, ensemble et au quotidien, l’ordre scolaire ».

Nicoletta Diasio

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search